Livres
535 617
Membres
561 871

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Hystoria : Ma PAL(pile à lire)

Une fille facile Une fille facile
Louise O'Neill   
chronique complète :
https://enviedeliredotblog.wordpress.com/2018/06/26/une-fille-facile-louise-o-neill/

J’ai décidé de lire ce lire après avoir vu la vidéo que la Booktubeuse Opalyne a consacré à ce livre
C’est la première fois que je lisais un livre traitant sur le viol.

C’est l’histoire de Emma, une fille de 18 ans qui aune vie normale pour une fille de son âge : elle a des amies, elle aime sortir, s’amuser, faire la fête… Sauf qu’un jour, lors d’une soirée, après avoir bu et consommé de la drogue, elle se fait violée par plusieurs garçons. Emma se réveille le lendemain sans aucun souvenir de cette soirée excepté une gueule de bois épouvantable. Lorsqu’elle arrive au lycée, elle voit bien que tout le monde lui tourne le dos même ses amies. Emma ne tarde pas à tomber sur les fameuses photos d’elle prises à cette soirée et à cette page facebook : Emma la salope.
J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire au début. Les chapitres sont longs et le personnage de notre héroïne Emma O’ Donovan est une vraie peste.
Je sais que c’était le but de l’auteure de créer un personnage antipathique. Car le lecteur se dit que même si Emma est une peste, elle ne méritait pas de subir ce qu’elle a subi.

C’est un livre sur un sujet sensible : le viol. L’auteure a décidé d’écrire un livre sur ce sujet courant mais malheureusement tabou. Emma ne fait pas que seulement subir le pire qu’une femme puisse subir dans sa vie. Elle connait aussi l’humiliation : des photos de son corps circulant partout sur les réseaux sociaux, les commentaires haineux, les menaces, les incitations au suicide…
Le pire dans ce livre, c’est qu’on voit bien à quel point Emma n’est pas soutenue. Ses parents la soutienne un minimum. Il semblerait plutôt qu’ils aient honte de leur fille. Seul le frère d’Emma, Bryan, lui apporte son soutien. Même l’opinion publique soutien les garçons jugeant que Emma l’a cherché, que c’était une fille qui aimait faire la fête, qu’elle s’habillait de manière provocante, qu’elle aimait être remarquée,qu’elle a détruit la vie de ses agresseurs…

Une fille facile est un roman essentiel sur la culture du viol, l’influence des réseaux sociaux dans notre vie, l’effet de groupe, le slut-shaming, la reconstruction de soi après une agression sexuelle…

Emma n’arrête pas de se répéter la même chose : tout est ma faute. Non ce n’est pas ta faute si tu as bu, ce n’est pas ta faute si on t’a incité à prendre de la drogue. Ce n’est pas ta faute si tu as fête la fête. Ce n’est pas ta faute si on a abusé de ton corps. Tu es la victime dans tout cela. Tu ne va pas en plus te blâmer.
La honte d’avoir été violée ou d’avoir subi une agression sexuelle pousse de nombreuses victimes à gardez le silence. A ne pas porter plainte. A essayer d’oublier et se reconstruire toute seule. C’est pour cela que ce livre doit être lu. Car il faudrait que les opinions changent.
Nous voyons aussi dans ce livre que ce n’est pas seulement la vie d’Emma qui est brisée : celle de ces parents aussi, ils sont pointés du doigts, les gens leur tournent le dos, sa mère se laisse aller, tombe dans l’alcool, son père ne la regarde plus…

La fin m’a laissé un goût d’amertume. Je me doute bien que ce livre n’allait pas finir sur un happy end. Mais j’ai ressenti un sentiment d’injustice vis-à-vis de Emma. Même si sa décision finale semble arranger tout le monde à la fin du livre. De toute façon je ne peux pas juger. Je ne sais pas comment j’aurais réagi dans sa situation…

par leclipsa
L'instant précis où les destins s'entremêlent L'instant précis où les destins s'entremêlent
Angélique Barbérat   
Vous connaissez la musique du film "Love Story"...
non ??? comment ça non ?!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je serais -déjà- si vieille que plus personne ne connait ce chef-d'oeuvre ??!!!
Hop hop hop, filez sur You Tube....
j'attends.... ;-)))
alors ??...verdict ????
C'est pas THE musique idéale pour définir cette histoire ???!!! hein ???!!! (j'ai pas d'actions...promis....)

Pour commencer la couverture, on ne voit qu'elle, colorée....et le titre...qui interpelle, on a de suite envie de plonger dedans pour voir ce qu'il recelle.....comme on a raison...

Je n'ai pas pu le lacher un fois la première page tournée....

L'histoire est belle, poignante, éprouvante, dure, complexe, délicate, inextricable par moments, mais tellement délicieuse....

Kyle & Coryn, deux personnages...tourmentés, bouleversants....attachants...captivants...fascinants....

Promis...juré...craché, plus jamais je n'exterminerai une araignée....

Faites comme moi, plongez vous ne le regretterez pas...vous serez embarqués....c'est inévitable....

C'est la romance du moment....
Pour un soir seulement - Journal (sexuel) d'une ex-petite moche Pour un soir seulement - Journal (sexuel) d'une ex-petite moche
Thomas Raphaël   
J'ai adoré ce roman il réuni tous ce que je recherche. On passe du rire aux larmes on est transporté dans cette histoire on se mets à la place de Julie et on partage ses doutes ses peurs ses angoisses...
Je ne peux que conseiller ce livre c'est une petite pépite.
Bravo à l'auteur

par maxmat70
Le Liseur du 6h27 Le Liseur du 6h27
Jean-Paul Didierlaurent   
Guylain Vignolles, 36 ans, prend tous les jours le RER qui le conduit à l'usine où il travaille, celui de 6h27. Chaque jour, c'est le même rituel, Guylain ne peut s'empêcher de sortir ses feuillets et les lire à haute voix, devant tous les passagers attentifs. Peu importe le sujet pourvu que cette lecture le tienne momentanément occupé, éloigné de cette "Chose" née pour "broyer, aplatir, piler, écrabouiller, déchirer, hacher, lacérer, déchiqueter, malaxer, pétrir, ébouillanter"... : la Zestor 500, une gloutonne, un bulldozer jamais rassasié...

C'est un premier roman fort sympathique, imaginé et narré avec beaucoup de fraîcheur, d'humour, d'originalité et de tendresse.
Il démarre fort, très fort avec la description, sur une quarantaine de pages, de cette "chose", sans jamais la nommer mais en la personnifiant au possible : jolie performance, joli style aussi.
L'histoire pourrait sembler tout à fait banale, mais elle met en scène des personnages auxquels on s'attache, jusqu'au poisson au prénom célèbre. Elle est surtout un bel hommage au livre et à la lecture, un hommage à la poésie, au théâtre, aux alexandrins, rimes, hémistiches, syllabes et quatrains, où la personnification est reine, presque une allégorie. C'est ce qui dans ce livre a le plus retenu mon attention.
C'est également une histoire d'amitié, de solidarité, entre Guylain et Giuseppe, un partage pour l'amour de la lecture avec tout un groupe de personnes âgées que Guylain retrouve les samedis matin. C'est également la "rencontre", à travers une clé USB trouvée dans un wagon du RER, avec Julie, dame-pipi dont le lecteur tout autant que le protagoniste, apprendront à connaître (j'ai trouvé néanmoins tout ce passage sur Julie et ses écrits, un peu long et moins réussi que tout le reste du roman).
Mais la fin est jolie et reste ouverte, signe peut-être d'un second tome en préparation... c'est en tout cas une lecture que je recommande, un auteur qui gagne à être connu et qui a un réel potentiel pour l'écriture.
Un moment de lecture agréable.

par SuperNova
Sans elle Sans elle
Amélie Antoine   
Mauvais thriller
Une histoire sans queue ni tête qui ne tiens pas la route, une enquéte qui n’en est pas une car on apprend rien sur celle-ci. Une histoire qui traine en longueur. Je n’ai pas du tous accroché
The Hate U Give - La haine qu'on donne The Hate U Give - La haine qu'on donne
Angie Thomas   
Ce roman va bien au-delà de la catégorie diamant. Il mérite une place spéciale, une place classée: "je te fais réfléchir, je te fais pleurer, je te donne envie de tout casser, je te donne envie de te battre".
The Hate U Give, ce n'est même pas de l'or en barre. C'est bien plus pur, bien plus poignant. C'est un concentré d'émotions.
Dans l'enfer des foyers Dans l'enfer des foyers
Lyes Louffok   
Je suis sceptique concernant ce livre.
Tout d'abord je trouve ignoble ce qu'il lui est arrivé, ce qu'il raconte même si je trouve certains passage un peu choquant.
Après, certains de ses propos me choquent, [spoiler]quand il insinue que parce qu'une personne est passée à l'ASE, elle devient violente, voleuse, voir pire (il fait référence à certains camicases)[/spoiler]
Bref bien contente de l'avoir fini, je ne l'ouvrirai plus.
Juste avant le bonheur Juste avant le bonheur
Agnès Ledig   
Poignant

J'ai adoré la 1ère moitié du roman, la rencontre de 3 personnes que tout oppose, une jeune caissière mère d'un petit garçon de 3 ans qu'elle élève seule avec difficulté, un quinquagénaire fortuné et son fils veuf. Des vacances en Bretagne où chacun va apprendre à découvrir l'autre à son rythme, avec beaucoup d'émotion, en affrontant ses propres démons. La connexion entre les personnages est magnifique, l'écriture est belle, très belle, on savoure chaque page avec délectation. Ensuite un évènement fait que le roman prend un virage à 180°. J'avoue que je m'attendais à quelque chose de triste, mais alors vraiment pas à ça. Au delà du côté dramatique de l'histoire, j'ai beaucoup plus apprécié la première partie que la 2ème. Sans doute un peu trop pour moi.

Argent : 7,5/10
Cher bonheur j'ai pris la liberté de t'écrire Cher bonheur j'ai pris la liberté de t'écrire
Virginie Lloyd   
Cher Bonheur,

J'ai pris ...

A chaque fois que je lis un roman, de deux choses l'une, soit mon coeur continue de palpiter au rythme du suspense bien huilé après le point final, soit un sentiment de plénitude m'envahit au point de laisser mon esprit en paix, avec moi-même, ce moment privilégié que l'on voudrait prolonger, c'est un tourbillon d'émotions, une explosion de sens, ce deuxième roman de Virginie Lloyd se classe dans la deuxième catégorie, on parle de littérature blanche ou de feel-good, une histoire belle comme la lune, des personnages tellement attachants qu'ils accrochent et s’agrippent à vous, quand l'imaginaire rejoint la réalité, des réflexions existentielles vous remuant telles des souvenirs figés, que la vie est comme un cadeau avec toutes ses attentes, ses surprises, ses cailloux disséminés sur le long chemin de la construction, parfois il suffit d'enjamber ces obstacles, d’autres fois il faut juste accepter et attendre ...

L'enfance est une étape que tout un chacun a connu avec ses lots de moments de tendresse et de coups durs, la vie devrait être pour tous un long fleuve tranquille avant de plonger dans l'océan, être né différent doit-il précipiter la fin du monde, pour l'avoir vécu et encore aujourd'hui, s'il avait fallu attendre quelques années pour constater mon handicap, je ne suis pas le premier ni le dernier, le temps n'attend pas, les parents n'ont pas le choix sauf s'ils préfèrent la solution de facilité mais voilà, il existe cet amour maternel et l'instinct protecteur capable de renverser des montagnes, faire fi des conventions et de l'ignorance des autres, mettre un point d'honneur à suivre une scolarité normale, les liens du sang sont intrinsèques à chacun, le regard d'une mère vers son enfant est le plus beau des tableaux que l'on peut dépeindre pour cristalliser la vie et le don de soi, ce sacrifice qui imprègne et participera à la construction de celui qui continuera à porter en lui l'héritage et le patrimoine génétique.

Si tout le monde aspire à se créer un univers propre, un espace forgé au fil des années avec ses repères et ses habitudes, pour Augustin, atteint du syndrôme d'Asperger, cette difficulté à s'intégrer à toute vie sociale est un parcours du combattant, au point de devoir malgré lui évoluer dans un environnement limité, entre espace clos ou temps réglé comme une horloge, sa vie se résume à l'école mais surtout à ce hall de l'immeuble dans lequel il vit avec sa mère, c'est là que se trouve aussi les boîtes aux lettres qu'il aime observer à loisir, l'arrivée des missives et puis ... et puis ... l'arrivée impromptue d'un nouveau et mystérieux locataire va bouleverser tous ses curseurs, mettre à mal tous ses codes déjà rodés depuis ses premiers pas et en état de raisonner, si impossible rime avec difficulté, peut-être qu'il existe un temps des miracles ...

Découvrir une nouvelle plume, c'est s'ouvrir vers un nouveau champ de style, d'écriture et de choix de narration, l'alternance entre plusieurs personnages et la temporalité, passé et présent confondus, il est un exercice délicat d'harmoniser des pensées en butte contre l'impuissance, aux antipodes l'un de l'autre, au fil des pages, cette improbable rencontre agira-t-elle vers l'inconnu ou le sens commun, comment imaginer un seul instant les étincelles vous tambourinant le coeur, en prendre plein les yeux, cette délicatesse exprimant tout et son contraire dans la fragilité apparente, comment décupler la vitalité lorsque celle-ci est contrainte, une bulle reste une bulle sauf si la personnalité en décide autrement, le libre-arbitre et l'inattendue provoquent une danse aérienne, et c'est tout le roman qui brille de ses mille couleurs, la couverture symbolise cette union de deux mondes.

... la liberté de t'écrire.

La répétition de scènes due à ces troubles du comportement ne font pas oublier une certaine pudeur, la sensibilité de certains passages en mode survie participe à l'empathie et à la compassion, l'auteure a une imagination contagieuse, c'est pétillant comme de l'eau fraîche en plein été, j'ai pris un plaisir à évoluer en même temps que les personnages, dans leur quête si hétéroclites, passer du rire aux larmes et inversement, une véritable ode à la vie et à l'acception de l'autre avec ses différences, dans le respect de son univers-bulle, une construction dynamique insufflant une énergie communicative, souffler le chaud et le froid pour faire ressortir le meilleur de soi-même, leçon de vie et de méditation, la candeur d’Augustin contraste avec l’autre, ce mystérieux Victor, entre l’innocence incarnée et celui qui a vécu.

Voilà une histoire qui ne peut laisser personne ... indifférent, tant de poésie véhiculée et l’art de tricoter avec le pouvoir des mots, l’imperfection pourrait adopter une nouvelle perspective, ériger des châteaux de cartes comme ceux d’Espagne, toute la détresse morale est décrite avec délicatesse, sans voyeurisme ni complaisance, cet abandon de deux solitudes m’a beaucoup touché par la retenue et la célébration du silence comme un moyen de survivre, la renaissance de ces êtres blessés par la vie, la mère d’Augustin dresse le portrait magnifique d’une âme au carrefour de sa vie, belle comme la Joconde et puis il reste encore d’autres belles rencontres à venir ...

Dépêche-toi de répondre...

Je remercie Roselyne Laville ainsi que l’auteur pour leur confiance de m’avoir proposé ce magnifique roman auto-édité, plein d’amour et d’ondes positives, décapant et désopilant, léger et grave comme les percussions du cœur, au rythme de la vie, si le bonheur reste encore une chose mystérieuse qui se cherche en chacun de nous, au 7 rue Lamartine dans la belle Rose, tout reste encore possible !

Je termine par cette réflexion qui m’a, entre autre choses, fait prendre conscience d’une chose essentielle, être différent est peut-être, un don du ciel, reste à le respecter et le nourrir ...

Cher bonheur, j’ai pris la liberté de t’écrire. Dépêche-toi de répondre de Virginie Lloyd , c’est un roman génial-ttitude !❤️

Et si être différent n’était pas la clé vers ... le bonheur !
Extrêmement fort et incroyablement près Extrêmement fort et incroyablement près
Jonathan Safran Foer   
Ce livre m'a beaucoup surprise. Le style est assez déroutant: j'ai du relire pas mal de passage parce que je ne comprenais pas où Oskar voulait en venir. Il a tendance à sauter d'une pensée à l'autre. C'est très perturbant. Est-ce réellement la façon de penser d'un enfant surdoué dont la tête fourmille et fourmille d'idée?
Dans tous les cas, les personnages sont très réalistes et très attachants. Et l'histoire ne tombe jamais de la mièvrerie. C'est d'ailleur ce qui m'a le plus étonnée. Je pensais que ce serait très triste et en fait, non pas tellement.
Et l'auteur ne nous emmène pas là où on pense aller.

par sunny

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode