Livres
439 148
Membres
368 389

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Il est toujours minuit quelque part



Description ajoutée par x-Key 2017-09-28T16:43:33+02:00

Résumé

Bill Herrington est un homme heureux.

La cinquantaine approchant, mari et père comblé, il occupe un poste de professeur de littérature dans une prestigieuse université américaine. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...

Jusqu’au jour où il trouve dans son casier l’exemplaire d’un roman à sensation publié par un mystérieux inconnu : R. P. Kirkpatrick.

Pas de quoi chambouler Bill.

À un détail près : il s’agit d’une histoire vraie.

Celle d’un crime dont il était persuadé que personne n’en avait jamais eu connaissance.

Sur une île qu’il aurait voulu oublier pour toujours.

Cet ouvrage envahit bientôt l’existence de Bill et contamine tout autour de lui. Sa vie paisible et confortable ainsi que son équilibre psychologique vont vite menacer de voler en éclats sous l’effet dévastateur de ce livre vengeur qui a réveillé tous les fantômes du passé.

"Tu m'avais dit qu'après minuit c'en serait fini,

Que nos âmes tourmentées trouveraient le repos,

Mais tu te trompais, car rien ne s'achève à minuit, et ce moment

Sur le point d'arriver ne se produit jamais

Parce qu'il est toujours minuit quelque part dans le monde pour les criminels de notre espèce,

Et que c'est là le point indépassable de notre horizon.

William Shakespeare, Macbeth, IV 4*"

(Source : Préludes)

Afficher en entier

Classement en biblio - 26 lecteurs

Extrait

A mesure que les voyageurs quittaient les lieux et se faisaient moins nombreux, Bill sentit sur lui le regard insistant de l'un deux : c'était un homme plus petit que lui, très pâle, avec des cheveux bruns et longs attachés en queue de cheval et un début de barbe aussi ridicule que celui qu'arborait un adolescent. Sa narine était percée d'un petit bijou noir très brillant et il portait des lunettes aux épaisses montures en plastique bleu. Dans l'ensemble, un gringalet mal fagoté.

Cet homme aux allures de lutin s'approcha de lui.

- vous êtes le professeur Herrington ? demanda-t-il timidement.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Un tres bon thriller personnellement je ne me suis pas ennuyé et cette fin est si triste. Je recommande

Afficher en entier
Lu aussi

L'histoire est d'une lenteur.... cela manquait de rythme je me suis ennuyée la plupart du temps. Les personnages sont creux et Bill est insupportable totalement imbu de lui même et égocentrique. Ce n'est pas un livre que je qualifierai de thriller, il n'y a aucune ambiance aucune atmosphere pesante. Je ne retiens rien de bon pour ce livre, une grosse perte de temps.

Afficher en entier
Or

Un excellent thriller qui se dévore en quelques heures ! On se laisse prendre par cette intrigue où la petite vie tranquille d'un professeur va changer. Tout au long du roman, on essaye de comprendre et de trouver la réponse : on est pris au jeu de la vérité !

Afficher en entier
Or

C'est un fait que lorsque l'on commence ce roman, il faut le lire d'une traite pour en connaître la fin.

L'histoire de 6 étudiant ayant fait une connerie 20 ans plus tôt et qui du jour au lendemain refait surface.

Ce n'est pas facile à vivre et peut même faire des vagues.

Je n'aurais pas voulut être à leur place.

Je l'ai vraiment apprécié et le conseille.

Afficher en entier

Chronique : https://aurelietoutsimplement.com/2018/03/chronique-lecture-il-est-toujours.html

Malheureusement l’ennui, le manque de rythme de ce roman ont eu raison de ma lecture. Je n’ai vraiment pas accroché, à l’histoire, aux personnages ni même à l’intrigue. J’ai attendu le dénouement avec impatience pour enfin me dire « Quoi ? Tout ça pour ça ? » Donc même l’intrigue finale n’a pas été à la hauteur de mon espérance. Le seul thème qui pour moi vaut la peine dans ce roman c’est la culpabilité que ressent notre personnage principal, qui est vraiment bien décrite et qui évolue de façon intéressante. Mais pour le reste et surtout pour le côté thriller, je ne vous recommande pas ce livre, il n’y a pas assez de suspense, d’angoisse, de tension ni rien de tout ça. Juste une histoire de tous les jours sympathique certes, mais sans intérêt selon moi.

Afficher en entier
Argent

« Il est toujours minuit quelque part » offre une bonne histoire avec pour sujet principal la culpabilité et ses conséquences. Le fait d’avoir un personnage principal peu attachant et beaucoup trop passif par rapport à ce qui lui arrive, fait peut-être en sorte que l’on a un peu de mal à ressentir un sentiment montant d’angoisse et d’oppression, alors que la plume de l’auteur est très agréable et sans fioritures, avec suffisamment des descriptions pour rendre toute l’histoire très visuelle… mais qui nous oriente du coup vers quelque chose peut-être de déjà vu. Ce thriller psychologique reste tout de même une bonne et agréable lecture dans lequel le suspense monte crescendo.

Afficher en entier
Or

L'auteur nous plonge dans un thriller où il s'est attelé à dépeindre la manière dont une personne peut vivre alors qu'elle a commis un acte répréhensible dans son passé. Est-ce qu'elle a oublié? Est-ce qu'elle regrette surtout? Comment une personne comme vous et moi a pu en arriver là? Jusqu'où la peur peut nous pousser à aller? L'ensemble a été très bien englobé dans une intrigue efficace et prenante. Le suspense est total pour cette histoire qui a réussi à me tenir éveillée jusqu'au bout de la nuit, jusqu'au moment où j'avais tourné la dernière page.

Alors oui, c'est vrai, pour les grandes lignes de l'histoire, c'est du déjà vu et revu au cinéma. Pourtant, l'auteur l'a mené d'une manière qui lui est propre et qui m'a captivée. Beaucoup de mystères sur les évènements passés et de sacrés révélations. L'auteur laisse planer le suspense et tient son lecteur en haleine.

La psychologie des différents protagonistes est également bien travaillée. On pourra se mettre à leur place. On se plaît à analyser leurs réactions, leurs sentiments. A se demander si nous aussi on réagirait de la sorte. Encore plus lorsque les révélations surviennent. On devient juge et, en tant que tel, je n'ai pas compris toutes les réactions des divers protagonistes. Et plus particulièrement l'acte final du principal acteur du récit.

Je pense que c'est le genre d'ouvrage où la personnalité du lecteur joue énormément sur sa manière d'appréhender les faits et les agissements. Tous ne tomberont pas d'accord sur l'acceptation ou pas des faits commis et la manière dont ils ont été vécus. Voir aussi le besoin de connaître la vérité et la faculté d'agir dans l'ombre, de cacher son jeu.

De la tension parce qu'on a de cesse de se demander qui est le mauvais? Ce qu'il y a à craindre? Bill va voir sa vie totalement chamboulée du jour au lendemain. Le passé va refaire surface à travers les pages d'un livre. Un passé qui va être remué et ne lui laissera pas de répit.

Une grosse interrogation subsiste pour moi au terme de cette lecture et je serais ravie si l'un de vous est à même de m'éclairer. Pourquoi avoir choisi comme titre "Il est toujours minuit quelque part"? Je ne vois pas où est le lien avec l'histoire et j'ai le sentiment d'être passé à côté d'un élément.

Un récit prenant et mystérieux qui m'a fait passer un excellent moment.

Afficher en entier
Lu aussi

assez décevant.

tout le livre repose sur les cinq dernier chapitres, ceux des révélations (qui sont en même temps pas si surprenante que ça) tout le reste du livre par contre était très long à mon goût. c'est un récit très lineaire, il ne s'y passe pas grand chose et même si le résumé promet que l'ouvrage "envahit" la vie de Bill j'en ai pas particulièrement l'impression.

j'attendais vraiment un thriller "haletant" et "impossible à lâcher" mais c'est malheureusement pas le cas pour moi, le rendu est assez lent pour un final sympa mais qui ne suffit pas à rendre le livre à la hauteur de ce que j'attendais.

Afficher en entier
Pas apprécié

http://saginlibrio.over-blog.com/2018/02/il-est-toujours-minuit-quelque-part-de-cedric-lalaury.html

Je remercie Préludes Editions pour m'avoir fait confiance dans la lecture de ce livre.

Je ne sais pas trop comment orienter ma chronique car cela m'arrive rarement dans le choix des livres que je lis, mais avec celui-ci le sentiment qui a prédominé est malheureusement l'ennui.

Pas simple d'avoir ce sentiment qui m'a collé à la peau tout le long de la lecture, et pour cause: sur la couverture est nommé "thriller psychologique impossible à lâcher"... bien, la personne ayant nommé cela a t'elle lu le livre? J'ai attendu vaillamment que la pointe d'un début de thriller immerge, mais non..... nous ne devons pas avoir la même notion du thriller....

Ici nous avons un livre assez gentillet bien écrit, sans tension, les explications sont limpides au fur et à mesure, pas d'action, juste la vie de tous les jours du professeur de littérature et sa rencontre avec l'auteur du livre qui raconte un fait important de sa vie de jeune adulte. Oui ça aurait pu être un vrai thriller à suspens, avec une angoisse surgissant régulièrement. Ici non, tout est relativement plat, voire sympathique.

Si ce livre n'avait pas été nommé comme thriller, je suis sûre qu'il aurait pu me plaire, mais là franchement, non.

De plus j'avais l'impression d'avoir entre les mains un thème de lecture de thriller déjà développé, notamment dernièrement avec "Mentor" de Goldberg qui pour le coup était un vrai thriller psychologique très angoissant.

Aussi j'espère que ce livre trouvera son lectorat, mais surtout pas ceux attendant un thriller, juste un roman qui, sans cette attente, peut se lire sympathiquement. Je trouve dommage cette dénomination qui va désavantager l'auteur et lui faire perdre des lecteurs. Sa plume est très agréable, il a une pointe d'humour voire même un peu caustique avec son personnage principal au début qui éveille l'intérêt.

Je passe ...

Afficher en entier
Or

L'avis d'Esméralda :

Voici un roman bien singulier. Une lecture que j’ai beaucoup apprécié.

William Herrington, dit Bill, est un personnage assez tonitruant. Professeur de littérature, il ne voue son grand amour qu’aux grands romans classiques de la grande époque, la littérature contemporaine ou dite populaire, il la désavoue littéralement. D’ailleurs Bill tient un discours abscons et malvenu. Personnage dédaigneux et horripilant, il se retrouve mêlé à une histoire surgie du passé, de son passé. Ce dernier se trouve retranscris dans un roman déposé dans son casier. Tous les éléments présents sont d’une justesse redoutable et témoignent d’une scène qu’il a oublié. Cet auteur est inconnu du très grand public, et c’est ainsi que Bill par à la conquête de son identité afin de préserver son secret. Il va être aider par une nouvelle étudiante, Alan, qui après avoir lu le roman, sans connaître la véritable teneur, va porter sur un piédestal ce nouvel auteur, R.P. Kirkpatrick. Bill va totalement paniquer et échafauder tout un scénario pour trouver le traitre. Malgré lui, il va devenir un de ces personnages de romans populaires auxquels il porte un aversion sans nom. Pour ma part c’est ici que ce roman est singulier. La manière dont l’auteur va jouer sur les paradoxes entre ces personnages distingués des romans classiques et ceux des romans modernes. Il survole les frontières pour créer ainsi un personnages mixant les deux codes. Je ne vais pas vous cacher que Bill est une personne imbue de lui même, égoïste, sans scrupule et parfois sans cœur. Il arrive facilement à mettre de côté sa famille et à rompre avec celle ci, pour arriver au but ultime : se protéger. Alan à le merveilleux rôle d’unifier les deux univers : passé/présent et roman populaire/ roman classique. Alan est ce personnage clé qui ne faut absolument pas sous estimer.

Du coup tous les éléments du passé surgissent pour mettre une sacré pagaille dans la vie bien rangée de Bill. J’ai découvert petit à petit tous les tenants et je me suis prise au jeu de savoir ce qui allait peut être en découler et surtout, mettre un nom sur ce mystérieux corbeau. Il va s’en dire que ce parcours tonitruant que doit affronter Bill, est semé d’embuches et de questions toutes aussi importantes les unes des autres. Bill va suivre un chemin de croix assez éprouvant où toute sa vision de la vie en générale va être remise en question. J’ai pu voir l’évolution de ce personnage qui de détestable va petit à petit devenir un peu plus sympathique. Je me suis même surprise à le trouver attachant.

La rencontre avec Kirkpatrick est assez épique. Scène toute en désolation, sous une pluie battante, comme si ce déluge laver et pardonner les actes à venir. Une relation amicale va débuter. Je dois dire que la présence d’un certain humour noir va enjoliver cette relation inappropriée, sachant que l’un soupçonne l’autre. Non dits, quiproquo et situations embarrassantes vont rythmer ce rapprochement.

J’ai beaucoup apprécié la part symbolique accordé tout au long de l’histoire donnant un aspect mystique à la trame.

Cédric Lalaury est un écrivain à la plume franche et honnête. Sans fioriture, il est arrivé à me plonger dans son univers atypique voguant sur des influences mixtes et généreuses. Il ne m’a privé d’émotions au contraire. Il m’a invité à participer à la résolution de cette énigme tout en me plongeant dans une atmosphére sombre et lourde. J’ai passé un excellent moment de lecture et le final m’a laissé pantois. Je n’aurai pu imaginer une telle fin et bien évidemment je n’ai absolument pas pu mettre le doigt sur les réponses.

« Il est toujours minuit quelque part » est manifestement une très belle découverte ! Un thriller psychologique haletant où je suis allée de surprise en surprise pour mon plus grand bonheur !

Afficher en entier

Date de sortie

Il est toujours minuit quelque part

  • France : 2018-02-07 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 26
Commentaires 14
Extraits 10
Evaluations 16
Note globale 7.06 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode