Livres
572 950
Membres
632 808

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Hybrides, Tome 5 : Brute



Description ajoutée par plumanna 2018-12-02T10:57:27+01:00

Résumé

Ils ont été créés. Emprisonnés. Mais jamais brisés.

Brute a fait le serment de ne jamais coucher avec des humaines, car elles sont trop fragiles pour les étreintes brutales qu’il préfère. Mais la simple vue de Becca lui enflamme les sens, et le désir est réciproque. En apprenant qu’il doit vivre sous le même toit qu’elle, Brute se dit que ce sera l’occasion idéale d’approfondir ce qu’il sait des humains, si seulement il parvient à se contenir. Ses bonnes intentions sont réduites à néant lorsque tous deux sont enlevés et enfermés dans une cage. Brute replonge alors dans son pire cauchemar : ses ennemis le forcent à participer à des expériences d’accouplement et se servent de Becca pour obtenir ce qu’ils veulent de lui. Ils ne pourront compter que sur eux-mêmes pour survivre...

« Les livres de Laurann Dohner sont plus que fantastiques ! » - Dearauthor.com

« Si vous cherchez une lecture sexy pleine de mâles alphas, je ne peux que vous recommander cette série ! » - Under the Covers Book Blog

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 078 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Saya80 2019-02-21T23:31:14+01:00

Il suivit la musique et s’arrêta sous l’arcade menant au salon. Becca était assise au bar, accoudée devant une bouteille et un verre minuscule. Comme si elle devinait sa présence, elle tourna la tête. Il vit à son sourire et à ses yeux brillants qu’elle avait trop bu. Maladroitement, elle lui fit signe d’approcher.

— Salut, beau gosse. Tu veux un verre ?

Elle avait la voix pâteuse, et la manière dont elle venait de l’apostropher le mettait mal à l’aise.

— Je m’appelle Brute. Je ne connais aucun Hybride capable de se choisir un tel nom.

— Je sais comment tu t’appelles, répliqua-t-elle avec un petit gloussement. Tu es mignon et tu le sais, hein ?

Elle le trouvait attirant. Cela le laissait sans voix.

— Tu veux un verre ? répéta-t-elle en tapotant le siège voisin du sien. Ça ne brûle même plus le gosier.

Il fit un pas dans la pièce.

— Je ne bois pas d’alcool, mais merci quand même. Tu en as bu combien ?

— J’en sais rien. (Elle bougea un peu sur son siège et manqua de tomber). Pas assez, en tout cas. Je suis encore consciente.

— La consommation d’alcool rend ivre, émousse les réflexes et fausse la logique.

Elle éclata de rire.

— Tu es trop mignon.

Il haussa les sourcils. Personne ne lui avait encore dit cela. On l’avait traité de bête féroce ou de salopard, entre autres termes fleuris, mais jamais on ne lui avait fait un tel compliment. Il commençait à se faire du souci pour l’équilibre mental de la jeune femme.

— Tu ferais peut-être mieux d’aller te coucher. Il paraît que les choses paraissent toujours plus roses le matin.

— Il est trop tôt. Viens par là, l’invita-t-elle en tapotant de nouveau le tabouret. Je vais pas te mordre.

— Tu n’as pas peur que ce soit moi qui te morde ?

Il ne put résister à l’envie d’entrouvrir les lèvres pour lui montrer ses canines, mais, curieusement, elle ne semblait pas en avoir peur, contrairement à tous les autres humains qu’il avait rencontrés.

— Non. Allez, approche. Tu es un peu flou, déclara-t-elle en fronçant les sourcils avant de glousser comme une adolescente. Je ne bois pas souvent mais, quand je me décide, je n’y vais pas avec le dos de la cuillère.

Encore une expression qu’il ne connaissait pas. Il s’approcha prudemment d’elle. C’était une mauvaise idée, il en était persuadé. Il aurait mieux fait de monter dans sa chambre, mais son inquiétude avait pris le dessus. Elle avait besoin de quelqu’un pour la protéger. Son compagnon n’était plus là pour le faire et son père ne vivait pas avec elle. C’était donc à lui de veiller à ce que rien de fâcheux ne lui arrive tant qu’elle était dans cet état.

Il s’assit, bien trop près d’elle à son goût, et se mit à prier qu’elle ne vomisse pas, comme c’était parfois le cas dans les films.

— Je ne comprends pas pourquoi tu infliges cela à ton corps.

— Les calories, tu veux dire ? demanda-t-elle en se regardant. C’est vrai que j’aurais quelques kilos à perdre. Je reste assise toute la journée au boulot mais, après tout, je n’ai personne à séduire.

— Les calories ?

— Oui, parce que je suis un peu trop ronde.

Il l’étudia attentivement.

— Tu es très petite. Tu ne dois pas être bien lourde.

— Je pèse soixante-douze kilos, dit-elle en éclatant de rire avant de plaquer la main sur sa bouche. Mais je mens toujours sur mon poids. Je dis que je pèse dix kilos de moins.

— Pourquoi ?

— Pour quelle raison je mens ? (Elle se pencha vers lui et lui posa la main sur le torse.) Toutes les femmes font ça. On ment sur notre poids, sur notre âge et sur notre expérience sexuelle.

Il n’y comprenait rien et la chaleur de la paume de Becca sur sa poitrine ne l’aidait pas à réfléchir, bien au contraire.

— Pourquoi ? répéta-t-il.

— Tu veux savoir un truc sur les humains ? Ce sont des menteurs. Les hommes comme les femmes. Si tu vois nos lèvres s’ouvrir, attends-toi à entendre n’importe quoi. C’est dans la nature humaine. Personnellement, je déteste avouer que je n’ai couché qu’avec deux hommes, parce qu’on trouverait ça pitoyable. Et je mens sur mon âge parce que j’approche des trente ans. C’est un cap terrible pour une femme. Et, pour le poids, les vêtements amples aident à camoufler les bourrelets.

— Les quoi ?

— Tu sais, les rondeurs disgracieuses.

Il la regarda de la tête aux pieds, s’arrêta à ses seins, fronça les sourcils et releva la tête.

— Je ne vois rien de disgracieux.

Elle lui prit la main et l’attira jusqu’à sa taille.

— Appuie.

Il obéit. L’élasticité de son corps et la souplesse de sa peau à travers ses vêtements le laissèrent sans voix.

— Tu sens ? Des poignées d’amour.

Il ôta la main.

— C’est très agréable.

— À toucher, peut-être, mais pas à voir. Qu’est-ce que tu es gentil, soupira-t-elle en lui tapotant le torse. J’espère que les membres de l’équipe de mon père ne déteindront pas sur toi. Les hommes peuvent être de vrais abrutis, mais, toi, tu es différent.

— Je suis franc.

Elle plissa les yeux, se lécha les lèvres et descendit un peu la main pour en recouvrir son cœur.

— Ne change pas.

— Je n’aime pas la dissimulation.

— Moi non plus. (Avec une grande inspiration, elle recula, retira sa main et fit face au bar.) Mais c’est souvent nécessaire.

— Je ne comprends pas. Tu as des secrets à protéger ?

Elle leva son verre, en but une gorgée, puis le reposa avec une grimace.

— Je ne sens plus la brûlure, mais le goût est merdique.

Il inspira. L’odeur vile de l’alcool était bien là, mais il ne sentait rien qui pouvait rappeler les excréments.

— Ne bois pas ça.

— Ça aide, répondit-elle, le regard fixe. Par moments, j’ai envie d’oublier des choses. Quand je suis triste, ça me permet de les effacer.

— Tu as besoin de soins ? demanda-t-il, plus inquiet que jamais.

Il se pencha vers elle et la renifla plus attentivement. Elle sentait la fraise, les céréales et la lessive, mais il ne repéra aucune odeur de maladie.

Elle tourna la tête vers lui et lui sourit.

— Qu’est-ce que tu fais ?

— Tu n’as pas l’odeur chimique des humains qui prennent des médicaments. Elle ressort toujours par les pores. Tu es malade ?

— Non, c’est juste que j’ai un goût de merde en ce qui concerne les hommes et que mon père me rend dingue. Je pense que mon grand-père m’a laissé le pavillon parce qu’il se doutait que, sans ça, je couperais les ponts avec mon père. On ne s’entend pas.

— C’est dur d’avoir des parents ?

Elle lâcha son verre et se tourna vers lui.

— Tu n’en as pas idée ! Il est insupportable.

Elle posa la main sur sa cuisse, juste au-dessus du genou, et il baissa les yeux pour regarder ses petits doigts recroquevillés sur son pantalon.

— Il peut être si con par moments, à vouloir tout contrôler et tout juger. Quand j’étais plus jeune, il fallait toujours que je sois parfaite, sinon j’avais droit à un sermon. Lui, il ne l’est pourtant pas du tout, mais j’étais censée l’être.

— Est-ce que les humains sont tous aussi tactiles ? demanda Brute en relevant la tête.

Elle baissa les yeux, éclata de rire et lui serra la cuisse.

— Désolé, s’excusa-t-elle en le lâchant. Tu as vraiment des yeux magnifiques, je te l’ai déjà dit ? Je les trouve superbes. Tu vois en couleur ?

— Oui, ma vision est parfaite.

— Mon père pense que tu as des gènes de lion ou de panthère. Tu as une queue ?

Cette question le laissa bouche bée.

— Ça ne changerait rien, d’ailleurs, continua-t-elle comme si de rien n’était. Je te trouverais toujours aussi sexy.

— Ma peau est naturellement plus chaude que la tienne, mais je n’ai pas de queue.

Elle recommença à glousser, amusée par cette réponse. Brute aimait le son de son rire et les petites rides que cela faisait apparaître sur ses joues. Elle se lécha de nouveau les lèvres.

— Ce que tu peux être marrant ! Tu danses ?

— Oui.

— J’en étais sûre, répondit-elle en regardant ouvertement son torse avant de soupirer. Mais tu es hors limites. Évidemment. J’ai vraiment pas de veine, je te l’ai déjà dit ?

— Tu as envie de danser ? (Les paroles de la jeune femme lui semblaient incohérentes, probablement à cause de l’alcool qu’elle avait ingurgité.) Il se trouve que j’aime beaucoup ça.

— J’ai pas de billets sur moi.

Elle éclata de rire et faillit glisser de son tabouret. Brute la rattrapa délicatement par la taille pour l’aider à conserver l’équilibre.

— Danse avec moi.

Il se leva et l’incita à faire de même. Elle vacilla un instant. Il remarqua alors qu’elle était pieds nus et que ses chaussures étaient par terre, à côté du tabouret.

— Le rythme lent t’endormira. Je ferai en sorte que tu ne tombes pas.

— Tu veux que je m’endorme ? demanda-t-elle en se collant à lui, minuscule et molle dans ses bras. C’est logique, après tout. La plupart des hommes auraient envie de violer une femme dans cet état.

— Tu es soûle et tu ne sais plus ce que tu dis. Jamais je ne ferais une chose pareille.

— Dommage, marmonna-t-elle en posant la main sur son torse tout en serrant les doigts sur son biceps. Montre-moi ce que tu sais faire, beau gosse.

Sans prêter attention au rythme soutenu du morceau de rock, il l’agrippa fermement pour éviter qu’elle tombe en cas d’évanouissement et se balança doucement.

— Tu sens super bon, murmura-t-elle en lui caressant la peau du bout des doigts. Et tu es vraiment costaud.

— Merci. Je ne représente aucun danger pour toi.

Elle se serra contre lui et il vit qu’elle avait fermé les yeux.

— Je n’ai pas peur de toi.

Le léger contact des ongles de Becca sur sa peau faisait naître en lui une érection incontrôlable. Cette cohabitation était décidément une mauvaise idée, surtout avec une femme qui buvait et qui admettait manquer de franchise.

— Tu as une copine, Brute ?

— Non.

— Il y en a qui ne savent pas ce qu’elles manquent. Tu es trop chou de danser avec moi.

— Encore un terme dont je n’avais jamais été affublé, dit-il en souriant. Tu es amusante quand tu bois, Becca.

— Merci. (Elle lui lâcha les bras et posa les mains sur ses épaules.) Est-ce que tu t’es senti insulté quand je t’ai demandé si tu avais une queue ou si tu voyais en couleur ? C’est sorti tout seul, désolée. Ce sont des questions taboues ?

— Pas du tout. Tu éprouves de la curiosité pour moi, comme j’en éprouve pour les humains.

Becca leva la tête et ouvrit les yeux. Voyant qu’elle ne bougeait plus, Brute s’immobilisa lui aussi et soutint son regard.

— Tu as de l’ADN de lion ou de panthère ?

— Je n’en sais rien. On n’a pas retrouvé mon dossier.

— Je peux toucher tes cheveux ? Ils sont si beaux et si longs que j’en meurs d’envie depuis tout à l’heure. Quel dommage que tu ne les lâches pas.

Cette requête le surprit.

— Si je ne les attache pas, ils me gênent. Vas-y si tu en as envie. Ils poussent très vite, je vais bientôt devoir les recouper.

Elle se pencha vers lui et il fit passer sa queue-de-cheval par-dessus son épaule. Becca lui caressa les cheveux et sourit.

— Je t’en prie, ne fais pas ça. Ils sont aussi soyeux qu’ils en ont l’air, ce serait un crime.

Il avait envie de lui demander lui aussi s’il pouvait toucher sa peau douce, mais il se retint, car il savait que ce serait incorrect.

— Je vais me coucher, dit-elle en lâchant sa queue-de-cheval et en laissant glisser les mains sur son torse. Ouais, je crois que ça vaudrait mieux.

— Je vais t’escorter jusqu’à ta chambre. Tu ne tiens pas très bien debout.

— OK, merci.

Elle recula d’un pas et il la lâcha. Elle vacilla un instant, puis pivota sur elle-même et se dirigea vers l’arcade. Brute la suivit comme son ombre. Contrairement à ce qu’il craignait, elle franchit l’escalier sans encombre. Une fois à la porte de sa chambre, elle tourna la tête et le regarda droit dans les yeux.

— Bonne nuit, Brute. Fais de beaux rêves.

Il hocha la tête, se retenant de lui dire que, lorsqu’il rêvait, il faisait toujours des cauchemars qui lui rappelaient sa captivité. Il lui arrivait de se réveiller en sursaut, trempé de sueur, persuadé qu’il était toujours prisonnier.

Elle ferma la porte mais il resta plusieurs secondes immobiles, l’oreille tendue, pour vérifier qu’elle ne s’évanouissait pas. Il entendit le glissement des vêtements de la jeune femme et il ferma les yeux pour essayer de penser à autre chose. Il éprouvait une envie irrépressible de la voir nue. Lorsque le sommier craqua sous son poids, il ne bougea toujours pas et attendit encore quelques minutes le temps que sa respiration lui indique qu’elle s’était endormie.

Il poussa un grand soupir, ouvrit les yeux et redescendit pour couper la musique et vérifier que toutes les portes étaient bien fermées. Il ne se sentait pas chez lui dans cette maison, loin des siens, seul au milieu des humains.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Bronze

Pour être franche, ce tome ne resteras pas l'un de mes préférés.

Becca m'a littéralement tapé sur le système ! Et l'histoire était trop similaire aux précédents livres de cette série.

L'auteure aurait pu exploiter le mensonge du père par exemple mais non les 3/4 du livre tourne autour du sexe ou du personnage féminin qui pleurniche pratiquement en permanence.

Spoiler(cliquez pour révéler)En plus, tout le monde s'en tire à bon compte dans cette série et s'a m’énerve parce que si c'était pas le cas cela pourrait faire rebondir l'histoire. Le père demande un faux rapport à un psy pour séparer le couple et il reçoit même pas une tape sur la mains !!! Quant à Trisha (que j'aimais jusqu'à ce tome) elle file une pilule avortive à Becca et l'autre lui met pas son poing dans la g***le !!!!

En définitive, je n'arrêterais pas cette série mais je pense lire le ou les prochains tomes à reculons.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par lafrite77 2021-11-26T05:50:52+01:00
Or

En début de lecture, je pensais que Becca est une personne combattive et bien non, elle perd son temps à pleurer et se lamenter.

Brute je me serais attendue à une autre reaction, ce qui lui arrive la moitié du 1er livre, il le vit assez bien ce qui lui arrive

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mava-chan 2021-11-14T21:50:29+01:00
Argent

Nous suivons ici la romance entre Brute et Becca.

Parmi les points positifs, je suis toujours enjouée de retrouver l'univers des Hybrides et toujours très curieuse de découvrir les situations incongrues qui mèneront à la romance.

Même si Brute n'est pas mon protagoniste préféré, je trouve que son caractère a relevé le niveau du tome.

Néanmoins, ce qui m'a le plus fait plaisir est la présence de Slade et de Trisha ainsi que les nouvelles indirectement données à propos de Rage, Ellie, Vaillant et Tammy (on voit de suite à quels couples vont mes préférences). Je ne peux que souhaiter pouvoir lire un jour une suite exhaustive de leurs histoires.

Passons maintenant aux bémols.

Tout d'abord, et j'ignore si c'est parce qu'il s'agit peut-être d'une première édition, mais je me suis aperçue de plusieurs coquilles tout au long de ma lecture. Parfois même plusieurs au sein d'une même page. Qu'il s'agisse des oublis de mots, des prénoms de personnages qui sont intervertis ou encore d'une nouvelle traduction de prénom - j'ai mis quelques secondes avant de comprendre que "Furie" était censé désigner Rage, prénommé Fury en anglais / Tigre qui reste "Tiger" comme en anglais - autant de petits détails cumulés qui m'ont sorti de ma lecture.

Mon autre contrariété, vous l'aurez deviné, me vient de Becca. J'ai hâte de retrouver les héroïnes futées et courageuses des premiers tomes plutôt que les têtes de mules caractérielles.

J'avais eu bon espoir en entamant le récit. Les traits d'humour de Becca faisaient mouche et sa façon de glaner des indices m'ont tenu en haleine malgré son antagonisme avec son père. Un père qui m'a paru comme étant surprotecteur au possible, aussi cela ne m'avait pas alerté sur le moment.

Malheureusement, après une première partie dévorée en un clin d’œil, les réactions de Becca se sont révélées terriblement excessives. Leurs interactions n'étaient pas agréables à lire, le comment du pourquoi du comportement de Becca est expliqué bien tard et j'ai eu l'impression que nos deux loustics sont passés de l'incompréhension à la lune de miel d'un claquement de doigt. Il en va de même de l'opinion de Tim, le père de Becca.

En bref, un tome mi-figue, mi-raisin d'une série que j'affectionne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par yue1912 2021-10-21T15:12:23+02:00
Or

J'ai bien aimer ce livre, l'histoire était captivante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par momo17700 2021-10-12T03:24:32+02:00
Or

Ce livre n 'est pas le meilleur de la série mais ça reste une bonne série malgré quelques tomes ratés, donc j’attends la suite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jo-36 2021-10-05T22:12:44+02:00
Argent

J'ai bien aimé le personnalité de Brute, même si son prénom ne lui correspond pas. L'intrigue m'a plus, seul bémol, Becca, j'ai un peu moins accroché à son personnage, dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alanya 2021-09-18T02:40:48+02:00
Argent

Que dire de cette lecture? C'est un bon tome. J'ai passé un bon moment de lecture, même s'il y a quelques bémols par endroits. À dire vrai, je classe ce roman dans l'argent, mais s'il y avait une catégorie chevauchant l'argent et le bronze, c'est là que je l'aurais glissé.

D'abord, au point de vue de l'intrigue: la première partie du roman l'action s'enchaine à une vitesse folle. L'intrigue nous tient en haleine, même si on se doute que cela finira par s'arranger. S'ensuit une baisse dans le rythme. Et à la fin, le tout est un peu répétitif Spoiler(cliquez pour révéler) d'accord, Becca a des raisons de douter, la situation dans laquelle elle et Brute se sont trouvés n'avait rien d'une sinécure et les hormones n'aident pas, mais ce n'est pas une raison pour faire répéter vingt fois la même rengaine à Becca . L'auteure aurait pu resserrer cette partie de l'histoire ou alors exploiter, je ne sais pas, l'idée d'un choc posttraumatique. La façon dont tout se règle, un peut trop rapidement d'ailleurs, aurait pu être mieux présenté aussi. Un juste milieu dans le dosage de l'intrigue n'aurait pas nui.

Une autre chose vient du fait où comme dans tous les autres tomes, du point de vue des sentiments, l'auteure aurait pu étirer un peu le tout pour que ce soit un peu plus crédible. Faire en sorte que les personnages se fréquentent depuis un peu plus longtemps, disons! Oui, d'accord, les coups de foudre existent, et les hybrides tombent rapidement sous le charme, comme les autres créatures des autres séries de Bit-Lit que l'on trouve (que ce soit Vampires, Changelings et j'en passe). Par contre, du côté des humains/humaines... Spoiler(cliquez pour révéler)en tout cas on pourrait éviter la formule «Roméo et Juliette» du temps de Shakespeare où les règles de l'écriture dramatique forçait à ce que tout se déroule sur un court laps de temps: 1er soir: 1ere rencontre au bal, amour fou déclaré juste après ce dernier, 2e jour: mariage secret, drame dans l'après-midi, consommation et seule nuit d'amour, 3e jour :exile, mariage forcé et mort...

Côté personnages, j'ai bien aimé Brute. Il entre dans la continuité des autres personnages principaux hybrides. C'est-à-dire, protecteur, têtu, attentionné, un brin possessif. Pour ce qui est de Becca, j'avais bien aimé au départ, son côté courageux et fort de caractère, mais à la fin, disons que les hormones n'ont pas aidé.

Pour les personnages secondaires, j'apprécie toujours autant Brise. Pour ce qui est de Trisha... disons qu'elle était placée comme qui dirait entre l'arbre et l'écorce dans cette intrigue. Heureusement, elle se rattrapeSpoiler(cliquez pour révéler) mais je n'aurais rien dit si Becca l'avait envoyé promener et mis une claque après la révélation qu'elle lui avait faite. Tim Oberto ici joue un peu l'antagoniste à un moment... Contrôlant, autoritaire, qui ne se mêle pas de ses affaires et qui s'ingère dans la vie de sa fille à ce point, on a envie de lui donner quelques bonnes claques. Il s'en tire même à trop bon compte. L'auteure aurait pu faire en sorte que Becca apprenne ce que son père avait fait. C'est tout de même lui qui est responsable de ce qui arrive à un moment de l'intrigue. Spoiler(cliquez pour révéler)Becca aurait sans doute moins pleurniché et répété la même rengaine, si elle avait su la vérité sur l'intervention de son paternel dans sa relation avec Brute... Sinon, même si aperçut brièvement, c'est toujours un plaisir de revoir Tigre, Flamme, Slade, Justice et Jessie et les autres.

Enfin, un dernier point qui m'a fait grogner, et ici ce n'est pas au niveau de l'intrigue ou des personnages et hors du ressort de l'auteure originale. Je veux parler de la traduction et des fautes de français ou encore fautes de frappe! Je ne dirais pas s'il y en avait une ici et là, c'est normal parfois quelques coquilles. Mais là... J'ai cessé des compter. À titre d'exemples, à certains moments, dans la même page «Tigre» devient «Tiger», un personnage s'adresse à lui-même du genre «Randy s'adressa à Randy». Bref, ça m'a fait sourciller à plus d'une reprise.

Enfin, malgré tout on passe un bon moment de détente avec cette série, une lecture sans prise de tête.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Matsumoto-1 2021-08-28T22:54:25+02:00
Commentaire ajouté par Justiin3 2021-08-23T21:56:49+02:00
Argent

Brute & Becca

Je trouve que cette saga, c’est tout ou rien, soit on adore un tome soit on le déteste.

Pour être franche, ce tome-ci n'est clairement pas mon préféré, Becca m’a un peu saoulé à pleurnicher sur son sort, et elle est tellement soumise à son père, elle dit qu’elle gère sa vie, mais elle doit toujours obéir à papa ! Non mais grandit !

J’ai aimé l’aspect captivité, mais je m’attendais à plus de souffrance, de violence un peu de hard quoi et franchement, ce n'était pas si ouf, loin de là. Dans ce tome, il y a beaucoup de sexe, c’est souvent ça dans les bit-lit, mais ce qui les rends pas très intéréssante, c’est que les scènes de sexe ne varient pas beaucoup… J’ai du mal à retrouver la brutalité, la confiance et le partage qu’il y avait dans le tome 1.

Dans ce tome, Trisha, va également prendre des décisions à la place de Becca qui m’ont fait enrager. D’où elle se permet de prendre ce genre de décision, sérieux !

Malgré tout ça, le roman se dévore en très peu de temps et l’additivité reste présente, mais de moins en moins, j’espère que le tome suivant qui est sur Colère sera mieux, et pas avec une humaine, j’espère, car ils sont tous anti-humains et finissent toujours en couple avec…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par BCM65 2021-08-03T13:40:03+02:00
Bronze

J’ai pas aimé le personnage féminin

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MarieElisabeth 2021-06-25T09:23:08+02:00
Pas apprécié

Peu d'intérêt pour ce cinquième tome qui ressemble à un mix des 4 premiers.

C'est encore une histoire d'amour entre une humaine et un hybride (franchement, ça tourne un peu en rond, du coup on est toujours rendu à parler des mêmes problématiques...). Ne peut-on pas avoir une histoire d'amour entre deux hybrides ? ou entre une hybride femelle et un homme ? La réponse est non … car l'auteur devrait oublier l'écriture facile et le jeu de domination entre le "mâle" et la femme. Bref.

On a encore droit à une scène d'enfermement entre nos deux héros.

Encore droit à une ou deux scènes de sexe "forcé" : désolée mais quand une femme dit non, c'est NON. Peu importe qu'elle soit " à toi " bichon, peu importe qu'elle soit excitée. Je n'arrive pas à cautionner ça. Du coup, impossible de m'identifier, de rentrer dans le livre, je m'imagine dire "non" et ne pas être entendue.

Afficher en entier

Dates de sortie

Hybrides, Tome 5 : Brute

  • France : 2019-02-20 - Poche (Français)
  • Canada : 2019-04-15 - Poche (Français)

Activité récente

Kryo l'ajoute dans sa biblio or
2021-11-01T22:52:00+01:00

Titres alternatifs

  • Brawn (New Species, #5) - Anglais

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 1078
Commentaires 99
extraits 14
Evaluations 337
Note globale 8.09 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode