Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Hillja

Extraits de livres par Hillja

Commentaires de livres appréciés par Hillja

Extraits de livres appréciés par Hillja

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 19-03
Je suis incapable d'apprécier le père de famille parce qu'il oscille continuellement entre le pleurnichard et le manipulateur, une telle indétermination est fatigante — alors même qu'elle est l'intérêt majeur du manga. À l'inverse, sa femme est surprenante, presque plus intéressante que lui ; et ensemble, ils forment une équipe redoutable, du reste trop efficace pour être tout à fait crédible.
Quoi qu'il en soit, le suspense est toujours au rendez-vous, encore exacerbé par la situation angoissante sur laquelle est bâtie ce deuxième tome. Et puis... sont encore délivrés de précieux conseils sur comment faire disparaître les odeurs de cadavre. Voilà qui est bienvenu !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-03
Les chapitres de ce deuxième tome sont plus longs que ceux du premier, donc mieux construits et équilibrés. Chaque nouvel épisode introduit son lot de personnages hauts en couleur (en tout cas, je les imagine bigarrés) et de lieux pittoresques, que fréquentent aléatoirement les deux adorables héroïnes. Certaines scènes semblent tout droit sorties d'un jeu vidéo voisin d'« Animal Crossing ».
Un manga au dessin toujours enchanteur, qu'il soit colorisé ou en noir et blanc, et dont les tomes peuvent se lire indépendamment les uns des autres.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 19-03
Une bande dessinée aux jolies couleurs qui peut plaire à un public jeune et non adepte de la lecture, cependant très accroché aux séries télévisées à la mode : il y a assez peu de texte et le vocabulaire employé est celui de l'adolescent lambda.
Même si le montage des planches se fait déroutant quand des souvenirs parasites viennent s'insérer entre deux scènes, l'histoire est relativement bien menée par un groupe fourni en personnages stéréotypés. Ainsi, (presque) tout est fait pour faciliter la lecture. En outre, les quelques scènes violentes sont étonnamment efficaces, voire émouvantes.
C'est un premier tome réussi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Huit épisodes de la vie quotidienne de deux adorables petites créatures vivant dans les bois — épisodes plus féeriques les uns que les autres et construits autour d'activités telles que la cuisine, le bricolage ou la couture. L'ordonnancement des chapitres semble assez aléatoire puisqu'il n'y a pas de chronologie, ni même un fil rouge qui traverse le manga. Cette absence de trame pourrait déplaire aux lecteurs habitués aux grandes aventures.
En tout cas, l'univers imaginé par le mangaka est dessiné avec soin et procure un moment de lecture tout en douceur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Heureuse d'avoir goûté pour la première fois aux charmes de la fameuse collection au bandeau rouge avec ce roman. Non seulement les personnages principaux sont plaisants, voire surprenants, mais en plus l'écriture est des plus respectables. J'ai apprécié suivre l'héroïne et son garde du corps d'un bal à l'autre, assister à leurs amusantes discussions et frétiller de joie à l'idée de les voir se rapprocher — j'ai eu l'impression de regarder une version passionnelle d'un téléfilm de la chaîne Hallmark (c'est un compliment, ces téléfilms-là sont géniaux).
Je crains avoir débuté dans le genre avec un roman de trop bonne facture : les autres risquent de me décevoir. Je me contenterai d'attendre la parution future des tomes appartenant à cette série.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-03
Autant l'univers me plaît de plus en plus, grâce notamment à des épisodes d'une noirceur inattendue, autant le personnage de Haru la lapine perd petit à petit ma sympathie — une sympathie déjà infinitésimale depuis les événements du deuxième tome : sa seule caractérisation comme femelle excitante pour les mâles et enrageante pour ses congénères la rend antipathique.
Même si l'intrigue de ce volume-ci s'éparpille un peu, les conflits internes aux classes animales et aux êtres eux-mêmes sont travaillés avec soin. Le manga touche presque à l'éthique et à la philosophie par moments. Mais c'est avant tout Legoshi, héros de l'histoire, qui captive : sa représentation physique et ses réflexions, muettes comme dites, sont superbes.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Histoire doucement délirante d'un garçon qui devient, après moult griffures, le disciple d'un type tout droit sorti de « Dragon Ball » et adepte de la « voie des chats », un art martial en vogue dans son quartier (!).
Malgré la bizarrerie de l'intrigue, je me suis prise à rire de l'obsession du héros pour les chats, la présence d'un personnage observateur qui réagit de la même façon que le lecteur aidant beaucoup. Et derrière les scènes d'action insensées (dont un combat contre une armée de corbeaux) se cachent des informations sérieuses au sujet des félidés qu'il me tarde d'éprouver.
Une lecture pour les amoureux des chats et — ou — des shōnens extravagants.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-03
Malgré le comportement insensé du frère de Chiei, — et sa tout aussi absurde justification, — j'ai trouvé cette fin réussie, attendu que je savais très bien dans quoi je me lançais en ouvrant le premier tome : une série courte et linéaire mettant en scène des personnages simples. La puérilité apparente de ces derniers, surtout celle du garçon, n'est ni surprenante ni dérangeante : la plupart des lycéens sont ainsi.
Une nouvelle fois, l'histoire supplémentaire présente en fin de volume est charmante. Décidément, cette mangaka a une idée de l'amour qui me plaît beaucoup.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 05-03
Un deuxième tome tout aussi léger que le précédent, même si le comportement d'un des nouveaux personnages vient entacher ce qui était jusque-là une histoire d'une innocence immaculée. Les interactions des deux héros sont néanmoins d'une candeur à toute épreuve — les dialogues n'en sont que plus plaisants à lire.
L'histoire courte en fin de volume est dans le même style : cette mangaka a vraiment de la patte quand il s'agit de raconter l'amour simplement.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 05-03
Un shōjo à prendre pour ce qu'il est, à savoir : un pur moment de douceur en compagnie de personnages charmants. Sans histoire annexe pour parasiter celle des deux héros, seul demeure l'éveil amoureux de jeunes gens ordinaires qui se sont bien trouvés.
À noter que le titre est relativement trompeur, l'écart d'âge est infime (un an à peine) et n'apporte pas grand-chose au manga.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Il y a si peu d'exercices originaux qu'on est en droit de questionner la présence du mot « méthode » dans le résumé. C'est surtout une succession de témoignages, — certainement intéressants mais que j'ai seulement parcourus des yeux parce que ce n'était pas ce que je voulais trouver dans ce livre —, témoignages qui, les uns après les autres, flattent l'ego de l'auteur.
L'estime de soi est le véritable sujet de l'ouvrage ; l'enseignement de l'oral en tant que tel se retrouve uniquement sous la forme de virelangues. Ce très « petit manuel » ne fait qu'enfoncer des portes ouvertes alors je saute par la fenêtre et l'abandonne derrière moi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Énième version de cette histoire cafardeuse qui prend pour sujet un homme proche de la quarantaine, nostalgique, traversant une crise existentielle et pensant pouvoir être sauvé par un vieil amour — une version cependant plus lisible que celle proposée par Delphine de Vigan dans « Un soir de décembre ».
Seuls les personnages féminins m'ont intéressée mais ce sont justement ceux que l'auteur choisit de ne pas développer. Les questions que le lecteur se pose sur ces femmes croisées dans le passé et dans le présent n'obtiennent pas de réponse, il y a de quoi frustrer les plus curieux.
Et puisque je ne partage pas du tout les idées, désespérantes, de l'auteur concernant l'Homme et les relations humaines (qui sont au cœur du livre), je n'ai pris aucun plaisir à découvrir ce portrait de père de famille égotiste.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-02
Erica James a un chic particulier pour dépeindre la vieillesse au travers de personnages émouvants, aimables. Ici, c'est grâce à deux récits entremêlés que l'auteur fait du personnage de Mrs Dallimore une figure inoubliable de la jeunesse animée, muée au fil des pages en une vulnérabilité touchante. Et comme dans « The Dandelion Years », l'un des deux récits a pour cadre la Seconde Guerre mondiale, conflit devenu source de réflexion sur la famille, l'amour, l'amitié — des thèmes toujours merveilleusement évoqués par une plume pleine de tendresse.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-02
Roman sombre, aux personnages principaux misérables, dont la seule source de lumière, d'espoir, est la figure passagère d'un homme non mentionné dans le résumé, Frank, inopinément tombé du ciel et évanoui d'une façon tout aussi brusque — les pages où il apparaît sont celles que j'ai le plus appréciées. Les seuls moments de joie évoqués appartiennent au passé de la mère et du fils ; leur présent est autrement dépressif, et leur futur, incertain. Le monde très gris que William Boyle décrit ainsi avec sobriété met en évidence les fêlures de quelques âmes humaines qu'on aimerait décharger de leurs fardeaux.
Ce n'est pas un livre que je recommanderais à quelqu'un qui veut se divertir, mais celui qui cherche le portrait d'une famille brisée pourrait y trouver son compte.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 18-02
Il y a tellement de mystères à éclaircir dans cet imposant roman que j'ai passé le plus clair de mon temps à émettre de folles hypothèses au sujet de tel ou tel personnage et des relations qui unissent les uns aux autres — quand je ne rougissais pas de plaisir lors des passages plus romantiques (et toujours très sages).
J'avais oublié le charme des « christian fictions », qui mettent l'accent sur la bonté des héros et la ravivent dans le cœur des lecteurs. Non seulement la protagoniste est charmante, mais en plus elle est fine ! Tant et si bien que j'aurais aimé que son histoire se poursuive indéfiniment.
Une lecture plaisante qui réconforte les âmes en transmuant le Mal en Bien.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-02
Il fallait s'y attendre, dans le monde fictif des affaires, le rival du bel homme est également un bel homme, mais en version méchante (cheveux longs, cigarette au bec, voleur de baisers). Que c'est stupide !
Une fois encore, l'héroïne (mais peut-on être une héroïne quand on ne fait jamais rien ?) est complètement dépendante des actions et paroles des autres personnages. C'est d'autant plus frustrant que le lecteur prend une espèce de plaisir à la voir se faire chérir partout, tout le temps. J'imagine que c'est pour cette raison que la série dépasse les dix tomes, les gens y trouvent un certain réconfort.
C'est ici que je quitte cette histoire qui ne va nulle part (lire les résumés des volumes suivants suffit amplement).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-02
Ce manga a certainement été écrit dans l'optique de vendre du rêve aux jeunes filles : « Regardez, des hommes parfaits comme Fukami vous attendent dans un café au coin de la rue ! Ne doutez jamais de leur amour pour vous, ils sont fous de vous ! » (C'est peut-être un coup marketing d'une chaîne de cafés... ?) Quoi qu'il en soit, c'est effrayant.
Chaque court épisode de la vie de ce couple étrange débute par les doutes de Risa, puis débouche sur une scène intime lors de laquelle sont susurrés des mots doux (appeler une femme qu'on connaît depuis trois jours « mon ange », c'est étrange). À côté, il ne se passe rien. Rien.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-02
À l'apparition du héros qui clame son amour dès la page 3 (ou dans ses environs), je me suis dit qu'il y avait anguille sous roche, que la mangaka avait prévu un coup de théâtre assourdissant pour les dernières pages de ce premier tome, somme toute joliment dessiné. Que nenni ! C'est juste l'histoire d'un type apparemment parfait qui tombe amoureux d'une étudiante un peu timorée. Il n'y a pas d'intrigue, seulement une succession de déclarations enflammées évidemment prétextes à déshabiller la fille — ce qui arrive du reste très rapidement.
La beauté des personnages n'a d'égal que leur absence de caractère. Je comprends pourquoi, malgré l'âge des héros, ce manga est classé dans les shōjos et non les joseis : aucun développement n'est prévu, les scènes vont se répéter à l'infini.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-02
D'habitude, un shōjo romantique se termine sur le mariage du couple principal ; ici, le mariage n'est que le commencement, la découverte de l'autre, de son passé dans le cas de Kôta. C'est ce tour intéressant qui, justement, me plaît surtout dans cette série — ça et le dessin, que je trouve émouvant.
... Tout dans ce manga est ordinaire, des personnages aux événements, c'est incroyable !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-02
Début de l'inéluctable triangle amoureux et, par là même, des scènes de jalousie à la fois absurdes et mignonnes qui conduisent les jeunes mariés à s'apprivoiser peu à peu. J'aime assez « l'honnêteté » qui se dégage des personnages : si leur situation est invraisemblable, leurs personnalités et leurs actions paraissent véritables. Ils sont naturels, fidèles à ce qu'une adolescente de seize ans et un jeune agent de police peuvent être dans la réalité. La simplicité du dessin va également dans ce sens, il n'y a pas de fioritures (ça fait du bien aux yeux).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 16-02
Ce n'est pas un premier tome qui brille par sa vraisemblance mais j'aime suffisamment les histoires d'amour interdit pour adhérer complètement à l'évolution fulgurante de la relation entre les deux héros — la mangaka elle-même a conscience de l'énormité de la chose.
Avec un dénouement inattendu et un protagoniste masculin qui, pour une fois, exerce un métier autre qu'enseignant, ce manga emprunte une voie assez peu fréquentée dans le monde du shōjo (disons qu'il est au niveau 2 de l'originalité sur une échelle de 10 — la plupart stagnent à 1).
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 15-02
Un fourmillement incontrôlable de bonnes idées qui fatigue plus qu'il ne convainc. Chaque élément pris individuellement est intéressant mais la formule : pouvoir du papier + Jules Verne + Arthur Conan Doyle + espionne américaine + univers steampunk + combats de machines + personnalités historiques + ..., crée une histoire plombée par une lourdeur et par une incohérence que je n'ai pas su ignorer. Il y a trop de matières premières et pas suffisamment de liant.
Tout ce que je vais garder en tête au sujet de ce premier tome (et du manga, puisque je ne lirai pas la suite), c'est l'image amusante du majordome aux poils grillés.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 13-02
Cet enchevêtrement de trois courtes histoires a l'avantage de se lire vite grâce à une écriture simple, jamais percutante cependant, alors même que ce sont les émotions du lecteur que l'auteur essaye d'atteindre en (sur)exploitant trois stéréotypes féminins : l'Intouchable indienne qui cherche l'émancipation, l'ouvrière Sicilienne qui rêve d'amour, l'avocate canadienne qui travaille d'arrache-pied. Trois destins de femmes échevelés et inachevés qu'un esprit attentif peut démêler bien avant que soit donnée la clé de lecture.
L'intérêt majeur réside en fait dans les quelques connaissances partagées au sujet de l'Inde et de la maladie dans un style soit quasi encyclopédique, soit d'une lourdeur gênante (c'est un mélange étrange). Il va sans dire que j'attendais plus d'un « livre phénomène ».
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 11-02
Une aventure à la fois enchanteresse (grâce à l'univers hybride dans lequel elle se déroule) et cotonneuse (à cause d'un rythme toujours plus émollient à chaque nouveau chapitre — je me suis endormie lors de la lecture...).
Je suis sans doute trop âgée pour apprécier ce manga à sa juste valeur — d'ailleurs, le coup de crayon célébré par les autres commentateurs a parfois fatigué mes vieux yeux : les traits se fondent les uns dans les autres, si bien qu'il m'a fallu scruter les cases pour apercevoir les personnages. Cependant, la partie centrée sur le voyage des deux héros me plaît beaucoup, elle a des airs de jeu de rôle en monde ouvert.
J'ai bon espoir de voir l'intrigue se complexifier un peu à l'avenir.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-02
L'ambition du mangaka a eu raison de la cohérence de sa duologie : en voulant y insérer un maximum d'éléments de science-fiction (robotique, clonage, jeu virtuel, homme augmenté...), il n'a pas été capable de les souder avec logique et de mener à bien son projet initial. Ainsi, si le début de ce second tome rattrape correctement les cafouillages du précédent, son dénouement est une immense farce. D'innombrables questions restent sans réponse à la fin de cette lecture.
J'espère toutefois que l'idée première sera reprise sous une forme ou sous une autre dans une œuvre future parce qu'elle mérite d'être creusée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 10-02
Un sujet intéressant traité par-dessus la jambe et à vitesse grand V, duologie oblige. Mis à part le héros, tous les personnages sont dénués de moelle, les filles servant uniquement à appâter puis ferrer le lectorat masculin à coup de déshabillages, rougissements et gémissements importuns.
J'ai acheté les deux tomes alors je vais lire la suite (bien plus fournie en pages), mais si je m'étais procuré le premier indépendamment du second, je n'aurais sans doute pas cherché à ouvrir ce dernier.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0