Livres
487 245
Membres
478 049

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Millina 2019-05-01T23:13:15+02:00

Ces marques indélébiles ont toutes une histoire. Elles sont des leçons de vie, des actes d’espoir, des cris de victoire. Je les vois, ces prénoms défiler, cette liste qui s’étale de plus en plus, entrelacée par des fleurs de lotus, des voûtes célestes et des rythmes cardiaques.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Millina 2019-04-07T20:59:36+02:00

Elle se demande si c’est vrai, si ce grand mec au corps bariolé et aux yeux rougis est le même que celui qui alignait les canettes de bière sans jamais les boire. Pour mettre un terme à ses tourments, je me penche, récupère mon sac dans lequel j’ai toujours un mini stock que je récupère du taf et en extrais la boîte métallique. Si elle m’a oublié, moi, elle ne peut pas avoir effacé de son esprit ces mots que je lui répétais inlassablement.

J’ouvre la canette d’un geste précis sous sa mine scandalisée par mon aplomb. Le temps s’étire de chaque côté d’une ligne définie par les carcans de la réalité, nous nous fixons comme des inconnus que nous ne sommes pas. La blouse blanche et le toxico…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Millina 2019-04-07T19:03:29+02:00

J’étais loin d’imaginer que pour s’offrir un modèle en acajou ou dans un bois plus noble, il faudrait laisser une liasse ou vendre un poumon. Mes organes n’étant pas ce qu’ils sont, le choix a été vite fait. Idem pour les fleurs ou la musique. Plus on ajoute d’options et plus on allonge la monnaie. Pour crever décemment, il ne faut pas être pauvre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2020-02-10T19:18:33+01:00

Chapitre 3:

Connor

« … Des pas se rapprochent, suivis d’une main qui écarte le voile blanc. Deux billes chocolat font leur apparition et font trébucher mon cœur dans ma poitrine.

Birdy.

Elle porte une combinaison bleue et sa chevelure est relevée au sommet de sa tête, dévoilant sa nuque fine et délicate.

L’adolescente prépubère a cédé la place à une femme.

Une femme dont le regard se promène sur me abdos, remonte sur mon torse pour suivre les lignes sombres qui courent le long de ma peau. Je m’en suis pas certain, mais je crois entendre un halètement s’échapper de ses lèvres.

J’aime ça… J’aime qu’elle soit troublée par ma présence.

Elle se racle la gorge et cligne plusieurs fois des cils pour reprendre une contenance.

— Bon. Euh… Je m’appelle Hope Black et je suis l’interne qui va s’occuper de vous.

Je connais déjà ton nom, bébé…

En revanche, se rappelle-t-elle le mien ?»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2020-02-10T19:18:09+01:00

Prologue :

Hope

Quatre années après la greffe

« … Je le contemple, il ne se détourne pas. Et puis, comme si nous nous connaissions depuis toujours, je prends appui contre lui et contemple la vie sous nos pieds, les voitures qui défilent, les lumières des habitations. L’effet de ce panorama est instantané et un petit rictus se dessine au coin de mes lèvres.

— Pourquoi tu souris ?

Suspicieux, il me regarde du coin de l’œil.

— Parce que j’ai hâte d’être demain.

Et c’est la stricte vérité. Ne plus sentir l’odeur du désinfectant, devoir dormir dans des draps qui ne sont pas les miens et supporter les pas traînants des infirmières dans le couloir…

Alors que chez moi, tout est différent. Et ma vie peut reprendre son cours. Lui, contrairement à moi, se renferme, et sa tête rentre dans ses épaules. Il me fait penser à une tortue cachée dans sa carapace. Ses coudes sur la rambarde, il soupire.

— Et toi, pourquoi tu fais la tronche ?

Plus grand que moi, adolescent au look rebelle, au pantalon noir déchiré aux genoux, à la gourmette autour de son poignet, l’odeur de gel qui se dégage de ses cheveux, tout nous oppose, sauf l’essentiel. Nous sommes ici tous les deux.

— Parce que je n’aime pas penser au lendemain.

Je ne comprends pas sa réponse. J’adore penser à toutes les nouvelles choses que je pourrais faire, à ce que je vais découvrir. Everly aime mon trop-plein d’énergie, elle dit que je suis shootée à la positivité.

Sa réplique me fait un pincement au creux du ventre.

— Il y a quoi demain ? me questionne-t-il, du bout des lèvres.

— Je rentre chez moi ! Et toi ?

Avoir la date de sortie de l’hôpital est un but important ici.

— Je n’ai pas de chez moi.

Cette fois, sa voix n’a pas dérapé, et seules les notes rauques se sont fait entendre, gravant cette phrase dans mon âme. Interdite, je ne sais plus quoi dire.

… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par sapho 2019-03-22T09:14:40+01:00

Le temps s'étire de chaque côté d'une ligne définie par les carcans de la réalité, nous nous fixons comme des inconnus que nous ne sommes pas. La blouse blanche et le toxico ...

Afficher en entier
Extrait ajouté par sapho 2019-03-22T09:14:31+01:00

Je consacre donc le temps qu'il me reste à vivre, à bosser, dans l'unique but de ne pas précipiter ma mort trop vite.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode