Livres
458 906
Membres
412 826

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Yo, les mans ! dit le garçon de la vidéo. Vous avez le bonjour de vos potes de la Colonie des Sang-Mêlé. Ici Léo. Je suis le... (il regarda hors cadre et cria :) c'est quoi mon titre ? Amiral ? Capitaine... ?

- Mécano, cria une voix de fille.

- Trop drôle, Piper, grommela Léo, qui se retourna face à la caméra. Alors, ouais, ch'uis, euh, le commandant suprême de l'Argo II. Ouais, c'est bon ça ! Bref on va se mettre en route d'ici une heure à bord de ce navire de guerre du feu de la mort, et on va venir à votre rencontre. Si vous pouviez éviter, genre, de nous exploser en plein ciel, on apprécierait. D'accord ? Si vous pouvez faire passer le mesage aux Romains. A bientôt. Vos brothers en demi-divinité vous saluent et tout ça. Tchô, les mans.

chap 52, p 519

Afficher en entier

Percy se frotta les yeux. Il ne lui manquait plus que ça, d'avoir un lien de parenté avec ce vieux cradingue. Pourvu, se dit-il, que tous les enfants de Neptune ne partagent pas la même destinée : tu commencs par te trimbaler avec un sac à main pour hommes, et sans savoir comment, tu te retrouves vieux, en peignoir et chaussons-lapins, à attaquer des poules avec une désherbeuse.

Afficher en entier

Percy les attendait. Il avait l'air furieux.

Debout au bord du glacier, appuyé à la hampe qui supportait l'aigle d'or, il contemplait les dégâts qu'il avait causés : une nouvelle étendue d'eau de plusieurs hectares, parsemée d'icebergs et de débris provenant du camp démoli. Il ne subsistait sur le glacier que les grandes portes du camp, qui penchaient sur le côté, et les lambeaux d'une bannière bleue gisant sur un tas de briques de neige.

Quand ils le rejoignirent en courant, Percy leur dit "Salut !" comme s'ils se retrouvaient pour déjeuner.

- Tu es vivant !s'exclama Frank, stupéfait.

Percy fronça les sourcils.

- La chute ? C'était rien, ça. Quand je suis tombé de l'Arche à Saint Louis, c'était deux fois plus haut.

- Tu es tombé d'où ça ? demanda Hazel. Peu importe. Ce qui compte, c'est que je ne me suis pas noyé.

- Comme quoi la prophétie était incomplète ! dit Hazel en souriant. En entier ça devait être un truc du genre "Le fils de Neptune coulera un paquet de fantômes."

Percy haussa les épaules. Il regardait toujours Franck avec un certain dépit.

- J'ai compte à régler avec toi, Frank, dit-il. Alors comme ça tu peux te changer en ailges ? Et en ours ?

- Et en éléphant, ajouta fièrement Hazel.

- En éléphant. (Percy secoua la tête, sidéré.) C'est ton don de famille ? Tu peux changer d'apparence ?

Frank pietina sur place, l'air gêné.

- Euh, ouais. Mon ancêtre argonaute, Périclyménos, avait ce don. Il nous l'a transmis.

- Et il l'avait reçu de Poséidon, dit Percy. C'est une injustice totale. Je ne peux pas me transformer en animale, moi.

- Une injustice totale ? (Frank le dévisagea.) Parce que moi je peux respirer sous l'eau, peut-être ? Ou faire exploser des glaciers et créer des tornades à volonté ?

- OK, vu comme ça, t'as pas entièrement tort. Mais la prchaine fois que je te traite de bête...

- Ferme-la. S'il te plaît.

Percy sourit.

- Bon, les garçons, intervit Hazel, si vous avez fini, allons-y. Le Camp Jupiter est assiégé. Ils ont besoin de cet aigle d'or.

Percy hocha la tête.

- Oui, dit-il, mais pas tout de suite. Hazel, il doit y avoir une tonne d'armes et d'armures en or impérial au fond de la baie, maintenant, plus un chariot fabuleux. Tout ce matos pourrait être très précieux, vous croyez pas ?

Il leur fallut longtemps - trop longtemps - pour repêcher l'arsenal, mais ils savaient tous les trois que ces armes pouvaient changer le cours de l'histoire et accorder la victoire au Camp Jupiter, si seulement ils les rapportaient à temps.

Hazel se servit de ses pouvoirs pour faire remonter certains objets à la surface, tandis que Percy plongeait pour en récupérer d'autres. Même Frank contribua, changé en phoque, ce qui était plûtot cool - Percy, bien sûr, prétendit qui sentait le poisson.

Ils durent s'y mettre à trois pour hisser le char, puis ils rassemblèrent l'arsenal sur une plage de sable noir, au pied du glacier. Ils ne purent pas tout caser dans le char, mais se servirent de la corde de Frank pour attacher la plupart des armes et les meileurs armures.

- On dirait le traineau du Père Noël, commenta Frank. Est-ce que Arion peut tirer un poids pareil ?

L'étalon souffla bruyamment par les naseaux.

- Hazel, dit Percy, je vais vraiment lui savonner la bouche, à ton cheval. Il prétent que oui, il peut le remorquer mais il a besoin de manger.

Hazel ramassa un vieux poignard romain, in pugio, qui était tordu et émoussé. Il ne serait plus d'une grande utilité dans un combat, mais semblait en or impérial massif.

- Tiens, Arion, dit Hazel. Du combustible de haute performance.

Arion cueillit le poignard avec les babines et le croqua entre ses dents comme une pomme. Frank se promit de ne jamais approcher la main de la bouche de ce cheval.

- Je ne doute pas de la force d'Arion, avença-t-il prudemment, mais est-ce que le char va tenir ? La dernière fois...

- Celui-ci a des roues et un essieu en or impérial, fit remarquer Percy. Il devrait tenir.

- Sinon, le voyage sera plus court, dit Hazel. Mais le temps presse. Venez !

Frank et Percy montèrent dans le char, et Hazel grimpa sur le dos d'Arion.

- Hue ! cria-t-elle.

Le bang supersonique du cheval résonna dans la baie. Ils filèrent vers le Sud, déclanchant des avalenches sur leur passage.

Afficher en entier

Chapitre 2:

Le problème, quand on dévale une pente à quatre-vingt kilomètres à l'heure assis sur un plateau, c'est qu'on ne peut pas changer d'avis en cours de route, même si on se rend compte que c’était une mauvaise idée.

Afficher en entier

" Et puis c'étaient ses seuls souvenirs nets, et il était réticent à les partager. Annabeth, son visage, ses cheveux blonds et ses yeux gris, sa façon de rire, de lui passer les bras autour du cou, de l'embrasser chaque fois qu'il faisait quelque chose d'idiot.

Elle a dû m'embrasser souvent, songea Percy."

Afficher en entier

Percy avait déjà l'impression d'être le demi-dieu le plus branque de l'histoire des branques, mais le cartable, ça l'avait achevé.

Afficher en entier

-Mars tout puissant! s'exclama Franck.Comment tu... ce n'était pas une technique romaine!

-Eh! répondit Percy en souriant. Le Graecus a ses bottes secrètes, mon pote.Après-vous.

Afficher en entier

Percy sourit. Il savait que les enjeux étaient forts. Il savait que cette journée pouvait tourner au cauchemar. Mais ilsavait aussi qu'Annabeth était à bord de ce navire. Si les choses se déroulaient sans encombre, ce seraient le plus beau jour de sa vie.

Il passa un bras sur les épaules d'Hazel et l'autre sur celles de Frank.

-Venez, dit-il, j'aimerais vous présenter mon autre famille.

Chapitre 52 (dernier), page 525-526

Afficher en entier

- Pourquoi m'as-tu appelé "Le Grec" ? reprit-il

- Je l'ai vu dans les augures.(Octave agita son couteau en direction d'un tas de rembourrage d'ours en peluche, sur l'autel.) Le message disait : Le Grec Est Arrivé. Ou alors, autre possibilité : La Grouse Est Alitée. Je pense que la première interprétation est la bonne.

Afficher en entier

Or Percy détestait tout ce qui ressemblait à un test. Depuis qu'il avait perdu la mémoire, sa vie ressemblait à un long questionnaire à trous. Il était________, originaire de________. Il avait l'impression d'être________, et si les monstres l'attrapaient, il serait________.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode