Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Hypermnestra : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Keleana, Tome 3 : L'Héritière du feu Keleana, Tome 3 : L'Héritière du feu
Sarah J. Maas   
Lu enfin !

Bon maintenant par où commencer car je crois être passée par toutes les émotions possibles !

Je le classe en Argent car comparé à ses 2 petits frères qui comme le bon vin se sont bonifiés avec le temps, celui ci me laisse comme un arrière goût de bouchon.
La fin du tome 2 m'avait laissé sans voix et très impatiente de la suite, qui il faut bien le dire s'est fait attendre, prolongeant ainsi la torture. Malheureusement, je suis de ces personnes dont le désir s'effrite rapidement au fils des mois qui passent, alors peut être n'étais-je pas dans le meilleur état d'esprit pour attaquer ce tome-ci. Bref...

Celeana (Keleana) qui a fuit Terrasen et son ignoble Roi, se retrouve donc sur les terres de sa tante, la fae Maëve, qu'elle cherche à rencontrer à tout prix, jusqu'au jour où c'est la fae, ou plutôt l'un de ses guerriers fae qui la retrouve, Rowan. Ce dernier, après avoir amenée Celeana à Maeve, se voit donné pour tâche d'entrainer la jeune fille à développer et contrôler ses pouvoirs, sans ça, Celeana ne pourra prétendre à la couronne qui lui est destinée depuis sa naissance. Mais comme de bien entendu, la magie à toujours un prix, et la jeune femme ne semble pas prête à le payer. Et on la comprend !

De l'autre côté, Chaol, horrifié et meurtri par ce qu'il a découvert après le départ de Celeana, tente de remettre de l'ordre dans sa vie, mais aussi et surtout dans son coeur. Contraint par la promesse qu'il a fait à son père, prix de son aide pour la fuite de la demoiselle, il entend bien l'honorer. Mais cependant, son amitié et sa loyauté envers Dorian -héritier de la couronne et porteur d'une magie dont l'instabilité grandissante menace tant son peuple que lui-même - sont autant de paramètres qui vont court-circuiter ses projets. Chaol va devoir faire des choix, opérer des alliances qui vont ébranler ses convictions. Il va devoir mener des combats pour sauver ceux qu'il a juré de protéger, au risque de se perdre lui-même.

Dorian, quant à lui, terrifié par sa magie qu'il ne parvient pas à contrôler, va trouver une aide et peut être l'amour auprès d'une jeune roturière, de la caste des guérisseurs, Sorsha !

Bref, beaucoup de chamboulements, de nouveaux persos dans ce nouveau tome et pourtant un sentiment désagréable qui a perduré jusqu'à la fin du roman, la lenteur ! Alors s'agit-il d'un tome de transition, peut être ! Si le semblant d'action se trouvait du côté de Terrasen avec Chaol et Dorian, il n'en était rien du côté de Celeana, qui n'a fait que s'entrainer à ses nouveaux pouvoirs, douter d'elle même et commencer quelque chose qui m'a horrifiée, et je pense ne pas être la seule sur ce coup là.

Honnêtement, je ne sais pas/plus où l'auteur veut nous amener et me console/rassure en repensant à certains mots, certaines phrases prononcés à la fin du tome 2, mais j'en viens quand même à douter... De plus attendre encore certainement une année pour connaître la suite, ne va pas arranger les choses.

En conclusion des sentiments très partagés sur ce tome-ci.

Lady Pirate, Tome 1 : Les Valets du roi Lady Pirate, Tome 1 : Les Valets du roi
Mireille Calmel   
Très bon roman historique qui nous entraine dans une suite d'aventures qui, à la fin, on a dû mal à croire que toutes ont pu se produire dans un seul et unique tome.
J'aime beaucoup Mary, qui n'hésite pas à faire ce qui était exclusivement permis aux hommes de l'époque, et à chaque fois en surprendre plus d'un.
Mais il n'y a pas à dire, Mary Read n'est vraiment Mary Read que lorsqu'elle est dans le feu de l'action, en implacable guerrière [spoiler](nan parce qu'en mode mère de famille, il faut avouer que le changement est quand même très...radical)
Et cette fin... ahlala, quelle saleté décidémment cette Emma, à coup sûr à la toute fin, elle finira en camisole de force ^^[/spoiler]

par Zinthia
L'écho des silences L'écho des silences
Heather Gudenkauf   
Un excellent roman et une fin qui laisse sans voix ..
J'ai beaucoup aimé et Allison et très attachante..
A lire
Marquise66
La Maison de la Nuit, HS : La Chute de Kalona La Maison de la Nuit, HS : La Chute de Kalona
Kristin Cast    P.C. Cast   
Très très déçue par ce court ouvrage. Après avoir lu toute la série La Maison de la Nuit, je m'étais vraiment attachée au personnage de Kalona, l'un des plus énigmatiques de toute la saga. Cependant, ce hors-série ne lui rend, à mon goût absolument pas hommage : ses émotions sont simplifiées et sa relation avec Nyx ordinaire. J'aurais préféré que les auteurs relatent les aventures du guerrier, après sa chute, notamment ses crimes, ses enfants-corbeaux ou sa rencontre avec A-ya. À la place, on assiste à la rivalité fraternel, très enfantine à mon goût. Un très gros point de déception a aussi été le personnage de Nyx : majestueuse dans tous les tomes, elle est ici d'une banalité déconcertante, c'est une déesse quand même !

Cependant, la créativité des auteurs est à souligner, elles réussissent à recréer le monde de la Maison de la Nuit et de sa mythologie bien spéciale à la perfection. Les clins d'oeils ([spoiler]les taureaux ou les corbeaux[/spoiler]) sont nombreux et bien mis en place !

Un très court roman, à demi intérêt.

par lilas16
Le Bruit et la Fureur Le Bruit et la Fureur
William Faulkner   
Il faut parfois s'accrocher, surtout au début lorsque Benjy fait son monologue. Mais grâce à l'écriture de Faulkner, on n'a pas besoin de tout comprendre, on perçoit les choses. Des personnages révoltés, en guerre perpétuelle les uns contre les autres - sauf peut-être Dilsey, la gouvernante qui n'est qu'amour. Une famille se déchire, se hait et s'adore sur plusieurs générations. Cassy est un beau personnage, trop effleuré peut-être, de jeune fille intrépide, Benjy est finalement très lumineux quand on comprend son mode de pensée. Et Quentin (le frère) est remarquable dans sa détestation du monde et de son hypocrisie qui l'empêche de posséder celle qu'il aime.

par Laurien
Jack Stapleton et Laurie Montgomery, Tome 2 : Contagion Jack Stapleton et Laurie Montgomery, Tome 2 : Contagion
Robin Cook   
Lorsque nous savons que l’auteur est chirurgien en ophtalmologie, nous comprenons que ses romans soient aussi réalistes. Il s'inspire simplement de son expérience médicale et n’hésite pas à se faire conseiller par quelques confrères.
Le sujet est évidemment « très actuel ». La grippe porcine n’est pas tout à fait oubliée et le chikungunya restera personnellement dans ma mémoire (insulaire de La Réunion oblige, je l’ai attrapé).
J’ai lu mon dernier Robin Cook à l’adolescence, mais je suis encore sous l’emprise de quelques souvenirs de polars médicaux brillants dont les intrigues étaient très prenantes.

CONTAGION est le meilleur de Cook, indéniablement. Le lecteur est saisi par un très bon jeu de piste au suspense irrésistible. L’intrigue autour de ces fameuses « infections nosocomiales » (attrapées suite à un séjour hospitalier) est bien menée et nous pousse à dévorer l’ouvrage.
La recette est excellente : une série de décès inexplicables, de nombreuses victimes de virus depuis longtemps éradiqués (peste, grippe de la grande guerre, etc…), une ribambelle de suspects au fil des pages, des cadavres qui suivent, différents mobiles possibles, de l’action dans la pénombre, des coups bas et un coupable inconnu jusqu’au mystérieux et étonnant dénouement. Que demander de plus pour encenser un polar ?

Peut être du rythme ? Et cette narration n’en manque pas. Il maintient le suspense entre les moments d’action très dynamiques et les descriptions de personnages (évidemment calme). L’impatience dirige toujours le lecteur sous l’emprise des évènements nouveaux. Même les explications médicales ne croulent pas sous le jargon scientifique. Tout est dosé de manière à envelopper le lecteur sans l’oppresser réellement.

Concernant les personnages, la réussite est totale. Pour ne parler que de Jack Stapelton, médecin-légiste à New York, et « personnage principal », il est divinement atypique, impertinent, téméraire à souhait avec un humour hautement caustique, auto-destructeur par moment, mais il reste toutefois très humain et dépassé par les évènements improbables de cette contagion anarchique. Ces relations collégiales (amicales ou inamicales) et sportives permettent au lecteur de cerner un peu plus ce « anti-héros ».
La gente féminine qui gravite autour de Jack, est également « aboutie » et lui permet de débuter une forme d’introspection, afin de reprendre en main sa vie sociale, malgré le choc de l’abandon qu’il a vécu.

De plus, une réflexion personnelle (au-delà de l’intrigue pure) nous oriente vers une réalité bien sombre. Les profits importants dans les domaines hospitaliers, pharmaceutiques et médicaux nous conduiraient-il vers une obscure dérive ? Par manque d’effectifs, de fonds, de temps, les erreurs sont possibles, voire évidentes, puisque soumises à une politique d’optimisation et de prérogative des multinationales privées de ce domaine. Bon, je sais, c’est mon côté subversif qui réapparaît… Mais, je crois aussi qu’il s’agît d’un message de Robin Cook.

Shining Shining
Stephen King   
Je me suis enfin décidé à lire ce livre que j'avais dans ma PAL, voulant connaître l'origine d'un film tel que Shining, de Kubrick. Et, sachant que c'était SK, je savais que j'allais apprécier, et j'étais curieux de voir ce qui différenciait le roman du film, ayant déjà lu King parler à ce sujet.

Et bien, j'ai été ravi. Le film ne semble en fait être qu'un survol superficiel et raccourci du livre, où Kubrick a pris les passages qui l'intéressaient et omis certaines détails pour au final réaliser un film d'horreur excellent.
Mais le roman est beaucoup plus, comme tous les SK, qu'un banal livre d'horreur.

Tout d'abord, le personnage de Jack Torrance, dont on apprend les origines sombres et le terrain favorable à certaines faiblesses dans sa personnalité qui le rendent instable dès le départ. La psychologie est très bien retranscrite, et on comprend les personnages, leurs relations, leurs souffrances et leur amour. On insiste aussi sur Danny, cet enfant qui possède un pouvoir étrange ; qui dans le film passe presque inaperçu, ou en tout cas ne sert à rien. Ici, c'est bien le pouvoir de Danny qui est en cause, et qui prend une importance primordiale. Et enfin, Wendy, qui dans le film ressemble à une poupée de chiffon, dont on apprend à connaître la mère, avec elle aussi ses faiblesses, et ses forces. Car ici, personne n'est en dehors de l'intrigue, et tous les facteurs vont jouer un rôle dans le déroulement des évènements, et dans la vie de chacun.

L'histoire insiste beaucoup sur les problèmes de dépendance de Jack à l'alcool. On apprend à le connaître, à connaître ses ressentis, ses tentations et ses colères contre lui-même. Loin des stéréotypes et idées reçues, c'est ici une image de l'alcoolique nuancées et grise - ni noire, ni blanche. La victime, dépendante, faible face à l'alcool, et plus encore quand les choses vont mal. Des faiblesses qui en feront l'acteur le plus manipulable dans ce jeu de marionnette dont des forces maléfiques tirent les ficelles.

Ce SK est celui je pense qui m'a fait le plus peur - dans la mesure où un roman peut faire peur -, j'ai ressentis des frissons, je me suis laissé aller avec plaisir à l'angoisse, me prenant à l'empathie de cette famille, bloquée dans ce cauchemar incontrôlable.

Et enfin, j'ai été ravi par la fin, non pas parce qu'elle m'a plu, mais parce que le film ne laisse rien deviner de la fin du roman. En bref, si vous avez vu le film, c'est comme si on vous avait résumé l'histoire dans les grandes lignes (ce qui est souvent le cas) avec une fin imaginée par quelqu'un d'autre.
Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse Keleana, Tome 1 : L'Assassineuse
Sarah J. Maas   
Bon allez, je me lance.

Que dire? Commençons par ce qui est simple: j'ai lu ce livre en anglais, pas parce que j'en avais forcément envie mais surtout parce qu'on avait pas encore de renseignements sur une éventuelle date française. Pas de grosses difficultés malgré mon petit niveau dans la langue de Shakespeare. On fait plutôt vite le tour du vocabulaire spécifique à l'auteur et à l'histoire et finalement, on comprend très bien sans avoir besoin de passer son temps dans le dico. Bref, je ferme cette petite parenthèse quant à la VO et je m'intéresse un peu à l'histoire.

L'action commence dès le premier chapitre, ce qui est très appréciable, on entre directement dans le vif du sujet avec l'arrivée de Dorian à Endovier. Malheureusement, on ne garde pas longtemps ce rythme. Ce que je reproche le plus c'est sans doute le côté "évident" du déroulement. Aucune vraie surprise, le méchant est ciblé dès le départ, aucun gros retournement de situation. J'aurais sans doute aimé une histoire plus axée heroic-fantasy, sans histoire de magie au milieu, je trouve que ça enlève son charme à cette histoire d'assassin rondement bien menée au début. Mais c'est un avis partial, j'ai fait une overdose de magie depuis quelques années et je suis cruellement en manque de fantasy médiévale donc ne vous arrêtez pas à ça.

En revanche, l'évolution des personnages est très réussie je trouve, elle est plutôt lente et même si elle n'est pas forcément surprenante, on prend beaucoup de plaisir à suivre les changements de Celeana et de tous les autres.

Au niveau des personnages:
Mention spéciale pour Chaol qui est, de loin, mon personnage préféré. J'aime bien Dorian et son père aussi. Celeana est assez réaliste ce qui la rend assez attachante mais les autres m'ont paru très fade et sans intérêt. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur le duc et Kaltain. Nehemia, quant à elle, me tape prodigieusement sur les nerfs mais on sent qu'elle a son rôle à jouer.
Voila, j'ai dit le principal de ce que m'avez laissé la lecture.

Maintenant, je pense que ce premier tome était plus une longue introduction pour la suite, on sent que Sarah Mass prépare le terrain pour Crown of Midnight et c'est tout à son honneur de ne pas se précipiter mais du coup, ce tome-ci, on s'ennuie un peu au bout d'un moment.


J'achèterai sans doute le deuxième en anglais aussi mais quand même, il faut que je m'indigne: pourquoi changer Celeana en Keleana et honnêtement "l'assassineuse" ça ressemble à rien comme mot (et ça n'est pas dans le dictionnaire), pourquoi ne pas garder le titre ou alors faire comme les italiens qui ont traduit 'Throne of Glass' par Le Trône de Cristal, ça sonne quand même mieux, non?
Bref je pense que "Throne of glass" est bien plus accrocheur que "L'assassineuse", il manquerait plus qu'ils changent la couverture et pour moi, ils auraient perdu tout ce qui fait que j'ai voulu lire ce livre.

Encore une fois, ce n'est que MON avis.


En conclusion, je dirais que c'est une lecture agréable qui demande à être approfondie dans le prochain tome mais qui peut faire passer un agréable moment à tous les amateurs de fantasy.

par Eleann
Lady pirate, tome 2 : La Parade des ombres Lady pirate, tome 2 : La Parade des ombres
Mireille Calmel   
Un roman plein d'aventures qui vous emporte dans un flot de combats et une soif de vengeance. Mary nous entraine dans son aventure à la recherche de sa fille parmis les mers et les dangers. Un nouveau au ryhtme soutenu, peut être un peu plus calme que le premier mais toujours aussi beau.

Mireille Calmel mélange fiction et histoire pour notre plus grand plaisir, on en redemande !

par Altanais
Docteur Sleep Docteur Sleep
Stephen King   
J'ai mis du temps, j'ai eu du mal, mais je l'ai fini... Je ne lisais plus de King depuis des années, mais ayant adoré Shining, je me suis dit "pourquoi pas".
Pas un mauvais roman en soi. De l'intrigue, du suspens, pleins de références et d'échos avec Shining...
Mais... un livre qui tire en longueur. Et des explications que j'ai trouvées tiré par les cheveux. [spoiler]Comme le lien de parenté entre Dan et Abra. En quoi était-il utile? Jack Torrance avait déjà tant de défauts. Son amour pour sa famille était sa qualité rédemptrice, pourquoi lui ôter ça en lui créant une famille illégitime? Et le Don est sensé être une qualité aléatoire.. ça a un peu gâché le tout à mon goût.[/spoiler]
Je suppose que les inconditionnels de King adoreront. Alors vous, foncez. Les autres, si vous avez abandonné King depuis des années, pourquoi pas, mais n'en faites pas une priorité.