Livres
447 267
Membres
387 565

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Ma sœur ne fait pas exprès de se comporter comme une garce, elle a dix-sept ans. C’est inévitable, mais un jour elle redeviendra humaine.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Rodney 2018-02-02T16:31:56+01:00

« Oh mon Dieu, vous savez à qui vous ressemblez ? »

La main de Nicholas se crispe dans la mienne, mais je la serre pour le rassurer parce que... je gère.

« Au prince Nicholas, c'est ça ? je lui réponds en souriant.

– Complètement ! Vous savez, j'ai entendu qu'il était en ville, vous lui ressemblez comme deux gouttes d'eau !

– Je sais, je me tue à lui dire qu'il devrait aller à Vegas pour travailler comme sosie, mais il ne m'écoute pas. Vas-y, imite l'accent, bébé », je dis en agitant la main de Nicholas.

Il me regarde avec tendresse et parle de sa voix normale.

« Mais je n'ai pas d'accent... bébé. »

J'éclate de rire et la femme derrière nous devient hystérique.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MelieGrey 2018-02-10T14:33:49+01:00

Note à moi-même - la bière bon marché rend Olivia folle. Je ferai le plein, la prochaine fois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Rodney 2018-02-02T16:14:11+01:00

– C’est quoi ton conseil ? »

Il se gratte la tête.

« Je crois qu’elle avait honte.

– Honte ?

– Oui. C’est comme avec ma plus jeune sœur, Janey. Elle est très jolie, mais un jour elle avait un bouton sur le front qui était si gros qu’on aurait dit un pénicorne. Elle marchait dans la… »

James, sur le siège passager, lit dans mes pensées.

« C’est quoi un pénicorne, bon sang ?

– C’est une expression, explique Tommy.

– Une expression pour dire quoi ?

– Pour… pour parler de quelqu’un qui a un truc qui sort de son front et qui ressemble à un pénis.

– Tu veux dire une licorne ? demande James.

– Bon sang ! s’exclame Logan. Vous pouvez oublier le pénicorne ou la licorne ou je ne sais quoi…

– Ce n’est pas logique ! rétorque James.

– … et laisser Tommy finir son histoire ? On n’entendra jamais la fin, à ce rythme.

– Très bien, marmonne James en levant les mains. Mais ça ne veut rien dire.

– Merci ! grogne Tommy. Donc, Janey marchait dans la rue avec Brandon, après l’école. Il habite dans notre rue et ça faisait des semaines qu’il lui plaisait. Mon père était rentré tôt du travail et il était assis sur les marches du perron. Quand elle est arrivée, il lui a dit “Eh, Janey, tu veux que j’achète de la crème à la pharmacie pour tuer le monstre sur ton front ?” Elle a pété un plomb, criant qu’elle ne lui parlerait plus jamais, qu’elle se sentait minable à cause de lui. Mon pauvre père voulait juste l’aider ! Mais ce que j’ai compris, c’est qu’aucune fille ne veut qu’on la confronte à ses problèmes – Janey savait qu’elle avait un pénicorne sur le front et elle n’avait pas besoin qu’on le dise à voix haute. Et surtout, elle ne voulait pas qu’on le dise devant le garçon qu’elle aimait. »

Il me regarde dans le reflet du rétroviseur.

« C’est une question de fierté, tu comprends ? Ce n’est pas que miss Hammond ne voulait pas de ton aide – elle avait honte d’en avoir besoin, justement. »

Afficher en entier

La porte donnant sur le salon bleu s’ouvre enfin et Sa Majesté la reine Lenora apparaît.

On trouve dans la jungle colombienne une adorable race de singes. Ils sont bien plus mignons que les chatons et les chiots que l’on voit sur Pinterest. Or ces adorables bêtes ont des dents acérées, un appétit féroce, ainsi qu’un goût prononcé pour les yeux humains.

Ma grand-mère ressemble beaucoup à ces petits singes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MilieP 2018-04-02T16:49:39+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)« – C’est vrai qu’elle était angélique. Et sa tarte était sublime. Je n’ai pas vu de larmes, mais tu l’as clairement blessée. »

J’enlève mon bras et m’efforce de m’asseoir dans le lit.

« De quoi parles-tu ?

– De la serveuse. Au café où nous nous sommes arrêtés après que tu m’as traîné dehors parce que tu pouvais te promener sans être harcelé par les paparazzis et les groupies. Tu ne t’en souviens pas ? »

Des images me reviennent lentement. Je me souviens d’un petit cri de surprise, outré, et de deux yeux bleu foncé, de la couleur du ciel au crépuscule, luttant contre les larmes.

« C’était… c’était vrai, ça ?

– Oui, espèce d’enfoiré, c’était vrai. Tu lui as proposé vingt mille dollars pour coucher avec toi. Elle t’a dit non. Elle n’est pas bête, cette nana.  »

Afficher en entier
Extrait ajouté par MelieGrey 2018-02-10T14:41:02+01:00

" Mon véritable frère saurait qu'Olivia ne ferait pas ça - qu'elle en est incapable. Il le saurait, là, dit-il en désignant mon coeur. Alors soit t'as trop peur de te fier à ton instinct, soit t'as peur de faire confiance à Olivia. Quoi qu'il en soit, tu viens de laisser la plus belle chose qui te soit arrivée sortir de cette pièce. Et avec les vies qu'on mène, ce n'est pas peu dire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MelieGrey 2018-02-10T14:34:57+01:00

- Quel morveux ! Ca a toujours été un morveux, dit Nicholas en secouant la tête.

- D'accord, dans la catégorie du cadet problématique, c'est toi qui gagnes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-03-13T21:33:55+01:00

« — Ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu, alors ne m’oblige pas à te gifler tout de suite. Tiens-toi bien, tu veux ?

— Il plaisante, Nicholas. Et puis, tu es mal placé pour parler ; la première fois qu’on s’est rencontrés tu as proposé de me payer pour coucher avec toi.

Nicholas grimace, et Henry est bouche bée.

— Non ! Mon frère a fait ça ? Monsieur JeSuisToujoursParfaitEnPublic ? Je n’arrive pas à le croire. Il t’a proposé combien ? me demande-t-il en me mettant un petit coup de coude.

Je lance un sourire machiavélique à Nicholas, qui semble avoir envie de m’étrangler.

— Dix mille dollars.

— Espèce de radin ! s’exclame Henry.

— J’étais bourré ! Si j’avais été sobre, j’aurais commencé les enchères bien plus haut, rétorque Nicholas. »

Afficher en entier

Ce week-end, il vient à la plage avec Olivia et moi. Ça ne me gêne pas. Après tout, la décapotable que je conduis est entourée par un escadron de policiers à moto, donc il y avait peu de chances qu’Olivia me taille une pipe sur le trajet, de toute façon. Cela dit, ça ne fait que quarante-cinq minutes que nous roulons – sur un trajet de cinq heures – et je pourrai bien regretter mon choix.

« C’est nul d’être sobre, dit mon frère depuis le siège arrière. Je m’ennuiiiiiiie. »

Il passe la tête entre nos sièges.

« C’est comme ça que va se dérouler tout le séjour ? Vous allez passer votre temps à vous faire les yeux doux ? Tu vois cet arbre là-bas, Nicholas ? Fonce dessus aussi vite que possible et abrège mes souffrances, tu veux ? »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode