Livres
495 414
Membres
494 436

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/12/19/inaccessibles-t-1-la-tour-aux-mille-etages-katharine-mcgee/

Ce premier tome d’Inaccessibles nous entraîne dans un monde futuriste où la ville de New York est devenu l’endroit qui donne son nom au roman : La tour aux mille étages. L’altitude est synonyme de richesse, mais tout vacille lorsqu’un drame se produit au sommet de cet immeuble démesuré.

Il est très difficile pour moi de faire une critique de ce livre, car il m’a beaucoup dérangée moralement, et c’est par là je pense que je vais débuter cette chronique. Dans cette œuvre, l’alcool coule à flot, nombreux sont les personnages qui usent (ou abusent) de substances illicites et l’une des protagonistes souligne elle-même sa propension enchaîner les coups d’un soir, mais tout cela semble monnaie courante et ne choque sensiblement personne. En revanche, quand il s’avère qu’une fille est amoureuse de son frère (adoptif de surcroît), ceux qui le découvrent sont pris de nausées, dégoûtés, révulsés, et autres adjectifs exprimant bien la « monstruosité » de la chose.

Alors certes, je sais que je suis particulièrement ouverte d’esprit quand il est question d’inceste (et encore, peut-on parler d’inceste quand les personnages ne partagent pas le même sang ?), mais… Sérieusement ? Il n’y a que moi que ça gêne moins (d’ailleurs, ça ne me gêne pas du tout) que l’alcool, la drogue et la débauche ?

Voilà, pardon pour cet intermède où j’étale un peu trop mes convictions personnelles, ce que j’évite généralement de faire lorsque je chronique, mais là, il fallait vraiment que ça sorte…

Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, elle commence fort, avec la chute (et la mort) d’une fille inconnue. Le problème ? Les chapitres suivants s’éparpillent tellement, avec énormément de personnages (dotés de prénoms tels que Rylin, Leda, Atlas… si peu communs qu’ils font qu’on se repère encore plus difficilement) qu’au bout d’une centaine de pages, j’ai fini par oublier que quelqu’un allait tomber du toit (ce n’est qu’en posant mon regard sur le résumé que cela m’est revenu en mémoire).

Le roman est donc très long à se mettre en place, car il lui faut introduire tous ces personnages qui n’ont pas forcément de liens à première vue. Qui plus est, il n’est pas facile de s’attacher à eux (notamment ceux des étages supérieurs) qui vivent dans le luxe et dans l’opulence. J’ai néanmoins fini par apprécier Cord et Eris, mais ce sont à peu près les seuls.

L’intrigue se décante progressivement, à mesure qu’on commence à s’y retrouver parmi tous ces personnages, et que leur introduction laisse peu à peu place aux rebondissements. J’ai néanmoins trouvé que cela manquait de suspens, car à l’exception de l’identité de la victime, qui reste un mystère jusqu’au moment fatidique, on voit se dessiner à l’avance les fils conducteurs et les liens qui se tissent entre les protagonistes pour les relier les uns aux autres.

Je suis donc mitigée sur cette lecture. Moralement, elle m’a agacée d’un bout à l’autre et je me suis ennuyée ferme pendant au moins la première moitié de l’œuvre, mais j’ai tout de même la curiosité de découvrir ce qu’il va advenir de ce petit monde, ainsi que les conséquences que vont entraîner le drame. Je lirai peut-être la suite un jour.

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode