Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de hortensia : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Quatre filles et un jean Quatre filles et un jean
Ann Brashares   
Contrairement à ce qu'on pourrait croire, cette série n'est pas le plat et mièvre récit des histoires de coeurs de quatre ados. Non, c'est bien plus profond et intéressant que ça, et c'est pourquoi ce livre a de quoi plaire à la fois aux amateurs (bon d'accord, peut-être plus amatrices, mais pas que) d'histoire d'amour et aux autres. Tous les personnages qu'on découvre ont leur caractère, ce qui les rend très attachants et réalistes, et c'est un vrai plaisir de les voir se confronter pour évoluer.

Se lit sans faim !
La table citron La table citron
Julian Barnes   
C'était son congé annuel.
Ses deux jours de permission. Il s'était fait couper les cheveux comme d'hab, avait fait nettoyer son blazer comme d'hab. Il était un homme ordonné, avec des désirs et des plaisirs ordonnés. Même si ces plaisirs n'étaient plus aussi intenses qu'ils l'avaient été. Différents, disons. En vieillissant vous ne teniez plus aussi bien l'alcool... Alors vous buviez moins, appréciiez mieux la chose... Et même chose avec Babs - comme il se souvenait de cette première fois avec elle, il y avait déjà tant d'années...
Chez les Chinois, le citron symbolise la vieillesse et la mort. La table citron étant celle autour de laquelle on vient en parler, tous pourraient donc s'y asseoir. Sinistre ? Pas du tout. Dans les onze nouvelles ciselées qui composent ce livre, Julian Rames joue sur différents registres, du plus cruel au plus tendre. Il y a du Tchekhov dans ces pages-là - la délicatesse, la retenue - et du Gogol - la dérision, le trait à l'emporte-pièce.
Plus un humour inimitable.

par saltanis
Le Quidditch à travers les âges Le Quidditch à travers les âges
Joanne Kathleen Rowling    Kennilworthy Whisp   
Un livre a conseiller uniquement pour les mordus d'Harry potter. Pour en apprendre beaucoup plus sur le sport préféré de nos amis les sorciers. C'est assez drôle. C'est court, moins de 100 pages. Mais puisque les fonds seront remis à une bonne cause, pourquoi sans privé ?

par saltanis
Et après... Et après...
Guillaume Musso   
Je l'ai lu après plusieurs autres livres de Musso et j'ai eu l'impression que celui-ci était un croisement entre tous, même s'il n'est ni le premier, ni le dernier à avoir été écrit. En tout cas, comme j'aime, j'en redemande et je conseille ce roman à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu. Nathan était un personnage très attachant, Mallory, Bonnie et même Jeffrey aussi. Un peu de surnaturel, tout en restant réaliste, et une histoire d'amour très belle, sur fond d'histoire triste. Un bon Musso, à lire.
L'assassin qui rêvait d'une place au paradis L'assassin qui rêvait d'une place au paradis
Jonas Jonasson   
https://lamouchequilouche.wordpress.com/2016/02/27/lassassin-qui-revait-dune-place-au-paradis-jonas-jonasson/

Jonas Jonasson. J’en avais tant entendu parlé ! Par un ancien camarade de classe, par une pionne de mon lycée… Lorsque l’on me l’a proposé, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion pour le lire, voulant ainsi assouvir ma curiosité et ainsi me forger mon propre avis. Je remercie alors les éditions Presse de la Cité pour ce service-presse.

En fait, je suis déçue. Terriblement déçue. On m’avait parlé en bien de ce Monsieur ! Une écriture à tordre de rire, un humour tordant. C’est ce que l’on m’avait dit. Mais je n’ai pas trouvé la plume de Jonas Jonasson drôle. Elle ne m’a pas touché, elle m’a encore moins parlé. J’avais eu ce même problème face aux écrits d’Arto Paasalina. Le style est vif, simple, assez épuré. L’humour comme l’écriture y est pince sans rire, mais bien trop distant pour que j’arrive à m’y faire. L’écriture en générale m’a dérangé, pas forcément uniquement le style de l’auteur. Certaines lignes de dialogues, même si elles font avancer l’intrigue, m’ont parues terriblement longues, alors que ce n’est pas forcément le cas. Il y a cette impression de longueur qui suintent tout le long du livre, et c’est pas agréable du tout pour le lecteur. J’ai parc contre beaucoup apprécié le point de vue, alternant entre plusieurs personnages. Nous avons ainsi une vision de l’action plus grande et plus ouverte.

En soi, l’intrigue est bien préparée que quoi assez prévisibles. Certaines actions se ressemblent, mais l’auteur joue avec très bien. Jonas Jonasson apprécie énormément les scènes absurdes, il les décrit bien et les chutes laissent souvent surpris le lecteur. L’univers et le thème développé dans ce roman m’est inconnu. Le seul roman que j’ai lu et qui touche l’univers carcéral est Mon Père est Américain, que j’avais vraiment adoré. L’assassin qui rêvait d’une place au Paradis parle de repentance – alors que Mon père est Américain parle de familles. Ces thèmes sont proches, mais ils sont bien mieux abordés dans ce dernier. Jonas Jonasson nous a fait du crime un univers cliché, avec de gros bras, d’actions énormes. Ses criminels sont soit très intelligent soit complètement débile. Nous avons les deux extrêmes, mais rarement une juste normalité. Sûrement pour entraîner le rire du lecteur, mais malheureusement pas le mien.
Dédé, notre assassin, est du côté des garçons un peu benêt. Il n’en est pas attachant. Personne de ce livre n’a su être attachant. M’en voilà doublement déçue. Même Per, qui avait pourtant un certain potentiel ! Ce personnage, je l’ai trouvé bâclé. Trop lisse pour ne pas faire de l’ombre à Johanna, notre prêtre.

Oh oui, je n’ai vraiment pas apprécié cette lecture ! Pour tout vous dire, j’ai lu ces à peine quatre cents pages (écrits gros, en plus) en deux bonnes grosses semaines. Ça veut tout dire, pour une littévore comme moi. Ainsi, je vous conseillerais tout simplement de passer votre chemin (et de vous penchez un peu plus sur Mon père est Américain, soit dit en passant).
Maman a tort Maman a tort
Michel Bussi   
Monsieur Bussi écrivez, écrivez et continuez de nous enchanter avec vos romans. Quelle imagination !!!!! Un pur régal, on va de rebondissement en rebondissement et on tourne les pages ou le bouton de la tablette avec avidité... Merci pour ces bons moments de lecture. "N'oublier jamais" que si "Maman a tort" et qu'elle "Ne lâche pas ma main", je prendrai "Un avion sans elle" car j'ai du "Sang famille" et avec mes "Nymphéas noirs" je n'irai pas "Mourir sur Seine". Je l'ai toujours dit "T'en souviens-tu mon Anaïs ?"

par coucougi
La Meilleure d'entre nous La Meilleure d'entre nous
Sarah Vaughan   
Boulimique ou au régime s'abstenir ! On parle de nourriture à toutes les pages, et on prend 3kg rien qu'à le lire ! Hahahahaha

C'est un livre pour les vacances racontant les péripéties de 4 femmes et 1 homme autour d'un concours de pâtisserie.
Et il y a un 6ème personne Kathlenn Eaden sans qui ce concours n'aurait pas lieu.

Il se lit plutôt bien, (les passages de recettes à n'en plus finir sont un peu trop longues pour moi!). L'écriture est fluide et l'histoire tient tout de même en haleine pour aller jusqu'à la fin.
Pourquoi cuisinons-nous, pour oublier, pour nourrir un vide, pour panser nos blessures ?

par Bibounine
Dernier été à Mayfair Dernier été à Mayfair
Theresa Révay   
J'ai juste adoré cette lecture ! On suit une la famille anglais Rotherfield de 1911 à 1914. L'écriture de Thérésa Révay est fluide. Elle décrit a merveille les événements de la grande guerre, et les personnages ont tous l'air réel tant leurs émotions sont justes. On suit leur évolution tout au long du conflit et on se demande ce qu'on aurait fait à leur place. On apprend aussi énormément de chose sur cette période, autant au niveau des soldats, qu'au niveau du rôle des femmes. au début de l'histoire on a un peu la même ambiance que dans Downton Abbey, et j'ai aimé retrouver cela. C'est vraiment un livre à lire !

par Con-fused
En compagnie de Mrs Dalloway En compagnie de Mrs Dalloway
Virginia Woolf   
https://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2018/06/en-compagnie-de-mrs-dalloway-de.html

Je découvre enfin cette autrice dont j'ai entendu beaucoup parlé. Il s'agit d'un court recueil de nouvelles qui ont pour point commun la réception de Mrs Dalloway. La première novuelle la concerne d'ailleurs. Je n'ai pas compris l'intérêt de celle-ci si ce n'est de découvrir cette femme qui va être plus ou moins à l'origine des suivantes.


On suit une femme qui va avoir honte de sa robe, deux personnes se rencontrant finissant par se détester, une femme timide et solitaire accompagné d'un homme qui va comprendre malgré elle certaines choses et encore une autre que j'ai oublié. Toutes ces nouvelles ont un point commun : les pensées réelles de ces personnages. Tous ont montrent un visage qui n'est pas le leur. On va suivre leur pensée et leur doute au fil de ces nouvelles.


J'ai beaucoup aimé ces textes qui montrent que peu importe le statut social, on a tous nos faiblesses. Je pense que j'essaierai de lire un roman de cette autrice espérant que ce soit aussi bien écrit et aussi profond.
Atomes crochus Atomes crochus
David S. Khara   
http://saginlibrio.over-blog.com/2017/03/atomes-crochus-de-david-khara.html
Je découvre David Khara au travers de ce livre afin de pouvoir le rencontrer au Salon du Livre de Rennes le samedi 18 mars 2017.

Je ne suis pas vraiment rentrée dans l’histoire : deux êtres que tout oppose vont rater leur avion qui explosera en vol 2mn après le décollage. Lui, Enzo est un repris de justice en col blanc, Janet rentrait avec ses collègues sur le Vieux continent.
Des tueurs vont essayer de leur faire la peau : mais que cache Enzo pour qu’ils s’acharnent sur eux ? Janet ne devra la vie sauve qu’aux réflexes d’Enzo.

L’auteur mène de front plusieurs personnages en prenant le soin de nous les présenter au fur et à mesure, afin que nous les connaissions bien, que nous puissions nous faire une idée assez proche de leur réalité. Outre Janet et Enzo, qui sont le fil rouge de cette histoire, Andrew l’agent du FBI, ancien ami d’Enzo dont petit à petit nous comprendrons le fonctionnement et son attitude face à la tromperie de son « frère ». Des sentiments contraires l’animent, jusqu’à l’obsession.
Les tueurs seront également soumis à notre appréciation, nous apprendrons à les connaitre, avec leur inflexibilité mais aussi leurs codes. Le Commanditaire restera quelque peu dans l’ombre mais sera également dévoilé dans son intimité et dans sa manière d’être dans son quotidien professionnel, à la hauteur de ce que l’on peut attendre de sa part. Stéphanie, une agent du FBI novice, qui se forgera une estime de soi petit à petit.

Je ne vous dévoile pas l’histoire car elle rebondit au milieu du récit.
J’ai eu l’impression de lire un bon livre d’action plutôt qu’un policier. C’est ce qui m’a déstabilisée.
Comme quoi je me suis laissée conditionner par la présentation alors que j’aurai du m’en remettre à la découverte de ce livre sans à priori.

Bon, je suis passée un peu à côté, mais cela reste un bon livre à découvrir. Je pense lire un autre récit de cet auteur pour me faire une idée plus juste de sa plume. Une amie m’a parlée des « Vestiges de l’aube », je vais me diriger vers celui-ci dans peu de temps.

par sagweste
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3