Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de HopeandBooks : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Les Clans Seekers, Tome 1 Les Clans Seekers, Tome 1
Arwen Elys Dayton   
https://aliceneverland.wordpress.com/2015/09/20/les-clans-seekers-tome-1-arwen-elys-dayton/

J’ai très, très vite craqué devant ce livre à la couverture magnifique. Pourtant, j’avais du mal à percevoir sur quoi il allait véritablement porter. Bien que j’avais compris la portée fantastique du roman, le résumé était assez flou et ne présentait pas tellement l’univers que l’on y rencontre. C’était donc une véritable plongée en aveugle, et je n’ai pas du tout réfléchi à deux fois avant de me lancer.

Mais la prise en main du texte s’est révélée être assez laborieuse. J’ai eu beaucoup, beaucoup de mal à comprendre dans quoi nous étions. Si le côté fantastique se fait très vite ressentir, l’auteur nous plonge directement dans l’action avec un vocabulaire spécifique. Pas de rappels, pas d’envolées lyriques ou de descriptions pour nous expliquer dans quoi nous débarquons, et cela m’a assez refroidie au début. J‘étais tout simplement perdue, et j’ai du à plusieurs reprises interrompre ma lecture tant j’avais l’impression de ne rien comprendre. On aurait cru que l’auteur prenait son univers pour acquis tout en oubliant de l’expliquer à son lecteur, comme s’il manquait une préquelle à l’histoire. Je ne savais même pas dans quelle « époque » nous nous trouvions, ni ce qu’était concrètement un Seeker alors que nous débarquions en plein dans leur entrainement… Une écriture assez déroutante pour ma part qu’il m’a fallut assez longuement apprivoiser.

J’ai tout de même persévéré, parce que le peu que j’avais saisi du récit me plaisait tout de même. Et puis, petit à petit, j’ai réussi à comprendre les enjeux de l’histoire. Arwen Elys Dayton exploite son univers fantastique au maximum. Entre jeux de pouvoir, guerre de clans, dimensions spatio-temporelles, envers du décor… Le lecteur en prend plein les mirettes de la première à la dernière page.

Les clans Seeker, c’est un premier tome où vérité et mensonge se côtoient à n’en plus finir. Dès le début, ce que l’on croit être une vérité se révèle n’être qu’une affreuse mascarade. Mais surtout, très vite, on ne sait même plus à qui se fier. Le peu de certitudes que l’on possède fond comme neige au soleil. Arwen Elys Dayton joue avec nous, elle nous balade dans cet univers fantastique qu’elle a créé, mais elle prend aussi plaisir à nous retourner le cerveau et à nous faire perdre nos repères. Je suis allée ainsi de surprises en découvertes, beaucoup de révélations m’ont complètement prises au dépourvu, tant et si bien qu’au bout d’un moment j’étais incapable de prédire comment ce premier tome pouvait se terminer. Des retournements de situations magnifiquement réalisés qui m’ont bien fait tourner la tête…!

J’ai retrouvé cette incertitude jusque dans les personnages principaux. On ne sait plus trop là non plus à qui se fier. Quin parait assez naïve, John à l’inverse bien trop sûr de lui, et Shinobu reste trop souvent en retrait. Quant à Maud, plutôt effacée, il est difficile de la comprendre. Pourtant, ces ressentis initiaux vont petits à petits s’altérer tandis que les protagonistes découvrent en même temps que nous le monde dans lequel ils vont dorénavant évoluer. Arwen Elys Dayton a su parfaitement différencier cet « avant » de l’ « après », ce qui renforce encore ce sentiment qui nous rend sûr de rien.

Pour conclure : malgré une prise en main délicate, Les Clans Seeker se révèle être une belle découverte fantastique. Malgré tout, je regrette que la plume de l’auteur ainsi que son univers soient si difficiles à apprivoiser, ce qui risque d’en rebuter quelques-uns. Pour ma part, alors que je déteste cela, j’aurais bien apprécier quelques descriptions au début du récit avant de me lancer dans l’aventure, afin de mieux comprendre de quoi il était question. Pourtant, l’histoire vaut la peine de s’accrocher, car elle recèle un récit qui ne va qu’en s’améliorant. Sachant dorénavant à quoi m’attendre, je me fais beaucoup moins de soucis pour la suite.

par Kesciana
Paranoïa, Tome 1 Paranoïa, Tome 1
Melissa Bellevigne   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2016/03/28/paranoia-melissa-bellevigne/

Paranoïa nous entraîne d’abord dans la vie de Lisa, psychiatre de renommée, appelée en dernier recours pour une patiente compliquée : Judy. Cette jeune femme ne parle à personne et semble voir un homme que personne ne voit et on confie à Lisa sa prise en charge. Petit à petit, Judy va prendre confiance et s’ouvrir à Lisa en lui livrant son histoire, ou en tout cas son délire.

Les personnages sont intéressants mais j’ai trouvé qu’il y en avait très peu. On est immiscé au coeur d’un groupe restreint. Le récit est raconté avec un changement continuel des points de vue entre Lisa et Judy majoritairement. J’ai trouvé ça très bien fait. Cela permet à l’auteure de nous emmener là où elle le souhaite au moment où elle le souhaite. On ne vit pas le récit de Judy dans sa chambre de psychiatrie. On est en dehors, au moment où elle le vit et c’est beaucoup mieux !
Malheureusement, j’ai trouvé que les personnages n’étaient pas assez exploités : on reste vraiment en surface de leur personnalité. Leurs sentiments sont expliqués directement, superficiels et souvent trop exagérés donc peu crédibles à mon avis.
Une romance arrive en plein milieu du récit sans qu’elle n’ait vraiment été annoncée, sans qu’il y ait réellement de signes avant-coureurs et cela m’a déconcerté. J’ai eu l’impression que c’était posé là, au milieu, parce que l’auteure en avait besoin à ce moment-là et pas à un autre mais ce passage de l’objet détesté à l’objet adoré, l’amour de sa vie est vraiment trop brutal. Le lecteur en est décontenancé.

Côté intrigue, l’idée était vraiment bonne. L’histoire semblait mêler la psychiatrie et le paranormal dans un doute perpétuel… Cependant, j’ai trouvé l’intrigue trop peu développée. Il y a clairement de bons éléments mais, encore une fois pas assez travaillés à mon goût. On ne va pas en profondeur, on ne va pas jusqu’au bout des choses.

De plus, pour ceux qui ne le savent pas, je suis interne en psychiatrie. Et ma formation m’a totalement empêché d’apprécier ma lecture. Je n’ai pas réussi à entrer dans l’histoire à cause de l’aspect psy de celle-ci que j’ai trouvé très maladroit. On voit qu’il y a eu peu de recherches sur la question. On reste dans les idées populaires. Les termes psychiatriques ne sont pas utilisés correctement et pourtant, si leur définition avait été connue de l’auteure, leur usage aurait été clairement adapté dans ce récit où l’on oscille entre folie et paranormal. J’ai trouvé que ces termes étaient balancés de temps à autre pour rappeler qu’on parlait un peu de psychiatrie mais en n’en saisissant pas vraiment le sens. Le sujet principal n’est pas maîtrisé et je pense que s’il l’avait été, cela aurait pu magnifier le roman.
On nous fait miroiter une jeune fille en plein délire de persécution avec le mot « Paranoïa » et pourtant il n’en est rien. Oui, elle est persécutée dans son délire par plusieurs personnes (au nombre de 2…) mais un vrai paranoïaque est persécuté par toutes les personnes qui l’entourent et ne fait vraiment confiance à personne. Et encore, cela n’est qu’un exemple parmi d’autres.

L’histoire de Lisa, la psychiatre, est vraiment très intéressante. Cependant, elle est mise au second plan et là encore, j’ai eu l’impression qu’on n’allait pas jusqu’au bout des choses. Son récit n’est pas trop mal intégré à l’histoire en elle-même mais j’ai trouvé que ça se surajoutait comme quelque chose » en plus » et pas assez abouti.
Le déroulement et la fin restent très prévisibles. Il n’y a aucune surprise. J’ai trouvé que la fin arrivait trop tôt. Le roman se termine à un moment clé attendu depuis le début par Lisa et il manque, selon moi, la conclusion.
L’auteure laisse un peu de doute au lecteur, oscillant toujours entre le paranormal et la psychiatrie, mais Lisa explique en quoi ses troubles peuvent en effet être plutôt psychiatriques. D’ailleurs, j’ai trouvé la phrase sur la couverture en trop « L’autre est la seule à la croire » . Lisa ne croit pas Judy, à aucun moment. Elle fait seulement son travail de psychiatre qui est d’écouter les patients expliquer leur délire et en tirer des conclusions internes sur la façon de la prendre en charge. Elle ne croit pas en son délire, elle lui donne juste suffisamment confiance pour qu’elle se livre…

En conclusion, ce livre était plein de bonnes idées à l’état brut. Le résumé et la couverture m’avait clairement donné envie ! Malheureusement, je n’ai pas été séduite car l’histoire est, à mon sens, trop peu développée. Le sujet dominant, l’aspect psychiatrique n’a pas bénéficié d’assez de recherches pour tenir la route et en étant interne en psychiatrie, cela m’a empêché d’entrer vraiment dans l’histoire.
Cependant, je pense que si vous n’y connaissez strictement rien dans cette discipline, ce roman peut tout à fait vous plaire. Les personnages sont attachants, le changement perpétuel de point de vue est intéressant et la frontière entre le délire et le paranormal est assez mince pour en faire douter plus d’un ! N’hésitez donc pas à vous lancer et à vous faire votre propre idée ! :)

par Mayumi
Effacée Effacée
Teri Terry   
J'avais commencé par lire un extrait gratuit de ce roman, et quand je l'avais fini, mes premiers mots avaient été: "Je veux le lire en entier".
Je ne m'étais pas trompée, ce livre m'a plut, pour moi, ce n'était pas une dystopie comme les autres, elle est différente.

Pourquoi? Et bien, pour plusieurs raisons:

- Déjà, il n'y a pas de triangle amoureux, et l'histoire d'amour ne prend pas toute la place dans le roman, elle reste un des éléments principaux sans étouffer le reste.

- Les personnages sont plus vrais que nature. Avec un coup de cœur pour Phoebe, M Gianelli et la mère de Kyla, dont les personnalités sont attachantes et admirables.

- Alors que d'autres auteurs auraient sans doute voulu nous faire détester le Dr Lysander, ici, ce n'est pas le cas. Elle est humaine et on n'arrive pas à la cerner.

- Tous les éléments s'emboitent les uns dans les autres sans problèmes. Rien n'est laissé au hasard, aucun personnage n'est placé à un endroit sans signification, tout est pensé pour la scène qui va ensuite se dérouler.

- Le fonctionnement de la société. Du nouveau! Une très bonne idée, avec, certes, une révolution qui se dessine dans les prochains tomes comme dans toute dystopie, mais un fond de toile différent.

- Et pour terminer, le don de Kyla. Ses dessins, sa main gauche. A la fin, nous sommes toujours en suspense concernant ce point...

En bref, un roman qui se lit d'une traite, doté de personnages agréables et véridiques, on ne s'ennuie pas une seconde et l'on ne peut s'empêcher de réfléchir en même de temps que Kyla, posant parfois le livre pour tenter de comprendre certaines choses.
J'attends la suite avec impatience, en espérant qu'elle ne sortira pas dans trop longtemps.

par Jay117
Les Messagers des Vents, tome 1 Les Messagers des Vents, tome 1
Clélie Avit   
Juste un seul mot, époustouflant !
Sincèrement, j'ai été agréablement surprise par ma lecture et je ne me remets toujours pas de ce tome !

Eriana est une jeune femme toujours en perpétuel mouvement, elle doit se cacher en raison de ses cheveux bleus et de son collier qui montrent qu'elle n'appartient pas au peuple de la Na-Friyie. En effet, ceux-là capturent les Friyens en échange d'une récompense pour leur particularité.
Eriana, qui est un jour découvert, essaye de s'enfuir le plus loin possible. C'est un jour qu'elle rencontre des personnes qui ont la même spécificité qu'elle, et qui étaient justement à sa recherche en raison d'une prophétie dont elle serait une des dix prétendantes.
À partir de ce moment, elle va découvrir qu'elle possède un pouvoir dont elle n'a aucunement conscience jusqu'à présent, et va essayer d'apprendre à l'utiliser tout en découvrant tout ce qui l'entoure.

Dès les premières pages du livre, j'ai senti que ce serait un coup de cœur, l'auteure a su me captiver dès l'instant où j'ai ouvert le livre, par son univers tellement original que j'aurais aimé y vivre !
L'écriture est fluide et très agréable à lire, l'intrigue est vraiment prenante, pendant toute ma lecture, je voulais toujours en savoir plus jusqu'à finir le livre et encore, je veux absolument lire la suite !

Tout s'enchaîne magnifiquement bien, l'histoire, la rencontre des personnages, les différents points de vue qui sont placés justement au bon moment pour nous faire anticiper la suite de l'histoire, ainsi que de mieux la comprendre, tout autant à travers les principaux personnages que ceux qui s'opposent à eux dans cette histoire.
La description des lieux est tout simplement merveilleuse, on se représente parfaitement les endroits, toute cette histoire autour de la prophétie est vraiment intéressante et on en apprend toujours un peu plus dessus au fur et à mesure du roman.
J'ai trouvé ce premier tome vraiment complet, il y a beaucoup d'informations très développés, l'auteure a su parfaitement le dosé pour qu'on ne soit pas perdu dans l'histoire.

Je me suis attachée aux personnages dès le début, Eriana est une femme forte, courageuse, téméraire et intelligente, ce n'est pas un personnage qu'on pourrait rencontrer dans beaucoup de roman et c'est pour cela que je l'ai énormément apprécié !
Setrian qui a tout autant les qualités que possède Eriana, est aussi doux et protecteur, surtout envers elle, ce qui est très touchant.
Malgré qu'ils soient soudés et que chacun porte une grande confiance en l'autre, ils sont manifestement inconscients de leurs propres sentiments, alors que tous les autres le sont pleinement ! En effet, nous-même, lecteurs, sommes conscient pendant l'évolution de leur relation tout au long du roman.
Les autres personnages sont tout aussi géniaux, comme la famille de Setrian qu'on rencontre dès le début, ils sont gentils et acceptent Eriana comme un membre de leur famille, et bien sûr, j'ai aimé Jaedrin, l'ami de Setrian, dès son apparition, il est amusant et vraiment sympathique.
Quant à Gabrielle, l'amie d'Eriana, mais aussi une autre prétendante de la prophétie, est douce et charmante, j'ai beaucoup aimé l'amitié qui s'est créée entre elles dès leur rencontre !
Bien évidemment, j'ai apprécié tous les personnages sans conteste pour toutes les qualités présentes chez eux, et même les personnages étant leurs ennemis pour je ne sais quelles raisons !

Ce livre, ainsi que la plume de l'auteure est une magnifique découverte et j'attends de lire la suite avec une grande impatience !

par Sobooks