Livres
461 603
Membres
418 156

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Grdegirafe 2019-05-03T22:33:56+02:00

Mon premier réflexe est de prendre la fuite.

Je suis encore choquée par la conversation que je viens de surprendre : qui est cette femme et que veut-elle? Se pourrait-il que Rafael m'ait trahie à ce point et qu'il mène une double vie ?

Malgré mon trouble, j'ai la présence d'esprit de filer vers le hall où m'attendent les autres.

Je rends son étole à Nounette.

 

— Ça ne va pas ? Tu es livide... s'inquiète mon père.

— Non pas trop... Je balbutie.

 

Je tente de rassembler mes idées pour trouver une excuse plausible au visage décomposé que je leur offre.

 

— Je ne sais pas... Heu... Ce doit être le contrecoup... Je ne me sens pas bien... J'ai des nausées et... excusez-moi, je vais monter dans ma chambre. Allez-y sans moi, je vous rejoins si ça va mieux.

— Je reste avec toi, s'alarme ma mère.

— Non non ! Je te promets que ça va aller ! je proteste.

 

Sa sollicitude me touche, mais je n'ai qu'une envie : être seule.

 

— Ça va passer, ce n'est rien, je cherche à la rassurer. Partez devant, je vous tiens au courant.

— Lisa, si toi tu n'es pas là, nous n'avons aucune raison de nous rendre à cette soirée, insiste mon père.

— Si, si je t'assure : c'est magnifique ! Le cocktail d'ouverture était somptueux et celui-ci promet de le surpasser : il faut absolument que vous voyiez ça ! Je me repose un peu et j'arrive ! Promis...

 

J'insiste encore cinq minutes et c'est avec un immense soulagement que je les vois tous partir.

Ouf ! Je me rue vers l'ascenseur, en priant de ne croiser personne, et surtout pas Rafael...

Heureusement, l'hôtel s'est passablement vidé et je rejoins ma chambre sans encombre.

 

Une fois assise sur mon lit, j'essaye de me calmer et de rassembler mes idées.

Je ne parviens pas à croire que Rafael m'ait à nouveau trahie.

Je tente de me raisonner. Certains gestes, certains mots ne trompent pas. Je sens, je sais qu'il m'aime... Je n'arrive pas à concevoir qu'il m'ait toujours menti. Ce n'est pas possible qu'il ait triché à ce point...

Hélas, le doute distille insidieusement son poison dans mes veines et se diffuse sans que je ne puisse rien faire pour stopper sa progression. Qu'est-ce que je sais de lui en somme ? À bien y réfléchir, je ne le connais finalement pas tant que cela... Que m'a-t-il laissé entrevoir de lui et de sa vie ? Qu'il a grandi en Andalousie ? Que son père, avec qui il était fâché, est tombé gravement malade et qu'ils se sont réconciliés ? Oui et à part ça ? Qui est-il vraiment ? Quels sont les gens qui ont traversé sa vie avant moi ?

Je réalise que je n'ai, à ce jour, pratiquement rien appris de lui ni de son passé. Il est donc tout à fait probable qu'il ait déjà quelqu'un en Andalousie. Quelqu'un, et des enfants...

Mon Dieu ! Rien que d'y penser, mon sang se glace. Je ne comprends pas pourquoi il ne m'a rien dit. Combien de temps comptait-il tenir ainsi, avec ce secret entre nous ? Pourquoi avoir cultivé tant de mystère ? Et comment est-il possible de tromper à ce point et aussi froidement quelqu'un que l'on dit aimer ?

 

J'en suis là de cette multitude de questions auxquelles je ne trouve aucune réponse, lorsque j'entends mon téléphone sonner : Rafael !

Je suis prise de panique. Je ne suis pas prête à affronter les mensonges qu'il doit être sur le point me raconter... Ni en état de faire comme si je n'avais rien vu ni rien entendu...

Je ne réponds pas. Trente secondes après retentit le bip m'annonçant que j'ai un message. Je l'écouterai plus tard : pour l'instant, je n'en ai pas la force.

 

Je jette l'appareil sur le lit et me laisse tomber en arrière sur les oreillers. Les yeux rivés au plafond, je me dis que je vais devoir à nouveau apprendre à vivre sans Rafael. Puisque le destin semble vouloir nous séparer sans cesse, à quoi bon insister ? C'est que nous ne devons finalement pas être faits l'un pour l'autre.

 

Mon téléphone se manifeste à nouveau. C'est Tatiana.

Je décroche.

 

— Alors comment ça va ?

 

La voix de mon amie me parvient à travers un brouhaha. Je devine que la salle de réception est bondée.

 

— Mieux... Ça va mieux, je réponds.

 

Elle marque un temps.

 

— Bon Lisa, qu'est-ce qui ne va pas ? Pas à moi, le coup du malaise, OK ? Dis-moi ce qui cloche...

 

Je capitule. Tatiana me connaît trop bien pour être convaincue par mes feintes. Je soupire. Même si je n'ai aucunement l'intention de lui gâcher la soirée avec mes états d'âme, je me dis que cela va me soulager de partager brièvement mes doutes avec elle.

 

— En allant chercher l'étole de Nounette, j'ai surpris une conversation entre Rafael et une fille, une Espagnole, que nous n'avions jamais vue jusqu'ici.

 

Elle me coupe :

 

— Oh, Lisa, qu'est-ce que tu es encore allée t'imaginer ? Dans sa voix, je ne décèle aucun reproche. Je perçois au contraire beaucoup de bienveillance et d'affection.

— Rien Tatiana. Je n'ai rien imaginé. Je n'en ai pas eu besoin... Elle a été on ne peut plus claire : elle lui a demandé de revenir avec elle...  Et leurs enfants...

— Quoi ? Tatiana s'étrangle de surprise.

— Qu'est-ce que tu me racontes ? Quels enfants ?

— Les siens, les leurs... enfin, ceux qu'ils ont ensemble, je suppose !

— Mais tu es sûre d'avoir bien entendu ? Bien compris du moins ?

— Hélas oui ! Ses paroles ne donnaient malheureusement pas trop matière à confusion...

— Je n'arrive pas à y croire ! Mais qui est ce garçon ?

— Ça, j'aimerais bien le savoir... je soupire.

— C'est à n'y rien comprendre... reprend Tatiana.

 

Fidèle à elle-même, et sans se départir du pragmatisme qui la caractérise, elle enchaîne :

 

— Et maintenant qu'est-ce que tu vas faire ?

— Qu'est-ce que tu veux que je fasse ? Je vais rentrer chez moi et me battre à nouveau pour oublier qu'il a existé... Je commence à en avoir l'habitude.

— Mais tu ne veux pas lui parler avant ? Essayer de comprendre ?

— Essayer de comprendre quoi ? Qu'il m'a menti ? Qu'il se fout de moi depuis notre première rencontre ? Tatiana, je suis fatiguée de lutter en permanence pour vivre une relation normale avec ce garçon. Avec lui, rien n'est jamais simple. Chaque fois que nous nous remettons ensemble, il se passe quelque chose qui me révèle à quel point il est instable et peu fiable... J'en ai marre de ses mystères et de ses zones d'ombre. J'ai la désagréable sensation d'être amoureuse d'un inconnu. J'ai besoin d'avoir confiance en la personne qui est à mes côtés, tu saisis ? Je ne peux pas vivre comme ça, continuellement dans l'incertitude, c'est trop difficile... J'ai envie d'une histoire sincère, pas d'avoir l'impression de me trouver en permanence sur des montagnes russes... Cette fois, je n'aurai pas la force d'aller plus loin. Que crois-tu qu'il va se passer si j'accepte de l'écouter ? Il va me supplier et me jurer qu'il m'aime ? Il va réussir à me convaincre, et moi, comme une idiote, je vais recraquer... Jusqu'à la prochaine fois... Jusqu'à la trahison suivante que je finirai bien par découvrir. Alors à quoi bon ? Autant gagner du temps : ça suffit, je jette l'éponge.

 

Parler avec Tatiana m'a réconfortée. J'ai le sentiment d'y voir plus clair. Maintenant, je tiens absolument à la rassurer.

 

— Ne t'inquiète pas, ça va aller, lui garantis-je d'une voix ferme.

— Tu es sûre ?

— Oui, oui, je te le jure ! Tatiana ? Je peux te demander un service ?

— Bien sûr ! Ce que tu veux !

— Cela t'embête de prévenir les autres que je vais rester ici ? Tu peux leur dire que je vais mieux, mais que je suis fatiguée et que je vais me coucher ?

— T'inquiète ! Il n'y a pas de problème !

— Merci... Et merci de m'avoir appelée Tatiana. Cela m'a fait du bien de te parler... J'ai de la chance de t'avoir.

— Je t'en prie : les amis, c'est fait pour ça, non ?

 

En raccrochant, je m'aperçois que j'ai cinq SMS de mes parents qui se préoccupent de mon état et au moins dix de Rafael qui s'inquiète de ne pas parvenir à me joindre. Je rassure rapidement ma famille et en profite pour la prévenir de mon absence, en lui promettant que j'irai mieux demain.

Quant à Rafael, je n'ai pas le courage de l'affronter. Avant, ses messages insistants m'auraient sûrement énervée... J'aurais certainement été en colère de découvrir à quel point son hypocrisie prouvait l'infini mépris qu'il affichait pour moi et notre relation. Aujourd'hui, je ne ressens qu'une immense lassitude.

J'ai juste envie de me coucher, de fermer les yeux et d'oublier ce grand désordre qu'est ma vie. Comme je l'ai promis à mes parents : ça ira mieux demain...

 

Je viens de m'assoupir lorsque j'entends que l'on tambourine à ma porte. J'ouvre un œil, hagarde, en me demandant où je suis et ce qui se passe. Ma chambre est plongée dans une profonde obscurité. Quelle heure peut-il bien être ?

En un quart de seconde, la soirée me revient à l'esprit : la trahison de Rafael, mon repli stratégique dans le cocon sécurisant de ma chambre, la conversation que j'ai eue avec Tatiana qui m'a permis d'ouvrir les yeux...

 

— Lisa ! Ouvre s'il te plaît !

 

Mon Dieu, non ! Il n'a quand même pas osé ?

Je me suis assise d'un bond dans mon lit. Je n'ose pas bouger.

 

— Lisa... insiste-t-il. Ouvre-moi, je sais que tu es là.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode