Livres
469 678
Membres
437 254

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2010-12-09T21:47:10+01:00

"L'enfer, c'est les Autres. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-12-09T21:47:10+01:00

Alors c'est ça l'enfer. Je ne l'aurais jamais cru… Vous vous rappelez : le souffre, le bûcher, le gril.. Ah quelle plaisanterie. Pas besoin de gril, l'enfer c'est les autres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par laullie 2015-06-10T23:34:33+02:00

LE GARCON - Mais de quoi parlez-vous ?

GARCIN - Des paupières. Nous, nous battions des paupières. Un clin d'oeil ça s'appelait. Un petit éclair noir, un rideau qui tombe et qui se relève : la coupure est faîte. L'oeil s'humecte, le monde s'anéantit. Vous ne pouvez pas savoir combien c'est rafraîchissant. Quatre mille petites évasion.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:21:23+01:00

On meurt toujours trop tôt - ou trop tard. Et cependant la vie est là, terminée ; le trait est tiré, il faut faire la somme. Tu n'es rien d'autre que ta vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par jujubridou 2013-07-11T11:14:07+02:00

"Au secours, Garcin."

Afficher en entier
Extrait ajouté par lifeisfandom 2015-12-16T15:53:17+01:00

Je ne peux pas supporter qu'on attende quelque chose de moi. Ça me donne tout de suite envie de faire le contraire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lifeisfandom 2015-12-16T15:51:40+01:00

Mais toi, toi qui me hais, si tu me crois, tu me sauves.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:21:44+01:00

Je ne peux pas supporter qu'on attende quelque chose de moi. Ca me donne tout de suite envie de faire le contraire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:21:33+01:00

Comme c'est vide, une glace où je ne suis pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Didie6 2014-11-25T21:21:05+01:00

Ah! oublier. Quel enfantillage! Je vous sens jusque dans mes os. Votre silence me crie dans les oreilles. Vous pouvez vous clouer le bouche, vous pouvez vous couper la langue, est-ce que vous vous empêcherez d'exister? Arrêterez-vous votre pensée? Je l'entends, elle fait tic tac, comme un réveil, et je sais que vous entendez la mienne. Vous avez beau vous rencogner sur votre canapé, vous êtes partout, les sons m'arrivent souillés parce que vous les avez entendus au passage. Vous m'avez volé jusqu'à mon visage: vous le connaissez et je ne le connais pas.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode