Livres
524 088
Membres
542 158

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Hellminster : Mes envies

La Tour sombre, tome 8 : La Clé des vents La Tour sombre, tome 8 : La Clé des vents
Stephen King   
J'ai été ravi de replonger dans l'univers de la Tour Sombre de Stephen King. Avant d'entamer ce tome, je me demandais avec quelle difficulté je retrouverai les personnages et l'univers qui m'ont tant marqué il y a une 15aine d'années.
En fait il ne m'a fallu que quelques lignes pour m'y remettre. King a un talent de conteur inné. Ce type de récit (un conte dans un flasbkack dans l'histoire) est du pain béni pour lui.
On n'apprend effectivement que peu de chose sur la quête de Roland et sur la Tour Sombre. Par contre la jeunesse de Roland est à nouveau explorée (en particulier l'après immédiat de Magie et Cristal) ainsi que ses états d'âme après le meurtre de sa mère. D'autre part nous avons le droit à une nouvelle incarnation de Randal Flagg (mais quel but poursuit-il ici?), une apparition de Maerlyn lui-même et on suit également un nouveau Rayon (celui du Lion) en compagnie de Tim Bravecoeur. Bien sûr, comparé au flashbak du "Garou" tout ce qui est issu du conte "La Clé des Vents" est sujet à caution (tradition orale oblige)...
Bref une excellente lecture, à nouveau très bien menée et caractérisée qui s'intercale parfaitement avant la lecture du tome 5 (Les Loups de la Calla).

par tolomas
Carnets noirs Carnets noirs
Stephen King   
Un tome deux a la hauteur de nos attentes.
Morris Bellamy n est pas sans nous rappeler " Annie Wilkes ", le fan hystérique qui fait toujours aussi peur au king.
On comprend mieux le titre de ce deuxième tome une fois une fois lea lecture entame, une reussite du genre.
Duma Key Duma Key
Stephen King   
Grande amatrice de King durant ma jeunesse, c'est avec plaisir que je reviens vers l'auteur avec Duma Key. Une intrigue solide, rondement menée, digne de l'esprit torturé, rigoureux et talentueux comme King. L'auteur prend son temps pour introduire finement les personnages, planter le décor. Oui, on a hâte de rentrer dans le tourbillon. Et une fois les vannes de l'horreur ouverte, on y est, on regarde autour de soi, on préfère laisser la lumière et puis ne plus trop y penser une fois le livre fermé .
excellent
Superbe .
Mile 81 Mile 81
Stephen King   
Une nouvelle de Stephen King qui commence bizarrement. En effet l’introduction est assez longue et on ne lui trouvera pas de réelles raisons d’être, mise à part la présence de Simmons, un gamin de 10 ans, sur les lieux. Ça sera également l’occasion pour King de traîner dans la boue la bêtise humaine et juvénile, mais tout ceci ne demandait pas une mise en place aussi longue.

Pour le reste, on va très vite plonger dans un domaine qui a fait la gloire de son auteur. On notera d’ailleurs que cette nouvelle rappelle Le Radeau avec sa nappe de pétrole qui boulotte les passants. Ici, c’est du même accabit. Et outre une référence non dissimulée à Christine, la nouvelle fait aussi écho à Roadmaster.

Pourtant, j’ai ressenti un certain malaise, pas tant par ce qui est décrit, ça ne me fait plus rien et même si j’ai pris plaisir à lire cette histoire, j’ai senti par moment que ce n’était plus King qui écrivait mais une sorte d’écrivain naïf qui n’avait que faire des incohérences.

Ce sont ces petites choses qui m’auront dérouté, sans parler des répétitions que j’impute à la traduction pour le coup. Quand on bosse sur un auteur, quel qu’il soit, on fait tout de même attention à ce que l’on fait !

Une nouvelle somme toute sympathique à lire donc mais qui ne sera pas à la hauteur de ce que King à l’habitude de nous donner.
Brume, Tome 2 : La Faucheuse Brume, Tome 2 : La Faucheuse
Stephen King   
La diversité des nouvelles présentées témoigne du talent de king : comme dans tout recueil, suivant sa sensibilité on préfèrera tel ou tel texte, mais l'ensemble est globalement réjouissant.
Insomnie Insomnie
Stephen King   
J'ai bien aimé, histoire très prenante mais il faut bien suivre !

par Cici
La Part des Ténèbres La Part des Ténèbres
Stephen King   
C'est également mon premier roman de Setephen King et je dois dire que je ne m'attendais pas à ça quand j'entendais dire qu'il était l'un des plus grand dans les romans de terreur. Il nous plonge dans l'incroyable psychose de ses personnages, nous faisant passer d'une boucherie aux coups de téléphones angoissants comme dans les films d'horreur. De l'angoisse et des frissons sont au rendez vous, alors accrochez vous !!

par Twax
L'Institut L'Institut
Stephen King   
Tout juste terminé, tout juste commenté.

J'avoue ne pas trop savoir quoi en penser. J'ai beaucoup aimé ma lecture, les personnages sont attachants et j'ai aimé la construction de l'histoire.

Mais voila, problème de taille.... Du début à la fin, j'ai eu un sentiment de déjà vu. Clairement, j'ai eu l'impression de regarder une épisode de Stranger things, série qui est elle-même, (entre autre), un hommage à King et à ses histoires d'enfants malmenés. Donc si l'auteur se met à faire un hommage à une série qui elle-même lui fait hommage.... C'est le serpent qui se mord la queue... Et le lecteur qui tourne en boucle !

Alors l'ensemble est bon, même très bon. Mais pas de surprises, pas de frissons comme seul King sait le faire.
Dommage... si ma lecture a été assez agréable, elle ne me laissera pas un souvenir impérissable, contrairement à Simetierre, Cujo, ou Salem !

par Nashael
Le Bazar des mauvais rêves Le Bazar des mauvais rêves
Stephen King   
Ce n'est pas Stephen King qui m'a déçu mais plutôt le genre. Je me rends compte que les recueils de nouvelles, ce n'est pas trop mon truc; J'avais du mal à entrer dans l'univers. Lorsque je lis un roman, j'ai besoins de m'attacher à des personnages, mais là, j'ai vraiment eu du mal à continuer ou à commencer à lire une nouvelle.
Sleeping Beauties Sleeping Beauties
Stephen King    Owen King   
Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec Sleeping beauties : une histoire originale et vite addictive, des personnes vraiment bien développés, qui ont tous un background qui permet de comprendre leurs actions et de sympathiser même quand ce n'est pas gagné au premier abord. Le style de Stephen King est bien présent, je ne sais pas dans quel mesure celui d'Owen King l'est aussi, n'ayant lu aucun de ses écrits.

On se retrouve donc dans une petite ville, avec des tas d'habitants dont on va pouvoir entrer dans l'intimité, et dont les histoires vont entrer en collision les unes avec les autres. Un décor à la Stephen King, quoi. Où les personnages se croisent, s'allient ou s'antagonisent, où les petites histoires de chacun se recoupent.

J'ai eu un souci avec les nombreux personnages, parce qu'ils ne sont quasiment jamais décrits physiquement. Du coup, pas simple de les identifier clairement et de ne pas les mélanger, au début. Je ne me rappelle pas si c'est toujours le cas chez Stephen King, mais ici ça m'a un peu dérangée au début. (par exemple, on apprend seulement à plus de la moitié du roman que Jeanette est noire ou que je ne sais plus qui est rousse. Quand on se les est imaginés autrement, il faut se contorsionner le cerveau pour faire entrer les nouvelles données et c'est assez agaçant).

J'ai aimé la note de mysticisme aux accents bibliques, comme l'auteur nous en réserve souvent dans ses bouquins. J'aime bien ce genre de surnaturel un peu mythologique.

J'ai ressenti quelques longueurs quand même. Stephen King m'a habituée aux gros bouquins et quand l'histoire suit, ça ne pose aucun problème, mais là, j'ai trouvé certains passages un peu fastidieux à lire, notamment ceux avec les femmes de l'autre côté. Il ne s'y passe jamais grand chose et j'avais à chaque fois hâte de revenir à l'action dans le vrai monde.

Le roman est très accès sur les relations femme/hommes, sur les problèmes de société qui y sont liés, et il n'évite pas toujours les messages féministes un peu clichés (les hommes ne savent pas faire la vaisselle ou repasser, ils sont violents alors que les femmes ne sont que paix et amour, ou que sais-je). Même si le roman fait un effort pour conserver une certaine neutralité en donnant une voix à tous les points de vue, c'est justement comme ça que je l'ai parfois ressenti : un effort. Stephen King m'a plus habituée à des situations ambiguës qui renversent les préjugés et les attentes.

Pour ce qui est des personnages : celui d'Evie Black est parfait. Un mélange de Randall Flagg et du du méchant dans La tempête du siècle (me rappelle plus de son nom, désolée).
Le personnage qui m'a le moins convaincue est Don Peters, il est un peu une caricature du connard sexiste et n'a aucune nuance. On a parfois l'impression qu'il est méchant pour être méchant [spoiler](pourquoi il tue sa mère ??)[/spoiler]
J'ai beaucoup aimé Franck Geary, j'ai trouvé qu'il était le plus abouti parce qu'il porte en lui toutes ces contradictions qui le rendent assez fascinant. Il n'est pas un personnage mauvais, il essaie toujours de faire ce qu'il y a de mieux. Son objectif est louable : il veut sauver sa fille. Et s'il se laisse aller à être parfois trop violent, s'il a certaines pensées peu charitables envers son ex-femme ou s'il commet parfois des erreurs, c'est parce qu'il est humain, il n'est pas parfait, loin de là. Le face à face entre lui et Clint est intéressant parce que ce sont sensiblement les mêmes personnes, sauf que Clint a déjà vaincu les démons qui possèdent encore Franck. J'ai trouvé un peu dommage que leur bras de fer se résolve aussi rapidement, j'aurais bien aimé un peu plus d'interaction entre les deux pour vraiment voir une évolution dans les façons de penser.
Oh, et Angel Fitzroy est géniale aussi, cinglée à souhait.

La scène finale où les hommes se créent un champ de bataille était assez bien faite, et renvoie bien l'idée que, confrontés à un problème, les hommes finissent toujours par en venir aux mains ou par se faire la guerre, à plus ou moins grande échelle.
Le dénouement m'a satisfaite aussi : il nous laisse avec un message d'espoir et de réconciliation.

En bref : Sleeping Beauties est un bon Stephen King avec une intrigue originale et prenante et quelques personnages très marquants. Je regrette les thèmes féministes trop poussés qui occultent parfois l'histoire et les accents moralistes de certains passages. Heureusement, l'intrigue parvient à ne pas s'embourber là-dedans et reste à flot jusqu'à la fin.

par Anna19

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode