Livres
461 493
Membres
417 914

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Gwendoline6 2015-03-29T21:54:03+02:00

« – Merde, vous pouvez pas y aller une autre fois et faire une autre enquête à Paris le temps où je suis là ?

Il me regarde quelques instants avec des yeux ronds, puis il cligne des yeux comme s’il venait de se souvenir qu’il fallait les humecter pour y voir clair et me dit :

– Si, si, bien sûr ! Il suffit que je change la date. Je vais laisser l’affaire que je suis depuis dix-huit mois aux mains des flics de Montpellier afin qu’ils clôturent tout sans moi et je vais me trouver une gentille petite affaire tranquille à Paris. Vous m’aiderez à choisir, d’ailleurs, en fonction de votre livre. On fait ça ?

Ouf, je suis soulagée. Je souffle et dis :

– Ah oui, merci, c’est parfait. Il faut que…

Mais je n’ai pas le temps de finir ma phrase.

– Mais vous êtes conne ou quoi ?

– Euh, si je peux choisir, je dirai plutôt « quoi ». »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Wormy 2015-03-22T14:49:52+01:00

- C'est quoi votre problème? fini-je par demander en abandonnant mon sourire.

-Vous.

-Bon.

Je tapote les doigts sur la table, signe classique que je gère mal la tournure des événements.

-Mais pourquoi?

-Quoi?

- C'est pas clair comme question?Qu'est-ce que je vous ai fait? Ou pas fait?

-Voilà,c'est bien ça le problème. Vous êtes là pou quoi au juste? Pour écrire un putain de livre ou pour vous faire sauter par un flic?

Je prends mon verre de vin et lui jette à la figure

Afficher en entier
Extrait ajouté par vivie2508 2015-03-29T21:00:19+02:00

– Mais qu’est-ce que tu veux savoir, alors ?

– Mais tout ! Quand elle a croisé les jambes, quand elle les a décroisées, combien de fois elle a joui, est-ce que son cul est aussi bombé qu’il en a l’air ? Bref, rien sur toi mais tout sur elle !

– Ah. Eh bien, je pense que tu vas être déçu, dis-je en baissant les yeux sur l’assiette que vient de m’apporter la serveuse avec un grand sourire. Elle a joui qu’une fois…

– Ça m’étonne pas, je savais que t’avais une petite bite ! fait-il en coupant sa viande.

– … et je pense que c’est au moment où elle m’a jeté son verre de vin au visage.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Clochette1967 2017-09-23T20:09:25+02:00

– Non, non, non, non, non !

– Si, si, si, si ! réplique Jules sur le même ton.

– Il manque un « si », j’ai gagné ! dis-je avec un sourire mesquin en tournant les talons.

– Reviens ici tout de suite !

Je soupire mais je fais demi-tour. Il n’a pas l’air de plaisanter cette fois. Enfin au moins, j’aurais essayé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2016-05-21T22:00:07+02:00

Il n’y a aucun obstacle que l’amour ne peut surmonter ! « Ce que l’amour peut faire, l’amour ose le tenter ! » C’est du Shakespeare, messieurs, révisez vos classiques. Et puis franchement, Montpellier-Paris, tu appelles ça un obstacle insurmontable ? Des gens se sont battus pour briser les conventions sociales et épouser celles qu’ils aiment, certains ont renié leur religion, d’autres ont pris les armes, ont traversé des déserts ou franchi des montagnes… Et toi, tu t’arrêtes à cause de sept cents petits kilomètres dans un pays où il y a le TGV ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2016-05-21T21:59:55+02:00

Le cœur battant, je fixe, incrédule, l’objet de ma frayeur : un monstrueux chat roux, gros comme un pitt-bull, toutes griffes dehors et le dos en position viaduc. Les yeux exorbités d’un tueur fou sorti de prison qui n’aurait pas eu sa dose journalière de calmants, la chose vient de me cracher dessus comme un putain de crotale.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Allyssahp 2018-07-26T16:17:44+02:00

Je réfléchis un instant. Trois semaines, c’est du gâteau. Je suis pas pas non plus complètement nymphomane.

- Il me mangera dans la main sans même que j’aie besoin de lui montrer mes seins!

Afficher en entier
Extrait ajouté par Neo662017 2018-02-28T10:34:26+01:00

Je me sens comme un méchant dans un film ou une espionne sur le point d’être démasquée.

Note : espionne, pourquoi pas ? La Mata Hari de Mauguio, c’est moi ! Et personne ne pourra me…

RSCHHHHIIIIIII Miiiiiiiaaaaouuuuuuuuurrrrr.

– OH, PUTAIN, MAIS C’EST QUOI ?

Quand j’atterris après un bond de deux mètres et une quasi-crise cardiaque, je réalise que j’ai dû hurler ces insanités à voix haute.

Le cœur battant, je fixe, incrédule, l’objet de ma frayeur : un monstrueux chat roux, gros comme un pitt-bull, toutes griffes dehors et le dos en position viaduc.

Les yeux exorbités d’un tueur fou sorti de prison qui n’aurait pas eu sa dose journalière de calmants, la chose vient de me cracher dessus comme un putain de crotale.

Je reprends péniblement mes esprits et ne parviens qu’à bafouiller :

– Mais qu’est-ce que…

– Châtaigne, voyons ! dit Elinor en prenant dans ses bras l’épouvantable machin qui ne me quitte pas des yeux. Ce n’est pas très élégant d’accueillir Maïa comme ça !

Elle dépose délicatement le sumo par terre et lui donne une légère tape dans l’arrière-train pour le mettre dehors. Elle aurait tout aussi bien pu la jeter : je suis sûre qu’elle aurait roulé sans se blesser.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode