Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ibrizz : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Un Baiser à la vanille, tome 4 Un Baiser à la vanille, tome 4
Rina Yagami   
J'ai adoré ... du coup je me suis avalée les tomes 2, 3 & 4 dans la même soirée ... et du coup il me faudra attendre les tomes 5 & 6 :-( mais ce jusqu'à quand ??? :-(

par lenatiti
The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy
Amy Engel   
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2015/11/the-book-of-ivy-tome-2-revolution-of.html
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com

Je ne sais pas vous mais moi je suis complètement accro de ce livre ! Le premier tome avait été un gros coup de cœur pour moi et celui-ci l'est également. Certes, il y a eu quelques points négatifs mais ceux-ci n'étaient pas assez nombreux et importants pour que je juge le livre bien alors qu'il était génial.

Je savais d'avance que l'univers du livre serait complètement différent – la fin du premier tome nous mettait la puce à l'oreille – mais je ne pensais pas autant apprécier ce nouvel environnement ! Il y avait beaucoup plus d'action par rapport au premier tome ce qui nous stimulait davantage pour le lire. C'était un des plus gros points positifs du roman !

L'intrigue était également très présente : je ne savais jamais à quoi m'attendre et s'en était déroutant ! J'avais toujours peur qu'il se produise quelque chose d'horrible qui changerait alors toute l'histoire et qui nous laisserait sur notre faim. Bien heureusement ce moment n'est jamais arrivé et j'en suis bien contente !

Amy Engel a toujours une belle et délicate plume. Lorsqu'elle décrit des paysages, nous avons l'impression d'y être tellement les détails sont précis. J'ai énormément voyagé durant ma lecture !
Les moments émouvants étaient eux aussi très bien écrits. J'avoue avoir eu la larme à l'oeil plus d'une fois, ce qui ne m'était par arrivée pour le premier tome. Le fait qu'il y ait de l'émotion m'a vraiment plu... le livre paraissait encore plus vivant qu'il ne l'était déjà !

La couverture du roman est vraiment très jolie : on y retrouve quelques éléments du premier tome notamment le poignard que tient Ivy ainsi que sa robe de mariée désormais en mauvais état. J'ai trouvé qu'ils étaient vraiment – et je pèse mes mots – primordiaux. Simplement avec la posture d'Ivy nous pouvons comprendre qu'il y a un énorme changement vis-à-vis du premier tome.

Ivy m'a bien plu mis à part pendant quelques chapitres où je la trouvais assez agaçante ! Vous comprendrez pourquoi en lisant le livre.
Elle est beaucoup plus courageuse qu'avant et son caractère bien trempé est toujours présent. C'est ce que j'avais bien aimé chez elle, son caractère. Je suis bien heureuse qu'il n'ait pas changé !
Au risque de vous spoiler sur l'histoire, je ne vais pas vous parler des autres personnages mais sachez que, comme dans tout bon livre, il y a des gentils et des méchants (vraiment méchants ! XD) mais je suppose que quand vous lirez le livre, car vous le lirez, vous saurez de qui je veux parler.

Je dois vous avouer que cela m'attriste beaucoup que la saga soit terminée... J'ai vécu tellement d'aventures avec Ivy et Bishop, devoir les quitter est vraiment dur. Mais je sais que l'histoire restera à jamais gravée dans ma mémoire. Et puis si j'en ai envie, qu'est-ce qui m'empêche de relire les bouquins ?

S'il y a quelque chose que j'aimerais par dessus-tout, c'est qu'un hors-série sur Bishop voit le jour. Savoir ses pensées et ses émotions me plairaient énormément ! Qui sait... un jour peut-être... ^^

Conclusion : un superbe volume qui conclut très bien la saga. Je n'en attendais pas moins d'Amy Engel ! Je vous le conseille vivement !

Forbidden Forbidden
Sheily Larash   
Une très jolie découverte de cette très jeune auteure. C'est un très beau roman qui mérite d'être lu.

par virgo76
Hurt Hurt
Tabitha Suzuma   
4,5/5

Je suis choqué. Choqué, brisé, anéanti, dévasté, à bout de souffle. Tabitha Suzuma, l'auteure de l'inoubliable et l'exceptionnel FORBIDDEN, m'a de nouveau renversé. Je ne pensais pas qu'elle pourrait aussi bien se réinventer. Je ne pensais pas qu'elle trouverait, une nouvelle fois, une manière si parfaite et si bouleversante d'aborder des thèmes tabous et très souvent mis de côté. Après avoir écrit une histoire d'amour juste magnifique et blessante entre un frère et une sœur, elle revient ici avec un sujet que jamais - JAMAIS - je n'aurais pensé découvrir dans un roman. Et, bien évidemment, je ne peux pas vous en parler, car c'est sur ce thème que repose toute l'histoire. Le résumé en dit vraiment assez : on comprend que l'ambiance va être noire et notre héros torturé, tout en nous donnant envie de comprendre le pourquoi de tout cela. Le pourquoi. BORDEL. Ce pourquoi m'a coupé le souffle. Je n'ai rien d'autre à dire. Je n'arrive pas à mettre de mots ce que je ressens. Je viens d'être pulvérisé et brisé. Malgré tout, HURT n'est pas un coup de cœur. Je ne saurais pas vraiment vous dire pourquoi, vu la fin juste parfaite et tragique au possible que le récit possède. Mais il y a deux ou trois bémols (pas très importants mais qui, ensemble m'ont empêché de rentrer au maximum dans l'histoire) sur lesquels j'aimerais revenir. Malgré cela, retenez juste que je suis choqué. HURT m'a achevé.
HURT, c'est avant tout l'histoire de Mathéo/Mattie. J'ai eu beau l'adorer, m'attacher à lui d'une manière puissante et intense, me lier à la moindre de ses réactions, au moindre de ses sentiments, j'ai mis beaucoup de temps à complètement m'habituer à sa personnalité. Il y a un énorme décalage dans ce que je suis en train de vous dire, mais pourtant c'était le cas. Je m'explique : j'ai été vraiment perturbé et ému par la plupart des émotions qu'il ressentait. A chaque fois qu'il souffrait, je souffrais aussi. A chaque fois qu'il paniquait, mon cœur s'affolait également. Mais, bizarrement, je me suis aussi senti, à plusieurs reprises, assez loin de lui. Cette sensation ne s'est estompée qu'à la toute fin de ma lecture. C'est un des bémols dont je vous ai parlé plus tôt. Mais il est directement rattaché à un second problème : les quelques longueurs que possède HURT. Si les passages dévastateurs le sont vraiment, il existe entre eux quelques moments inintéressants. Enfin, inintéressants, non. Mais plutôt moins prenants que ce à quoi on pourrait s'attendre. En même temps, ces longueurs sont clairement indispensables pour totalement s'imprégner de la personnalité de Mathéo et voir en quoi elle va être modifiée. Bref, une fois de plus, je suis complètement perdu. Malgré ces quelques points noirs, il faut que vous sachiez que Mattie m'a bouleversé. Il était là. Avec moi. Partout. Tout le temps. Mathéo, c'est un humain, un vrai, et pas seulement un être de papier. J'ai l'impression de vous parler d'un ami que je viens de quitter "dans la vraie vie". Mais vraiment. Vous comprenez ce que je suis en train de vous dire ? N'appelez pas l'hôpital psychiatrique avant de l'avoir rencontré. Mathéo, il est vivant. Il est avec nous. Il est réel. Tabitha Suzuma a juste un don merveilleux pour décrire ses héros. Mathéo quoi ♥
L'auteure ne s'arrête bien évidemment pas là, puisqu'elle nous dépeint une histoire d'amour juste parfaite. Mais vraiment, vraiment, vraiment, parfaite. Oh my god, Lola ♥ LOLA ♥ Je suis tombé amoureux d'elle. Je suis tombé amoureux de ce qu'elle forme avec Mathéo. Je suis tombé amoureux de leur histoire d'amour. Je suis tombé amoureux de leurs sentiments, de leur couple, de leur relation à vous couper le souffle. Ces deux-là, ils m'ont ébloui. Ils m'ont ébloui et ils m'ont profondément touché. Le personnage de Lola est époustouflant au possible. Au même titre que Mathéo, Lola est réelle. Elle est mature, renversante, drôle, fascinante, lumineuse et toujours pleine de projets pour l'avenir. Il y a quelque chose chez elle d'hypnotique et de séduisant. On comprend facilement pourquoi Mathéo est tombé sous son charme. Et on sent pertinemment qu'il se raccroche à elle comme à une bouée de sauvetage. Ce que j'ai adoré avec HURT, c'est que l'auteure ne laisse rien de côté. Qu'il s'agisse des moments de joie, de peine, de rage ou de bonheur, nous avons le droit à toutes les épreuves qu'un couple normal traverse. Ajoutez à cela quelques scènes osées carrément parfaites et décrites à merveille, et vous commencez à entrapercevoir la beauté de ce couple. Ils étaient là, avec moi. Et ils me manquent. Terriblement. J'ai adoré Mathéo. J'ai adoré Lola. J'ai adoré leur histoire d'amour. Tout était tellement lumineux, tellement émouvant, tellement profond... Halala ♥

SUITE : http://wandering-world.skyrock.com/3187099119-HURT.html

par Jordan
Shikanoko, tome 1 : L'enfant du Cerf Shikanoko, tome 1 : L'enfant du Cerf
Lian Hearn   
Un prequel de l'incontournable trilogie du Clan des Otori. Difficile de se hisser au niveau de cette série qui à mon sens frôlait le sans faute.

Autant vous le dire tout de suite : c'est décevant. Et par bien des côtés qui justement faisaient la force du Clan des Otori. Dommage. Tout d'abord, la première moitié du récit est assommante : trop rapidement jeté dans l'action dans un monde pour le moins original, le lecteur n'arrive ni à s'attacher au personnage principal, Shikanoko (j'y reviendrai), ni aux enjeux. Les péripéties de Shikanoko se succèdent sans véritable lien entre elles, et sans qu'on arrive à attacher une quelconque importance à l'avancée dramatique de la chose : c'est fade, ennuyeux et sans vraiment de fil directeur. Bref on s'endort. Mais ce n'est pas tout : l'auteur nous inonde d'un nombre incalculable de noms, de lieux ou d'anecdotes dont on se fout royalement... et qui alourdissent la narration voire la rendent confuse par moment. Sans parler de Shikanoko. Ce personnage est plus vide que vide, il est pour ainsi dire invisible : aucune personnalité, aucune réflexion. Il ne sert à rien et qu'est-ce qu'on s'ennuie en sa compagnie mon Dieu. Terrifiant. Même ses pouvoirs n'arrivent pas à susciter la curiosité parce qu'il ne s'en sert presque jamais. Nul. Zéro. NEIN. Mais la plus grande perte que je déplore ici, c'est bien celle du style. Où est passée cette ambiance à la fois si grandiloquente et si délicate du Clan des Otori, où la multitude de détails ne faisait que rendre le récit d'autant plus saisissant ? Ici point de détails (ou plutôt, si, mais inintéressants au possible), de longues descriptions, ou même d'installation du cadre... mais une écriture fade et même parfois carrément maladroite (je sais que c'est du domaine de la traduction mais "il stoppa son cheval"? SÉRIEUSEMENT? "STOPPA"???). Bref, me direz-vous, mais pourquoi diable lire cette horreur jusqu'au bout ? Eh bien...

D'abord pour ce qu'il n'y avait pas dans le Clan des Otori : une intrigue un peu plus simple, mais qui laisse plus de liberté à l'auteur, pour la multiplicité des points de vue adoptés. On suit notamment deux personnages féminins fort sympathiques et très prometteurs pour la suite. Pour un univers plus emprunt de magie et de mystique que jamais : bien qu'au début on n'y comprenne pas grand-chose, on apprécie vers la fin de mieux découvrir les pouvoirs de Shikanoko, sans parler de la liste des personnages qui parle d'un "clan de l'araignée"... intrigant.
En réalité, dès qu'on abandonne le point de vue de Shikanoko, on est happé par le récit, par l'univers, les intrigues politiques et amoureuses... enfin, tout. Surtout qu'on réussit vaguement à faire le lien avec le Clan des Otori vers la fin...

Donc peut-être que je lirai la suite. Mais c'est pas sûr. En attendant, lisez le Clan des Otori. C'est mieux.

par GumBook
La maison de l'arbre joueur La maison de l'arbre joueur
Lian Hearn   
Une lecture assez difficile pour ma part et pourtant la période historique évoquée ici est intéressante et mérite qu'on y regarde de plus près.
L'auteur a truffé son récit de détails historiques et on ne peut lui reprocher de manquer de précision. C'est extrêmement bien documenté. Mais malheureusement le ton et le rythme du récit sont beaucoup trop monocorde et lent pour être passionnant. Et c'est à mon sens le grand défaut de ce livre. Il nous faut plus de 300 pages pour arriver à un rebondissement dans le récit. C'est d'autant plus incompréhensible que la période historique regorge d'intrigues, de revirements de situation et de rebondissements. Mais l'auteur n'insuffle pas à son récit la dynamique des événements. Une espèce de langueur envahie le récit et plombe la lecture.
Par ailleurs, c'est une lecture très exigeante : il y a une multitude de personnages et un contexte politique et social très difficile à appréhender avec nos yeux d'occidentaux. Le souci, c'est que l'auteur ne prend pas le temps de poser le contexte ni d'expliquer un tant soit peu les enjeux de l'époque. Elle vous projette dans le monde et vous laisse y naviguer à vue. C'est donc un livre qui s'adresse beaucoup plus à des érudits de la question japonaise ou du moins à des lecteurs ayant un intérêt certain pour le Japon et n'ayant pas peur de s'investir qu'à des lecteurs lambda. L'auteur ne fait pas preuve de pédagogie ni de simplicité. Le lecteur est parfois vite perdu mais il n'y a rien pour le rattraper.
Enfin, la distanciation avec les personnages est tout de même assez importante. Le ton est assez froid et la prise de vue très haute. Il est assez difficile pour le lecteur de s'attacher aux personnages. D'autant qu'ils sont très nombreux.
Le seul point positif réside dans l'atmosphère du récit très bien travaillé par l'auteur. Elle vous plonge avec moult détails dans le Japon du 19ème siècle. On s'y croirait.
En conclusion, une lecture intéressante mais pas passionnante. L'auteur a écrit ce récit en oubliant un tantinet son lecteur et en lui demandant un investissement qu'elle n'a pas engagé elle-même dans ce récit. Dommage et frustrant !

par Pulusuk
Filles de la mer Filles de la mer
Mary Lynn Bracht   
https://leboudoirdulivre.wordpress.com/2018/02/15/filles-de-la-mer-de-mary-lynn-bracht/

Passionnée par la Corée du Sud et sa culture, il me tardait de découvrir ce livre qui s’est révélé encore un coup de cœur 2018.

Dans le prologue se dévoile à travers les bribes du rêve d’Hana, l’histoire des femmes haenyeo durant l’occupation de la Corée du Sud par le Japon.

Été 1943, Île de Jeju.

Hana, 16 ans a toujours vécu sous l’occupation japonaise en tant que citoyenne de seconde zone.

Malgré l’éducation japonaise obligatoire et l’interdiction d’utiliser sa langue maternelle, le coréen, elle est fière d’être une haenyeo, une plongeuse, le travail des femmes sur l’île de Jeju.

Comme toute occupation, les Sud-coréens se soumettent aux ordres de l’armée japonaise quels qu’ils soient (taxes élevées, dons à l’armée, rafle des hommes pour être de la chair à canons et des enfants, main d’oeuvre dans les usines nippones…).

Hana a la joie d’avoir une petite sœur Emi.

Le fil conducteur de ce roman est une promesse qui s’avérera lourde de conséquences pour Hana.

Île de Jeju, décembre 2011.

Hana a tenu sa promesse mais à quel prix ?

Au fil des chapitres, l’histoire d’Hana nous est révélée tandis que le passé d’Emi se dévoile.

Mary Lynn Bracht raconte le quotidien des femmes de réconfort et brise un sujet tabou en l’écrivant au monde entier pour qu’aucune de ses victimes ne soient oubliées.

Chacune des deux sœurs affronte son destin avec courage, luttant contre le sort terrible qui les attends si différent et semblable à la fois.

La guerre les a séparée, une promesse pourra-t-elle les réunir ?

Mary Lynn Bracht a su aborder tous les sujets liés au traitement des Sud-coréens durant l’occupation japonaise tout en mettant en avant le métier des femmes de l’île de Jeju faisant des « Filles de la mer » un livre complet au sujet parfaitement maîtrisé qui devrait plaire autant aux personnes qui ne connaissent pas l’histoire coréenne qu’à celles qui l’ont déjà abordée.
Cronache del mondo emerso, Le storie perdute Cronache del mondo emerso, Le storie perdute
Licia Troisi   
La memoria delle imprese di Nihal contro il Tiranno è ancora vivissima nel cuore del Mondo Emerso e nelle leggende che da oltre cent'anni i suoi abitanti si tramandano, di padre in figlio. Una notte d'inverno un misterioso cantastorie si presenta in una locanda con tre storie da raccontare, storie che le pagine delle Cronache non hanno mai narrato. Tra le note calde e ammalianti del suo liuto si schiudono così i misteri più preziosi della vita di Nihal: l'infanzia prima dell'incontro con Livon, il viaggio per salvare Sennar dal maleficio della Cascata, il sortilegio che riportò in vita la guerriera per difendere un popolo inerme e infine l'ultimo, sconvolgente segreto che nessuno avrebbe mai potuto immaginare.
The Dragonian, Tome 5: Starlight The Dragonian, Tome 5: Starlight
Adrienne Woods   
Part 1
Epitome
The mysterious Bermuda Triangle.
If you asked a normal person what the Bermuda Triangle is, they will tell you all sorts of things, like it's the gateway to hell. Planes and ships, they disappear. Humans disappear too. What it actually is, many people wonder about it, but none can really tell you. If they can, well then they are technically not human, they are dragons, and to be honest, you wouldn't believe them either. For those of us whose curiosity it too great, we discover the truth. The Bermuda Triangle is far from a gateway to hell. Planes and ships don't get lost, and humans, well, they are still alive in another realm.
Most of them live in an asylum on the other side since their minds can't perceive the reality of that realm. It's fill with magic, dragons and technology that one can only dream of.
The other side of the veil is home to a world called Paegeia, and I am one of its royals.
I was born with a special mark, the mark of the Dragonians, or what humans call dragon riders. It's not a myth, they truly exist, and I do happen to have a dragon of my very own.
He is the Rubicon, on of a kin and also the meanest dragon who has ever lived. So if you mess with me, well, you will have to deal him too.
My father is the king of Paegeia, the greatest king that ever ruled this part of the world. Paegeia used to be part of the human realm, but with a world full of magic and dragons, their greed grew too great and the people of this world had no choice but to protect it. So, over nine hundred years ago the wielded an invisible wall to protect Paegeia from the darkness of humanity. Humans that enter the wall, even by accident, can never return unless they are dragons.
Red Queen, tome 4 : War Storm Red Queen, tome 4 : War Storm
Victoria Aveyard   
Bonjour,
Je constate que tout comme moi la sortie de War storm version française est un mystère pour beaucoup. C'est pour cela que j'ai contacté les éditions JC Lattès / Le Masque, qui ont publié les trois premiers tomes de la saga Red Queen, sur sa date de sortie. Alors bonne nouvelle: ce livre va bel et bien sortir en France dans cette édition ! Mais il va falloir encore un peu de patience car sa sortie est prévue pour automne 2019...
Voila j'espère que j'en ai aidé certain, maintenant il ne reste plus qu'à attendre.