Livres
529 152
Membres
549 671

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Il y aura du sang sur la neige



Description ajoutée par LIBRIO64 2020-01-05T17:18:07+01:00

Résumé

LA TRANSJURASSIENNE.

Célèbre rendez-vous du ski de fond français. Tous les ans, plus de 3 500 skieurs se retrouvent sur les pistes du Haut-Jura pour braver le froid glacial, le vent et la fatigue, autour du même objectif : donner le meilleur de soi et franchir la ligne d'arrivée !

Le commissaire Morteau connaît bien cette compétition dont il suit chaque édition. Mais cette fois, l'événement lui réserve des surprises. Depuis quelque temps, l'organisation de la course reçoit des menaces de mort très sérieuses. Morteau, accompagné de son jeune collègue, Fabien Monceau, est appelé à se rendre sur place pour évaluer les risques.

Mais lorsqu'un homme est retrouvé assassiné de plusieurs balles dans la tête en pleine montagne, la situation devient plus complexe que prévu. Jalousie personnelle, rivalité sportive ou jeu pervers ? Cette année, la neige pourrait bien prendre la couleur du sang...

La nouvelle enquête du commissaire Morteau !

Par l'auteur du Prix VSD du Polar 2013, coup de cœur des lecteurs.

Prix Polar 2016 du LIONS CLUB.

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Sébastien Lepetit nous met en scène ici, un commissaire « à l’ancienne », un peu bourru, un peu ringard, un peu balourd mais « bon vivant », ne lésinant ni sur les spécialités Franc-Comtoise, ni sur les bons vins du Jura. Aussi, tellement attendrissant et touchant avec son ours en peluche, incongru dans le contexte et totalement en décalage avec le personnage (en plus de sa bluette avec la propriétaire de l’auberge où ils séjournent pour l’enquête) !! C’est assez original, mais on n’échappe quand même pas à certains stéréotypes : flic à problèmes, séparation douloureuse, alcool...

En fait, je me suis rendu compte qu’il s’agit là de la quatrième enquête du commissaire Morteau, mais pour moi, c’est une découverte. [Noter que cela ne gêne en rien la lecture et la bonne compréhension de l’histoire, même si c’est toujours mieux de lire dans l’ordre afin de suivre le cheminement des personnages récurrents].

Alors, d’aucuns diront que l’histoire « se traine » et qu’elle manque de rythme. D’un côté oui pour les fanas du genre « Fast and Furious ». Sinon, je ne suis pas d’accord [C’est mon avis propre et n’engage que moi !]. C’est un véritable roman policier posé à la Simenon. C'est-à-dire que l’histoire « prend son temps », elle se développe à son rythme, tranquille mais offre néanmoins un suspense et une tension toujours présente, lancinante même.

Il y a un vrai travail de mise en scène d’une « atmosphère », avec des descriptions minutieuses qui peuvent être considérées comme des digressions pour certains lecteurs mais qui contribuent à poser un contexte, une ambiance. C’est presque un « scénario » qu’on visualise sans mal.

Dans cet épisode, notre ami le commissaire est appelé par une ancienne connaissance d’enfance, Michel Pupillin, qui lui demande d’enquêter sur une histoire de menaces anonymes par téléphone. Ces appels mentionne le fait qu’«il y aura du sang sur la neige » à l’occasion de la Trans Jurassienne, course de fond réunissant des participants du monde entier.

A partir de ça, nous suivons les tribulations de Morteau et son collègue, l’inspecteur Fabien Monceau pour retrouver un assassin. Car en effet, il y a bien eu mise à exécution des menaces téléphoniques puisque le favori de la course est abattu alors qu’il s’entrainait.

Nous suivrons donc le duo dans leur enquête et leurs déductions trop hâtives parfois pour Monceau qui a l’impétuosité de la jeunesse et qui trouve Morteau trop lent, trop « has been » et pas suffisamment efficace selon lui. Le conflit générationnel est évoqué, effleuré mais pas vraiment creusé (-là n’était pas l’essentiel du sujet).

Monceau privilégie l’évidence, les apparences et la vitesse (qui se confond là avec précipitation) par contraste avec le calme, la méthode, la sagesse de Morteau (le vieux singe…). L’auteur insiste avec humour sur les divergences de technique d’investigation et sur la notion « d’apprentissage » pour l’inspecteur.

D’ailleurs l’enquête semble à priori très simple, le(s) mobile(s) le coupable tout désignés… Trop simple ! et cela s’avèrera en fait beaucoup plus « tordu » que ça n’en avait l’air au premier abord.

L’auteur saupoudre les indices et le suspense tout au long du récit. Nous avons de magnifiques descriptions de la montagne, de la neige et des courses de fond. N’étant pas une adepte de la course de fond (mais plutôt du ski alpin) j’ai eu un peu peur de m’ennuyer mais fi de cette impression !

Nous suivons la course de « l’intérieur » avec le ressenti de l’un des coureurs, à l’occasion des chapitres écrits en italique. On ressent bien l’engagement physique, les efforts fournis et la finesse de la stratégie nécessaire pour être le vainqueur. On y découvre la beauté des paysages mais aussi la douleur, la difficulté de la montagne, la rigueur du ski de fond, la fatigue… la dureté et l’exigence de la compétition.

Les dialogues sont sympas et bien structurés. J’ai aimé cette plongée en milieu naturel et cette immersion totale dans le milieu du sport et des fondeurs, cette course si belle est bien décrite.

La lecture est agréable, facile d’accès sans construction biscornue. Les mots coulent naturellement, les sentiments s’entremêlent, les doutes et interrogations émaillent le récit et au détour d’un chapitre, nous arrive la solution, l’explication et le coupable.

Pour ma part, j’avoue que bercée par le récit, l’écriture, je n’y ai vu que du feu (mais je n’ai pas vraiment cherché non plus, non). L’enquête passe presque au second plan à la limite. Elle est prétexte à chanter les louanges du Jura, de la Franche-Comté, du Doubs. On est pantois devant la virtuosité des descriptions qui nous fait ressentir réellement la montagne comme s’y on y était.

Un grand merci donc aux Editions Flamand noir et à la plateforme NetGalley France pour cette lecture. Et je vais me mettre en quête des 4 précédents pour parfaire ma connaissance du personnage si attachant du Commissaire Morteau.

Afficher en entier
Argent

Le commissaire Morteau de la PJ de Grenoble reçoit un appel téléphonique de Michel Pupillin, Président du Comité d'organisation de la Transjurassienne, la célèbre course de ski de fond. Ce dernier, qu'il n'a pas revu depuis plus de trente ans, alors qu'il était encore adolescent, voudrait qu'il vienne enquêter sur des menaces anonymes. Une voix déguisée lui a téléphoné plusieurs fois et lui a annoncé que lors de la course «Il y aura du sang sur la neige». D'abord réticent le commissaire finit par accepter.

A peine a-t-il, avec son adjoint, commencer à obtenir des informations sur les inimitiés entre les participants que le favori de la course est abattu des trois balles dans la tête alors qu'il s'entraînait.

Le déroulement de l'enquête s'avère, classique, avec son lot d'interrogatoires, mais elle est bien menée avec des rebondissements qui s'enchaînent.

L'auteur entoure l'enquête de très nombreuses informations sur la course, la région et sa gastronomie. Entre les chapitres consacrés à l'enquête il insère également de courts chapitres qui font vivre la course du début à la fin, en présentant notamment les passages les plus ardus et le ressenti des participants.

L a description des paysages enneigés alimentent également le récit faisant ressortir la rigueur hivernale.

Des passages certes pas intéressants mais qui coupent un peu trop souvent le développement de l'intrigue, et qui ont pour effet se succédant de ralentir la lecture et de lasser un peu le lecteur vu qu'ils s'avèrent un peu trop nombreux.

Du côté des personnages principaux, à savoir, le commissaire et son lieutenant on n'échappe malheureusement aux clichés. On a d'un côté un vieux flic alcoolique depuis son divorce et qui parle avec un ours en peluche dont il imite une certaine voix, de l'autre côté un parisien débarqué en province et qui a beaucoup de mal à s'adapter à la région et qui ne supporte pas le climat hivernal trop rude du Jura. On a deux personnes totalement opposées par leur caractère et leurs méthodes d'investigations.

En plus du commissaire Morteau, l'auteur a retenu pour ses personnages secondaires des patronymes en rapport avec la région, une pointe d'humour de plus. Une pointe d'humour émaille tout le long du récit notamment dans les interactions verbales mais elle peine à convaincre le lecteur qui le trouve un peu lourd.

Le style de l'auteur se révèle agréable à suivre et la lecture plutôt bonne malgré les apartés qui prennent un peu trop de place. L'écriture est directe dans le développement de l'enquête.

Au final, le livre s'avère est tout de même un bon polar et il devrait plaire aux lecteurs qui aiment aussi découvrir nos belles régions de France. Efficace malgré toutes les descriptions.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

lecteurs 4
Commentaires 2
extraits 0
Evaluations 3
Note globale 7.33 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode