Livres
447 489
Membres
388 129

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Anna19 2016-10-27T14:02:11+02:00

Je me suis traînée jusqu'à mon lit, à bout de fatigue. Ma nuit fut hantée de cauchemars, j'entendais Hortense dire que je n'étais pas sa mère, que son père était un héros, qu'elle ne voulait pas de moi, l'étrangère qui l'avait abandonnée. Elle me traitait de vieille folle. Elle répétait qu'elle ne m'aimait pas et ne m'aimerait jamais.

Quand, les orbites vides, elle m'a demandé pourquoi je l'avais égorgée, je me suis réveillée trempée de sueur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par keisha50 2019-02-02T11:05:47+01:00

Je ne la pensais pas menteuse. Secrète, oui. Cachottière, peut-être. Mais pas menteuse.....

Pourtant, elle m'a Salma menti, j'en ai la conviction.

Afficher en entier
Extrait ajouté par vivie10 2019-01-28T17:31:23+01:00

"Je n'vais d'yeux que pour lui. Menteur, manipulateur, parasite, imposteur, je ne voyais rien de tout cela."

Afficher en entier
Extrait ajouté par vivie10 2019-01-28T17:28:49+01:00

"J'étais convaincu qu'il s'était laissé embobiner par ce salaud, qui savait si bien y faire."

Afficher en entier
Extrait ajouté par vivie10 2019-01-28T17:24:44+01:00

"Cet homme ne vit que par la souffrance des autres, voilà ce que je pense, et a besoin de les voir détruits."

Afficher en entier
Extrait ajouté par TommyRollrbox 2018-09-01T07:18:20+02:00

Déposition de M. Bernard Dupouy du 25 juin 2015. Extrait du procès-verbal.

 

Nous, Frédéric Soussin, lieutenant de police, officier de police judiciaire, en fonction à la Brigade criminelle de Paris 75001, constatons que se présente devant nous Bernard Dupouy, le 25 juin 2015 à 14 heures.

 

Je me nomme Bernard Dupouy. Je suis né le 28 mars 1930 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), commissaire de police à la retraite, habitant 186 rue Pasteur à Bordeaux (33200). J’ai été en charge pendant trois ans de l’enquête sur la disparition d’Hortense Delalande, née à Paris le 7 mai 1990 et enlevée au domicile de sa mère, 42 bis rue des Martyrs (75009 Paris) le jeudi 11 mars 1993. […]

J’ai à l’époque recueilli le premier témoignage de Sophie Delalande à son domicile dans la nuit du 11 mars, quelques heures après l’enlèvement de sa fille. […]

Mme Delalande était en état de choc, très éprouvée par la violence des événements survenus. Malgré son état, elle a refusé d’être conduite à l’hôpital tant que nous n’avions pas enregistré sa déposition et nous a rapporté un récit rationnel et précis des faits. Elle a désigné sans hésitation l’auteur des faits et nous a livré sans aucune confusion toutes les informations en sa possession à son sujet.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Anna19 2016-10-27T14:01:54+02:00

Son anniversaire était une telle joie, et une si belle occasion de la couvrir de cadeaux que, depuis sa naissance, je le fêtais deux fois par an. Tous les six mois ! Je sais, ça peut sembler incongru ou exagéré, mais j'avais tant besoin de montrer mon amour à mon enfant chérie !

Comme de coutume, nous serions seules, toutes les deux, pour cette occasion.

Mais franchement, de qui aurions-nous pu avoir besoin pour être parfaitement heureuses et profiter au maximum de cette journée ?

De personne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Edith972 2016-06-16T02:59:34+02:00

Quand elle l’a perdue, ça a été un choc terrible pour nous tous. Nous l’avons soutenue du mieux que nous pouvions. Mais elle s’est détachée de nous petit à petit. Comme si elle refusait notre aide, il m’est impossible d’expliquer pourquoi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Edith972 2016-06-16T02:58:27+02:00

La naissance de sa fille l’avait transfigurée. Elle s’était à nouveau rapprochée de la famille. Elle était tellement fière d’être maman, on avait l’impression qu’elle n’en revenait pas elle-même de cette chance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Edith972 2016-06-16T02:54:54+02:00

Je me souviens qu’au moment d’être prise en charge par le Samu, elle a fondu en larmes. Elle m’a supplié de retrouver sa petite fille, elle ne cessait de répéter que cette enfant était sa seule raison de vivre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode