Livres
475 113
Membres
452 308

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par bellajessica 2014-11-14T17:48:25+01:00

– Maïa, je te rappelle, je pars en réunion.

– Ah, mais attends, je voulais…

– Pas le temps.

Je raccroche et me tourne vers M. Pressé.

– Qu’est-ce qu’il y a de drôle ?

– De drôle ? Absolument rien. Navrant, à la rigueur, mais drôle, non, désolé, je ne vois pas.

Apparemment, le sarcasme reste son mode d’expression préféré quand il s’adresse à moi.

– Et ça fait combien de temps que vous êtes là, à soutenir cette porte ?

Il se redresse, visiblement contrarié que je lui fasse remarquer qu’il ne fout rien.

– Je viens d’arriver, je m’ennuyais dans mon bureau à attendre ce contrat.

– Il est prêt, dis-je avec un sourire triomphant.

Il m’arrache les feuilles des mains et retourne à son bureau.

– Bravo, lance-t-il sans se retourner, vous aurez au moins réussi une chose aujourd’hui… Parlez-en à votre psy, il sera fier de vous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Saph 2015-03-19T22:12:19+01:00

« Et là, tout va très vite. Je vois ses yeux s’écarquiller quand elle prend mon smartphone et l’approche pour mieux lire.

– Lydia, c’est pas vrai ? T’es enceinte ? Oh ! je suis ravie, félicitations !

Elle semble au bord de l’extase.

Quoi ?

Toute la table se tourne vers moi, Matthieu a le visage encore plus décomposé que ce matin et les « félicitations » commencent à fuser.

– Quoi ? Mais non, je…

– Oh, pardon, dit Angie, faussement gênée. Je n’aurais pas dû, c’était peut-être un secret. Je suis tellement contente pour toi que ça m’est sorti tout seul. Ta copine te dit que tu peux boire un verre de champagne enceinte, c’est pour ça.

Depuis quand elle se réjouit pour moi, celle-là ?

– Non, je… Il y a un malentendu, ce n’est pas pour moi… 

« – C’est qui alors ? demande la mère de Paul en souriant et en regardant autour d’elle.

Mon regard croise celui de Sophia et en une fraction de seconde j’ai le temps d’y lire toute la détresse du monde… OK, j’ai compris.

– Euh, si, oui, en fait, c’est moi, mais je ne voulais pas le dire…

Merveilleux, tout le monde semble ravi et les félicitations reprennent de plus belle. Maxime réagit un peu plus vite que les autres.

– Mais et tout l’alcool que tu as bu hier soir ?

Ah oui, merde.

– Non, elle a fait semblant, intervient Sophia. J’étais dans la confidence et c’est moi qui ai bu ses verres pour qu’elle donne le change. En plus elle a des nausées et apparemment ça ressemble vraiment à une méchante gueule de bois !

Mouais, je ne trouve pas son histoire très convaincante mais elle semble satisfaire tout le monde, alors… Jusqu’à la fameuse question. Là encore, c’est Angie, visiblement très en forme, qui met les pieds dans le plat.

– Mais c’est qui le père ?

Oh putain, elle la ferme jamais, celle-là ? Oui, tiens, c’est qui au fait ? Allez, réfléchis, Lydia, réfléchis… Mais comme il est apparemment écrit que ma vie ne m’appartient plus, au moins pour la matinée, Matthieu décide de répondre à ma place :

– C’est Julien ! 

 – Quoi ? s’étonne tout le monde (et moi la première).

– Oui ! Je t’ai vue ce matin sortir de sa chambre en cachette, je l’ai même vu t’embrasser…

Ah ben oui, vu comme ça, c’est imparable. CQFD, y a rien à dire.

Et comme le timing de ma pseudo-vie semble vraiment parfait en ce moment, c’est cet instant précis que choisit le susnommé papa putatif pour entrer dans la salle.

Entre deux accolades et félicitations, Julien semble complètement perdu. Pour une fois, je ne peux que le comprendre et je reste immobile et muette. C’est comme ça que font les chats, non ? Si je ne bouge pas, il ne me verra peut-être pas.

C’est con, un chat. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Saph 2015-03-19T22:11:10+01:00

« – Tiens, Cendrillon, t’as oublié ta pantoufle. Pour ta gouverne, sache que j’aime qu’une femme soit consentante et consciente quand je lui fais l’amour. Tu as peut-être été mal habituée avec tes petits copains de beuverie, mais avec moi, c’est comme ça. Je ne voyais donc aucun intérêt à te toucher hier soir. Cela dit, quand je te vois habillée comme ça, je me dis que les vêtements féminins sont vraiment mal pensés parce qu’il n’y a rien de plus sexy qu’une femme dans votre chemise, surtout si elle est froissée. Alors oui, si tu veux confirmation, malgré ton caractère de merde et ton épuisant sens logique, tu me fais bander, et non, ce n’est pas un simple réflexe. Mais bon, je suis un connard, toi, une salope, on va donc chacun gentiment retrouver notre chambre.

Là-dessus, il pose ses lèvres sur les miennes et me claque la porte au nez »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Saph 2015-03-19T22:08:10+01:00

« En attendant, je me traîne dans la chambre et je m’écroule au milieu du lit. La chambre tourne, tourne, tourne de plus en plus vite. C’est horrible mais, heureusement, je sombre aussitôt dans un sommeil sans rêve. Qui dure environ deux minutes.

– Mais qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Qu’est-ce que tu fous là ?

Un dragon est entré dans la pièce et parle directement à l’intérieur de ma tête, c’est forcément ça. Oh putain, ma tête… J’ouvre un œil sans plus trop savoir qui je suis ni encore moins où je suis et, dans un mince filet de lumière qui me vrille le cerveau, je vois Julien, éberlué, au pied du lit.

J’articule une suite de syllabes qui doit à peu près ressembler à « Qu’est-ce que… fous… ma chambre ?  

 – Ta chambre ? Ma chambre, oui !

– Hein ?

Je me redresse un peu trop vite. Aïe, ça tourne.

– Quelle heure il est ?

– 2 heures, mais je ne vois pas ce que ça change !

– J’ai pas de chambre ! Enfin, je l’ai perdue.

– Alors tu t’es dit que la mienne serait parfaite ? Je me doutais que tu avais des vues sur moi, mais on a connu des techniques de drague plus subtiles, dit-il avec un sourire qui me semble de plus en plus bizarre.

– Je te répondrais si j’avais pas autant envie de vomir. Mais bon, si tu veux me virer, OK, je préfère dormir dehors avec des chacals !

Je me lève (pour me souvenir trop tard que je suis en string) et retombe sur le lit, non pas gracieusement comme dans un bon film romantique, mais juste comme une merde pleine de rosé. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2016-03-02T19:37:36+01:00

– Me « supporter » ? Encore heureux que vous daigniez nous « supporter », vous, les hommes, non ? Après tout, on a juste trois ou quatre kilos de vie dans notre ventre qu’on va devoir sortir par le vagin alors que ça fait dix ou vingt fois la largeur du plus gros pénis qui y est entré. On va se déchirer pour avoir la joie d’être maman et élever un mioche seule parce que vous bossez et qu’il ne faut surtout pas vous déranger la nuit quand il chiale !

– Eh bien, au moins je vois que tu es prête à être mère ! L’instinct maternel a l’air de couler dans tes veines comme du rosé bien frais, c’est rassurant pour ton futur compagnon. C’est pour ça que tu les cueilles dans les boîtes de nuit ? Ils ont trop picolé pour réfléchir ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Saph 2015-03-19T20:34:16+01:00

« Je vais vraiment le tuer. Une nuit, j’enterrerai son corps. Je porterai des escarpins et un trench beige, comme dans les films. Malgré la pluie (c’est plus dramatique), je prendrai ma pelle et je creuserai sa tombe sans abîmer mes ongles manucurés, tandis que son cadavre patientera à côté de moi. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2016-03-02T22:34:52+01:00

– Je ne te demande pas de répondre tout de suite, Lydia. On en reparle lundi en rentrant ?

J’acquiesce en silence.

– Sans sautes d’humeur ?

– Moi ? Des sautes d’humeur ?

– Demande à la porte d’entrée, je crois qu’elle a récemment croisé de trop près une agrafeuse volante !

Merde, il a vu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par YesAgainOneMorePage 2018-03-30T15:00:14+02:00

«Où est-elle ?

-Qui ça ?

-La blonde censée être toujours à tes pieds.

Il jette un coup d’oeil autour de lui puis son regard s’arrête sur moi.

-J’en vois bien une, là devant moi, la plus belle de toute. Mais je crains de devoir contrarier mon ego en reconnaissant qu’elle n’est pas à mes pieds… »

Afficher en entier
Extrait ajouté par LucieP 2017-01-19T14:22:55+01:00

Justement, quand on parle du loup...(Non, on n'en voit pas la queue ! Il faut vraiment que je prenne des vacances, moi.).

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2015-11-13T19:49:19+01:00

Valise bouffée par des chiens, dormi avec J. car plus de chambre. M'a embrassé ce matin, Matthieu (qui se tape Angie) ns a vus, et depuis elle est ma meilleure amie. Damien m'a déclaré sa flamme et tt le monde a vu ton texto qui me complimente pour ma grossesse... VDM. Je te laisse, vais me jeter dans la piscine.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode