Livres
546 626
Membres
582 988

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Look at the stars. Aim. Ignite.

Afficher en entier

Assis dans la boue devant sa niche, le pauvre Franco agite la queue dans une flaque et me regarde à travers une des lattes cassées de la clôture. C’est un teckel marron terne au collier rouge sale. La pluie d’hier soir a inondé son petit abri, comme c’était prévisible. Je l’avais bien dit à M. Ramirez – pardon, Giorgio.

Notre cher voisin a ramené l’animal chez lui quelques semaines après avoir épousé sa deuxième ex-femme – un peu comme un galop d’essai avant d’avoir un enfant, sans doute. Mais, depuis son divorce il y a quelques années, il passe plus ou moins sa vie au bureau. Franco s’est retrouvé délaissé, vieux projet qui n’a pas marché comme prévu, complètement redondant désormais. D’où cette niche inondée dont personne ne se soucie.

Afficher en entier

L’espace d’un instant, je m’imagine attraper le premier Greyhound – ces bus ornés d’un levier sur le flanc – en partance de la gare routière, avec Franco à mes côtés, bien sûr. Les animaux sont-ils acceptés à bord ? La compagnie porte un nom de chien, alors j’imagine que oui. Je m’apprête à vérifier ce détail quand je remarque qu’il y a une tonne de nouveaux messages dans ma boîte mail. Ce sont tous des notifications liées à mon blog.

Super, encore une fournée de spams ! Moi qui pensais que ma journée ne pouvait pas être pire… Je m’apprête à les glisser tous ensemble dans la poubelle quand je me rends compte que quelque chose ne tourne pas rond. Les commentaires laissés en réponse à mon dernier article – celui qui critique le choix de Darien Freeman pour incarner Carmindor – sont écrits de main d’internautes, pas de bot.

Mais… Personne ne poste jamais rien sur mon blog – personne n’est même au courant qu’il existe !

Et là, plus de deux cents notifications… Deux cents !

Afficher en entier

– Merci, je sais lire, dis-je. Je me demandais juste si peut-être…

– Si je pouvais faire une exception pour vous ? complète-t-il en posant enfin sur moi ses yeux protégés par d’épaisses lunettes de soleil. Ah, si seulement les gens pouvaient acheter leur pass à l’avance comme on le leur recommande. Écoute, ma jolie…

Je réagis aussitôt.

– Comment vous m’avez appelée ?

– Moi ? Mais je n’ai rien dit.

C’est le moment que choisit Sage pour débouler dans le hall, au milieu de la foule. Elle ajuste sa tenue – aujourd’hui, c’est une robe de tulle bleu. On dirait une fée punk un peu barrée, mais vu l’ambiance, elle passe quasiment inaperçue.

– Bon, je n’ai pas pu entrer dans le parking parce que la Citrouille est trop grosse, mais j’ai quand même trouvé une place juste à côté. Je ne me suis pas gênée : j’ai pris une tonne de petite monnaie dans la caisse pour blinder le parcmètre. Il n’est pas né, le mec qui va me mettre une contravention.

– Vous êtes bien certaine que c’est légal ? fait remarquer le guichetier.

– Et la misogynie ordinaire, c’est légal ? lui lancé-je en le gratifiant d’un regard noir.

Afficher en entier

Je sors à pas lents de la loge, dont je referme la porte derrière moi sans bruit. J’effleure, sur mes lèvres, la plaie que les dents de la Ventouse ont laissée. Mark a peut-être raison. Peut-être ai-je vraiment besoin d’un agent capable de tenir les fans à distance et de jouer les gros bras au cas où…

Aussitôt, j’essaie de me raisonner :

– Non, arrête. Tu fais confiance aux autres. Tu aimes tes fans. Tu es sympa, drôle et cool. Rappelle-toi, tu es Jennifer Lawrence.

Afficher en entier

– Pourquoi ? finis-je par l’interroger.

– Parce que tu as raison : tu n’es pas Carmindor, mais Amara. Et tu sais pourquoi ? Parce que tu as hérité d’une intrigue secondaire toute pourrie et que, pourtant, tu as réussi à y survivre.

Afficher en entier

Mark a peut-être raison. Peut-être ai-je vraiment besoin d'un agent capable de tenir les fans à distance et de jouer les gros bras au cas où...

Aussitôt, j'essaie de me raisonner :

- Non, arrête. Tu fais confiance aux autres. Tu aimes tes fans. Tu es sympa, drôle et cool. Rappelle-toi, tu es Jennifer Lawrence.

Afficher en entier

I'm the villain of my story, and the hero. Part of my mom and part of my dad. I am a fact of the universe. The Possible and the Impossible.

Afficher en entier

I am a fact of the universe. The possible and the impossible. I am not no one.

Afficher en entier

"No," I tell myself. "Stop it. You are trusting. You love your fans. You're cool and funny and chill. You are Jennifer Lawrence."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode