Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de huskylaika : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre
Stephanie Butland   
http://www.my-bo0ks.com/2019/12/j-aime-tout-ce-qui-me-rappelle-que-je-ne-suis-pas-seule-a-souffrir-sur-cette-terre-stephanie-butland.html

J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre me faisait vraiment de l'oeil. Il faut dire qu'une lectrice acharnée, libraire en prime, ça m'a de suite donné envie d'en savoir plus.


J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre c'est l'histoire de Loveday. Une jeune femme mystérieuse assez renfermée qui évolue dans la librairie d'Archie, le propriétaire et ami. Son petit train train quotidien est bien huilé jusqu'à sa rencontre avec Nathan, l'homme qui a égaré son livre sur le trottoir. Petit à petit, la jeune femme va s'ouvrir malgré sa carapace. Et c'est l'arrivé de colis mystérieux qui va semer le doute et rallumer les peurs du passé.
Lorsque j'ai commencé ma lecture de J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre, j'ai de suite été embarqué dans l'histoire. Loveday est une héroïne attachante et très secrète. Son passé reste flou mais les flash-back au fil des pages nous permettent d'y voir plus clair. Elle est assez solitaire, préfère se plonger dans un bon livre plutôt que de sortir, s'isoler plutôt que parler à des inconnus. Alors quand son passé refait surface avec l'arrivée de ces colis, Loveday est plus que jamais bouleversée.
J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre c'est aussi l'histoire d'une libraire passionnée qui aime son métier et nous fait découvrir l'envers du décors. La mise en rayon, les clients pas toujours très sympa, les livres qui ne peuvent être stockés et sont finalement détruit. Bref, une immersion dans une librairie authentique et pleine de surprises.

J'aime tout ce qui me rappelle que je ne suis pas seule à souffrir sur cette terre aborde de nombreux sujets. La famille, bien sur, les amitiés, les secrets et quiproquos mais aussi le harcèlement, la solitude, les violences. J'ai été vraiment surprise de voir que l'auteure allait vraiment au bout de son histoire. Le passé de Loveday a vraiment une incidence sur son présent. Le côté léger de l'histoire est petit à petit remplacé par de terribles révélations, dures pour nos personnages mais aussi pour nous lecteurs.
Je me suis laissée embarquer par cette histoire du début à la fin. J'ai apprécié voir évoluer les personnages. L'attachement entre Loveday et Archie, les liens forts qui les unissent. Mais aussi les amitiés naissantes et enfin l'amour qui franchira les portes de cette petite librairie au moment où elle s'y attend le moins.

En conclusion, j'ai passé un super moment de lecture. Je m'attendais à une lecture légère et j'ai découvert un roman bien plus profond que cela. Des relations loin d'être évidentes et beaucoup de sincérité.

par Carole94P
Je veux mon chapeau Je veux mon chapeau
Jon Klassen   
L'ours a perdu son chapeau. Il demande à tous les animaux qu'il rencontre s'ils l'ont vu. Personne ne peut l'aider. L'ours est désespéré. Oui mais voilà : parmi eux se trouve un lapin... qui porte un chapeau sur la tête... Cet album d'une grande intelligence réussit l'exploit, avec une histoire très simple et des illustrations d'une rare sobriété, de s'adresser autant aux jeunes lecteurs qu'à leurs parents. Une forme cinématographique, beaucoup d'humour : un futur classique !
Sous la lune d'argent Sous la lune d'argent
Ian Cunliffe    Susie Brooks   
Un charmant livre animé pour rendre hommage à la beauté de la nuit. Avec de magnifiques pop-up, des illustrations modernes au style vintage, un texte poétique et des aplats argentés. Le soleil projette ses derniers rayons, s'effaçant peu à peu pour laisser place à la lune. La voûte céleste se pare d'indigo, et le silence s'installe. C'est le crépuscule ! On ne voit plus que des silhouettes qui se déplacent à pas de velours.
Les étoiles flamboient, tels des joyaux sertis de noir. Mais dans l'obscurité de la forêt, l'astre d'argent veille sur les animaux. Protégés par sa lueur nacrée, les hiboux s'éveillent, les chauves-souris partent en chasse, les ours dorment et les loups hurlent en son honneur...

(Source : Furet du Nord)

par x-Key
Contes et récits du Paris des Merveilles Contes et récits du Paris des Merveilles
Sylvie Poulain    Bénédicte Vizier    Benjamin Lupu    Catherine Loiseau    Pierre Pevel   
Dès que j'ai appris que Pierre Pevel sortait un recueil de nouvelles dans l'univers du Paris des Merveilles, je n'ai pas hésité une seconde avant de l'inclure à ma liste d'anniversaire ! Depuis que j'ai quitté cet univers magique il y a un an, je rêve de m'y replonger. Et c'est justement ce que "Contes et récits du Paris des Merveilles" m'a permis de faire !

Il faut savoir que toutes les nouvelles ne sont pas de Pierre Pevel. L'auteur de la trilogie principale en a écrit deux d'entre elles, laissant la place à d'autres écrivains (que je ne connaissais absolument pas par ailleurs).

C'est un exercice assez compliqué que d'écrire dans un univers qui n'est pas le sien. Ca revient un peu à écrire des fanfictions en fait. Mais, je ne tiens pas du tout à comparer les nouvelles à des fanfictions de basse gamme car elles en sont très loin !

Voici mon avis en détails sur les nouvelles. J'ai quand-même tenu à les mettre dans des spoilers même si ils ne dévoilent rien de l'histoire :

VENI, VIDI, V... de Pierre Pevel
[spoiler]Cette première nouvelle, écrite par Pierre Pevel lui-même, est vraiment superbe ! C'est avec joie que j'ai pu retrouvé le trio Griffont/Isabelle/Falissière. L'enquête est bien menée. Cette nouvelle nous remet dans le bain avant de lire les histoires des autres plumes[/spoiler]

L'URNE DE RÂ de Catherine Loiseau.
[spoiler]Une nouvelle que j'ai beaucoup apprécié. Vu que j'adore la mythologie égyptienne, le fait qu'elle soit au centre de l'histoire m'a beaucoup plu. L'autrice intègre de nouveaux personnages jamais vus auparavant et c'est un plaisir de les découvrir ![/spoiler]

LES RÉVOLTES D'ARGECYMES de Sylvie Poulain
[spoiler]Une de mes nouvelles préférées, je pense. L'autrice a imaginé tout un passé à l'Outremonde qui est très bien trouvé. Puis il y a des aéronefs et des elfes, alors je ne peux que valider !La relation entre les deux protagonistes est vraiment très belle, j'ai lâché une petite larme à la fin. [/spoiler]

LES PORTES D'OUTREMONDE de Benjamin Lupu
[spoiler]Cette nouvelle est celle que j'ai le moins apprécié du recueil, malgré la présence de Griffont. Je l'ai trouvé extrêmement longue et plate. Je pense que l'auteur a choisi un défi difficile en écrivant une enquête de Griffont, chose qui est vraiment propre à Pierre Pevel. C'est dur de faire aussi bien du coup.[/spoiler]

UNE ENQUÊTE DE BENJAMIN TIFLAUX, DÉTECTIVE CHANGELIN de Bénédicte Vizier
[spoiler]Bénédicte Vizier reprend un personnage aperçu dans le royaume immobile et lui donne l'opportunité d'être le héros de sa propre histoire et détective de sa propre enquête : je valide ! J'ai beaucoup aimé cette histoire, ces personnages et son ambiance. [/spoiler]

SOUS LES PONTS DE PARIS de Pierre Pevel
[spoiler]Pierre Pevel clot ce recueil de la même façon qu'il la commencé : avec brio ! Cette dernière nouvelle mêle architecture, histoire et fantastique ce qui a de quoi passionner ! [/spoiler]

Une chose est sûre : j'ai passé un très agréable moment de lecture avec ce recueil de nouvelles et je ne manquerais pas de m'y replonger quand je serais à nouveau nostalgique de cet univers !
Eco, Tome 1 : La malédiction des Schaklebott Eco, Tome 1 : La malédiction des Schaklebott
Guillaume Bianco   
C'est un livre pas mal du tout, avec de très belles illustrations. Le thème m'a un peu fait penser à Tim Burton, avec ces parents couturiers, qui n'en ont rien à faire de leur pauvre petite fille. Je ne sais pas si la suite est déjà sortie, mais l'histoire laisse en suspens...

par Lilymilou
La Tour sombre, tome 2 : Les Trois Cartes La Tour sombre, tome 2 : Les Trois Cartes
Stephen King   
Après avoir rattrapé Waler, Roland voit son destin lié à 3 personnages, qu il doit retrouver dans des mondes et époques différentes.

Il va tombé sur des alliés comme un junkie, une schizophrène, et un jeune garçon, que du bon !!

Leurs découvertesva permettrent à Roland de poursuivre sa quete, et les initier à son art suprême de pistoléro.

Très bon !!

par Nicolas
Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
Haruki Murakami   
C'est l'histoire d'un amour fou, une dérive dans les profondeurs des sentiments, un adultère mystérieux qui terrasse la vie ordinaire, qui dévaste toute une vie construite autour du quotidien. Sans cet amour, Hajime devient « vide ».
C'est une histoire classique me direz-vous ? Et bien non, c'est une histoire conté par MURAKAMI. Elle ne peut être « classique » ; le charnel rejoint les sentiments puis s'évapore complètement pour ne devenir qu'illusoire et « file comme la cendre, le long de la rivière pour rejoindre la mer... »
L'écriture est « pure », limpide, pleine de simplicité, rythmée de références jazz, mélancolique. On pourrait dire qu'elle est d'une sensibilité masculine (doute, peur, envie). Hajime n'est ni lâche, ni héros, mais bien un être humain avec ses faiblesses et sa force. L'ouvrage est magnifique.
La Fille d'avant La Fille d'avant
J.P. Delaney   
http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/06/fiche-livre-la-fille-d-avant-jp-delaney.html

La fille d'avant met en parallèle deux femmes habitant une très étrange maison à deux périodes différentes. Cette maison est extrêmement intrigante et originale. Aussi, pour y vivre, faut-il accepter de se plier à tout un tas de règles plus étonnantes les unes que les autres. En effet, le One Folgate Street est une habitation révolutionnaire, tant par son aspect austère proche de la philosophie de Marie Kondo (groso modo, le rangement par le vide) que par sa richesse technologique. Edward Monkford prétend pouvoir créer une maison capable de s'adapter en permanence à ses occupants. Le problème est que la locataire précédente est morte dans ce logement, dans des circonstances étranges. Jane, la nouvelle occupante se lance dans une enquête pour découvrir les raisons de la mort d'Emma, la fille d'avant.

C'était une lecture agréable mais assez banale en fin de compte. Si l'histoire se lit vite, à la façon d'un page turner, elle manque tout de même de créativité et de profondeur. J'ai apprécié les éléments nouveaux sur la psychologie des différents personnages. Cependant, je trouve qu'ils sont amenés un peu trop facilement. Bien qu'on ne sache pas aisément qui est le coupable et surtout s'il y en a bien un, le roman manque de manipulation et de finesse. Les suspects s'enchaînent, tous plus ou moins sur un même pied d'égalité, sans qu'il y ait vraiment de manipulation. On n'est pas sûr, on n'est pas surpris, on n'est pas déçu, en fait, on est de simples spectateurs. C'était peut-être l'effet recherché mais j'avoue que cela m'a empêchée de développer des sentiments pour les différents protagonistes. Ni haine, ni amour, ni compassion. Ils m'ont laissée indifférente.

Qui plus est, les questionnements qui auraient pu pousser à la réflexion ont été balayés très rapidement. Le deuil, la mythomanie, le sado-masochisme, le narcissisme, le handicap, ... autant de thèmes qui sont vaguement survolés et trop peu exploités alors qu'ils auraient pu permettre de semer le trouble et le doute dans l'esprit du lecteur.

Conclusion : ♥♥♥ C'est un roman plutôt banal en fait, une lecture agréable et vite faite mais qui s'oublie rapidement. Le scénario manque peut-être de fantaisie et les aspects névrotiques des personnages ne sont pas assez exploités selon moi. Dommage !
Konbini Konbini
Sayaka Murata   
Le Japon est un pays que je rêve de visiter et de mieux connaître. Lire de la littérature japonaise, c’est déjà y poser un pied.
Le fait que l’auteur et le personnage principal, Keiko, aient le même âge et travaillent toutes deux dans une épicerie de quartier m’interpelle d’emblée. Rien n’indique que le récit est autobiographique, le livre porte même la mention « Roman », mais bon, ce ne serait pas première fois…

Keiko est différente, « malade » suivant ses proches. La société japonaise est particulièrement rigide dans ses codes de bienséance, de moralité, d’organisation, mais sommes-nous bien plus tolérants ? La norme avant tout. Certains peuvent s’y perdre, peiner à trouver leur place et ce d’autant plus que la pression est toujours plus forte, plus invasive, insistante, constante.
La parade mise en place par Keiko semble folle de prime abord car elle se nie totalement. Sa vie est une non vie justement. Tout tourne autour de son emploi qui est des plus précaires, mais ce cadre lui permet néanmoins de donner le change, d’avoir une routine qui lui donne un cadre et au final, elle ne semble pas malheureuse. C’est justement quand ce moule, dans lequel elle s’est lovée, disparaît que tout va de plus en plus mal…

Ce livre est un récit qui pourrait être ennuyeux, mais en fait, c’est plutôt le contraire. Outre le fait que le lecteur de chez nous est forcément dépaysé car le Konbini n’existe pas sous cette forme chez nous, on découvre aussi des personnages qui ont certes des personnalités nippones, mais qui pourraient aussi être de nos familles, de nos amis.
Ce texte est « exotique » et en même temps très proche. C’est sans doute un effet de la mondialisation et de la standardisation des mœurs, des conventions. Cela se lit aisément, assez rapidement et laisse comme un petit arrière-goût car à bien y regarder des Keiko, on en connaît, parfois même cela peut être nous…

par emeralda
American Vampire, tome 1 : Sang Neuf American Vampire, tome 1 : Sang Neuf
Stephen King    Rafael Albuquerque    Scott Snyder   
Vous en avez marre des vampires qui sentent bons la cannelle ou la cocotte bon marché ?

La saga Twoilette (Twilight) vous est sortie par les trous de nez et ça vous a fait chier que dans toutes les adaptations qui ont suivies, les vampires ils étaient gentils, beaux, sexys et qu’ils ne suçaient que du sang de biche ou de SDF ?

Vous aimez les vampires sanglants, dégueux, vaches, sadiques, assoiffés de sang et sans scrupules aucun ?

Alors, la saga American Vampire est faite pour vous car les vampires que l’on croise ne sont pas des enfants de cœur, bien que certains soient plus clean que d’autres. Mais malgré tout…

American Vampire a été créé par Scott Snyder et Stephen King (il est aux commandes du scénario du tome 1) et puisque nos deux hommes détestaient la série Twilight, ils ont fait en sorte de s’en écarter et de revenir aux sources, tout en changeant quelques données dans les règles du jeu.

Le seul bémol à déplorer de la patte du King dans ce comics, c’est que le comics n’est pas l’univers du King et que ça cafouille un peu au départ dû au fait que Snyder et King ont écrit chacun une moitié d’épisode, ne s’occupant (chacun de leur côté) QUE d’un moment précis de la chronologie.

Cela fait un peu perdre le rythme de lecture dans le premier tome, mais malgré tout, le plaisir est bien là d’être en compagnie de VRAIS vampires.

Oui, Snyder a rendu aux vampires leurs lettres de noblesse car dans ces pages, ils les a voulu terrifiants, sauvages et bestiaux, tels que dépeints dans les films qu’il apprécie (Near Dark, The Lost Boys et Let the Right One In).

Si vous commencez la série, elle vous rendra accro, mais un conseil, soyez bien attentif parce que les scénarios sautent d’une période à l’autre, ou parfois, reviennent sur ce qu’il s’est passé 24h avant ou 1 mois. Il faut bien suivre si on ne veut pas perdre son fil.

J’ai apprécié les dessins et le graphisme de Rafael Albuquerque, la manière dont il crée ses décors, celle dont il dessine ses personnages, humains ou vampires, les couleurs des cases,…