Livres
436 302
Membres
361 586

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Il neige sur Encelade



Description ajoutée par LanaelLogan 2014-02-03T15:05:28+01:00

Résumé

Après avoir survécu au meurtre de sa mère, Steven est placé en institution et confié aux bons soins de Sylvère Murat. Une relation particulière s'établit peu à peu entre le psychologue et son patient de quatre ans, obsédé par le mystère du "chat qui s'allume", dernières paroles de sa défunte mère. Cependant au fil des sessions, le thérapeute décèle dans l'ombre du garçon un énigmatique inconnu qui parle au nom du petit. L'étrangeté de ce phénomène atteint un point de non retour le jour où l'enfant disparaît sans laisser de traces.

Pour Sylvère, le lien n'est pas pour autant rompu. Au contraire, une série d'inexplicables coïncidences vient le renforcer, poussant le psychologue à mettre sa vie routinière entre parenthèses afin de partir à la recherche de Steven. mais ce qu'il trouvera au terme de son voyage sera au-delà de toute imagination...

Avec ce roman aux accents Murakamiens, Olivier Moyano nous offre une fiction empreinte d'onirisme où l'on apprend qu'il n'est jamais trop tard pour trouver sa place.

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par GabrielleViszs 2014-12-26T22:49:28+01:00

« … Depuis combien de temps était-il présent ? Assis, penché en avant, il avait les mains jointes, les avant-bras reposant sur les genoux, vêtu d’un vieux pantalon de toile grise, des chaussures en cuir marron, une chemise à carreaux. Ses yeux sombres enfoncés au fond des orbites me fixaient. Des yeux terribles. Bon dieu qu’elle frousse !...

…Etait-il toujours visible, avait-il disparu, s’était-il fondu dans cet homme ? Je restai pétrifié sur ma chaise avant de me lever pour m’enfuir dans le couloir. Ma dernière livraison de cet homme hurlant était l’image de son visage comme emprisonné dans un miroir circulaire reflétant son cri en le répercutant, déformé à l’infini. Adossé contre le mur, la porte restée ouverte, je constatai que les cris avaient cessé aussi brusquement qu’ils étaient apparus. Tremblant comme si j’avais pris une douche glacée, j’étais retourné piètrement dans mon bureau pour… »

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Choupaille 2018-03-24T12:02:37+01:00
Lu aussi

Je ne peux pas dire que j'ai détesté ce roman que j'ai trouvé à trois euros d'occasion. Par contre, il est certain que si j'avais payé le plein tarif (c'est à dire quinze euros), c'aurait certainement été le cas.

"Il neige sur Encelade" est cependant un roman des plus surprenants. C'est avec une facilité déconcertante et une jolie maîtrise de sa plume que l'auteur nous entraîne dans un univers improbable où psychologie, astronomie, biologie et ésotérisme se rejoignent. Certes, pas toujours de façon pertinente, mais avec une harmonie indiscutable. Le lecteur est tour à tour surpris, instruit et perturbé. Un véritable ascenseur émotionnel qui, s'il n'a pas toujours pour destination la satisfaction, frappe par sa mécanique bien huilée.

Je peux donc comprendre la raison qui a poussé les lecteurs de ce roman à lui donner de si bonnes notes sur le net, et à le qualifier d'OVNI. Il est certain qu'on ne rencontre pas des romans pareils à tous les coins de rue. Mais personnellement, si j'en ai apprécié l'écriture et l'originalité, je déplore le fouillis général du récit et le manque de place laissé au lecteur dans l'intrigue. Car à trop vouloir se montrer créatif et surprenant, l'auteur part dans des délires que le lecteur peine à suivre. Dommage.

Chronique complète : https://la-choupaille-lit.blogspot.be/2018/03/il-neige-sur-encelade-de-olivier-moyano.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shadow-Reader 2016-03-12T19:10:17+01:00
Argent

http://oeuvres-francophones.skyrock.com/3271747214-Il-neige-sur-Encelade.html

J'ai découvert ce roman sur le stand des éditions du Chat Noir au salon du Fantastique 2016. La couverture m'a tout de suite intriguée, et le résumé m'a tentée. Étudiant moi-même la psychologie, j'ai une fascination pour les pathologies mentales, et j'étais curieuse de voir comment ça allait être abordé dans ce roman.

Le récit commence dynamiquement, avec les paroles retranscrites de l'enfant. L'entrée en matière est intéressante ; ma seule déception est que l'enfant parle parfois de choses qui n'apportent rien au lecteur. J'ai eu du mal à m'attacher à lui, il a un côté plus envahissant que réservé, et malgré son histoire, il n'a pas réussi à susciter ma pitié. L'intérêt que le narrateur lui porte est justifié par son passé, mais je n'ai jamais compris l'obsession dont il fait preuve à son égard. Ainsi, lorsqu'il prend la route à la recherche de l'enfant, je n'ai pas réussi à suivre son raisonnement et à m'identifier à sa cause.

Niveau texte, c'est joliment écrit. On obtient les détails nécessaires pour s'imaginer l'histoire, le vide que je ressens souvent dans les romans de nouveaux auteurs ne s'est pas fait ressentir ici. L'auteur a opté pour un style de dialogue intéressant et réaliste, avec les tics de langage spécifiques à chaque personnage. Les pensées du narrateur ne sont pas laissées de côté, on a droit à ses réflexions et ça apporte beaucoup au récit. Cependant, l'auteur a trop misé sur la ponctuation et les majuscules pour l'expression de ses personnages. Quand on lit un livre, aucun dialogue ne doit être sauté, c'est pourtant ce que j'ai dû faire à plusieurs reprises, lorsqu'un mot était répété plusieurs fois, ou que des phrases entières étaient en majuscule. J'y vois une faiblesse au niveau de l'écriture, l'auteur aurait dû décrire ces choses-là au lieu de les retranscrire.

Suite à ma lecture, j'ai gardé une sensation un peu floue, comme si le tour des choses n'avait pas été fait. On ressent de lourdes fragilités scénaristiques à partir du moment où l'homme part à la recherche de l'enfant. Trop de coïncidences, trop de hasard ; l'auteur n'a visiblement pas su comment emmener l'action de son récit de la bonne façon, tout semble trop lourd pour être naturel. On dirait une solution de facilité, ce qui m'a frustrée. Heureusement, la tournure des conversations et l'accumulation de découvertes réussissent à rattraper le coup.

Ce roman a la particularité d'avoir été écrit avec la légèreté d'une nouvelle. Ce n'est pas le style que je préfère, mais ça a le mérite d'être original.

Ce livre a été ma première lecture des éditions du Chat Noir, on m'en a conseillé les livres, je compte donc fouiller un peu pour en trouver d'autres qui pourraient me plaire. Il neige sur Encelade m'a laissée une impression relativement bonne, c'est une lecture que je conseille, bien que je reconnais être déçue que la personnalité multiple ait trouvé son explication dans des éléments plus fantastiques que réalistes.

Note à part : Je ne peux m'empêcher de trouver amusant d'être tombée sur l'histoire d'un psychologue, écrite par un psychologue de la protection judiciaire de la jeunesse, alors même que je suis en train de travailler sur un dossier avec des PJJ au sein de mes études de psycho. Quelle est la probabilité d'une coïncidence pareille ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elhyandra 2016-01-09T17:27:52+01:00
Bronze

Un joli voyage onirique

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2014-12-26T22:49:06+01:00
Argent

Un livre de plus des éditions du Chat Noir et je peux dire qu’ils sont toujours dans la qualité des textes : écriture, contexte, histoire… J’aime beaucoup la couverture, belle, mystérieuse, lumineuse – un éclat de lumière dans la nuit – et un titre qui va très bien avec l’histoire, même si la quatrième vous plonge dans un monde différent de ce que j’ai pu penser.

Du départ, je me suis demandé s’il n’y avait pas un souci avec les mots, il manque les i... Mais en fait, en continuant la lecture, je me suis rendu compte que c’était tout à fait normal et le pourquoi vient très très rapidement. Lorsque j’en ai parlé à l’auteur, au salon fantastique, il m’a sourit et indiqué qu’il y avait eut un certain laps de temps entre le début et la fin de cette intrigue. Je comprends maintenant la différence entre les deux parties, je dirais, du livre. Steven, un petit garçon de quatre ans vient de perdre sa maman, tuée par son mari. Il se retrouve dans un institut où Sylvère Murat, un psychologue travaille pour aider les enfants à reprendre pied dans la réalité et grandir normalement. Le dialogue sera parfois dur, parfois d’un seul sens, mais un jour, Steven va montrer une deuxième personnalité inattendue. Il va disparaitre et à partir de ce moment, la vie de Sylvère va devenir un simple arrêt sur image. La recherche de cet enfant va emmener le psychologue aux confins de son identité, de sa propre manière de voir et de comprendre les événements. Mais surtout il va se retrouver, tout simplement.

Même si le livre n’a pas de partie proprement dite, il est coupé en deux. La première représente en majorité la relation entre le psychologue et le jeune enfant. Les termes sont assez pointus du côté de l’adulte. L’enfant quant à lui est obsédé par une phrase et un chat qui s’allume. Un côté sombre apparait, à la manière du docteur Jekill et Mister Hyde. Je dois avouer que j’en ai eut des frissons, si petit et déjà des problèmes plus gros que lui. C’est si soudain, rien ne pouvait amener à cette situation, rien n’indiquait qu’il y aurait ça ! Steven disparait sans qu’aucune trace et à partir de ce moment, la seconde partie débute. Il s’agit d’un voyage, celui de Sylvère. LE voyage qui va l’amener au bout du monde, enfin presque. Il va faire la rencontre de plusieurs personnes, dont Lucie, Encelade, luciférine, Antonio, Ronan, qui vont lui faire découvrir le monde par leurs propres yeux.

J’ai beaucoup aimé les deux côtés. Ce que l’on voit lorsqu’il s’occupe des enfants et sa vie, enfin celle qu’il va prendre en cours de route. A un moment donné, j’ai eut l’impression qu’il n’avait plus son destin en main, suivant un chemin tracé pour lui, l’amenant à Ménin. Il va se reprendre, ayant des sensations qui le guideront à Lucie. Cette jeune femme, à part son quoi qui m’a énervée dans les premiers temps puis sourire est pleine de vie. J’ai aimé lire les passages avec elle. Elle à toujours une histoire à raconter et ce qu’elle apporte dans le livre est phénoménale. Par contre avec le Professeur Mitsuhimato, je dois avouer qu’il y a un passage où j’étais légèrement perdue dans les termes employés avec « la Matrice ».

Je regrette juste le fait que tout va très vite, un peu comme un road trip en accéléré. Beaucoup de rebondissements, au moins on ne s’ennuie pas. La disparition de l’enfant est soudaine et ensuite ? Ensuite je me suis demandé si et surtout quand nous allions le revoir. Dans quelle circonstance également. Je pensais que nous allions suivre l’enfant, alors qu’en fait non, créant ainsi une petite frustration. Mais elle est largement compensé avec ce que Sylvère va découvrir et nous montrer.

En bref, il s’agit d’un roman qui est différent de ce que j’ai pu déjà lire. Une histoire douce dans le fantastique, où les rêves font partis intégrante de la réalité. Pas de violence, même s’il y a du mouvement. Ce n’est pas un livre où vous trouverez des combats et des morts par dizaine, au contraire tout est plus sous-entendu. Un peu de fantastique, un peu de thriller psychologique, beaucoup d’exploration de soi et de sentiments. Le côté rapide de l’histoire m’a juste empêché de m’attacher à la plupart des personnages, mais cela n’entache en rien l’intrigue. Au contraire, je suis contente d’avoir pu découvrir la plume de cet auteur, il ne vous reste plus qu’à vous laisser tenter.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/il-neige-sur-encelade-olivier-moyano-a114059976

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MARQUISE66 2014-05-23T10:43:36+02:00
Or

Un livre touchant et bouleversent...

Se livre et un beau voyage ...

Avec une note de surnaturel .

Et une magnifique couverture .

J'ai beaucoup aimé....

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LanaelLogan 2014-02-03T15:05:16+01:00
Or

J'ai tout d'abord été séduite par cette couverture noire sur lequel un chat luminescent nous observe, que l'on découvrira être l'un des fils conducteurs de l'histoire. Le titre aussi m'intriguait, j'imaginais un pays perdu, hors du temps où la neige tombait en permanence. Par contre, la description de la quatrième de couverture ne m'invitait pas du tout à le lire. Les drames psychologiques ne m'attirent pas plus que ça.

Comme l'ouvrage m'avait été offert, et que j'apprécie beaucoup le travail réalisé par l'équipe du chat noir, l'éditeur, j'ai tout de même commencé le premier chapitre. Très bien écrit, même si j'ai accroché deux trois fois au cours de l'ensemble de ma lecture sur des phrases que je n'aurais jamais exprimées ainsi, il m'a été facile de parcourir le livre d'un bout à l'autre. Je regrette juste la longueur de l'annalyse du petit garçon, qui prend presque la moitié du livre. Là, ce n'est que mon côté barbare qui parle, aimant un peu trop l'action et l'angoisse. Mais dès que l'enfant disparaît, on entre vraiment dans le côté fantastique de cet univers doucement décalé, découvrant petit à petit où l'auteur nous emmène et comprenant tout l'intéret de la première partie, même si dès lors l'intrigue devient relativement prévisible, quoique...

Cela reste une oeuvre très rafraîchissante et qui sort des sentiers battus. J'ai vraiment apprécié ce côté non violent, reposant, onirique qui me change réellement de mes mauvaises habitudes. Je suis heureuse d'avoir fait une nouvelle fois confiance à cette maison d'édition.

Afficher en entier

Date de sortie

Il neige sur Encelade

  • France : 2014-02-03 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 6
Extraits 1
Evaluations 5
Note globale 5.8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode