Livres
521 039
Membres
537 102

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Hymnes à l'amour



Description ajoutée par Lilou 2009-08-24T23:16:18+02:00

Résumé

Quatrième de couverture

Pourquoi le père d'Anne a-t-il demandé, dans son testament qu'on donne à une certaine dame résidant à Genève le disque bien connu d'Edith Piaf Hymne à l'amour ? Pourquoi la même chanson a-t-elle une si grande importance pour sa mère, comme si elle avait été l'hymne national d'une passion défunte ? Plus tard, bien plus tard, Anne partira pour Genève, à la recherche de la mystérieuse dame qu'avait aimée son père. Ce beau livre, écrit avec tendresse, recèle bien d'autres histoires. Par exemple celle de Madeleine, qui avait illuminé les jeunes années de l'auteur. Il était si doux, pour les enfants, de se blottir contre ses jolis seins. Malgré la déchéance finale de Madeleine, elle aussi inspire un hymne à l'amour. De temps en temps, l'illustre grand-père, François Mauriac, apparaît au moment le plus insolite. Va-t-il se fâcher ? Le temps qui a passé permet d'en rire. On oublie pour un instant tous ces coeurs blessés, qu'Anne Wiazemsky sait faire renaître avec l'ambiguïté du souvenir.

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par ilovelire 2019-10-26T16:55:04+02:00

Le vendredi 11 octobre 1963, on interrompit les programmes habituels de la radio pour annoncer un flash spécial : Édith Piaf venait de mourir dans son domicile du 67, boulevard Lannes, à sept heures du matin. À peine quelques heures plus tard, c'était au tour de Jean Cocteau, un écrivain que j'admirais et que mon grand-père m'avait permis de rencontrer lors de l'admission à l'Académie française de René Clair.

Ces deux morts me bouleversaient particulièrement. Elles en anticipaient une autre, encore plus effroyable, mais annoncée celle-là, programmée pourrait-on dire.

Papa était à la maison et se mourait d'un cancer. Il maigrissait, s'affaiblissait, passait beaucoup de son temps allongé. Quand la souffrance devenait insoutenable, on lui administrait du palfium . La souffrance allait devenir de jour en jour plus insoutenable.

« Il n'y a aucun espoir, il en a pour six mois », avait déclaré à maman le chirurgien qui l'avait opéré. C'était à Genève par une chaude et belle matinée de juin.

Maman était accompagnée par son frère Jean. Que se dirent-ils alors ? Qui décida l'autre ? Je ne l'ai jamais su et peu importe. Quand ils retournèrent au chevet de mon père, leur décision était prise : ne pas lui dire la vérité, jamais, à aucun moment. Lui mentir. Entretenir son espoir jusqu'au bout. Ils obtinrent l'accord complice de toute la famille et de leurs amis.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

Hymnes à l'amour

  • France : 1996-03-05 - Poche (Français)

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 0
Extraits 3
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode