Livres
462 313
Membres
419 506

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Au douziéme coup de minuit

Kate baissa les yeux. Son corsage mouillé plaqué sur sa peau révélait les contours de sa poitrine aussi surement que si elle était nue. Une soudaine brûlure lui monta à ses joues.

-Vous feriez mieux de me donner ceci, dit le prince Gabriel en désignant les paquets de cire d'un coup de menton. Si les doméstiques les trouvent, votre secret sera vite éventé.

A contre coeur, elle les tendit à son compagnon.

-Vous n'avez nul besoin de tels artifice, reprit-il d'une voix grave.

M.Berwick se tenait sur le quai de marbre, une couverture à la main.

-Vous pourriez aller me chercher ce plaide? demanda Kate. Je préférerais ne pas me tenir debout devant tout le monde.

-Parce que votre robe est trempée ou parce que votre décolletée a fondu? se moqua t-i.

Kate darda sur lui un regard assassin.

Afficher en entier

Une si vilaine duchesse

« — Les jeunes filles portent des perles. Que fais-tu, ma chérie ?

Theo, qui s’était approchée de son secrétaire, leva les yeux.

— Je complète ma liste. Juste au cas où j’aurais un jour le droit de m’habiller comme je le souhaite.

— C’est en rapport avec les perles ?

— Oui. J’ai noté deux nouvelles remarques durant ces derniers jours. Les perles sont pour les huîtres.

— Et les débutantes, compléta sa mère. Quelle est la seconde ?

— Elle ne va pas vous plaire, prévint Theo. L’uniforme d’Eton mérite qu’on s’y intéresse.

— Elle ne me déplaît pas. Même si je trouve que le rang d’un homme est un meilleur critère que sa scolarité. En outre il existe d’autres écoles qu’Eton, ma chérie.

— Maman ! Cette liste n’a rien à voir avec un futur mari ! Elle rassemble simplement tout ce dont je m’inspirerai quand je pourrai choisir le style de mes vêtements. C’est-à-dire, après mon mariage. Le manteau de l’uniforme d’Eton est splendide. Je me moque des corps qu’il recouvre, sauf s’il s’agit du mien.

— J’espère que je ne vivrai pas assez longtemps pour te voir vêtue comme un étudiant, commenta sa mère en frissonnant. Je ne veux même pas l’imaginer. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode