Livres
553 621
Membres
597 918

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par chamalow2005 2020-07-31T13:47:33+02:00

Dans certain District , où remporter la moisson est considéré comme un immense honneur , beaucoup sont prêts à risquer leur vie , et le processus peut se révéler compliquer . Mais dans le District Douze , ou le mot " tribut " rime avec " vaincu " , les volontaires sont une espèce disparue depuis longtemps .

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tifennjh 2020-07-06T11:53:36+02:00

- (...) Sauf que... je veux mourir en étant moi-même. Tu comprends ? (Je secoue la tête. Comme mourir autrement ?) Je ne veux pas changer dans l’arène. Me transformer en une espèce de monstre que je ne suis pas.

Je me mords la lèvre. Pendant que je ruminais sur la présence ou l’absence d’arbres, Peeta se demandait comment préserver son identité. Son intégrité.

- Tu veux dire que tu n’as pas l’intention de tuer ?

- Oh si, le moment venu, je suis sûr que je tuerai comme n’importe qui. Je ne tomberai pas sans combattre. Je voudrais seulement trouver un moyen de... de montrer au Capitole que je ne lui appartiens pas. Que je suis davantage qu’un simple pion dans ses Jeux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tifennjh 2020-07-06T11:53:16+02:00

- Ca va vous ? je leur lance gaiement.

Ils paraissent décontenancés, mais je sais que le public va adorer.

- Pas trop mal, répond le garçon du district Deux. Et toi ?

- J'ai eu un petit peu chaud, cette nuit. (Je peux presque entendre les rires depuis le Capitole.) Il fait meilleur, par ici. Vous ne voulez pas monter ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par hibiscus_01 2020-05-29T19:18:24+02:00

- Et tu as mangé dans mon dos, en plus !

En réalité, je m'en moque. Je saisi simplement ce prétexte pour continuer à m'indigner.

- Quoi ? Non, pas du tout, proteste Peeta.

- Je suppose que c'est la pomme qui a grignoté le fromage ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par hibiscus_01 2020-05-29T19:16:08+02:00

Peut-être que la fille ne se souvient pas de moi. Mais je sais que si. On n'oublie pas le visage de la personne qui a représenté votre dernier espoir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par hibiscus_01 2020-05-29T19:11:35+02:00

-- Au moins, vous savez vous tenir à table, observe Effie vers la fin du plat principal. Les deux de l'an dernier mangeaient avec leurs mains, de vrais sauvages. Ils m'avaient complètement coupé l’appétit.

Ceux de l'an dernier étaient des enfants de la Veine qui n'avaient jamais mangé à leur faim. Et lorsqu'ils avaient de la nourriture à table, leurs bonnes manières étaient sûrement le cadet de leurs soucis. Peeta est le fils d'un boulanger. Maman nous a enseigné à manger proprement, à Prim et à moi, de sorte que, oui, je sais me servir d'une fourchette un d'un couteau. Mais le commentaire d'Effie me rend si furieuse que je mets un point d'honneur à finir le repas avec les doigts. Puis je m'essuies sur la nappe. Effie pince les lèvres devant ce spectacle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Stella53 2020-05-20T18:33:19+02:00

Je me retourne vers les Juges. Quelque-uns hochent la tête d'un air approbateur, mais la plupart sont focalisés sur le cochon rôti qu'on vient d'apporter sur le buffet.

Soudain, je suis furieuse. Ma vie est en jeu, et ils n'ont pas la décence de m'accorder un regard. Ils préfèrent s'intéresser à un cochon crevé. Mon pouls s'emballe, mes joues s'échauffent. Sur un coup de tête, je sors une flèche de mon carquois et la décoche vers la table des Juges.Tout le monde s'écarte avec des cris d'effroi. La flèche arrache la pomme dans la gueule du cochon et la cloue au mur. On me dévisage avec incrédulité.

- Merci pour votre attention, dis-je.

Une légèrecourbette, puis je gagné la sortie sans attendre qu'on me le demande.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Stella53 2020-05-20T18:17:45+02:00

Du coin de l'œil, je vois Peeta me tendre la main. Je lui adresse un regard hésitant.

- Une dernière fois ? Pour le public? Dit-il.

Il n'y a pas de colère dans sa voix. Elle est neutre, ce qui est pire. Le garçon des pains est déjà en train de m'échapper.

Je lui prend la main et la serre fort en me préparant pour les caméras, redoutant l'instant où je devrai finalement lâcher prise.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Stella53 2020-05-20T18:09:55+02:00

- Entre nous, Katniss, me dit-il sur le ton de confidence. Quand tu as surgi lors de la cérémonie d'ouverture, j'ai failli avoir une attaque. Qu'a tu pensais de ce costume ?

Cinna hausse le sourcil à mon intention. "Sois sincère".

- Passé le premier moment de terreur à l'idée de brûler vive ?

Tout le monde rit le public est ravi.

- Oui. Passé ce moment-là, ajoute Caesar.

À Cinna, mon ami je peux bien le dire.

- J'ai trouvé Cinna brillant. C'était le costume le plus fabuleux que j'aie jamais vu, et je devais me pincer pour vérifier que c'était bien moi qui le portais.C'est la même chose pour celui-ci, d'ailleurs. (Je soulève la robe pour la lui montrer.) Regardez-moi ça !

Alors que le public fait "Oooh" et "Aaaah, je vois Cinna esquisser un petit geste circulaire avec le doigt. Je sais qu'il est train de me dire : "Tourne-toi pour moi".

Je décris un tour sur moi même, et la réaction est immédiate.

-Oh refais ça encore une fois ! S'extasie Caesar.

Je lève les bras, pivote sur place et laisse la robe s'élever m'envelloper dans les flammes. Le public applaudit à toit rompre. Quand je m'arrête je dois me cramponner au bras de Caesar.

-Continue ! Dit-il.

- Je ne peux pas, j'ai la tête qui tourne !

Et je glousse comme une idiote, peut-être pour la première fois de ma vie. Les nerfs et le tournis ont eu raison de moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Stella53 2020-05-20T17:44:10+02:00

Il arrive alors une chose inattendue. Pour moi, en tout cas, parce que je pensais ne pas compter dans le district Douze. Mais il s'est produit un changement quand je me suis avancée pour prendre la place de Prim, et on dirait désormais que je suis devenue quelqu'un de précieux. Une personne, puis deux, puis quasiment toute la foule porte les les trois doigts du milieu de la main gauche à ses lèvres avant de les tendre vers moi. C'est un vieux geste de notre district, rarement utilisé, qu'on voit parfois lors des funérailles. Un geste de remerciement, d'admiration, d'adieu à ceux que l'on aime.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode