Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de imilvn : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Elfes, Tome 13 : Heureux le guerrier mort Elfes, Tome 13 : Heureux le guerrier mort
Stéphane Bileau    Oliver Peru   
Ce tome prend place 10 ans après le tome 8 et peu après après le tome 11.

Fall est vraiment un elfe maudit : plus il s'applique à faire le bien et plus le mal se renforce et gagne du terrain.
Pourquoi s'est-il mêlé de retrouver la dépouille de la nécromancienne ? La magie qui retient dans les entrailles du sanctuaire vert les reliques de Lah'saa, les empêchant de remonter à la surface, perd en puissance au fil des siècles et la nécromancienne n'a qu'à attendre que cette magie s'épuise définitivement pour prendre possession d'un corps. Fall, en compagnie de sa compagne Tenashep et du frère de celle-ci Jonesh, deux elfes blancs de haute lignée, tentent de les retrouver avant que la nécromancienne ne revienne à la vie mais celle-ci est bien plus puissante que ne le pense Fall, toujours aveuglé par son orgueil. A croire qu'il n'apprend jamais rien de ses erreurs passées...

On sent qu'on est arrivé à la croisée des chemins : les protagonistes du tome 11 (l'Yrlanais Gal, le nain Redwin, le seigneur des elfes bleus Aamnon) se joignent à Fall et les deux elfes blancs pour rejoindre la citadelle d'Adelessen, réputée imprenable et s'opposer à Lah'saa.
On en apprend plus sur le passé de la nécromancienne et le pouvoir des différents crystaux que possède chaque peuple elfe, le plus puissant étant celui appartenant aux elfes blancs et caché en un endroit surprenant. Lah'saa, emprisonnée depuis des millénaires, a eu le temps de tisser sa toile aux multiples ramifications et berne elfes et humains... Quand on croit qu'on l'a affaiblie, elle a déjà semé une graine de chaos ailleurs...

Bref, un tome intéressant, qui laisse malgré tout un infime soupçon d'espoir, même si les sauts dans le temps pourraient perdre un peu le lecteur...

par Parthenia
Elfes, Tome 2 : L'Honneur des Elfes sylvains Elfes, Tome 2 : L'Honneur des Elfes sylvains
Gianluca Maconi    Diogo Saïto    Nicolas Jarry   
Un très bon tome, même si je le trouve légèrement moins 'parfait' que le premier. En même temps, j'ai été tellement emballée, séduite par le premier tome qu'il était difficile de faire aussi bien pour me combler. Néanmoins, j'aime vraiment beaucoup cette histoire à la Romeo et Juliette entre un elfe sylvain et une humaine, et je trouve la fin super bien réussie. J'ai hâte de lire le reste de la série et je dois dire qu'ils ont indéniablement assuré sur un point : les premières de couverture des BD sont magnifiques !
Elfes, tome 3 : Elfe blanc, coeur noir Elfes, tome 3 : Elfe blanc, coeur noir
Stéphane Bileau    Oliver Peru   
Un tome magnifique. Les dessins sont très bien réalisés et nous emmènent dans un monde onirique. Pourtant, tome très sombre car notre Elfe se détache de son clan et se rend coupable de bien des atrocités. On assiste à ce changement de caractère avec peine et on en redemande pour connaître la suite!
Elfes, tome 4 : L'Élu des Semi-Elfes Elfes, tome 4 : L'Élu des Semi-Elfes
Jean-Paul Bordier    Éric Corbeyran   
[spoiler][/spoiler]Les semi-elfes est mon tome préféré. L'histoire a une vrai morale à la fin. C'est original que l’élut ne soit pas Nah-Thaal, mai plutôt Borh-Naha. Il y a aussi le fait que l'histoire soit vu par les yeux de l'ami de Nah-Thaal. Les dessins sont toujours aussi beau. Ce tome est assez contrasté au niveau des couleur et du thèmes par rapport au tome 3 qui est vraiment très sombre et très triste.
Elfes, Tome 5 : La Dynastie des elfes noirs Elfes, Tome 5 : La Dynastie des elfes noirs
Ma Yi    Marc Hadrien   
Enfin des explications sur les fameux elfes noirs qui sont omniprésents depuis le début de la saga. On avance dans l'histoire tout en s'impatientant de recommencer le cycle avec les elfes bleus.

Des graphismes toujours aussi sublimes.

par Seikyo
Elfes, tome 6 : La Mission des Elfes bleus Elfes, tome 6 : La Mission des Elfes bleus
Jean-Luc Istin    Kyko Duarte   
Lanawyn et Turin sont mes personnages préférés dans toute cette série, alors forcément, j'ai adoré ce tome ! Les dessins sont toujours aussi beaux et bien fait, une petite pincée d'humour dans toute cette histoire pleine de mystères et un gros suspence à la fin !!!
Elfes, tome 7 : Le Crystal des Elfes sylvains Elfes, tome 7 : Le Crystal des Elfes sylvains
Gianluca Maconi    Nicolas Jarry   
Un tome en demi-teinte. Le dessin est très bon mais le scénario en deux temps ne m'a pas immergé dans l'histoire comme je l'avais été dans le tome précédent des elfes sylvains.

par Akisame
Elfes, Tome 8 : La Dernière Ombre Elfes, Tome 8 : La Dernière Ombre
Stéphane Bileau    Oliver Peru   
Encore un tome à la hauteur de la série Elfes. Les BD ne sont pourtant pas toutes de la même plume, ni du même dessinateur, mais elles ont toutes une grande valeur, tant par la qualité des images, que par les scénarios, les thèmes abordés, et la morale de chaque tome. La lecture nous emmène dans un univers magnifique, où les différents peuples se déchirent et s'affrontent sans relâche pour dominer le monde. Heureusement, certains elfes se battent, au péril de leur vie, pour sauver ce monde, si beau, si magique et si riche en diversité. De ce tome ressort encore une fois de l'amertume, de la nostalgie, mais aussi de l'admiration pour cet Elfe blanc au courage hors du commun. À noter également, les rares traits d'humour très réussis, provenants pour l'essentiel des dialogues entre les jeunes et intrépides gobelins.
Elfes, tome 9 : Le siège de Cadanla Elfes, tome 9 : Le siège de Cadanla
Gwendal Lemercier    Éric Corbeyran   
Ce tome prend place immédiatement après le tome 6.

Fah-Laën, un équarrisseur semi-elfe, en est le narrateur... et comment dire ? Nous savons d'entrée de jeu que la bataille de Calenda a été perdue. Les premières vignettes nous montrent des cadavres d'animaux éventrés dont les tripes se répandent sur le sol, mais nous n'y prenons pas forcément garde, pensant que c'est lié au métier de Fah-Laën. Malheureusement, les deuxième et troisième planches lèvent toute ambiguïté en dévoilant la cité en ruines et en feu, et les corbeaux se repaissant de cadavres humains.
Le récit de Fah-Laën commence quelques jours avant la catastrophe où une mystérieuse épizootie s'est déclarée dans le ghetto semi-elfe, devant d'urgence être circonscrite. Cette menace compromet gravement ses projets matrimoniaux avec la belle Mei-Hood, enceinte de leur premier enfant et qui l'a préféré au frère humain du régent. D'ailleurs, après la naissance de l'enfant, elle aimerait rejoindre la cité fondée par Nah-Taal et Borh-Naha (tome 4) où ceux de sa race ne sont plus l'objet du mépris ou de l'ostracisme des autres peuples, qui n'hésitent pas ici à les sacrifier pour sauver leur propre vie.
Mais très vite, une seconde menace, plus dangereuse encore que la première, va obliger les humains à unir leurs forces avec ceux qu'ils considèrent comme des sous-êtres...

Même si nous connaissons déjà la fin, nous ne pouvons nous empêcher d'espérer que quelques survivants échappent à cette attaque cauchemardesque. Malgré la ruse du semi-elfe, les goules semblent inarrêtables, de par leur nombre déjà, mais également de par le pouvoir magique animant leur meneur, un troll des glaces qui détient le fameux reliquaire évoqué dans les tomes précédents.
Qui, mais qui sera en mesure de mettre un terme à leur avancée inexorable ?!?

Concernant le dessin, j'ai beaucoup aimé l'architecture de la ville et ses décors que j'ai trouvé très immersifs.

par Parthenia
Elfes, tome 10 : Elfe noir, coeur sombre Elfes, tome 10 : Elfe noir, coeur sombre
Ma Yi    Marc Hadrien   
Ce tome prend place immédiatement après le tome 5.

Gaw'yn a dû quitter précipitamment la citadelle de Slurce après avoir découvert le secret de la nature des elfes noirs et avoir été obligé de tuer le puissant mester Thur'yn transformé en murth'n thun. Son mentor mester Varh'yn, après l'avoir consacré ar'thnen, l'a envoyé remplir à Scarande un contrat à sa place : tuer toute la famille Su Glementes qui doit succéder au régent de la cité. C'est son contact Scupulaude le Hurleur (dont le vrai nom est celui de l'elfe noir Scup'yn) qui va terminer sa formation inachevée (la fuite de Gaw'yn l'a en effet empêché de suivre et valider son module "comment s'intégrer parmi les humains"?) et tenter de lui trouver une couverture qu'il ne grillera pas en quelques secondes. Or, à son grand désespoir, Gaw'yn ne possède aucun de ses talents artistiques. Ni ceux de mester Varh'yn, connu sous le nom de "Varhlom, le fabuleux poète qui fait vibrer les cœurs de Gandoria jusqu'au lointain Nodrënn !".
Mais Gaw'yn est le spécialiste de l'adaptation et il saisit dès qu'elle se présente l'opportunité d'approcher sa cible. Après plusieurs jours passés aux côtés de la famille condamnée, il trouve rapidement le moyen de l'éliminer mais tout ne se passe pas exactement comme il l'avait prévu, et de prédateur, il devient la proie.
Gaw'yn était pourtant l'apprenti le plus prometteur de la citadelle, mais apparemment pas aussi impitoyable ni vicieux que le pensaient ses instructeurs.

C'était un tome très intéressant à lire de par les informations que nous récoltons sur la vie d'assassin qui est très très loin d'être une sinécure : l'elfe noir doit se trouver un nom d'emprunt et une couverture pour se fondre parmi les humains ; il ne doit jamais se laisser déconcentrer (même à la vue d'affriolantes danseuses à la cuisse légère, n'est-ce pas Ga'wyn ?) ; il ne doit jamais laisser sa provision de fleur de thnen s'épuiser (or, elle est pratiquement introuvable en terre d'Arran) ; les autres races d'elfes connaissent la nature sombre des elfes noirs mais leur honte de cousiner avec eux les retient de les dénoncer...
En outre, les dessins sont toujours aussi somptueux : mention spécial à la cité de Scarande d'une beauté à couper le souffle et aux traits élégants des elfes noirs (les défauts de proportion ajoutant étrangement à leur charme).

Bref, j'ai adoré... et l'humour est également très présent malgré la noirceur de la thématique !

par Parthenia