Livres
476 062
Membres
454 802

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MarinaRose 2019-09-25T21:17:27+02:00

Voyant que Joyeux inspirait bruyamment, la jeune femme se renfrogna.

— Arrête de faire ça.

— L’odeur s’intensifie. Tu ferais peut-être mieux de rester ici. Je vais conduire Richard et je te rapporte de quoi manger.

— Quelle odeur ? demanda Richard en les regardant tour à tour.

— Zandy entre en phase d’ovulation.

— Je vois, répondit Richard en reculant tout en mimant une croix avec ses doigts. Tu entres dans cette période du mois, hein ? Tu aurais dû m’avertir. Comme ça, j’aurais apporté des chocolats pour t’amadouer. Ça marche à merveille avec ma femme quand elle va avoir ses règles.

— J’ai dit ovulation, pas menstruation, le corrigea Joyeux. Comment est-ce que je peux en savoir plus que toi sur les humaines alors que tu es marié ?

Richard rougit à cette remarque, puis sourit.

— Oh, mais c’est une bonne nouvelle, alors ! Parce que la période des règles, entre nous, ça me fiche une peur bleue.

— Bon, on pourrait changer de sujet ? intervint Zandy. Je meurs de faim.

Joyeux lui ouvrit la porte, inhala une nouvelle fois et poussa un grognement.

— Quand même, qu’est-ce que tu sens bon !

— Arrête de dire ça !

Afficher en entier
Extrait ajouté par melomiss 2019-10-07T15:43:37+02:00

— Merci, Zandy.

— Merci pour quoi ? D’être tombée enceinte aussi facilement ? plaisanta-telle.

— C’est un bonus, mais non, pas pour ça. Merci d’être entrée dans ma vie. Je suis fou de bonheur et c’est grâce à toi. Spoiler(cliquez pour révéler)Tu es tout pour moi. Toi et notre bébé.

Zandy l’embrassa.

— Tu es toute ma vie toi aussi. Tu me rends si heureuse, Tigre. Tu es vraiment mon ange. Il sourit.

— Un ange, vraiment ? dit-il en la soulevant pour l’empaler sur lui. Ça te paraît angélique, ça ? Zandy gémit son nom.

— Curieusement, oui. Tu me fais monter au ciel chaque fois.

— Allons-y ensemble, alors, répondit Tigre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MarinaRose 2019-09-25T21:14:19+02:00

— Tu représentes un grand danger pour moi. Je ne suis pas du genre à prendre une compagne, Zandy. Je refuse de m’engager de cette manière. J’aime ma liberté après toutes les années que j’ai passées emprisonné dans un laboratoire. Un mâle qui se met en couple ne vit plus que pour sa femelle. Il est prêt à tuer tout autre mâle qui s’approche d’elle. Il ne peut plus dormir sans qu’elle soit dans ses bras. Il devient fou à l’idée de la perdre. Il s’imprègne de son odeur. C’est…

Il se tut, mais elle le relança, curieuse.

— C’est quoi ? Je n’avais jamais entendu parler de tout ça.

— Une fois qu’un mâle revendique une femelle, il ne peut plus se passer de son odeur. Il a besoin qu’elle sente comme lui et il a besoin de son parfum sur lui. Une fois imprégné de celle de sa compagne, il ne supporte plus d’avoir l’odeur d’une autre femelle sur lui et, s’il a imprégné une femelle de son odeur, il ne peut plus coucher avec personne d’autre. Si sa compagne avait des relations avec un autre mâle, je pense qu’il deviendrait fou et qu’il massacrerait tous ceux qui auraient le malheur de se trouver entre lui et celui qui l’a touchée. Il le tuerait. C’est… (il hésita) c’est très effrayant et je n’ai pas envie de me retrouver coincé dans cet engrenage. Mais si je désirais prendre une compagne ce serait toi, Zandy. C’est pour ça que tu es dangereuse : parce que, depuis que je te connais, j’envisage cette possibilité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MarinaRose 2019-09-25T21:15:59+02:00

— Tu ne laisses pas nos mâles indifférents, et l’un d’entre eux pourrait peut-être te rendre heureuse. Ils travaillent dur et ils sont fidèles. Si tu viens danser avec moi ce soir, je pourrai te présenter plusieurs beaux spécimens. J’ai couché avec beaucoup d’entre eux et je pourrai te dire lesquels valent le déplacement.

— Euh… non merci, balbutia-t-elle, éberluée que son amie cherche à la pousser dans les bras de ses anciens amants.

— Remarque, tu es assez menue et nos mâles sont massifs. (Rivière hésita un instant avant de continuer). Leurs attributs sexuels sont plus gros que ceux des humains et, si l’un d’entre eux essayait de te monter, il risquerait de te faire mal.

Richard s’étouffa sur son steak et éclata de rire entre deux quintes de toux, puis sourit à Zandy.

— Qu’est-ce que je te disais ? Je passe mes journées à rigoler, ici !

— J’ai dit une chose qu’il ne fallait pas ? demanda Rivière en les regardant tour à tour. C’est la vérité. Nos mâles sont plus impressionnants que les vôtres. S’ils couchaient avec toi, Zandy, il faudrait qu’ils fassent attention. À ta place, j’éviterais les canins. Une fois qu’ils ont éjaculé, la base de leur pénis se met à gonfler et je pense que ça te ferait très mal.

Richard riait tellement qu’il recracha ce qu’il était en train de boire.

— J’adore ce boulot ! Mais elle n’a pas tort, Zandy, tu ferais mieux de te méfier. Tu as d’autres conseils avisés de ce genre à lui donner, Rivière ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par MarinaRose 2019-09-25T21:13:17+02:00

Slash lui ouvrit les portes et Zandy entra dans une grande pièce en open space, meublée d’armoires de rangement et de deux grands bureaux. Un homme travaillant à l’ordinateur leva les yeux, sourit et se leva.

— Salut. Je m’appelle Richard Vega. Tu dois être Zandy Gordon ? Et toi, Slash, ça va aujourd’hui ?

— Très bien, Richard, merci. La voilà. (Il fronça les sourcils.) Rappelle-toi ce qu’on t’a dit. Pas de sexe avec elle.

Zandy en resta bouche bée et se tourna vers Slash, les yeux écarquillés, mais ce dernier avait déjà tourné les talons pour sortir. Son nouveau collègue éclata de rire.

— Ah ! leur tact légendaire… je suis plié de rire chaque fois, dit-il en retournant à son bureau. On m’a dit pourquoi tu avais quitté ton dernier emploi. Ce qu’il voulait dire, c’est que je ne devais rien faire qui puisse passer pour du harcèlement sexuel. C’est juste qu’ils s’expriment parfois un peu bizarrement. Désolé, mais c’était vraiment marrant. Tu aurais dû voir ta tête ! Rassure-toi, je ne suis pas fou, promis. Tu veux t’asseoir ? Voici ton bureau.

Elle se détendit et s’installa. Le fauteuil était confortable et elle posa son sac par terre avant d’étudier Richard. Il approchait de la quarantaine et il était de type hispanique, avec des cheveux noirs légèrement grisonnants et des yeux rieurs.

— Les Hybrides, soupira-t-il. Il faut un peu de temps pour s’habituer à eux, mais ce sont vraiment des gens bien. Cela dit, j’espère que tu as le sens de l’humour, parce que tu en auras besoin.

— C’est vrai que sa phrase m’a surprise, admit-elle en souriant.

— L’homme que tu remplaces est parti en Arizona pour s’occuper de ses petits-enfants. Et je ne l’ai pas harcelé sexuellement, si tu te poses la question.

Zandy éclata de rire.

— C’est toujours bon à savoir ! Au fait, est-ce que toute la Réserve est au courant de la raison pour laquelle j’ai quitté mon emploi ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par louloute2594 2019-08-23T13:03:41+02:00

Zandy savait qu’elle était dans les emmerdes jusqu’au cou. Elle était juste sortie prendre quelques verres pour noyer son chagrin. Comment la situation avait-elle pu dégénérer à ce point ? Un verre éclata contre le mur, l’aspergeant de bière, et elle se recroquevilla sur son siège pour se faire aussi petite que possible.

Un homme s’écroula à ses pieds en grognant, puis tenta de se redresser tant bien que mal. Zandy se leva d’un bond en faisant crisser les pieds de sa chaise.

La bagarre se rapprochait. Ces abrutis avinés s’en donnaient à cœur joie et elle était coincée au fond du bar. Paniquée, elle chercha une sortie. Même une fenêtre aurait fait l’affaire, mais elle était entourée de trois murs massifs et, pour s’échapper, elle devait traverser la mêlée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-10-02T18:33:05+02:00

Zandy savait qu’elle était dans les emmerdes jusqu’au cou. Elle était juste sortie prendre quelques verres pour noyer son chagrin. Comment la situation avait-elle pu dégénérer à ce point ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Naheiko 2019-08-28T11:21:19+02:00

Zandy ferma les yeux et se recroquevilla sur elle-même, comprenant qu'elle venait d'agresser sexuellement un Hybride, un humain à l'ADN en partie animal, créé de manière illégale par une entreprise pharmaceutique...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode