Livres
495 414
Membres
494 436

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Vanou76 2014-12-31T00:23:25+01:00

Il me serre plus fort contre lui et me soulève pour me porter jusqu'à sa chambre. Je suis allongée sous les couvertures lorsque la sonnette retentit. Il m'embrasse sur le front avant de quitter la pièce.

J'entends ma mère parler quand il ouvre la porte, mais je ne comprends pas ce qu'elle dit. La voix de Will est basse, la sienne aussi, mais elle est plus intelligible.

- Laissez-la restez ici, Julia. Elle a besoin de moi.

D'autres paroles sont échangées, mais je n'en saisis aucune. Au bout d'un moment, la porte se referme et Will réapparaît dans la chambre. Il se glisse dans le lit, m'entoure de ses bras et me serre contre lui pendant que je pleure.

Afficher en entier
Extrait ajouté par marie_ch2 2014-10-17T16:42:56+02:00

« — Salut, je m’appelle Will. On habite de l’autre côté de la rue, précise-t-il en désignant la maison d’en face.

Je lui rends sa poignée de main.

— Moi, c’est Layken, et je suppose que je vis ici, dis-je en jetant un coup d’œil derrière moi.

Il sourit. Comme aucun de nous ne sait comment continuer, on reste ainsi un certain temps. Je déteste ce genre de moments embarrassants.

— Eh bien, bienvenue à Ypsilanti ! me souhaite-t-il. (Il ôte sa main de la mienne et la glisse dans la poche de sa veste.) Vous venez d’où ?

— Du Texas ?

Je ne sais pas pourquoi j’ai fait de ma réponse une question. Je ne sais pas non plus pourquoi j’en fais tout un plat. Ni pourquoi je réfléchis au fait que j’en fasse tout un plat. Je rougis. Ça doit être à cause du manque de sommeil que j’ai accumulé en trois jours.

— Du Texas ? répète-t-il.

Il se balance d’avant en arrière. Comme je n’ajoute rien, un silence gêné s’installe entre nous. Il jette un coup d’œil à son frère et se penche pour l’attraper par les chevilles.« — Il faut que j’accompagne ce petit gars à l’école, reprend-il en le hissant sur ses épaules. Une vague de froid devrait arriver cette nuit. Tu ferais « mieux de décharger le maximum de choses aujourd’hui. Elle est censée durer plusieurs jours. Si vous avez besoin d’aide cet après-midi, faites-le-moi savoir. On sera rentrés vers 16 heures.

— OK, merci, lui dis-je.

Ensemble, ils traversent la rue et je les suis du regard jusqu’à ce que Kel me poignarde dans le dos. Alors, je tombe à genoux, enroule mes bras autour de mon ventre et m’affale. Kel s’assied sur moi pour m’achever. Quand je jette un coup d’œil en face, je surprends Will qui nous observe. Il claque la portière de son frère et nous fait signe avant de partir. »

Afficher en entier

Je peux y arriver. Ce n’est qu’un poème. Il suffit de le réciter une fois, et ce sera terminé. C’est aussi simple que ça.

Je passe la porte avec quelques minutes de retard. Je comprends tout de suite que le sacrifice est sur le point de débuter car on pourrait entendre une mouche voler. Je me faufile discrètement au fond de la salle. Comme je ne veux pas attirer l’attention sur moi, je m’assois à une table vide. Je sors mon téléphone pour le mettre sur silencieux et envoie un message à Eddie pour lui expliquer où je suis installée, quand tout à coup… Je l’entends.

Will se tient devant le micro, sur scène. Il déclame une de ses œuvres pour le sacrifice.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2015-06-22T11:01:39+02:00

— Du calme, monsieur Cooper ! Je lui ai fait un compliment, c’est tout. Regardez-la, elle est sexy ! s’exclame Javi en m’observant.

— Javi, dehors ! crie Will en lui désignant la porte du doigt.

— Monsieur Cooper, ça va ! Vous êtes de mauvaise humeur ou quoi ? Je vous l’ai dit, c’était juste…

— Et moi, je t’ai dit de sortir ! Je ne te laisserai pas manquer de respect à une femme dans ma salle de classe !

Javi ramasse ses livres.

— OK. Je vais aller leur manquer de respect dans le couloir, réplique-t-il.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2015-06-22T11:00:48+02:00

— Est-ce qu’il y a une longueur minimum ? je demande.

[...]

— Non. Tout est possible du moment que le public comprend ton intention. Rappelle-toi, il n’y a pas de règles.

Sa voix se brise un peu pendant qu’il parle. Je peux voir sur son visage que ce qui s’est passé entre nous est encore frais dans son esprit. Je ne pouvais pas demander mieux.

— Génial. Alors, c’est bon, je bafouille. Le titre de mon poème est : « Insignifiant ».

Je fais face à la classe et récite fièrement mon poème.

Selon le dictionnaire…

"Et selon MOI…

Il existe trente significations et synonymes

Différents pour le mot

Insignifiant."

(Je crie rapidement les mots suivants. Toute la classe tressaille, Will y compris.)

Abruti, enfoiré, cruel, tête de nœud, mauvais, sévère, malfaisant,

Détestable, sans cœur, vicieux, virulent, terrible,

Tyrannique, malveillant, atroce, horrible, salopard,

Barbare, amer, brutal, dur, immoral,

Bestial, dépravé, démoniaque, féroce, difficile, implacable,

Rancunier, pernicieux, inhumain, monstrueux,

Impitoyable, insensible.

Et mon préféré de tous : connard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FouineuseDuNet 2015-06-22T10:58:31+02:00

— Eddie et moi, on a été collées, je réponds.

— Collées ? Pourquoi ? s’enquiert ma mère.

— On a séché une heure, la semaine dernière. On a fait la sieste dans la cour.

Elle pose son couteau, déçue par mon comportement.

— Lake, pourquoi est-ce que tu as fait une chose pareille ? Quel cours as-tu séché ?

Je ne réponds pas. Les lèvres pincées, je désigne Will d’un signe de la tête. Ma mère se tourne vers lui au moment où il relève les yeux.

Il hausse les épaules en riant.

— Elle a séché mon cours ! Qu’est-ce que j’étais censé faire ?

Ma mère se lève, lui donne une tape dans le dos et attrape le bottin.

— Pour la peine, je t’invite à manger.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Adèle 2014-08-28T07:58:30+02:00

- Je vais m'en sortir, le rassuré-je en me dirigeant vers la porte. Je crois que j'ai compris comment marcher debout.

Il me suit à l'extérieur et referme la porte derrière lui. Il insiste pour que je prenne sa veste. Je la passe sur mes épaules, le remercie et traverse la route.

- Layken ! crie-t-il alors que je suis le point de rentrer chez moi.

Je me retourne vers lui. Il se tient dans son allée.

- Que la force soit avec toi !

Hilare, il monte en voiture, et moi, je reste plantée là à regarder mes chaussons Dark Vador. Tout va bien.

source site "dans notre petite bulle"

Afficher en entier
Extrait ajouté par hortensia 2015-10-06T20:13:12+02:00

- Lake !

Je me retourne, il claque sa portière et court dans ma direction. Quand il arrive à ma hauteur, il sourit.

- J'ai oublié de te dire quelque chose, murmure-t-il en me serrant à nouveau dans ses bras. Tu es magnifique ce soir.

Il dépose un baiser sur mon front, me libère et repart chez lui en trottinant.

Je crois que j'avais tort, tout à l'heure, quand je disais apprécier le fait qu'il ne m'ait pas complimentée.Non, je ne crois pas : j'en suis sûre. Une fois devant sa porte d'entrée, il se retourne pour me sourire avant de disparaitre.

Comme je m'y attendais, quand j'entre à mon tour, je trouve ma mère assise sur le canapé avec un livre, tentant d'avoir une mine concentrée.

- Alors, comment ça s'est passé ? c'est un tueur en série ? me demande-t-elle.

Je n'arrive pas à réprimer mon sourire. Je m'approche du canapé face au sien et m'affale dessus comme une poupée de chiffon en soupirant.

- Tu avais raison, Maman.J'adore le Michigan.

Afficher en entier
Extrait ajouté par hortensia 2015-10-06T20:00:20+02:00

J'ai beaucoup appris cette année. de tout le monde. De mon petit frère...Des Avett Brothers... De ma mère, de ma meilleure amie, de mon professeur, de mon père, et d'un Garçon. Un garçon dont je suis sérieusement, profondément, follement, incroyablement et indéniablement amoureuse.

J'ai vraiment beaucoup appris cette année. D'un enfant de neuf ans. Il m'a appris que parfois on pouvait vivre sa vie à l'envers et rire de choses qui ne donnent pas envie de rire.

J'ai beaucoup appris cette année d'un groupe de musique !

Ils m'ont aidée à réveiller mes sentiments. Ils m'ont appris à décider ce que je voulais être et à foncer.

J'ai beaucoup appris cette année d'une malade du cancer. Elle m'a appris tant de choses. Et elle continuera. Elle m'a appris à me poser des questions. A ne jamais rien regretter. Elle m'a appris à repousser mes limites, parce qu'elles sont là pour ça.Elle m'a dit de trouver un équilibre entre ma tête et mon coeur. Puis, elle m'a montré comment faire.

J'ai beaucoup appris cette année d'une fille placée en famille d'accueil.Elle m'a appris à respecter les cartes qu'on m'avait distribuées. A m'estimer heureuse d'en avoir seulement en main. Elle m'a appris que la famille n'a pas forcément le même sang. parfois, vos amis ont votre famille.

J'ai beaucoup appris cette année de mon professeur. Il m'a appris que les notes ne sont pas le plus important.

Le plus important, c'est la poésie...

J'ai beaucoup appris cette année de mon père. Il m'a appris que les héros ne sont pas toujours invincibles et que la magie est en moi.

J'ai beaucoup appris cette année d'un Garçon.

Un garçon dont je suis sérieusement, profondément, follement, incroyablement et indéniablement amoureuse.

Il m' appris la chose la plus importante de toutes:

Mettre l'accent sur la vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par okeanos01 2014-11-16T16:47:31+01:00

" Selon Elisabeth Kübler-Ross, apres la mort d'un être cher, le deuil d'une personne se compose de cinq étapes : déni, colère, marchandage, dépression, et acceptation."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode