Livres
521 233
Membres
537 493

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Il ne fallait pas faire pleurer le loup



Description ajoutée par GillesMV 2013-04-07T11:37:41+02:00

Résumé

Aventure, Avidité, Amour, Amitié, les quatre composantes de ce roman passionnant dont les cinq cents pages vous feront passer une nuit blanche car vous ne pourrez pas le refermer quand vous l’aurez ouvert...

Quand Lorenza Beaumont, reporter de guerre, rencontre Gregory Nashoba, homme d’affaires et expert mondial en canis lupus, elle ne se doutait pas que sa vie allait basculer. Peu après, un attentat à la bombe décime la famille de Greg qui est, lui, grièvement blessé. Quand il sort de l’hôpital, il n’a qu’une obsession : retrouver les commanditaires.

La journaliste restera à ses côtés et, de Paris en Afghanistan, en Éthiopie comme aux États-Unis, ils vont traquer les meurtriers, aidés par leur ami Pierre, haut fonctionnaire de police mais poursuivis par un magistrat de la cellule anti-terroriste, borné, à l’ambition dévorante. Entre trafic d’armes et de stupéfiants, mettant leurs vies en jeu face à des tueurs avides et sanguinaires, ils vont affronter le pire de l’âme humaine.

Lorenza découvre la personnalité fascinante de Greg, dernier descendant d’une famille amérindienne, au cœur d’une mystérieuse légende. Mais à quoi pouvait-on s’attendre d’un homme qui comprend et parle aux loups ? Les assassins n’auraient jamais dû s’en prendre à sa famille car ils ignoraient la Vérité. Ils ont réveillé le Gardien de la Terre des Loups, un fauve qui ne connait ni pitié ni pardon.

Non, ils n’auraient jamais dû et, maintenant, le monde ne sera pas assez grand pour les cacher. Il va falloir payer...

Afficher en entier

Classement en biblio - 7 lecteurs

Extrait

Autrefois, il y a des siècles, sur les Terres des Indiens Pawnees...

La nuit est profonde et seules les étoiles scintillent au-dessus de cette clairière entourée d’une forêt dense et impénétrable, au milieu de nulle part. Deux indiens se tiennent assis autour d’un feu qui se consume doucement et des escarbilles s’échappent en crépitant, brisant ainsi le silence.

Les deux hommes sont très âgés et appartiennent au Conseil des Sages de l’ensemble des tribus Pawnees. Ils sont silencieux et regardent les flammes danser devant eux, éclairant étrangement une lance, plantée bien droite dans le sol, à côté d’eux. Au dernier pow-wow du Conseil des Sages, ils ont appris les visions que la Mère Grande avait envoyées à l’un d’entre eux.

Ainsi, leur race va disparaître, des hommes blancs envahiront leur Monde et bientôt, ils vont souffrir de famine, de maladie, jusqu’à leur extinction. Quel drame ! Eux qui vivent en paix, depuis les guerres entre les différentes tribus, ils vont devoir s’unir face à l’ennemi et reprendre le Sentier de la Guerre. Et le sang coulera comme l’eau du ciel à la saison des pluies. En vain ! L’homme blanc sera victorieux.

Mais le pire est que ces hommes blancs, en plus de les exterminer, feront offense à la Mère Grande, celle qui leur permet de vivre aujourd’hui sur des terres cultivées, qui leur offre le soleil, la lune et les étoiles, celle qui leur fait don de tout mais aussi de cette paix avec le Peuple des Loups. Car les Loups étaient sur cette terre bien avant les Pawnees et bien avant les hommes blancs. Ils vont les chasser et les tuer aussi, les massacrer, comme eux !

L’offense est terrible.

Qui, dans les temps futurs, se souviendra que le Peuple des Loups et celui des Indiens vivaient en paix, les uns et les autres partageant avec respect la terre, le bison et les dons de la Mère Grande ? Personne ? C’est contraire à leur loi morale, même si elle n’a jamais été écrite, et tout simplement insupportable.

Alors le Conseil des Sages a décidé de délimiter une terre qui serait sacrée à tout jamais. Et cette terre aura un gardien, et son fils après lui, et ainsi de suite, pour la nuit des temps. Ce gardien portera un nom secret que seuls les Sages connaîtront. Sur cette terre, le Peuple des Loups trouvera refuge et ici, même les Indiens ne pourront venir y chasser, y compris les jours difficiles où le manteau blanc de la Mère Grande fera fuir le gibier.

Cette terre s’appellera Nayavu Nashoba, depuis l’endroit où les sages ont planté la lance sacrée et jusqu’à trois journées de course à cheval, dans les quatre directions.

Qu’il en soit ainsi !

Les deux Sages se sont levés avec beaucoup de mal, leur esprit est maintenant en paix. Le conseil a arrêté une bonne décision et avant de repartir, ils regardent une dernière fois cette lance, richement décorée de plumes, de peintures rouges, bleues et d’os du bison blanc, l’envoyé du Grand Esprit. Ce lieu sera protégé par les Indiens Pawnees et, pour une fois, par toutes les tribus du Monde couvert par la course du soleil, car tous l’ont promis sur l’honneur.

Les deux sages observent les alentours et voient les ombres silencieuses qui s’approchent. Ils sont heureux, le Peuple des Loups est déjà arrivé. Ils ont donc fait le bon choix. Quand ils ont quitté la clairière pour rejoindre leur village à plusieurs jours de marche, un long hurlement les a salués. Ils y ont entendu de la gratitude car les Pawnees comprennent le langage du Peuple des Loups, depuis toujours. Avec le temps, à force de vivre en paix et de partager les trésors de la Mère Grande avec eux, parler avec les Loups est devenu un état naturel, transmis de père en fils.

C’était il y a des siècles, sur les terres des Indiens Pawnees. Si la lance a disparu, la loi secrète et la volonté de la Mère Grande ont perduré, coûte que coûte, dans l’âme des derniers survivants. Même si bien peu ont survécu à l’holocauste, la Loi reste la Loi et préserver la Terre sacrée, un devoir pour chacun d’entre eux.

Nayavu Nashoba demeure le premier trésor dans le cœur de son Gardien comme dans celui de tous les Loups.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

J’ai lu quelques nouvelles de l’auteur et le commentaire de Vivi83 m’a donné envie de découvrir ce livre. Je regrette que ce soit aussi difficile et long de se le procurer, mais bon j’y suis arrivée.

Ce n’est pas un coup de cœur, mais j’ai largement apprécié (comme d’habitude) cette facilité d’écriture de l’auteur, il y a toujours juste ce qu’il faut, suffisamment de détail pour que l’on puisse faire travailler notre imagination mais pas trop pour nous laisser dans l’attente de la suite, ce n’est jamais trop lourd,

L’histoire est bonne et intéressante, les personnages sont attachants, j’ai adoré,

Lecture que je conseille fortement

Afficher en entier
Or

J'ai connu Gilles Milo-Vacéri à travers ses nouvelles érotiques. Ma curiosité a fait que j'ai découvert que celui-ci avait écrit des romans .. et quelle belle surprise, j'ai acheté "Il ne fallait pas faire pleurer le loup" que j'ai dévoré en même pas 24 heures ! J'ai commencé à lire hier après-midi ( livre reçu hier matin ) et je l'ai fini dans la nuit.

L'écriture est toujours si plaisante, fluide, l'histoire est époustouflante, les personnages attachants ( voire détestable ) , aventure, suspense, intrigue, amour tout pour vous faire passer un très bon moment !

Afficher en entier

Activité récente

helayss l'ajoute dans sa biblio or
2016-05-05T04:09:43+02:00

Les chiffres

lecteurs 7
Commentaires 2
Extraits 1
Evaluations 2
Note globale 8.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode