Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Helene-79 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Calendar Girl, Tome 9 : Septembre Calendar Girl, Tome 9 : Septembre
Audrey Carlan   
J'ai trouvé ce tome vraiment long et inutile. C'était assez ennuyeux de voir Mia tourner en rond et jouer les victimes... Bof j'ai pas du tout accroché à ce tome...
Quand aux mésaventure de Wes a paraît vraiment trop gros pour être crédible... STOP on arrête tout ce massacre svp
Alice au pays des merveilles Alice au pays des merveilles
Lewis Carroll   
Beaucoup de personnes me disent que c'est le dessin animé de Disney qui leur a le plus fait peur, eh bien moi, c'est exactement le contraire x) Je suppose que c'est parce que la richesse et l'originalité de l'univers et des personnages correspondaient assez à mon imaginaire (Claude Ponti et compagnie)...

Enfin bref, toujours est-il que comme le Petit Prince de Saint Exupéry, Alice au Pays des Merveilles est un de ces livres qu'on peut lire étant enfant et qui pourtant ne perd rien de son intérêt au fur et à mesure qu'on grandit, car il comporte différents niveaux de lecture qui nous concernent tous.
Je regrette beaucoup de ne pas être assez douée en anglais pour ne pas pouvoir apprécier pleinement l'écriture du livre en lisant la version d'origine. (les traducteurs ont fait beaucoup d'effort pour traduire les jeux de mots, mais la plupart, comme le nom du chat, sont tout simplement intraduisibles en français...)

Pour ma part, ce que j'ai particulièrement aimé, c'est que l'histoire décrivait bien ce qui se produit dans un vrai rêve, tous les phénomènes inexplicables sur le moment ne nous étonnent absolument pas, par exemple la tortue qui se transforme... ce genre de choses.

En ce qui concerne la version de Tim Burton, j'ai beaucoup apprécié son interprétation de la Reine Rouge (en revanche, je ne supporte pas la Reine Blanche) et tout ce qui la concernait, mais j'ai regretté qu'il reprenne autant d'éléments du Disney d'origine... qui est génial, mais je ne trouve pas que Tim Burton ait besoin de ça. Enfin c'était sans doute dans son contrat... Et la fin m'a franchement déçue, elle n'a absolument aucun intérêt, et ce d'autant plus qu'on la connaît depuis le début.
Calendar Girl, Tome 6 : Juin Calendar Girl, Tome 6 : Juin
Audrey Carlan   
Nous sommes arrivés à une phase de transition pour Mia, ce tome marque une étape importante pour cette année décisive. Il devient également beaucoup plus difficile de vous exposer les faits sans risquer de trop vous en dire. Nous sommes arrivés à la moitié de cette année et le futur paraît plus incertain que jamais, difficile de se protéger alors qu’il reste encore six mois où il peut se passer n’importe quoi.

Ce mois de Juin va être un peu différent , notamment car elle a été embauché pour être au bras d’un homme âgé et qu’elle ne l’intéresse pas de la manière dont elle s’y attend. Cet homme puissant souhait simplement que Mia l’accompagne pour un projet important et cela la plonge dans un univers totalement inconnu, cette manière de parader au bras d’un homme n’est pas dans ses habitudes. Pourtant alors que le père ne l’intéresse pas, elle va pouvoir compter sur son charmant fils Aaron Shipley, qui est d’une beauté à couper le souffle. Je ne vous cache pas que lorsqu’ils se sont rencontrés, j’ai levé les yeux au ciel, Mia craque tellement facilement devant un bel homme que parfois j’ai du mal à la suivre.

J’ai beaucoup aimé la nostalgie qui transparaît de ce livre, Mia va repenser à tout ce qu’elle a vécue et faire le point sur sa vie. Être escort ce n’est pas un choix et pourtant elle est déterminée à payer sa dette toute seule, sans compter que sans ce métier elle n’aurait pas rencontré ces hommes exceptionnels qui vont s’avérer très présents dans ce tome et j’ai réalisé à quel point elle est entourée. Lorsqu’elle a débuté ce travail, la jeune femme était plus seule que jamais et aujourd’hui, elle a une armée de beaux mecs qui est prête à tout pour elle. La voir réaliser qu’ils sont sa famille fait chaud au cœur, pour elle qui a toujours manqué d’amour. Aujourd’hui elle peut compter sur ses amis pour être présents.

Un mois de juin qui m’a bien plu en plein cœur de Washington, pour le coup niveau tourisme ce n’est pas trop ça, mais Mia va vivre un mois très intense. Comme à son habitude la jeune femme ne va pas hésiter à jouer les entremetteuses et c’est toujours un plaisir de la voir agir pour les autres. Audrey Carlan réussi encore une fois a redonné du souffle à sa série, qui ne cesse de jouer le yoyo avec mon cœur. Ce tome se démarque de ses prédécesseurs et nous offre un aperçu de ce qui nous attend en juillet.

http://wp.me/p4u7Dl-3oj

par Luxnbooks
Le livre noir des serial killers Le livre noir des serial killers
Stéphane Bourgoin   
7 serial Killers, 7 histoires, 7 vies différentes, 7 manières de tuer... des parcours d'enfance diverses, des pulsions troublantes, dérangeantes voire répugnantes. ce docu-livre est très bien mené, on y suit le cheminement psychologique des tueurs, le déroulement des enquêtes et on ne peut qu'imaginer l'enfer qu'ont vécu les victimes. je pense me jeter rapidement (pas dans l'vide!) sur un autre livre de cet auteur.
Calendar Girl, Tome 4 : Avril Calendar Girl, Tome 4 : Avril
Audrey Carlan   
Cette série joue un peu au yoyo avec mes nerfs et j’ai du mal à évaluer mon ressenti. C’est indéniable l’addictivité est bien présente et quelque chose me retient d’abandonner complètement. Certes mes sentiments sont mitigés, mais l’histoire associée à la plume suffit à me contenter pour le moment. Dans l’ensemble mon constat est sensiblement le même, à savoir que chaque histoire est trop indépendante et je reste trop accroché à l’intrigue de base pour ne pas y prendre goût.

Dans ce tome j’ai retrouvé une Mia un peu différente et ce changement montre une réelle évolution, ces aventures lui apportent un enseignement et on commence à voir le résultat. Sa mission d’avril va la conduire à Boston, où elle va faire la connaissance de Mason Murphy un joueur chez les Red-Sox et on peut dire que ce jeune homme n’a pas la langue dans sa poche et lui faudra quelques piques de notre jolie escort. Contrairement à ce que j’imaginais, ce tome s’est avéré beaucoup plus positif que l’avait été Février, mais la supportrice en moi qui a succombé au charme de Wes est terriblement frustrée de ne pas avoir sa dose quotidienne et je regrette que son personnage ne soit pas plus récurrent.

J’ai découvert une Mia altruiste, qui va tenter de se mêler des histoires de son client et on peut dire que cette petite histoire m’a beaucoup plu. Seulement deux éléments m’ont perturbé et ont apporté une part de déception, même si dans un sens il y a une part de prévisibilité c’est frustrant en tant que lectrice de n’avoir aucun recours. J’avais tellement adoré le mois de mars, que j’étais persuadé de repartir sur de bonnes bases et même si les personnages secondaires rencontrés au fil des tomes sont touchants, j’aimerais une constante et sentir que ces personnages qui ont compté le temps d’un tome, sont devenu importants pour la suite des évènements. Or pour le moment, aucun lien ne se fait et l’intrigue centrale stagne.

En bref, j’ai du mal à me faire un réel avis malgré quatre tomes et je n’envisage pourtant pas d’abandonner au cours de route. C’est un sentiment très étrange que de se sentir frustrée par sa lecture, mais en même temps de ne pas réussir à décrocher dans l’attente qu’un élément vienne tout changer. Encore une fois Mia nous a prouvé que malgré les doutes, elle va tout donner pour devenir une femme meilleure. Curieuse de découvrir Mai, mais en même temps je préfère baisser mes attentes d’un cran pour éviter la dégringolade, car ce sentiment de frustration s’accroche et j’espère voir le déclic se produire avant décembre.

http://wp.me/p4u7Dl-3cQ

par Luxnbooks
La fille qui cherchait son chien (et trouva l'amour) La fille qui cherchait son chien (et trouva l'amour)
Meg Donohue   
Tout d’abord, je tiens à remercier NetGalley France et les Éditions MOZAÏC, pour ce roman que j’attendais avec une grande impatience. Au premier abord, la couverture est assez surprenante et bien que je ne sois pas particulièrement fan, elle a suscitée ma curiosité et le résumé avait tout pour me plaire et j’ai été ravie de ma lecture, je ne pouvais pas espérer passer un moment plus chaleureux qu’en compagnie de nos héros, sans compter que l’intrigue est unique.

Maggie Brennan est une trentaine, psychologue spécialisé dans le deuil animalier, au premier abord son métier peut surprendre, mais même si son activité peine à démarrer, elle est en relation avec quelques clientes qui sont ravies de leurs séances. Si pour ses patiences elle est la psy idéale, de son côté elle a tendance à un peu trop s’attacher et le départ de ses patientes est toujours un moment difficile à passer. Sous les nombreux diplômes qu’elle affiche fièrement se cache une jeune femme engloutie par ses angoisses. Dès le premier chapitre on comprend qu’il y a un problème, puisque notre héroïne n’a pas mis les pieds dehors depuis quatre-vingt-dix-huit jours et elle se bourre de vitamines.

Et malgré toute la bonne volonté de sa meilleure amie, Lourdes ne peut qu’observer la souffrance de son amie sans réussir à lui faire sortir la tête de l’eau. L’arrivée d’une nouvelle patiente dans son cabinet va remettre en question sa vie et ensemble, elles vont s’aider mutuellement pour guérir et bien au-delà d’une relation médicale, va se développer une vraie amitié entre les deux jeunes femmes. De son côté Anya est en plein déni et n’accepte pas l’idée que son chien puisse être mort. Au fil des jours, au contact de la famille et de l’entourage de sa jeune amie, Maggie va commencer à sortir de sa coquille.

Je tiens à préciser que ce roman ne s’adresse pas nécessairement aux amoureux des bêtes, pour ma part je n’ai pas de chien et j’ai été pourtant très touchée par le thème du roman. Les chiens sont des compagnons fidèles et ce roman rend hommage à ces animaux qui sont bien plus que ça, au-delà de la relation qui va se développer entre un maître et son chien, c’est parfois un compagnon idéal pour surmonter une maladie, des angoisses ou tout simplement une solitude qui s’est instaurée. J’ai vraiment adoré la manière dont les chiens sont décrits, on démontre les bien-faits liés à l’animal et j’ai été touchée par ses maîtres qui avaient du mal à se remettre de la perte de leur animal, car au fil des ans, le chien fait partie à part entière des familles et Maggie va être d’un soutien infaillible pour les aider à traverser le deuil. L’adorable Giselle, va jouer un rôle déterminant dans la guérison de Maggie.

On pourrait croire qu’avec un tel sujet, l’ambiance serait un peu morbide et bien, l’auteure apporte une pointe d’humour remarquablement dosée. On est spectateur du combat de Maggie pour s’en sortir, le début se consacre beaucoup aux pensées de l’héroïne et je trouve ça indispensable pour comprendre l’enfer qu’elle vit, ces gestes du quotidien sont pour elle un véritable enfer, toutes ses pensées qui se bousculent lorsqu’elle tente de passer la porte de son domicile, sont indispensables pour comprendre parfaitement les raisons qui vont la pousser à se surpasser et surtout, on ne peut qu’apprécier cette jolie jeune femme qui va retrouver l’espoir et surmonter ses angoisses qui l’étouffent.

Meg Donohue a écrit un roman touchant où on découvre qu’une amitié peut se développer dans des circonstances particulières et que parfois les gens qui nous aident ne sont pas ceux à qui on aurait pu penser. En compagnie d’une jeune adulte perdue Maggie va apprendre à maîtriser ses angoisses et rencontrer un charmant célibataire, qui va lui donner des papillons dans le ventre qui n’ont rien à voir avec une éventuelle crise panique. Un roman idéal qui m’a permis de m’évader, j’avais besoin d’une lecture réconfortante et on peut voir que même dans la simplicité, on peut passer un bon moment. J’ai aimé sourire, éprouver de la tendresse, ou de la peine dans certaines situations, mais j’ai surtout adoré le message véhiculé par l’histoire. Je recommande chaudement que vous ayez ou non des animaux.


http://wp.me/p4u7Dl-1zb

par Luxnbooks
Calendar Girl, Tome 2 : Février Calendar Girl, Tome 2 : Février
Audrey Carlan   
http://wp.me/p7NXJX-2Mz

Aussitôt acheté, aussitôt lu car j’avais très hâte de pouvoir lire cette suite. Comme je l’ai dit dans mon précédent avis, le concept est toujours aussi original : 12 villes, 12 missions à chaque fois, ce qui permet d’éviter une redondance tous les mois et de découvrir de nouvelles villes et protagonistes… De plus, le livre se lit toujours aussi bien et avec fluidité.

Pour autant, j’ai été très déçue par ce tome, si ce n’est agacé. Ce que je redoutais est finalement arrivé : Mia couche avec Janvier et maintenant Février trois jours à peine après avoir quitté son premier client.

J’ai trouvé le comportement de Mia assez aberrant. Dès son arrivée, elle succombe et désire follement Alec et ne rêve que de coucher avec. En précisant au fil de notre lecture, qu’elle a des sentiments pour Wes et pense souvent à lui durant ce mois passé avec Alec, bien sûr.

N’oublions pas que lorsque sa tante lui a proposé ce job, elle a été choquée par cette proposition et s’est mise à revendiquer qu’elle n’était pas une prostituée.. Assez paradoxal comme comportement, je trouve.. Quant à Alec, il ne m’a fait ni chaud ni froid. Je l’ai trouvé assez bizarre, un peu trop vite familier avec Mia alors qu’il ne la connait même pas.

Bref, la seule chose qui m’a réellement plu, ce sont les prises de conscience de Mia sur elle-même et son corps. Apprendre à se voir autrement et à s’aimer à travers le travail d’Alec est assez intéressant quoique pas assez approfondi dû au format du livre qui ne le permet pas.

Je me répète mais on ne peut vraiment enlever à l’auteur d’avoir su trouver le bon filon pour rendre accro les lectrices en créant un sentiment de frustration et d’impatience à chaque fin de tome. Qu’on n’aime ou pas, on vous voudra forcément savoir le fin mot de l’histoire et surtout savoir avec qui Mia finira.

Me concernant, je lirai le tome sur Mars car je l’ai pré-commandé et payé mais si l’histoire est à l’image de février, je passerais mon tour pour les autres mois et lirais peut-être décembre pour avoir le fin mot de tout ça ou je trouverais une chronique bien spoiliante !

par Cassije
Endless Love, Tome 2 : Endless Seduction Endless Love, Tome 2 : Endless Seduction
Cécilia Tan   
J'ai été très déçut par ce tome. En effet la première partie du livre ouvre des idées intéressantes qui ne sont pas creusés dans la suite du livre. Et j'ai trouvé la fin très bâclé !
Le personnage de James est très peu présent dans ce tome et m'a laissé un arrière gout de salaud dans ce tome, alors que je l'avais adoré dans le premier opus.
Le personnage de Karina était pourtant très bien partis dans la premier et retombe un peu. Elle est la femme perdu et désespéré qui cherche sont Amoureux. Seule son espièglerie envers Damon est authentique.
Et quand à Damon, c'est un personnage qui méritait matière et là il est juste représenté en mufle, goujat prétentieux... pas très intéressant pour le lecteur.
J'attend donc le dénouement pour me prononcer sur mon point de vue global de cette saga.

par camicase
Historical, Tome 1 : Sept ans de désir Historical, Tome 1 : Sept ans de désir
Sylvia Day   
Ce livre est présenté comme étant celui qui a inspiré Crossfire, trilogie récompensée par le prix Amazon dans la catégorie "meilleure romance de l'année" et je précise d'emblée ne pas l'avoir lue. Nous avons ici une romance dite historique puisque l'Angleterre d'un siècle passé sert de cadre à cette noblesse soucieuse du respect des convenances, avec des femmes souvent mariées dans l'intérêt des familles. Hormis ce détail allié aux tenues vestimentaires d'un autre temps, on se demande bien à quelle époque nous sommes, le soucis du détail ou le minimum de recherches historiques n'étant sans doute pas l'objectif de Sylvia Day. J'ai été surprise par l'écriture tant elle compte de maladresses de style, de légères défaillances au niveau du développement de l'intrigue comme si l'inspiration de l'auteur s'arrêtait net pour passer à autre chose. On dénote aussi certaines faiblesses dans l'étude des personnages qui pourtant semble bien travaillée ainsi que dans la profondeur de certains dialogues qui parfois frisent la mièvrerie ... Pourtant l'ensemble a un petit côté romanesque qui charme et je pense que le héros imparfait mais si craquant en est principalement la cause.

La veille de son mariage avec Benedict Tardley comte de Pennington, Jessica Sheffield surprend les ébats nocturnes et champêtres du fougueux Alistair Caulfield avec un lady mariée. Le jeune homme capte son regard tout en poursuivant sa besogne, liant leurs âmes malgré l'inconvenance de la situation, conditionnant également la future vie de couple de la belle pour laquelle il soupire depuis longtemps. 7ans plus tard, Jessica veuve décide d'entreprendre un voyage afin de s'occuper du domaine que lui a légué son époux à la Jamaïque et embarque sur l'Acheron dont Alistair est l'armateur. Ce dernier y voit un signe du destin et décide de séduire la seule femme qu'il n'ait jamais désirée, d'autant que cette dernière a bien du mal à cacher l'attirance qu'il exerce sur ses sens. Cette longue traversée propice à leurs torrides ébats mettra à nu les vieux démons de leur enfance dont il devront faire le deuil pour pouvoir envisager une vie nouvelle à deux. Parallèlement, nous suivons l'histoire d'Hester, comtesse de Regmont et jeune soeur de Jessica, coqueluche de la société londonienne mais dont la vie de couple est loin d'être aussi idyllique qu'il y parait...

Malheureusement cette histoire n'évite aucun des écueils du genre tant en romance qu'en érotisme, puisque Allistair est un riche Apollon, débauché notoire si beau que les femmes feraient des folies pour lui, c'est un prédateur pugnace qui ne lâche pas sa proie, Jess en l'occurrence. Et bien évidemment un étalon hors pair, c'est une redoutable arme automatique qu'il a dans le caleçon, à peine la cartouche expulsée qu'une autre est déjà engagée dans la chambre et une suivante approvisionnée, une mitraillette c'est mieux pour les galipettes!!! Elle c'est la noble lady parfaite, la Reine des Glaces qui brûle dans un lit, et qui pense ne pas être à la hauteur d'un tel homme. Sylvia Day aime l'érotisme et son histoire n'en manque pas, les scènes sensuelles sont longues et chaudes avec pourtant quelques couacs dont le pire fut lorsque la dame terrassée par de multiples orgasmes, d'une voix rauque d'avoir tant crié dit à son amant : "déversez votre foutre en moi"... Rires (jaunes) assurés...on rajoute un retournement de situation bien trop facile et pratique avec une fin quelque peu précipitée, que reste t-il? Une histoire sympathique qui aurait pu être plus originale et aboutie si l'expédition à la Jamaïque n'était pas juste le mobile d'un rapprochement sexuel puis sentimental du couple, en bref une romance légère facile à lire sans excitation des méninges.


par Seregan
Les Infortunes de la Belle au Bois Dormant, Tome 3 : La Libération Les Infortunes de la Belle au Bois Dormant, Tome 3 : La Libération
Anne Rice   
Suite et fin d'une éducation sexuelle mise en douloureuse pratique pour une jeune Belle Au bois Dormant désormais en accord avec son corps, ses envies et ses fantasmes. La Belle aura souffert de douleur mais surtout de plaisir, aura appris à recevoir mais également à donner, et enfin, elle aura appris à accepter sa sexualité dans sa globalité et aussi, mais surtout, à être libre.
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4