Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de InconstanceFMR : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Fullmetal Alchemist, tome 24 Fullmetal Alchemist, tome 24
Hiromu Arakawa   
Je sens la fin approcher à grands pas, alors j'essai de m'imprégner le plus possible de ces derniers tomes...
King Bradley (ou Wrath, mais je préfère son faux nom^^)
se fait laminer par Fu et Buccaner et c'est tant mieux pour lui!

par Nelff
Fullmetal Alchemist, tome 25 Fullmetal Alchemist, tome 25
Hiromu Arakawa   
J'avoue que l'on ne s'ennuit vraiment pas!
Fullmetal Alchemist, tome 26 Fullmetal Alchemist, tome 26
Hiromu Arakawa   
C'est l'avant-dernier tome et pourtant, le dénouement n'est pas encore certain! Je dirais même que la situation ne laisse absolument rien deviner du final, Hiromu Arakawa garde la surprise jusqu'au bout!
Les combats sont magistralement orchestrés!
Fullmetal Alchemist, tome 27 Fullmetal Alchemist, tome 27
Hiromu Arakawa   
Tout comme death note est un classique dans son genre, je considère que FMA l'est dans le sien. Qui ne connaît pas ce manga... C'est là encore pour ma part un manga que je trouve proche du génie, tout dans l'intrigue respire la part d'ombre humaine, les thèmes abordés sont à leur façon très réalistes. En un sens les 7 pêchés capitaux nous le montre bien, mais aussi il y a cette vérité, cette porte, ce tout et rien en même temps qui met en avant d'une certaine manière ce que nous appellons "dieu" et cela peu importe les religieux.... Bref tout est bon dans ce manga je pourrais en parler des heures tout comme death note car il y a comme ça des mangas qui ne nous laissent pas indifférent et qui sont tellement riches que tous les thèmes de la vie, que ce soit philosophiques, religieux, la mort.. bref tout peut être retrouvé la dedans et c'est en cela que je les trouve magique.

par Chasha
43h15 43h15
Agathe Rigault   
"J'ai cessé d'être Emma le 20 septembre 1956, à cette période de l'année où le bleu du ciel devient intense et froid ; quand les feuilles des arbres se parent de teintes flamboyantes et mélancoliques comme si elles venaient de réaliser qu'elles n'avaient qu'une vie et que celle-ci était bientôt finie."

Quitter pour tout recommencer. Loin, là où personne ne la connaît. Le destin d'une femme au moment où son existence bascule, en 43h15 d'un trajet de train au travers des USA.
Les Pantins marionnettistes, Tome 1 : Le Château des brasseurs d'air Les Pantins marionnettistes, Tome 1 : Le Château des brasseurs d'air
Samantha Cortenbach   
https://mydearema.wordpress.com/2018/02/10/%e2%94%82jai-lu-%e2%94%82les-pantins-marionnettistes-t1/

Un livre qui me laisse bien bien perplexe…

Ca faisait un moment que je n’avais plus été aussi perdue quant à une lecture. Ai-je aimé? Ai-je détesté?
La réponse se trouve plus bas, dans ce fouillis de mots.
(Non en vrai, j’en sais rien, je raconte n’importe quoi)

L’auteure m’avait contactée il y a un moment maintenant car elle appréciait mes avis constructifs (ah?) et honnêtes (ça c’est vrai), même quand j’ai envie de jeter mes lectures dans l’océan tellement c’est mauvais (« Mais Emma, t’exagères, tu es qui pour dire qu’un livre est mauvais? » JE SAIS, mais j’ai un mythe sur ma personne à entretenir).
Elle recherchait donc ce type d’avis (j’aime bien les gens maso).

J’avais déjà lu les 10 premières pages de ce bouquin, qui était dans les soumissions de candidature pour le Prix des Auteurs Inconnus. Je ne me rappelais plus trop ce que j’en avais pensé, par curiosité je suis retournée voir mes notes et là, je lis, grosso-modo : « J’ai rien compris au résumé, ni aux 10 pages ». CA COMMENCE BIEN. Malgré tout, je décide d’accepter le défi! (Oui en plus d’aimer les gens maso, je le suis moi-même)

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que j’ai finalement, trouvé le début super agréable. Je me suis mise dans de bonnes conditions pour le lire, calme, pas de pression extérieure type examens pour l’unif qui me ruine mon envie de vivre, et ç’a fait son effet.
Bon après y a pas que le contexte qui a permis ça, forcément.
L’écriture de Samantha est INCROYABLE.
C’est l’une des plumes les plus addictives que j’ai pu lire. Je suis absolument sous le charme de celle de Tahereh Mafi (auteure de la saga « Insaisissable »), que je trouve délicate, poignante. J’ai retrouvé un petit truc similaire dans ce bouquin-ci qui faisait la différence. A un autre niveau, bien entendu, car si Tahereh Mafi se veut être assez poétique et sentimentale, Samantha penche plus vers l’humour décalé et le pas toujours très politiquement correct.
Son écriture reste du début à la fin subtilement ensorcelante.

Je dois bien avouer, mais je pense que tu l’avais compris, qu’à la lecture du résumé (et même à la deuxième et troisième lecture) je voyais pas trop à quoi m’attendre.
Je continue d’avouer que même en plein dans ma lecture, je ne savais toujours pas à quoi m’attendre la page suivante.
Pour ça chapeau. Parce que pour maintenir un tel suspens, y’a pas à dire, faut du talent.
Mais y a un couac tout de même.
J’ai fini par me perdre (« mais t’étais déjà perdue! » Oui mais j’étais perdue dans ma perte, tu me suis? Ah bah non, on est perdu, c’est vrai).
Y avait trop pour moi, c’était trop loufoque, trop de situations absurdes, de personnages absurdes. C’était fou, agréable un temps, mais à la limite du dérangeant vers la fin. C’est devenu trop démesuré à mon sens.
Mais je salue encore l’incroyable plume de l’auteure qui sera parvenue à maintenir mon attention jusqu’au bout.

La première partie est celle qui m’a le plus emportée. Au-delà de la plume de l’auteure (oui, j’arrête de te souler avec ça), l’intrigue qui se dessinait s’annonçait terriblement palpitante. Une jeune femme, un tueur en série, un marché complètement aberrant : sa vie sauve, si elle accepte d’apprendre à le connaître (Oooh, une âme torturée en quête de reconnaissance et d’amour. Non. Pas vraiment).
Parce que pour découvrir toutes les facettes de cette homme, vaut mieux avoir ses tripes bien accrochées. L’auteure nous emmène de chapitres en chapitres en soulevant toujours plus de questions que l’on a de réponses.
C’est une tactique qui passe ou qui casse, en fonction du lecteur. Ca rejoint donc ce que j’évoque au-dessus : TROP, y a TROP mais paradoxalement, pas assez de choses auxquelles me raccrocher.
J’ai vainement tenté de reléguer cette frustration et de juste me laisser bercer par le côté insensé et complètement déjanté du récit. Il m’aura manqué un socle, quelque chose sur lequel me reposer et me dire »ok tout ça a un sens au final » (parce que j’ai besoin de mettre un sens à ma vie OK? *pleureenpositionfoetale*).

AU FINAL...

Alors oui, tout y est pour que ce roman soit au final, excellent.
Je l’admets et je l’affirme même.
Les gens un peu perchés l’adoreront! Je suis barrée comme fille et même si j’ai pas réussi à être emportée là où l’auteure voulait m’emporter, j’ai apprécié la tentative.
Peut-être qu’il manquait un rien de maîtrise, dans le sens, mesurer quand et comment telle situation arrive, quand et comment la folie s’insinuera dans les lignes et la tête du lecteur. Je ne sais pas, mais au final, une chose est sûre, ça donne mine de rien envie de poursuivre l’aventure pour voir À QUOI CA RIME CE B*RDEL!
(avec tout mon amour, prends soin de toi mon p’tit monstre)

par Freyja
Les Pantins marionnettistes, Tome 2 : L'Île du ouï-dire Les Pantins marionnettistes, Tome 2 : L'Île du ouï-dire
Samantha Cortenbach   
Je remercie Samantha pour sa gentillesse ET sa patience.

Bref, un second tome que j'ai pris grand plaisir à découvrir, tout comme le premier volume. L'ile de Braham va nous montrer que les îles ne sont pas toutes paradisiaques. Christian a bien du mal à se remettre des derniers événements, pourtant son esprit vif est toujours bien là. Il rumine une vengeance dans tous ces détails. Les morts que nous avions découvert dans le premier tome ont laissé des proches en vie. Ces derniers veulent savoir qui a fait "cela". Christian va donc faire en sorte que sa vengeance ne se fasse pas sans aide.

Manipulations en tout genre, les personnages ne font que cela, à se demander qui est vraiment sincère... Personne, ou plutôt tous tant qu'ils restent égoïstes. Pour ceux qui ont lu le premier et pas le second celui-ci est plus sombre, plus violent aussi, plus tactique, plus de manipulation. L'auteur met le personnage principal dans des situations précaires et arrive à le mettre en position de force régulièrement. La manière dont Christian arrive à s'en sortir est bien plus qu'un simple tour de pirouette. Connaître son ennemi, ses faiblesses, ses forces, la façon dont il parle, il pense, il existe est crucial pour ce personnage qui décortique tout. Le château des Rôches est bien présent dans les mémoires, Christian se retrouve dans une position délicate.

Au départ on le retrouve comme caché, camouflé, ne voulant pas être trouvé. Et puis, les joutes verbales avec la police le montre totalement maître de lui. Il s'entoure de gens qui sont comme lui. Enfin non, pas comme lui, chacun à sa propre personnalité mais disons qu'ils sont quelque peu... dérangés ? L'île est un lieu où personne n'entre sans une bonne raison et personne ne peut en sortir. Un endroit où chacun se connaît, où des nouveaux sont venus pour se cacher, oublier ce qui s'est passé au château des brasseurs d'air. Coupés du monde, ces gens ont une vision de la vie différente. Les menaces sont réelles, les règlements de compte sont monnaie courante.

Coupé en quatre parties, le livre avance au rythme effréné de ce que Christian veut faire avaler comme couleuvre ou non à la population d'une manière générale. Ou comment faire croire à des flics que les meurtriers sont ceux qui le dérangent tous les jours et non lui, par exemple. La dernière partie étant pour le retour au présent avec Andréa, la femme qui s'est vu offrir la joie de mourir à un moment donné qu'il déciderait ! Nous en apprenons plus sur sa manière d'agir, celle de cet anti-héro qui a pour principes de ne pas se laisser bouffer par les autres.

Il y a beaucoup d'événements et un déroulé non "linéaire" qui doit l'être dans l'esprit de Christian et par conséquent de l'auteur. Lorsque je dis non linéaire, je ne parle pas du temps, mais de la façon dont il raisonne, enfin connait-il ce mot ? (mdr) Le machiavélisme n'est pas un mot vain. Il arrive à embobiner sans perdre de vue son objectif. Sa noirceur est juste une goutte d'eau dans la mer qui entoure cette île, car il n'est pas le seul à vouloir "s'amuser". Sarah est un personnage central qui est encore plus sorcière que lui. Elle aime tester de nouvelles techniques sur les morts et les vivants. Les jumeaux Adam et Noah Telsault ont une grande importance également. Adorant faire des farces, ils sont véritablement des clowns impossible à tenir. Par contre je confirme, je n'ai pas retenu tous les noms de ceux qui ont été conviés à la petite sauterie !

J'ai un bémol, j'ai eu du mal à débuter le livre pour la bonne raison que le personnage d'Andréa n'est pas présent (juste dans la dernière partie). J'avais adoré leurs joutes verbales, la façon dont elle se trouvait dans un pareil guet-apens et paf, elle disparaît au profil d'autres personnages. Ils ne sont pas moins intéressants, juste que j'avais beaucoup accroché à elle. Par chance, Sarah est l'un de mes personnages préférés, tout comme Fiona qui est à l'opposé des autres. Disons qu'un peu de douceur avec elle apporte cette petite clarté qui nous permet de ne pas sombrer totalement dans la folie, quoique, après cette lecture, je ne garantis pas que mon esprit soit sain. (en même temps, pour ceux et celles qui me connaissent, il n'est pas très net cet esprit).

En conclusion, un second et dernier tome qui est aussi décalé que le premier. Plus sombre, plus envoutant aussi malgré certain passage glauque et disons-le : gore par petite touche. Abel Mensev n'a pas fini de vous en faire voir de toutes les couleurs, même si cela s'approche plus du carmin que du jaune. L'île du ouï-dire porte très bien son nom ! Un thriller dans toute sa splendeur, avec ce qu'il faut de bizarreries et de mental. N'hésitez plus !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/les-pantins-marionnettistes-vol-2-l-ile-du-oui-dire-samantha-cortenbac-a149222202
La Faucheuse, Tome 1 : Futur parfait La Faucheuse, Tome 1 : Futur parfait
Neal Shusterman   
5/5

La Faucheuse conte l'histoire d'un monde où plus rien n'est impossible. Vieillir n'est plus un problème puisque la mort n'existe plus. Mais pour réguler le nombre de personnes sur terre, Les Faucheurs sont obligés de glaner tous les jours, sans quoi La Terre serait surpeuplée.

On suit l'aventure de deux adolescents, Citra et Rowan, qui ont été choisis pour être des apprentis faucheurs.
Tout dans cette histoire m'a plu et a fait de ce livre un vrai coUp de cœur pour moi. L'histoire est vraiment super originale et bien menée: On ne s'ennuie pas un seul instant! Ce qui m'a fAit adorer ce livre c'est le fait que l'auteur ne se perd pas dans des descriptions longues et énervantes: il y a beaucoup d'ellipses qui permettent d'avoir un Livre fluide et dynamique, ça m'a permis de rentrer dans l'histoire vraiment rapidement et de ne pas m'ennuyer un seul instant!
Pour ce qui est des personnages ALORS LÀ, j'ai eu envie de Les frapper un nombre incalculable de fois: pourquoi ils choisissaient de faire ca? De dire çA? De vrais anti-heros au possible qui, justement, m'ont fAit les ADORER! Leurs défauts ne Les rendaient que plUs vivants et humains (pAs facile d'ailleurs de Le rester quand on est Faucheur et que son travail est de mette fin à la vie des Hommes).
L'intrigue m'a tenue en haleine tOut Le long dU récit et je ne peux clairement plus attendre pour lire la suite de ce livre grandiose!

À lire absolument !!
La Faucheuse, Tome 2 : Thunderhead La Faucheuse, Tome 2 : Thunderhead
Neal Shusterman   
4,5/5

Lire ma review : https://www.wilkymay.com/article/livres/469/chronique/thunderhead-arc-of-scythe-2-de-neal-shusterman

"Because rain is the closest thing I have to tears."

Oh mon dieu. Je n’étais pas prête pour un tel cliffhanger. Ce livre m’a complètement renversée. Ça va être dur de parler de Thunderhead parce que c’est bien connu que plus on aime un bouquin plus les mots nous manquent pour le décrire.

Déjà, je pense avoir mieux apprécié ce tome que le précédent. J’ai lu Scythe l’année dernière et je ne m’en souviens déjà presque plus. J’ai d’ailleurs dû lire un résumé de tout ce qu’il s’y était passé avant d’attaquer le second tome. Et je crois que j’ai bien fait, ahah.

Il me semble que l’un des points qui m’avaient le plus dérangée était la romance entre Citra et Rowan. Ici, je n’ai absolument rien à dire à ce sujet puisqu’il y a ZÉRO romance. Nada. Et j’en suis soulagée. Citra et Rowan sont séparés pendant la majorité du bouquin, donc pas le temps de fleurter, ahah.

Un autre point qui m’avait refroidie était le rythme du bouquin que j’avais trouvé trop lent. Malheureusement, c’est encore le cas dans ce second tome mais je m’y attendais plus ou moins donc cela m’a légèrement moins dérangée. Mais quand même, je tiens à souligner que ce livre était très dense et long. En tout cas, c’est mon ressenti.

Néanmoins, j’ai bien pris conscience que c’était nécessaire pour créer un tel world-building. Sans ça, ce livre ne serait pas ce qu’il est. On passe d’une scène à une autre et certaines paraissent décousues de l’intrigue, presque anodines, mais TOUT est calculé.

L’univers du livre est juste l’un des plus riches et complexes que j’ai jamais lu. C’est franchement incroyable. Cet aspect m’avait déjà beaucoup plus dans Scythe, et cela continue d’être le cas dans Thunderhead. C’est tellement bien pensé, tellement bien construit. Juste WOW.

Dans ce tome, on en apprend davantage sur le monde post-mortel dans lequel vivent nos personnages et c’était génial. Je ne pensais pas qu’on pouvait explorer plus loin cet univers MAIS SI. Il y a tellement de choses. AAAH. Il existe par exemple des personnes marquées comme Unsavory qui sont en fait des délinquants et ils ne sont pas autorisés à parler avec le Thunderhead. Et l’histoire se construit autour de ce concept et waw, j’ai adoré en savoir plus sur les Unsavories. C’était super intéressant !

Il y a également des territoires dans le monde qui font office d’expériences sociales pour le Thunderhead. Ce sont des endroits qui ont des règles particulières, par exemple dans un de ces lieux, il faut absolument avoir une modification du corps comme des implants, etc. Et il ya le Texas où justement, la règle est qu’il n’y a PAS de règles. Je vous laisse imaginer ce que cela donne, ahah.

EN PARLANT DU THUNDERHEAD. OH MON DIEU. C’était mon personnage préféré. Oui, je dis bien “personnage”, même s’il s’agit en réalité d’une Intelligence Artificielle. On se rend compte peu à peu que le Thunderhead a des sentiments. Il considère les humains comme des enfants qu’il doit protéger. Sachant que ce sont les hommes qui l’on créé, c’est juste FOU. Les humains sont à la fois ses enfants ET ses parents. Aaaah.

Et il y a un nombre incalculable de parallèles avec la religion actuelle. C’était tout simplement mind-blowing. Rien que d’y repenser j’en reste encore sans voix. En gros, le Thunderhead est une sorte de dieu. Il est omniscient, il sait tout du monde. Ahlala, tous les parallèles sont juste incroyables. Je ne peux pas en dire plus, c’est vraiment du PUR génie.

Concernant les autres personnages, je les adore également. Citra et Rowan sont géniaux. Ils suivent chacun leur propre voie dans ce livre.

Rowan est devenu Scythe Lucifer et tue les scythe qui sont corrompus. TROP BADASS. Mais une fois qu’il en tue un, d’autres vont prendre leur place et c’est un bout sans fin. Rowan est destiné à de grandes choses selon le Thunderhead, mais est-ce vraiment là sa vocation ?

Citra est tout aussi badass a sa manière. Elle est devenue une véritable Scythe. Elle s’appelle d’ailleurs Scythe Anastasia et on suit ses premiers pas dans le métier. J’adore sa façon de glaner. Elle laisse un mois aux personnes qu’elle doit glaner, le temps qu’ils puisse se faire à l’idée et préparer leur mort. Ensuite, elle leur accorde le droit de choisir la façon dont ils vont mourir. Je trouve ça super intéressant le fait qu’elle ait choisi de glaner ses sujets de cette façon, ça en dit long sur sa personnalité.

On fait également la rencontre Grayson Tolliver. Au début, je ne comprenais pas trop pourquoi on suivait ce personnage, mais peu à peu, l’intrigue se dévoile et on voit que Grayson est en réalité très important ! Il a été élevé par le Thunderhead puisque sa famille ne fait pas attention à lui mais lorsqu’il devient Unsavory, Grayson ne peut plus communiquer avec l’IA. C’est un véritable coup dur pour notre personnage, mais en réalité, tout était calculé par le Thunderhead…

Des plot-twists de PARTOUT. Bon, il y en a surtout durant la seconde moitié du bouquin (le livre est assez lent à démarrer comme je le disais plus haut). Mais une fois que les coups de théâtre arrivent, on n’est juste PAS PRÊTS. On se rend compte que tous les petits détails qui nous ont été présentés avant et auxquels on n’avait pas forcément prêté attention étaient SUPER IMPORTANTS. On fait alors le rapprochement à la fin, pour le grand bouquet final, et c’est glorieux. Oh. Mon. Dieu. Du génie, je vous dis.

Il me FAUT le troisième tome.

par wilkymay
La Faucheuse, Tome 3: Le Glas La Faucheuse, Tome 3: Le Glas
Neal Shusterman   
L'auteur a annoncé lors du salon du livre jeunesse de Montreuil que la sortie VO serait vers septembre 2019.
Collection R a annoncé a la suite que la VF ne prendrait pas beaucoup plus de temps.

par LauSG