Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par helenehmn

Extraits de livres par helenehmn

Commentaires de livres appréciés par helenehmn

Extraits de livres appréciés par helenehmn

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
iLove écrit par Marion Michau
date : 11:50
Je dois reconnaitre qu'il est d'une beauté magnétique, tout droit sortie d'une chaine Hugo Boss. Regard clair, mâchoire carrée, une bouche comme il doit en exister 10 dans le monde. Si ce miracle de la génétique à du talent, je comprends pourquoi Cristo cristallise. Je dirais bien à Poca de fermer la bouche, mais pour ça, il faudrait que j'arrête de sourire connement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
iLove écrit par Marion Michau
date : 20-07
Bug dans la matrice. Plus rien ne bouge à part lui. Les voitures arrêtées, les oiseaux épinglés dans le ciel, les passants sur une jambe... La probabilité que je le recroise dans une ville comme Barcelone doit avoisiner le zéro virgule jamais.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
iLove écrit par Marion Michau
date : 20-07
Je ne suis pas du tout rancunière, c'est presque maladif chez moi. Il suffit que quelque chose détourner mon attention (oh un papillon !) et ma colère ce volatilise. Pire, elle se réincarne en remords.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il fit couler des larmes, sur les joues de Pluton,
Et il força l’Enfer à lui accorder ce que l’Amour convoitait.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
À quoi bon nous noyer dans notre chagrin en refusant tout ce qui pourrait nous procurer du bonheur ? Ce serait une connerie sans nom. C’est comme ça qu’on se fout en l’air. Un suicide particulièrement lent et douloureux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Je ne crois pas qu’on puisse cesser d’aimer quelqu’un, expliqué-je enfin. Je pense que, quand on tombe amoureux, vraiment amoureux, c’est pour la vie. Le reste n’est qu’aventures et illusions.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 20-06
Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce à Dieu quel qu’il soit,
Pour mon âme invincible.

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Sous les coups du hasard,
Ma tête saigne mais reste droite.

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et bien que les années menacent,
Je suis et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.



Invictus - William Ernest Henley
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 20-06
« Parmi les joies que le monde nous donne, il n’en est point de comparable à celles qu’il nous ôte, quand l’éclat de la pensée jeune s’efface dans le triste déclin du sentiment. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-06
Il existe une définition de la folie qui dit que ça revient à refaire toujours la même chose en espérant un résultat différent.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-06
Je suis par terre, les yeux au niveau d’une paire de chaussures de chantier en cuir noir éraflé.
Dans une comédie romantique, ce serait la scène de la rencontre. Le garçon serait beau comme un dieu, il serait à la fois le meilleur joueur de l’équipe de foot et l’élève préféré du prof de littérature. Il me tendrait la main. Et il aurait, par le plus heureux des hasards, un tee-shirt de rechange dans son sac à dos. J’irais l’enfiler dans les toilettes et le miracle opérerait : ma poitrine paraîtrait plus avantageuse, mes hanches plus étroites, et il m’inviterait au bal de promo au moment de m’accompagner en cours.
Dans la vraie vie, le type en question s’appelle Declan Murphy, et il montre déjà les crocs. Son tee-shirt et sa veste sont également imbibés de café et il s’emploie à les décoller de son torse.
Si le héros de ma comédie romantique imaginaire est le quarterback vedette du lycée, Declan est le loser de terminale. Il a un casier judiciaire et pour ainsi dire une place attitrée dans la salle de colle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-06
Je relis la lettre. La douleur irradie de chaque mot. Le genre de douleur qui vous pousse à écrire à quelqu’un qui ne vous lira jamais. Le genre de douleur qui vous coupe du monde. Le genre de douleur qu’on est persuadé d’être le seul à ressentir, le seul de toute l’histoire de l’humanité.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-06
Il la serra contre lui, et pour la première fois depuis longtemps, s'estima chanceux. Comment avait-il pu vouloir, en sautant de ce pont, renoncer à l'affection qu'elle lui portait ? Au fond, une seule personne suffisait à donner du sens à une vie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-06
- Elle ne te regarde pas : c'est comme la lune, tu as l'impression qu'elle te suit, mais elle ne sait même pas que tu existes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 04-06
"Le temps qui nous éloigne de nos amis d'enfance est le plus amer de tous, on ne devrait pas le laisser faire."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-06
– On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les
yeux.
– L’essentiel est invisible pour les yeux, répéta le petit
prince, afin de se souvenir.
– C’est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose
si importante.
– C’est le temps que j’ai perdu pour ma rose… fit le petit
prince, afin de se souvenir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-06
– Adieu, dit-il à la fleur.
Mais elle ne lui répondit pas.
– Adieu, répéta-t-il.
La fleur toussa. Mais ce n’était pas à cause de son rhume.
– J’ai été sotte, lui dit-elle enfin. Je te demande pardon.
Tâche d’être heureux.

Il fut surpris par l’absence de reproches. Il restait là tout
déconcerté, le globe en l’air. Il ne comprenait pas cette douceur
calme.

– Mais oui, je t’aime, lui dit la fleur. Tu n’en as rien su, par
ma faute. Cela n’a aucune importance. Mais tu as été aussi sot
que moi. Tâche d’être heureux… Laisse ce globe tranquille. Je
n’en veux plus.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-06
« Je n’ai alors rien su comprendre ! J’aurais dû la juger sur
les actes et non sur les mots. Elle m’embaumait et m’éclairait. Je
n’aurais jamais dû m’enfuir ! J’aurais dû deviner sa tendresse
derrière ses pauvres ruses. Les fleurs sont si contradictoires !
Mais j’étais trop jeune pour savoir l’aimer. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-06
"Ainsi le petit prince, malgré la bonne volonté de son
amour, avait vite douté d’elle. Il avait pris au sérieux des mots
sans importance, et était devenu très malheureux."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 01-06
« Il était une fois un petit prince qui habitait une planète à
peine plus grande que lui, et qui avait besoin d’un ami… »
Pour ceux qui comprennent la vie, ça aurait eu l’air beaucoup plus
vrai.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il a apparemment une envie irrépressible de d’abattre les cloisons dans son appart et d'aller chiner des meubles aux puces. Bref, élémentaire ma chère Sophie : une semaine sur deux et la moitié des vacances scolaires, ce mes est accro. A la fin de l’apéro, elle avait toujours un père de famille dans sa vie, mais plus du tout d'angoisse. Le lendemain elle lui dit donc :
- ...Je t'aime
Il a répondu :
- C'est marrant.

Réaction en cours d'analyse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'Amour :

Amour, nom masculin :
forme de folie acceptée par la société.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 27-05
Mais soudain, je t’aperçois, Thomas ! À travers la vitre, ta silhouette ployée par le vent se détache dans la blancheur laiteuse de cet après-midi d’hiver. Et, comme chaque fois, mon cœur bondit dans ma poitrine et mon humeur s’adoucit. D’un seul coup, je n’ai plus sommeil. D’un seul coup, j’ai envie de vivre et d’avancer. Parce qu’il n’y a qu’avec toi que ma vie pourrait être sereine, prometteuse, porteuse de projets, de voyages, de soleil et de rires d’enfants. Je pressens qu’il existe un chemin étroit vers le bonheur, mais je ne pourrai l’emprunter qu’avec toi. Je ne sais pas par quelle magie la souffrance, la boue, la noirceur que je porte en moi depuis l’enfance semblent s’effacer lorsqu’on est ensemble. Mais je sais que sans toi, je serai toujours seule.
Soudain, je t’aperçois, Thomas, mais l’illusion se dissipe aussi vite qu’elle est arrivée et je comprends que tu ne viens pas pour moi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 27-05
— Il faut que je la voie, c’est important, vous auriez son numéro de portable ?
Sophia hésita un instant, puis eut un sourire désolé :
— Je n’ai pas le droit de vous le donner, vraiment. Mais à votre place, j’irais faire un tour à Biot…
— Pourquoi ?
— On est samedi soir. Elle dîne souvent place des Arcades, avec le Dr Sénéca.
— Thierry Sénéca ? Le biologiste ?
— Oui.
— Donc, Sénéca, c’est le mec de Fanny ? demandai-je.
— On peut dire ça, acquiesça-t-elle, un peu gênée, sans doute consciente d’avoir été trop bavarde.
— OK, je vous remercie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 26-05
- Pourquoi m'as-tu fait ça ?
J'avais crié, mais elle cria plus fort que moi, sautant du capot pour me défier :
- Mais bordel, parce que je t'aimais !
Les yeux rougis par la colère, Fanny me bouscula :
- Je t'ai toujours aimé, Thomas, toujours !
Et toi aussi tu m'aimais avant que Vinca ne vienne tout bousiller.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 24-05
Je ne savais plus qui avait prétendu que les hommes ne reçoivent du destin que ce qu'ils sont capables d'endurer, mais c'était faux. Le plus souvent, le destin est un salopard pervers et vicieux qui prend son pied en broyant la vie des plus faibles alors que tant de connards mènent une existence longue et heureuse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 22-05
Je ne veux pas que mon cœur guérisse. Car, s'il guérit, je serai tentée de m'en servir à nouveau.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3