Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Im-a-Sassenach : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
L'Héritière L'Héritière
Melinda Salisbury   
J'ai tout simplement adoré cette lecture au sein d'un univers de fantasy médiévale qu'il me tarde de découvrir au fil des autres tomes ! Un roman addictif, où tous mes sens étaient mis à contribution, avec des personnages forts et intenses et une histoire d'amour à couper le souffle. Mon cœur a été malmené et je réitérerai l'expérience ! Une intrigue envoûtante dont je me suis délectée !

Ma chronique : https://lunartic.skyrock.com/3291791106-FICHE-LECTURE-L-heritiere.html
La Ferme des animaux La Ferme des animaux
George Orwell   
George Orwell est un expert des romans d'anticipation, et La Ferme des animaux m'a considérablement marquée et confirme son génie. Ce roman, à travers des personnages animaux, décrit parfaitement les idéologies totalitaristes de l'époque, et c'est impressionnant, effrayant, mais tellement enrichissant aussi. Cette satire de la Révolution bolchévique est passionnante à lire et la réalité reste dure à avaler mais elle est là : Certains animaux sont moins égaux que d'autres ...
Les Royaumes de Nashira, Tome 1 : Le Rêve de Talitha Les Royaumes de Nashira, Tome 1 : Le Rêve de Talitha
Licia Troisi   
Chronique parue en 2016.

Autant j'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire (mea culpa, à mettre sur le dos de la fatigue), autant après les cent premières pages, je ne pouvais plus m'arrêter de lire, c'était frénétique ! Cela faisait très longtemps que je souhaitais lire la dernière saga de Licia Troisi, une auteure italienne très talentueuse qui a de l'imagination à revendre en matière de fantasy médiévale, ce qui semble être sa spécialité. Et elle y excelle, je vous le garantis ! Je ressors toujours de ses livres entièrement satisfaite, à peine remise de ma chevauchée à dos de dragon ou du combat épique et sanglant que je viens juste de livrer. Dans les mondes de Licia Troisi, c'est beaucoup de sueur, d'entraînement, de hardiesse, de ventres qui crient famine, de combats contre le mal et l'injustice qui s'expriment de façons diverses et variées (comportement des êtres humains, mentalités, catastrophes naturelles ou plutôt surnaturelles dans le cas de l'autrice, etc.)... et aussi de cœurs battants la chamade après avoir frôlé la mort un nombre incalculable de fois. J'ai aussi eu droit à beaucoup de papillons dans le ventre pour combler mon creux de faim insatiable. Autant vous dire que vous êtes servis en matière de bookboyfriends avec Licia Troisi. Et des bookboyfriends des plus admirables et irrésistibles. Bref, avec cette autrice italienne virtuose en matière de mondes extraordinaires, de rebondissements haletants et qui vous prennent de court et de personnages extrêmement complexes, humains et captivants, tout est toujours réuni pour nous faire passer un moment de lecture inoubliable et d'une intensité à couper le souffle. Et, maintenant que j'y pense, pour ceux (comme moi) qui s'inquiètent de savoir s'ils peuvent lire la saga des Nashira sans avoir lu les trois trilogies du Monde émergé (l'oeuvre la plus important de l'auteure), not inqueting, Nashira est totalement indépendante de cette saga-là ! Mais il faut lire les Monde émergé quand même, parce que c'est juste trop, trop bien ! Ayez confiaaaaance ! (je ne crois pas que d'imiter Kaa soit le plus engageant cependant...) Et justement, après avoir lu ce premier tome, Il sogno di Talitha (j'avais trop envie de l'écrire en italien à nouveau, voilà, c'est tellement beau), je veux lire tous ses romans ! Tout ceux de Licia Troisi, tous ! Et je vous encourage tous à faire de même !

Dans ce tome d'introduction, on nous présente les quatre Royaumes de Nashira (+ à la toute fin du livre, tout le lexique est présent mais on peut bien se repérer dans l'histoire par soi-même, c'est tout à fait compréhensible), chacun correspondant à une saison perpétuelle. L'histoire remplit tous les critères de la fantasy médiévale, elle ne brise aucun code, mais elle ne manque pas de nous emporter dans son monde et de faire preuve d'une grande originalité ! On pourrait croire qu'on a vu et revu ce genre d'histoires fantasy, mais pour moi, on ne se lasse pas de la bonne fantasy, qui plus est écrite d'une main de maître par la remarquable Licia Troisi (je ne cesserai jamais de lui lancer des fleurs, vous êtes prévenus). Ici, chaque univers est spécial, Nashira l'est tout autant. Mon cœur a vibré avec celui des esclaves Femtites, j'ai profondément ressenti leur haine envers les Talarites. Je me suis également évadée avec les deux personnages principaux, à savoir Talitha et son esclave avec lequel elle entretient une si belle relation d'amitié, de confiance et de complicité, Saiph. Ces deux-là ne peuvent pas vivre l'un sans autre, et je fangirle totalement sur eux deux (et je l'assume !). Ce sont deux personnages qui m'ont énormément plu : Talitha pour sa lutte contre l'injustice, sa force de volonté, son courage, sa foi en ses convictions, sa profonde sympathie pour les Femtites, malgré ses défauts, notamment son impulsivité parfois agaçante, Talitha est un personnage fort, déterminé, et que je trouve vraiment inspirant, elle va apprendre de ses erreurs et continuer à avancer malgré le désespoir qui s'abat sur son monde en même temps que la chaleur étouffante du soleil dévastateur; et Saiph (le voilà mon book boyfriend adoré, je l'aime à la folie ♥♥) pour sa dévotion, sa fidélité envers Talitha, son amour pour elle (il ne peut le nier !) qui fait qu'il est prêt à endurer toutes les souffrances, la torture la plus infâme, pour la protéger. Ils forment un tandem parfait. Ce qui m'a beaucoup intéressée dans l'histoire aussi, c'est qu'elle aborde le fanatisme des hommes, la relation de ces derniers à la religion, la cruauté et la cupidité des riches avides de pouvoir et sans la moindre pitié et once de conscience. Leur ignorance et le sort qu'ils réservent aux hérétiques n'est pas sans rappeler la véritable Inquisition au Moyen-Age. J'ai trouvé cela à la fois très bien pensé, extrêmement enrichissant mais aussi juste effarant. Mes poils de bras se sont dressés plus d'une fois pendant ma lecture.

Vous l'aurez compris, j'ai été tout bonnement fascinée par ce premier tome, qui nous emmène à travers tous les Royaumes, qui nous fait vivre de sacrées péripéties, des moments d'angoisse, d'enchantement, de magie avec la fameuse Pierre de l'Air, des moments extrêmement émouvants et une enquête laissée par Lebitha à sa chère sœur Talitha (une autre relation que j'ai trouvé magnifique), pour vaincre le maléfique dieu Cerus, le soleil malveillant... Les Femtites bouillonnent de rage, la révolution va commencer, Talitha et Saiph sont toujours en cavale (et je commence à en avoir mal aux jambes et le souffle court), et le titre du tome prend tout son sens à l'épilogue, ça m'a totalement prise de court... Le rêve déroutant de Talitha est-il prophétique ? Va-t-elle trouver ce qu'elle cherche ? (on le veut de tout notre être) Nashira survivra-t-elle ? (ça aussi) Tant de questions dont je veux absolument les réponses !! Et maintenant que je les aies... Je ne dirai rien. Vous n'obtiendrez PAS. UN. MOT. de ma part. Juste : LISEZ. C'est un ordre. Pour preuve : j'ai couru de suite chercher le tome deux à la bibliothèque, je suis impatiente de le commencer ! (Et je peux vous assurer qu'il est tout aussi excellent, et le tome trois l'est également... Licia Troisi est un pur génie)

Merci PKJ d'avoir traduit et publié cette petite (euphémisme le retour, mais en vrai, ça se lit à une vitesse, cette petite pavasse ! Un pur régal ! N'ayez pas peur pour rien-!) pépite en France ! Je ne vous remercierai jamais assez pour ce choix éditorial si judicieux ! Et cela vaut pour tous les titres de Licia Troisi parus chez vous ! Cœur sur vous ♥ (Cependant, on me dit dans l'oreillette qu'en 2015, un quatrième et dernier tome est paru en italien, Il destino di Cetus... Pourquoi n'en-a-t'on jamais vu la couleur en France ? C'est cruel !!)
Harry Potter, Tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la mort Harry Potter, Tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la mort
Joanne Kathleen Rowling   
Ce dernier tome m'a tuée émotionnellement parlant. C'est juste la fin de saga parfaite, pour clore l'histoire de cet univers magique et si addictif, qui restera à jamais dans notre cœur.
Le Trône de fer, Intégrale 4 Le Trône de fer, Intégrale 4
George R. R. Martin   
Ce quatrième intégral m'a laissée un peu lessivée. Certes, l'univers de GoT est toujours aussi prenant et addictif, mais j'ai eu plus de mal à lire cet intégral que les autres, j'ai pris plus de temps et je l'ai trouvé un peu plus en longueurs. Cependant, on suit la destinée de tous nos personnages phares avec grand intérêt. Un intégral qui m'a somme toutes moins marqué que les autres (surtout après la bombe de l'intégral 3) mais qui n'en reste pas moins très très bon.
Persuasion Persuasion
Jane Austen   
Ce livre démontre une fois de plus l'immense talent de Lady Jane, que j'admire tant et qui a une plume et un humour imparable. L'histoire de Persuasion a rempli mon cœur de tendresse, surtout pour Anne, l'héroïne de l'histoire, à laquelle je me suis fortement attachée et ce très rapidement. Certes, elle se laisse piétiner par sa famille, mais ce n'est pas de sa faute : ce sont eux qui sont bêtes et méchants, très agaçants ! Anne est une vraie crème, si gentille, si adorable, elle n'a rien à se reprocher pour ma part. Quant à Wentworth... Comment ne pas craquer pour lui, c'est un idéal masculin à lui tout seul !! J'ai été séduite ! Une histoire d'amour magnifique que nous offre Lady Jane, qui est un auteur de génie (c'est incontestable).
Orgueil et préjugés Orgueil et préjugés
Jane Austen   
Que dire à part que je suis folle de ce roman ? La preuve, je n'ai pas hésité à le relire une seconde fois, c'est un délice exquis ! Elizabeth est une jeune femme magnifique, elle est si parfaite ! $) OK, je sais, personne n'est parfait mais vous comprenez ce que je veux dire, quand on admire un personnage à tel point qu'on le met sur un pied d'estale, qu'on le considère supérieur aux autres ... Eh bien, Elizabeth Bennett fait partie de ses personnages là ! *^* Je rêverais de la rencontrer en vrai car elle est si intelligente, pleine de bon sens et fantastique ! $) Mais elle a aussi ses défauts, comme nous le prouve son préjugé envers Darcy ! Voilà pourquoi j'aime tant cette héroïne : Elle nous fait à la fois rêver et, en même temps, elle est humaine et nous ressemble ! :D Je peux tout à fait la comprendre pour son Préjugé envers Darcy, je ne lui en veux en rien car, la preuve, je suis tombée dans le panneau moi aussi !

En effet, j'appréciais très peu Monsieur Darcy au départ. Surtout avec ce qu'il fait à Jane, c'est immonde ! Pauvre Jane, elle est une sœur extraordinaire pour Elizabeth, leur relation est vraiment forte et unique et je les envie tant ! Jane est gentille, gracieuse, généreuse, et j'étais folle d'allégresse qu'elle trouve l'amour en la personne de Bingley. S'il avait été réellement amoureux au plus profond de lui, il se serait marié à Jane sans se soucier de son meilleur ami ou de sa sœur mais non ! :S J'en avais le cœur brisé pour Jane, elle ne le méritait pas du tout ! Et je ne pouvais que ressentir la même rancœur qu'Elizabeth, c'est tout à fait normal ! Résultat, Darcy et Caroline Bingley m'ont été très antipathiques, je trouvais cela odieux ce qu'ils avaient fait ! Vous l'aurez compris, Caroline Bingley m'a beaucoup déplu, car elle se soucie uniquement du Rang Social, or Jane et Elizabeth sont peut-être moins riches mais les deux sœurs valent bien mieux qu'elle ! Néanmoins, j'ai ressenti de la pitié pour elle car elle essaye maintes et maintes fois de séduire Darcy, d'attirer son attention mais il est évident qu'il ne l'aimera jamais, il n'a d'yeux que pour Elizabeth, et il a bien raison ! *^* Pauvre Caroline, elle a réussi à me faire rire de son mauvais sort et j'en suis fort désolée ! xD Bon, au final, je ne lui en veux pas trop à Caroline, car ses plans autant de se marier à Darcy que de marier son frère à Georgiana ont échoué et c'est tant mieux ! :D

Si Darcy n'a pas su me conquérir de suite, cela ne veut pas dire que George Wickham s'est attiré mes bonnes grâces, bien au contraire ! >.< Je le trouvais louche à se plaindre et à pousser ses jérémiades envers Darcy, je ne l'appréciais pas, je sentais qu'il cachait quelque chose et je ne le voyais certainement pas avec Elizabeth ! :P Autant dans le film Coup de Foudre à Bollywood, il m'a touché droit au cœur et entièrement séduite car, honnêtement, Daniel Gillies est juste WAW, super canon dans le rôle de Johnny Wickham et limite on boit ses paroles ! *^* Et on bave en le regardant aussi ! *-* Je n'ai pu voir que le tout début du film (Jusqu'à ce que Johnny révèle à Aishwarya Rai - Lalila est le nom de son personnage je crois ^^ - ce que Darcy lui a fait) et j'ai giga envie de voir la suite pour revoir Daniel alias Johnny même s'il est le "méchant" ! $) Je suis triste que Lalila ne finisse pas avec lui dans cette adaptation cinématographique (Je n'ai pas vu la fin mais on sait tous qu'elle va certainement se marier à Darcy) car l'acteur qui incarne Darcy m'est très, mais alors très désagréable >.< Je ne sais pas pourquoi mais il me rend le personnage de Darcy juste insupportable, c'est horrible ! T_T Je suis désolée Martin Henderson (Je crois que c'est le nom de l'acteur, je ne suis pas sure à cent pour cent ^^) mais vous n'étiez pas fait pour jouer Darcy ! :/ Bon, revenons au roman ! Donc, là, les choses sont bien faites car je n'aime pas du tout Wickham ! :P Et c'est encore pire quand il fuit avec Lydia et qu'on apprend ce qu'il comptait faire avec Georgiana ! O.O Mais quel espèce de saligaud ! Voyou ! Vaurien ! Il n'a pas honte de son comportement ?! Heureusement que Darcy était là pour l'empêcher d'être abandonnée toute seule et déshonorée ! J'ai été agréablement surprise de découvrir qu'il n'était pas du tout celui qu'on pensait qu'il était et au final, on apprend qu'il est un homme tout à fait exquis et charmant, un très bon maître généreux et bienveillant ! *-* ♥ J'ai adoré sa relation avec sa petite sœur Georgiana !Sa déclaration d'amour à Elizabeth est juste magnifique, WAW *^* J'en ai pleuré d'émotion, merci à ce couple de nous vendre du rêve et de nous mettre les étoiles pleins les yeux comme ça ! L'amour qu'il se porte l'un envers l'autre est si sincère! Une scène qui m'a émue jusqu'aux larmes aussi est celle où Elizabeth affirme haut et fort à son père qu'elle veut épouser Darcy et elle lui explique à quel point elle l'aime ! :'D J'en étais ébahie, et j'espère ressentir un jour un tel amour, un sentiment qui dépasse l'entendement!

Ce qui m'a le plus impressionnée avec Darcy, c'est qu'il a fait beaucoup d'erreurs : il a mal jugé Elizabeth et Jane à cause de leur famille, il a fait une première demande en mariage à Elizabeth qui cassait pas des briques, il faut l'avouer. mais, néanmoins, il s'est rendu compte de ses erreurs et il n'a pas eu l'orgueil justement de fermer les yeux et de ne pas les admettre, loin de là ! Il a tenu à se rattacher et, rien pour ça, il mérite d'être un exemple ! Je m'en veux beaucoup de l'avoir mal jugé lui aussi et désormais, je l'adore, Elizabeth et lui sont faits l'un pour l'autre, ils sont superbes tous les deux ! Et puis, il faut admettre qu'il n'a pas tort d'avoir été répugné par la famille Bennett. Les trois jeunes sœurs d'Elizabeth et Jane et leur mère aussi sont si sottes et frivoles, elles sont fortes agaçantes ! Comme quoi, la beauté ne fait pas tout, loin de là ! Et encore, pauvre Mary, non seulement elle est ignorante et pas très maligne mais elle est laide aussi !Jane Austen s'est acharnée sur elle, c'est mesquin de sa part !La mère Bennett est la pire de toutes, elle était effarante à vouloir sans cesse marier ses filles ! Elle n'a pas autre chose à faire ?! Qu'elle leur fiche la paix, à la fin ! :S Pauvre Monsieur Bennett, il n'a vraiment pas de chance avec une femme pareille ! Lui est un bon père, je trouve, car il est érudit et il laisse ses filles faire leur propre choix afin qu'elles soient heureuses et cela prouve qu'il se soucie d'elles et de leur bonheur sincèrement ! Je pense que Madame Bennett aussi, seulement, elle est tellement idiote qu'elle s'y prend tout de travers.Et, pour couronner le tout, elle a de sales goûts en matière de prétendants ! x) Sérieusement, Monsieur Collins ?! Bon sang, mais lui, même millionnaire, je ne l'épouserais jamais ! ^^ Il est tellement imbu de sa petite personne, on voudrait lui foutre des baffes ! Et il était chiant avec sa Lady Catherine de Bourgh, il n'avait qu'elle à la bouche, c'est lassant ! Surtout que celle-ci n'est pas un modèle de vertu, le genre de femmes extrêmement riches qui méprisent les pauvres ! :-# La promesse qu'elle essaye d'arracher à Elizabeth est immonde, je n'en revenais pas du toupet qu'elle avait de lui demander ça, cela ne fait pas ! Quelle étrange et affreuse bonne femme !Mais bon, tout finit bien avec elle, Darcy lui pardonne et j'en suis très heureuse ! Une autre qualité chez lui : Sa clémence ! Je l'adore désormais et j'ai du mal à croire que je le trouvais désagréable au tout début du roman, c'est fou ! L'essentiel, c'est que je finisse réconciliée pour de bon avec lui ! Juste pour en revenir à Monsieur Collins, il m'a fait mourir de rire lors de sa demande en mariage à Elizabeth ! Et, en même temps, je me demandais si ses chevilles n'avaient pas, par hasard, triplée de taille ! Ou alors si sa tête n'avais pas désormais la taille d'une pastèque. J'étais chagrinée que Charlotte se marie avec lui car elle m'était très sympathique ! :'( Mais elle a fait son choix et elle semble heureuse, ce qui est tant mieux :) La fin est super belle car tout se finit bien, avec Darcy et Elizabeth mariés, Jane avec Bingley, les deux sœurs qui vivent proches l'une de l'autre avec leur père venant leur rendre visite à Pemberley, la résidence paradisiaque de mes rêves les plus fous! Au final, ce que j'aime tant dans le couple Elizabeth/Darcy, c'est le fait qu'ils ont du apprendre à se connaitre, ils ne se sont pas jetés dans les bras l'un de l'autre dès le départ, cela a été progressif et je préfère largement cela au Coup de Foudre immédiat, même si j'y crois ! Ah, et j'allais oublié de dire que j'adore le couple Gardiner et je ne saurais jamais comment leur dire toute ma reconnaissance car c'est grâce à eux qu'Elizabeth se retrouve à Pemberley !

Conclusion : Quel livre somptueux ! Jane Austen, la grande Lady Jane, a su nous livrer un roman et une histoire de qualité, écrite d'une plume sublime et élégante, maniée par une sacrée femme de lettres regorgeant de talent ! Se plonger dans la lecture d'Orgueil et Préjugés, c'est divin, c'est exquis, et ce roman mérite amplement la renommée qu'il connait partout dans le monde ! Cette romance parfaite est également intemporelle et saura faire rêver et émouvoir des générations de lectrices et de lecteurs aussi, j'en suis persuadée ! Je sais bien que, malheureusement, très peu de personnes sont passionnées de grands classiques et je m'évertue à essayer de donner envie à mes visiteurs, mes amis, ma famille de lire des romans comme ça car ils sont exceptionnels et on ne peut pas dire que cela est ennuyeux avant d'avoir essayé, ce n'est pas juste ! Je crois bien que je suis en train de devenir Janeïte, cette écrivaine est remarquable et je suis ravie de compter parmi ses admiratrices ! En tout cas, je vous interdis formellement de voir les films avant de lire le livre ou même de ne pas lire le livre du tout car je peux vous jurer solennellement que vous louperiez quelque chose !
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Harper Lee   
Un de mes romans phares, un véritable petit bijou, juste somptueux... Le chef-d'oeuvre américain d'Harper Lee m'a marquée profondément, au point que je l'ai relu plusieurs fois, à en corner les pages. On suit l'évolution de l'adorable et amusante Scout, petite fille de 8 ans qui découvre ce qu'est la cruauté du monde, des préjugés, dans l'Amérique ségrégationniste des années 30. Atticus Finch, son père, est un héros mythique de la littérature, un symbole de sagesse, de droiture et de justice, un grand homme. C'est un roman à lire absolument. Le film est à voir aussi, il est très beau et fidèle, presque aussi culte que le livre.
La Mécanique du cœur La Mécanique du cœur
Mathias Malzieu   
Un superbe roman poétique signé Mathias Malzieu, je suis très contente d'avoir pu découvrir son écriture, si particulière, si unique. On se délecte de cette histoire, qui comprend de l'amour, du fantastique, du steampunk et qui touche beaucoup de sujets. Cela nous rappelle aussi l'incroyable univers burtonien et c'est du pur plaisir. Une petite pépite.
Le Monde de Narnia, Tome 3 : Le Cheval et son écuyer Le Monde de Narnia, Tome 3 : Le Cheval et son écuyer
C. S. Lewis   
J'étais remplie d'allégresse et mon coeur bondissait de joie à l'idée de reprendre la saga livresque de Narnia. J'avais tellement aimé les deux premiers tomes que je n'avais qu'un désir : continuer à explorer cet univers enchanteur, indescriptible, crée d'un main de maître par C.S. Lewis. Simplement, le temps a filé entre mes doigts, et je n'ai pas eu l'occasion de reprendre l'histoire là où j'en étais. J'en ai été frustrée, énervée, je peux vous l'assurer. Et c'est ainsi qu'un an plus tard (et encore plus que ça !), me revoilà embarquée à Narnia, prête pour de nouvelles aventures et m'attendant à être émerveillée au-delà des mots une fois de plus. Le titre original est beaucoup plus approprié que le français car le héros n'est pas vraiment un écuyer. Dans le titre en V.O. la relation entre le cheval et le garçon est clairement, simplement définie et renforcée. Mais je peux comprendre le choix de la traduction française. Pour la couverture, je préfère la nouvelle couverture des éditions Folio Junior que l'ancienne de l'exemplaire de ma bibliothèque. Allez voir la nouvelle, elle est sublime, en couleur violette et l'illustration de Pauline Baynes qui représente parfaitement le titre et l'histoire. Mais j'aime aussi l'édition des années 80, j'adore la senteur du vieux livre, toute l'ancienneté qu'il porte, la sensation de venir après tous ces enfants au fil des générations qui ont été emportés par ce roman. Après avoir lu Le Cheval et son écuyer, suis-je toujours aussi admirative de C.S. Lewis ? La réponse est oui, définitivement oui. Malgré les deux cent trente pages qui composent le livre (je ne m'y ferai jamais à ce petit format, bon sang !), je suis ressortie les étoiles plein les yeux, le coeur et les souvenirs remplie d'aventures, de sensations, de joie, et porteurs de grandes valeurs : courage, loyauté, amitié entre autres.

Il ne fait aucun doute que cette histoire est digne des deux premiers tomes que j'avais déjà lu. J'aurais même adore le voir en film comme la trilogie actuelle, et je trouve ça déplorable et révoltant le fait que le projet de continuer la saga cinématographique ait été abandonné. Cela laisse un goût d'inachevé, et c'est profondément dommage. Pourquoi ? L'histoire de ce troisième tome n'a pas déçu mes attentes et espérances. Dès la première page, je me sentais comme une petite fille à qui on lit des contes de fées avant de s'endormir. On est directement happé par l'histoire, on quitte le monde réel, Narnia est tel un aimant, impossible de résister. Dès le départ, j'étais submergée par cette nouvelle aventure à Narnia. On a le plaisir de rencontrer de nouveaux héros et personnages (je vous en parlerai un peu plus tard) et de découvrir des contrées de Narnia qui m'étaient jusque là inconnue. Cela donne la sensation que Narnia, à l'instar de notre imagination et créativité, est sans fin, sans frontières, qu'il suffit de nous laisser guider par nos rêves et nos fantaisies. C'est une sensation grisante que j'ai ressentie au fil des pages, j'avais le coeur innocent et léger d'un enfant à nouveau, pour qui chaque découverte est source de renouveau, de surprises et d'excitation. Qui dit nouvelles contrées dit d'autres peuples que les Narniens. C'est ainsi que sont introduits les Archenlandiens et les Tarkhans de Thasbaan. Cela donne une nouvelle dimension exotique à Narnia et apporte une autre diversité, une sensation d'envoûtement face à ce peuple oriental. A la toute fin du livre, il est précisé que l'auteur a été accusé de racisme pour ce tome (et peut-être d'autres, je ne sais pas). Personnellement, je ne suis pas d'accord. L'auteur a apporté une dimension réaliste à son monde imaginaire (peuple basané/peuple blanc) afin qu'on puisse s'identifier et cela rend le monde somptueux de Narnia plus crédible encore. Enfin bref je ne comprends pas des commentaires aussi catégoriques. Revenons à l'histoire. En lisant ce livre, je n'ai pas vu le temps passer. Il faut dire que le roman est court, comme les deux premiers, et j'insiste toujours en disant que le monde de Narnia est tellement à couper le souffle et magique que C.S. Lewis aurait pu écrire des pavés que cela ne m'aurait pas dérangée.

Au niveau des personnages, j'ai beaucoup aimé le nouvel héros de cette histoire, Shasta. Il est de suite très attachant et touchant. Il n'est pas parfait mais justement il fait toujours de son mieux pour ses amis et espère faire ce qui est juste. J'ai beaucoup aimé sa relation avec Bree, le cheval, ce qui donne bien son titre au roman. Bree m'a semblé à la fois majestueux (il faut dire que c'est un cheval de Narnia parlant, respect !) mais il était aussi très drôle, à faire un peu "sa chochotte" et à avoir un peu trop d'estime de soi aussi. La jument Hwin était adorable, toute mignonne, elle incarne dans le groupe l'animal plein de bon sens, la voix de la raison, elle est toujours lucide et serviable. Le dernier membre de cette petite bande très attachante est Aravis, une jeune fille très courageuse, cherchant la liberté, l'indépendance, et la nouveauté. Au départ, je la trouvais assez antipathique car elle juge Shasta au premier regard et a des préjugés par rapport à leurs classes sociales très différentes. Cependant, on voit que les enfants ressortent grandis de leur épopée ensemble, ils traversent des épreuves et ils évoluent en bien, ils apprennent à mieux se connaître et à révéler leurs capacités. Même Bree apprend à ses dépens une bonne morale concernant l'amitié, la fidélité et le vrai courage. En ce sens, les personnages jouent le rôle d'amis (on est tellement pris dans l'histoire qu'on les accompagne) et d'"instructeurs", ils ont des imperfections et apprennent à les corriger, et à admettre leurs torts pour en faire ressortir quelque chose de positif et constructif. On sait à quel point c'est dur, mais nos petits amis y sont parvenus, à l'instar des rois et reines Pevensie, ou encore de Digory et Polly, et c'est inspirant. Nos quatre nouveaux compagnons de route s'inscrivent dans le panthéon des personnages phares de Narnia. En parlant de ça, j'étais juste ravie de retrouver Susan, Edmund, Lucy, et Mr Tumnus, je ne m'y attendais pas et cela m'a fait sourire jusqu'aux oreilles. J'étais purement, simplement heureuse car je les adore tant depuis mon enfance, et cela ne cessera jamais. Susan, dans le roman, est plus douce, chaleureuse, pleine de grâce et de gentillesse. Dans le film, Anna Popplewell est superbe, mais ce n'est pas exactement le même type de caractère. Edmund m'a beaucoup plus plu dans ce tome que dans le tome de la Sorcière blanche. Il remplit parfaitement son rôle de Roi Juste. Il fait un grand roi, grandiose et brave. Peter m'a manquée, dommage qu'il n'ait été que mentionné ici. Lucy est géniale, comme toujours, ce n'est pas pour rien qu'elle est Lucy la vaillante, elle est lumineuse et incroyable. J'étais étonnée qu'elle soit avec les Archers, je confonds avec le film, ou c'est Susan l'experte. Mr Tumnus est trop mignon, j'adorerais l'avoir comme ami et conseiller. Ils apparaissent assez peu et jouent un rôle secondaire, mais ça fait super du bien qu'ils soient là. Les personnages tels que le Tisroc et ses serviteurs sont très risibles et assez ridicules, ils m'ont bien amusée ! J'aime beaucoup le roi Lune et son fils Corentin, ils sont très sympathiques. J'aime cette relation de paix et d'harmonie qu'Archenland et Narnia entretiennent. Je crois que j'ai dit l'essentiel sur les personnages de cette aventure narnienne.

L'écriture de C.S. Lewis est toujours aussi magique, cet homme est un magicien, je vous le dis. En effet, il a les mots, la tournure de phrases, la manière de raconter des histoires à la perfection, il était fait pour être auteur. Je n'ai pas eu l'occasion de lire Narnia étant enfant (ne me demandez pas le pourquoi du comment), mais je dirais que le digne successeur de Lewis est Roald Dahl, mon auteur favori. Les deux ont pour points communs leur art, leur talent de conter des histoires, d'inventer des éléments, des aventures complètement magiques et féeriques pour Lewis, abracadabrantes pour Dahl, et je me souviens avoir lu que l'objectif de Dahl était de donner aux enfants le goût de la lecture, car ils sont l'auditoire le plus difficile à atteindre et à satisfaire et c'est donc un honneur de parvenir à les captiver, à les émerveiller. Cela m'avait beaucoup touché, et j'avais trouvé cela très vrai, les romans dits "pour enfants" regorgent de magie dans chaque page, de merveilleux, d'incroyable, d'extraordinaire, de bonnes valeurs. Cela peut aussi aider à prendre plus conscience de la réalité, du côté obscur ("Je suis ton père" *respiration défaillante* Je vous demande pardon pour ma médiocrité mais je me devais de faire cette blague *OK, je sors ...*) de l'existence (Non, je ne pensais pas à la Force ! *OK, je reste dehors ...*) d'une manière beaucoup plus originale et douce dirons-nous. Les auteurs comme C.S. Lewis ou Roald Dahl, je les admire à l"instar de personnes comme Walt Disney ou Hayao Miyazaki pour le cinéma d'animation. Des hommes comme eux sont mes héros, ils ont tellement de magie en eux, leurs œuvres m'ensorcellent et sont devenues selon moi intemporelles.

La fin de l'histoire est belle, ensoleillée, l'ensemble de l'histoire est digne d'un vrai conte de fées, mais en encore mieux. Je vous l'accorde, on retrouve beaucoup de codes du conte de fées mixé cette fois aux mille et une nuits : une contrée exotique, un vizir et sa sorte de sultan (Puisse-t-il vivre pour toujours ! *Il faut avoir lu le livre pour comprendre*), un garçon pauvre qui devient riche, plus seulement à l'intérieur, une fin joyeuse, etc etc ... Cependant, je ne me lasse jamais de ce type d'histoire, elles ont un véritable pouvoir sur moi, et C.S. Lewis a sa touche unique qui fait que Narnia ne ressemble à aucun autre univers. Narnia, c'est Narnia, et je trouverai un jour l'armoire pour y aller, parole de Reine Anaïs (cette histoire de royauté est très loooongue, croyez-moi ...) !