Livres
567 496
Membres
622 076

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par mythik 2021-03-20T13:42:04+01:00

- Je refuse d'en savoir plus, annonça Miles en prenant congé. Je connais mes avocats, ils me conseilleraient de ne pas écouter la suite de cet échange.

Il sortit. Justice se tourna vers Cindy, un sourcil arqué.

- Et vous, jeune fille ?

L'intéressée se rencogna dans son siège.

- Je souffre de sénilité sélective. J'oublie tout sur commande. Continuez, je ne raterais pas ça pour tout l'or du monde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Saya80 2021-03-19T17:10:06+01:00

Le barman, trente-cinq ans environ, croisa son regard alors qu’elle approchait et se fendit d’un sourire amical.

— Qu’est-ce que ce sera, mademoiselle ?

Vanni lissa sa jupe longue en s’asseyant, mit la main dans sa poche et regretta d’avoir laissé son sac dans la chambre. Elle n’avait sur elle que la clé de sa piaule et un billet de vingt dollars. Ses papiers étaient dans son portefeuille. Pas moyen, donc, de prouver son âge pour boire un verre, ce qu’exigeait la loi de l’État. Jusqu’où ira ma poisse ?

— Un thé glacé sans citron, merci.

Il hocha la tête et se retourna pour préparer la commande. Elle resta à observer ses pieds jusqu’à ce que quelqu’un, à sa gauche, se racle la gorge. Pourvu qu’il ne s’agisse pas d’un poivrot décidé à la draguer, songea-t-elle, principale raison de son aversion pour les bars. Vanni prit une profonde inspiration avant de se tourner vers l’inconnu.

Elle le vit… et resta bouche bée. Quel choc ! Ce n’était pas un type lambda. Maxillaire, pommettes, bouche… tout, chez lui, trahissait l’Hybride. Un rapide coup d’œil permit à la jeune femme de constater qu’il avait les épaules larges et les biceps massifs. Il était en civil, contrairement aux autres membres de l’OPH qu’elle avait aperçus de loin, tous en uniforme noir.

Le jean aussi était tendu au niveau des cuisses. Un vrai malabar tout en muscles. Elle loucha de nouveau sur son visage. Décidément, au rayon poisse, je suis servie. Elle paniqua. Si Carl ou son père apprenaient qu’elle était en compagnie d’un Hybride, c’était la crise assurée.

Le costaud avait de très beaux yeux marron bordés de longs cils, et des cheveux noirs soyeux qui lui cascadaient sur les épaules. Il cilla avant de parler.

— Ça va, mademoiselle ? Vous êtes toute pâle et vos mains tremblent…

Le timbre grave de la voix de l’Hybride la fit frissonner. Pas de peur, cependant : c’était le type de voix qu’elle trouvait sexy. Rauque, très mâle et suave à la fois. Elle tenta de répondre. Sans succès.

Il se pencha vers elle.

— Je ne suis pas dangereux, si c’est ce que vous avez entendu sur nous autres. Jamais je ne vous agresserai. Vous préférez que je parte ?

Il esquissa le geste de se lever.

— Non ! parvint-elle à répondre, fâchée par sa propre réaction. Simple effet de surprise. Vous pouvez rester.

Le malabar se recala dans son siège. Le barman détourna l’attention de Vanni en posant devant elle son thé glacé et une boisson de couleur sombre devant l’Hybride. Elle sortit son billet.

— C’est pour moi, gardez la monnaie.

C’était le moins qu’elle puisse faire après l’avoir mis mal à l’aise.

— Vous n’étiez pas obligée.

Elle se tourna vers Voix-de-Basse tandis que le barman partait encaisser. Il avait le nez très large mais c’étaient ses yeux que l’on remarquait le plus : vraiment très beaux.

— Je vous dois bien ça, dit-elle. Mon humeur n’a rien à voir avec vous. Je suis sur les nerfs depuis ce matin.

Il leva son verre et en but une gorgée.

— Merci.

— Je vous en prie.

Il reposa sa boisson, s’essuya la main sur son jean et la lui tendit.

— Bonsoir, au fait. Je m’appelle Joyeux.

Toujours un peu sous le choc, elle songea à la rumeur qui affirmait que les Hybrides se choisissaient un nom reflétant leur personnalité. Le sien était chouette.

— Enchantée, moi, c’est Vanni.

Sa main était immense et chaude. Il serra celle de la jeune femme avec douceur.

— C’est joli et original comme prénom.

— C’est un diminutif, en fait. Pour Travanni. Une idée de ma mère, très portée sur les prénoms bizarroïdes. Je le déteste depuis toujours. Du coup, j’ai opté pour Vanni.

Elle but un peu de son thé pour s’obliger à ralentir le débit. Elle ne pouvait plus cesser de parler dès qu’elle était nerveuse… et être en compagnie d’un Hybride la mettait sur des charbons ardents. Aussi reprit-elle :

— Ma pauvre sœur a hérité de Mortimia. Elle refuse qu’on l’emploie et se fait appeler Mia. Maman doit faire une fixette sur les vampires.

— Je ne saisis pas, dit-il, l’air perplexe.

Elle sourit.

— Travanni m’évoque la Transylvanie, la région dont Dracula est originaire. Quant à Mortimia… c’est à mi-chemin entre Morticia et « mort et moi », non ?

Joyeux poussa un gloussement agréable à l’oreille.

— Je vois, merci. Et vous avez d’autres frères ou sœurs avec un prénom bizarre ?

— Notre frère aîné. Count, soit « comte ». Encore une allusion aux vampires, le comte Dracula. Maman dit que ça fait noble, mais on a tous compris où elle voulait en venir !

Tais-toi, se morigéna-t-elle, aussitôt détendue en constatant que l’Hybride éclatait de rire.

— Elle est loufoque mais on l’aime quand même.

— Et votre père, qu’est-ce qu’il en a pensé ?

Elle hésita avant de répondre :

— C’était un dingue de boulot. Sans cesse en voyage d’affaires à l’étranger, je ne pense pas qu’il ait eu son mot à dire. Il passait de temps en temps mettre ma mère enceinte et, zou, c’était reparti. On en rigole entre nous, il suffit de compter neuf mois en arrière à partir de nos dates de naissance pour connaître ses dates de vacances à l’époque. Il est à la retraite.

— Ça doit être sympa de l’avoir à la maison.

— On va dire ça, vu que mes parents ne se sont pas encore entre-tués…

Vanni but du thé pour s’obliger à garder le silence, elle n’allait quand même pas tout déballer sur sa famille dans l’unique dessein de faire la conversation.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LizzyNilde 2021-04-24T19:44:27+02:00

- Balancez tout dans mon carrosse, proposa Flamme. Je suis le mouvement.

- Tu t'amuses trop, soupira Jericho. Tu as tout du sale gosse.

- Et toi du père grognon, rétorqua Flamme.

Slash secoua la tête.

- Tenez-vous un peu, on nous regarde!

Vanni s'esclaffa et regarda Joyeux.

- Ils sont toujours comme ça ?

- Oui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myFreeSpirit 2021-03-23T22:33:42+01:00

— Je promets de te rendre heureuse, Vanni. Aie confiance. Jamais je ne te blesserai ni te laisserai tomber. C’est une bonne chose que je ne sois pas entièrement humain, parce que jamais je ne pourrai te tromper. Je sais que certains hommes le font. Pas les Hybrides. Pas moi. Jamais. Tu seras toujours la seule. Je ne laisserai personne te faire du mal.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myFreeSpirit 2021-03-23T22:32:01+01:00

La porte d’entrée s’ouvrit à la volée. Elle se tourna vers le living : c’était Joyeux, le visage fermé, qui claqua la porte et la rejoignit à grandes enjambées. Elle ouvrit la bouche pour lui demander ce qui s’était passé mais n’en eut pas l’occasion.

Il l’enlaça et l’attira tout contre lui. Fourragea dans ses cheveux de l’autre main et fondit sur elle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myFreeSpirit 2021-03-23T22:18:50+01:00

— Tu es toute rouge.

Elle le sentait sur ses joues, merci.

— Euh…, répéta-t-elle en faisant un autre pas en arrière.

Il combla l’espace.

— Tu es timide.

— Oui.

Ouf ! c’était sorti.

— Il n’y a pas de raison. C’est moi, Joyeux. Enlève ça et retourne-toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myFreeSpirit 2021-03-23T22:17:31+01:00

Où es-tu blessée ?

— Dans le dos. Je fonçais vers la porte principale quand j’ai reçu la décharge d’une saleté de pistolet à impulsion électrique. Rien de méchant.

Joyeux fit un pas vers elle, presque à la toucher.

— Montre-moi.

Il sentait le savon et le mâle. Cela réveilla des souvenirs brûlants de leur récente… proximité. Elle dut pencher la tête en arrière pour garder le contact visuel tant il était grand. Ses yeux étaient vraiment superbes, et elle s’y perdit un peu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par myFreeSpirit 2021-03-23T22:11:02+01:00

Elle le vit… et resta bouche bée. Quel choc ! Ce n’était pas un type lambda. Maxillaire, pommettes, bouche… tout, chez lui, trahissait l’Hybride. Un rapide coup d’œil permit à la jeune femme de constater qu’il avait les épaules larges et les biceps massifs.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2021-03-21T16:08:29+01:00

❝ Justice descendit le premier puis l'aida. Vanni sentit son anxiété grimper d'un cran en découvrant les parages : douze ou quinze Hybrides en tenue de combat devaient avoir les yeux rivés sur elle... sauf qu'ils avaient le haut du visage masqué par une visière teintée. Leurs bouches étaient crispées. Rien, dans leur physionomie, n'était amical. ❞

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2021-03-21T16:08:20+01:00

❝ - Non, murmura Vanni.

Alors que les souvenirs lui revenaient, elle ne fut pas surprise de se voir se frotter contre lui. Un spectacle... affreux. Dégradant. Une autre image lui revint : celle de ce chien qu'elle avait eu, gamine, et qui s'excitait sur toutes les jambes qu'il trouvait.

- Non, non, non, implora-t-elle. ❞

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode