Livres
565 095
Membres
618 012

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

House of cards, Tome 1



Description ajoutée par Eilia 2014-11-15T17:55:30+01:00

Résumé

Le roman qui a inspiré la série événement du même nom, avec Kevin Spacey et produite par David Fincher.

Francis Urquhart est au fait de tous les secrets des partis politiques – et il est bien décidé à s’en servir pour devenir Premier Ministre.

Mattie Storin, elle, est une jeune journaliste d’investigation aux dents longues, qui relève le défi le plus excitant de sa vie en découvrant un scandale financier impliquant les plus hautes sphères. Pour révéler la vérité, elle aussi est prête à tout…

Un monde secret de vénalité, de corruption et d’insatiable ambition dans les coulisses du pouvoir.

--Bragelonne.fr

Afficher en entier

Classement en biblio - 24 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par anonyme 2019-03-30T18:18:01+01:00

Savoir mentir sur ses forces est la marque d'un grand commandant. Savoir mentir sur ses fautes est celle d'un fin politique.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Eilia 2017-06-18T12:55:16+02:00
Bronze

Je tiens à dire que je ne connais pas la série Netflix. J'en ai juste entendu dire deux chose : c'est de la politique américaine et le personnage principal brise régulièrement aux spectateur en brisant le 4ème mur.

Si c'est ce que vous cherchez dans ce roman, je vous détrompe de suite : il s'agit de politique britannique et aucun des protagoniste ne brise le 4ème mur.

On suit principalement les péripéties de 3 protagonistes : Francis Urquhart, chief whip du Parti ; Mattie Storin, jeune journaliste politique devant faire ses preuves et Roger O'Neill, directeur de communication du Parti.

Déjà, rien que dans cette présentation, un soucis apparaît : les noms des partis. Celui au pouvoir est le Partie, confronté à l'Opposition. Ca manque clairement d'originalité. C'aurait cependant pu passé si Thatcher n'étaient pas sans cesse citée comme étant l'ancienne première ministre appartenant au Parti. Si l'auteur avait voulu faire des piques cachées, au moins qu'il change les noms. Il n'y a aucun intérêt d'appeler le parti Conservateur Parti dans ce cas. Il voulait peut être rendre son roman intemporel, mais avec Thatcher qui revient tous les 3 chapitres, difficile de ne pas le laisser dans le passé. Encore plus quand les "incroyables progrès technologiques de l'époque" (fin 80, début 90) nous semblent maintenant bien dépassé.

Aux niveaux des personnages, j'ai aussi trouvé ça très manichéens : y a les méchants, les gentils et ceux qui ne sont pas trop trop méchant mais pas totalement gentil. Comme vous vous en doutez surement, c'est la troisième catégorie qu'on ignore le plus.

Au niveau du gros méchant de l'histoire, Urquhart, il détruit tout juste par pur vengeance et ambition personnelle. En dehors de cela, aucune profondeur de personnage. Il veut le pouvoir, point. Pour paraphrasé le Joker de Nolan, il est comme un chien qui court après, mais on a l'impression que même lui ne sais pas ce qu'il en fera quand il l'aura attrapé.

Mattie quant à elle, est uniquement là pour faire avancer le scénario. Ses sentiments ne sont là que pour reproduire des clichés reculés. La fin de l'histoire à son propos ne m'a pas vraiment étonné. Tout comme pour O'Neill.

Spoiler(cliquez pour révéler)Autant O'Neill, toxico depuis le début, et perdant les pédales, ça se savait qu'il allait se faire buter à trop en dire.

autant le personnage de Mattie qui vient devant Urquhart, seule et qui commence à lui dire en face "C'est toi l'assassin".

En gros, j'ai eu l'impression que tout le long, le bouquin m'a sorti "Une femme amoureuse est forcément aveugle au sujet de l'être aimé ... Mais du genre vraiment très conne aussi". Le traitement de Penelope - Penny est exactement le même. Et comme on a que deux personnages féminins sur lesquels on se penche dans le bouquin, le fait qu'elles aient été réduites à "amoureuse de" m'a fortement déplu.

Tout ça fait qu'il y a de très fortes chances que je ne lise pas la suite, la fin de ce premier tome étant amplement suffisante. Pour la série, j'aviserais car elle semble avoir certains point de vue différents.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par belly 2014-09-13T22:01:04+02:00
Bronze

Même si j’ai été plus que ravie de recevoir ce service-presse, j’appréhendais ma lecture pour deux choses. La 1ere vient de cette phrase choc en couverte « Le roman qui a inspiré la série ». Quelle série ? N’étant pas du tout une adepte du petit ou grand écran, je me devais pour les fans de cette dite série de leur donner un autre type d’avis sur leur série télé et pour les néophytes comme moi, j’ai eu la lourde tâche de leur donner envie de lire le livre, voire leur donner envie de suivre la série … WAOUW, vive la pression ^^. D’où ma seconde appréhension, vais-je adhérer à ces intrigues sur fond d’élection électorale avec son zeste de magouille et de copinage.

La suite ici ... http://thesmallworldofqueenofreading.weebly.com/mes-chroniques/house-of-cards-de-michael-dobbs

Afficher en entier

Dates de sortie

House of cards, Tome 1

  • France : 2014-08-20 (Français)
  • France : 2015-04-03 - Poche (Français)

Activité récente

solidm l'ajoute dans sa biblio or
2021-03-09T13:22:46+01:00

Titres alternatifs

  • House of Cards (Francis Urquhart #1) - Anglais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 24
Commentaires 2
extraits 6
Evaluations 5
Note globale 8.4 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode