Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de hisoka : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
La citadelle des ombres, Tome 1 La citadelle des ombres, Tome 1
Robin Hobb   
Un classique de la littérature fantasy.
Mais quel classique !

La réputation de ce livre n'est certes plus à faire, les commentaires sont sans cesse élogieux autour de lui, mais aurais-je pu me douter que je tenais entre les mains un tel chef-d'œuvre ?
Les deux tomes compris dans cet intégrale (je parle des tomes originaux, Assassin's Apprentice et Royal Assassin) sont donc les deux premiers de la trilogie nommée The Farseer (Les Loinvoyant), trilogie épique et tragique à l'histoire si poignante qu'elle ne peut laisser personne indifférent.
Drame et tragédie sont les mots-clefs de ce livre : l'atmosphère est résolument sombre, et cela va s'aggravant au fur et à mesure du récit ; mais le ton se veut surtout réaliste. Aussi en appelé-je aux amateurs du Trône de Fer : oh oui, vous aimerez ce livre. Ici, tous les malheurs du monde s'abattent sur le héros, qui se retrouve malmené de bout en bout de l'histoire. Mais c'est peut-être justement l'un des motifs de notre dépendance vis-à-vis de ce roman...
Car dépendance il y a, méfiez-vous ! L'écriture, très fluide et très agréable, n'y est pas pour rien. (Je dois d'ailleurs saluer l'admirable travail du traducteur, Arnaud Mousnier-Lompré.) Ecriture menée d'une main de maîtresse par Robin Hobb, chez qui se révèle un talent certain dans le développement de la psychologie de ses personnages. Et c'est là la principale qualité de ce roman, selon moi : tout au long du récit, nous sommes avec Fitz, nous ressentons ce qu'il ressent, nous partageons ses peurs et ses doutes, nous évoluons même avec lui dans ce monde de ténèbres, de déceptions et de trahisons qui l'entoure. Et croyez-moi : JAMAIS vous n'avez lu un livre comme celui-ci.
Parlons des personnages : tous plus intéressants les uns que les autres. Nous découvrons bien sûr l'univers créé par Robin Hobb à travers les yeux de FitzChevalerie, le héros ; mais les autres personnages ne sont pas en reste. Vous rencontrerez ainsi une Patience excentrique, une Kettricken courageuse, un Vérité noble et aimant, un Burrich protecteur, une Molly belle comme le jour, un Royal cruel et détestable, ou encore un Fou dont le mystère et les nombreux traits d'esprit vous interpelleront certainement.
En résumé, une très belle découverte, et un must que tout fan du genre se doit d'avoir lu.

par Eleden
L'Assassin royal, tome 9 : Les Secrets de Castelcerf L'Assassin royal, tome 9 : Les Secrets de Castelcerf
Robin Hobb   
Dans ce tome, Fitz est en proie aux doutes : dans son rôle de père face à son fils adoptif...adolescent rebelle,.. dans ses relations avec Umbre son mentor qui a changé et qu'il ne comprend plus,.. avec Devoir son prince à qui il a tant à apprendre,.. dans son amitié avec le Fou,.. plus énigmatique que jamais.

Si seulement Oeil-de-nuit était encore à ses côtés pour l'aider à porter ce fardeau.

Bien d'autres interrogations vous attendent dans ce volume charnière où les pièces sont mises en place, afin d'être assemblées dans les prochains épisodes.

Vivement le tome 10 ... Fans et lecteurs, régalez-vous !
http://booknode.com/l_assassin_royal___tome_10,_serments_et_deuils_021439

par Gambit
L'Assassin Royal, tome 10 : Serments et deuils L'Assassin Royal, tome 10 : Serments et deuils
Robin Hobb   
Dixième volume de l'épopée de Fitz.
Fantasy, Espionnage, roman médiéval, le cocktail préparé par Robin Hobb n'en finit pas de nous tenir en haleine.

Tout s'emmêle, se démêle, rebondit.

Enfin la querelle de Fitz avec le fou semble prendre bonne tournure,.. tant de questions à propos de ce dernier.

Toutes les descriptions sont merveilleuses : on s'y croirait !

Quant à l'intrigue,.. les choses avancent !

Vivement le prochain tome, où nous devrions partir vers de lointaines contrées glacées et surprenantes !

Si vous ne connaissez pas encore le cycle de l'Assassin Royal alors vous êtes chanceux, vous allez faire une belle découverte ...


par Gambit
L'Assassin Royal, tome 11 : Le dragon des glaces L'Assassin Royal, tome 11 : Le dragon des glaces
Robin Hobb   
Quelques scènes extrêmement émouvantes qui remuent le cœur des aficionados de L'Assassin Royal et dont il est hors de question que je vous parle de crainte de vous en gâcher la lecture ! Sachez seulement que ce roman s'achève sur une montée d'adrénaline qui ne vous laissera qu'une envie : vous précipiter sur le prochain volume.
L'Assassin royal, Tome 12 : L'homme noir L'Assassin royal, Tome 12 : L'homme noir
Robin Hobb   
Tout simplement Génial ! Je viens de finir le tome 12, et c'est un régal.
c'est le Fitz qu' on aime voir : combatif, fidèle, torturé par des choix à faire, déterminé et courageux.
Enfin l'action revient à tout vitesse après une certaine langueur dans les tome 10 et 11 ( bon il ne faut pas oublier que normalement dans la version originale, les tomes 10, 11 et 12 n'en forment qu'un seul!) . Le retour du mentor de Fitz est une source de doutes et de peines qui nous font mal au coeur.
Ah! le Fou...

La plume de Hobb est toujours aussi délicate et savante. Quel talent de conteur!

Bref, un moment de bonheur littéraire.



par lutin82
L'Assassin royal, tome 13 : Adieux et retrouvailles L'Assassin royal, tome 13 : Adieux et retrouvailles
Robin Hobb   
Je crois que la seule chose que je reprocherai toujours à ce tome, c'est sa fin trop abrupte qui vient comme un cheveu sur la soupe.
J'avoue également que [spoiler]ce n'était pas *ce* bonheur que je voulais pour Fitz. Bah oui, franchement, le Fou est bien mieux que sa Molly ! (rires) Elle est franchement plate à côté des autres personnages de la saga[/spoiler]
Mais sans ça, j'en garderai toujours le souvenir d'une saga magnifique. Je regrette juste de ne pas m'y être plongée plus tôt.
Les Cités des Anciens, Intégrale 1 Les Cités des Anciens, Intégrale 1
Robin Hobb   
Bon c'est Robin Hobb du coup je m'attendais obligatoirement à quelque chose de bon... Mais pas à ce que ce soit aussi bon ! Du même niveau que les aventuriers de la mer à mon goût et presque aussi bien que l'assassin royal (mais pas tout à fait quand-même, n'exagérons pas^^)

Bref, parlons du livre : les personnages sont comme toujours tellement complets, complexes et réalistes qu'ils ne peuvent pas laisser indifférents (en bien ou en mal) et qu'on s'identifie forcément à l'un d'entre eux au minimum. J'ai adoré Thymara, Leftrin, Tatou, Sylve... Et surtout Mercor dont j'ai une petite idée de quel serpent il s'agit...
J'ai aussi été heureuse de retrouver mon Parangon adoré même si ce n'était que le temps d'un chapitre.
Ensuite, l'histoire est bien sûr passionnante, même si au fond il ne se passe pas grand-chose, mis à part la mise en place du contexte et des enjeux. Je n'ai pas pu décrocher une seconde...
Quand j'ai terminé les aventuriers de la mer, j'avais trouvé qu'une suite n'était pas forcément nécessaire, mais L'histoire n'a rien de commercial et ne fait pas "rajouté" elle s'inscrit très bien dans la suite de la série et la poursuit sur une voie tout à fait logique.
Et puis j'adore la façon dont Robin Hobb imagine les dragons, les souvenirs héréditaires et tout... C'est très poétique je trouve...
Bref, je n'ai plus qu'une envie : lire la suite !
La Cité des Anciens, Intégrale 2 La Cité des Anciens, Intégrale 2
Robin Hobb   
Oh qu'est-ce que ce livre était bon ! Je suis presque triste de l'avoir terminé… Non, je l'admets platement : je suis ravagée de l'avoir terminé, d'autant plus que je n'ai plus un seul "Robin Hobb" dans ma liste de lecture actuelle.

Le première tome m'avait plu mais sans plus. Je ne retrouvais pas ce qui m'avait enchantée avec l'Assassin Royal… Par contre, cette fois-ci, j'ai vraiment voyagé. Les personnages sont de plus en plus attachants dans leur complexité et j'ai adoré sentir mon affection à leur égard varier d'un passage à l'autre du récit [spoiler](je pense en particulier à Sédric pour lequel j'avais un certain mépris…)[/spoiler].

Que dire de plus ? L'histoire se tient toujours aussi bien, l'écriture également, on est pris toujours un peu plus dans les vies de ces protagonistes à un point tel que la fiction pourrait atteindre la réalité…
Ce n'est très probablement pas le commentaire le plus objectif qui sera écrit sur cette page parce que je vénère tout simplement cet écrivain, mais j'attends définitivement la suite avec impatience, et je recommande franchement ce récit.

par MissMokka
Le fou et l'assassin Le fou et l'assassin
Robin Hobb   
Robin Hobb a encore frappé fort !

Dans cette suite de "l'assassin royal", première et deuxième époque, nous retrouvons un Fitz qui a la cinquantaine et qui a définitivement pris sa retraite des complots de Cour. Jusqu'à ce que ...

Je n'en dirais pas plus pour ne pas gâcher votre plaisir. Sachez cependant que cette suite vaut largement le détour, et que Robin Hobb ne nous déçoit pas - comme chaque fois qu'elle écrit dans l'univers des six duchés et de leur voisinage, en ce qui me concerne. C'est une auteure bourrée de talent, qui peut alterner chapitre plein d'action et description de la vie quotidienne avec le même panache, sans jamais nous perdre en route. Et une fois encore, la dernière page refermée, j'ai eu beaucoup de mal à réintégrer la réalité.

par Yomiko
Le Fou et l'Assassin, tome 2 : La Fille de l'Assassin Le Fou et l'Assassin, tome 2 : La Fille de l'Assassin
Robin Hobb   
Il s'agit de la deuxième partie du premier tome américain.

L'histoire reprend où s'était arrêtée la première partie. Les émotions sont toujours présentes et poignantes : on sent la solitude de Fitz suite à la mort de Molly, et les nombreuses difficultés qu'il rencontre pour éduquer sa fille. Ses choix sont souvent grinçants, mais correspondent tellement au personnage... La cohérence entre sa façon particulière d'élever Abeille et son caractère à la fois secret, maladroit et confiant envers sa deuxième fille est remarquable, et donne lieu à des situations complexes. Fitz se retrouve à devoir osciller entre les invités de Flétribois dont il doit veiller à la sécurité et gérer les caprices, ses devoirs de maitre du domaine à assumer, et Abeille, qui tente tant bien que mal de trouver sa place au milieu de ce chamboulement.

Dans la première partie, nous avions eu deux chapitres du point de vue d'Abeille. Dans ce deuxième tome français, la moitié des chapitres le sont, en alternance, la plupart du temps, avec ceux du point de vue de Fitz. On ressent donc très rapidement l'importance de la fillette dans l'histoire, et les interrogations à son sujet se renforcent, notamment : [spoiler]ne serait-elle pas un prophète blanc ?[/spoiler] Ce doute, je l'avais déjà eu dans la première partie, mais les événements avec Abeille ne permettent plus de douter, et la fin du livre encore moins.

L'un des moments forts de ce livre est, incontestablement pour moi,[spoiler] la rencontre de Fitz avec le Fou. Durant les deux volumes (français), un accent est mis sur le vide ressenti par notre héros causé par l'absence de nouvelles de son ami d'enfance. L'émoi est grand quand Fitz réalise qui est le mendiant qu'il a poignardé. [/spoiler]

J'ai découvert L’Assassin Royal il y a exactement dix ans (puisque c'était en avril 2005...), et depuis Fitz est mon personnage préféré, tous genres confondus. Je ne peux que le renforcer dans sa place après la lecture de ce tome, tant j'y retrouve tout ce qui fait son charme à mes yeux : ses hésitations, son pessimisme facile, son amour sans limites pour ses proches, son intelligence fine, sa si touchante maladresse.

Dans cette deuxième partie française, il est deux éléments qui m'ont beaucoup déplus : les première et quatrième de couverture. L'illustration est un photomontage, ce que je trouve tellement dommage pour un roman d'une telle ampleur. Alors que TOUS les tomes de chez Pygmalion relatant les aventures de Fitz ont des illustrations à tomber par terre (dessins, techniques graphiques...), celle de la première partie en pôle position, nous avons droit pour ce livre à une technique qui, pour moi, ne met pas du tout le livre en avant. Mais le pire, c'est la quatrième de couverture. Habituellement, elle est ici pour donner envie de lire, donc de lancer l'intrigue, ou de la poursuivre. Hélas, celle-ci dévoile l'élément, l'événement qui retourne les tripes et fait chavirer le cœur. J'avais été prévenue que la quatrième était très spoilante et révélait la fin, donc je l'ai lue une fois le livre fini. Bien m'en a pris. C'est une véritable honte de dévoiler tant dans une accroche ! Je ne peux pas croire que ce soit du travail de professionnel.

Pour ceux qui n'ont pas encore eu ce livre entre leurs mains et qui souhaiteraient le lire, ne lisez pas la quatrième de couverture ! C'est un conseil que j'ai déjà lu plusieurs fois mais qui ne saurait trop apparaitre au vu du massacre occasionné.

Sinon, c'est toujours un bonheur de retrouver Fitz, et je m'émerveille de la créativité de Robin Hobb qui a su trouver une intrigue nouvelle pour sa nouvelle trilogie ; rien n'est redondant, tout est captivant.