Livres
461 404
Membres
417 730

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

(Nate)

- Tu n'as donc pas encore compris que je me fous de tout, que c'est ton cœur que je veux. Je veux tout connaître de toi, le beau comme le mauvais. Je veux toucher ta lumière comme ton obscurité. Je veux ton chaos, ton trouble, ton âme... Je veux qu'on retrouve ce qu'on avait, avec encore plus de vérité. Si tu m'offres cette chance, je te rendrai heureuse.

Afficher en entier

"-T'as prévu quelque chose après?

-Oui, j’ai rendez-vous avec un type sympa. Grand, plutôt carré, assez silencieux, et très tendre. Il s'appelle Mon Lit. Tu connais?"

Afficher en entier

-Tu es un SPTTS...

- Quoi?

je me mordis la lèvre, ce qui attisa plus encore sa curiosité.

- Super Papa Tatoué Très Sexy...

il me répondit rien, du moins pas tout de suite, puis avec une extrême tendresse, Nate laissa ses doigts rugueux parler et murmurer contre ma peau des choses que personne ne m'avait jamais dites.

Afficher en entier

« — Je ne sais pas si tu te rends bien compte. Si tu imagines un peu le chaos qui règne dans ma tête, poursuivit-il.

Et lui dans la mienne ?

— J’ai tellement envie de ta bouche, tellement envie de t’embrasser… Je n’ai jamais été aussi obsédé par la bouche d’une femme. Tes lèvres, j’en rêve jour et nuit… Comme ce putain de soir à la laverie et ta fichue culotte. Une culotte avec des dinosaures, bordel ! »

Afficher en entier

"-C'est quoi ton problème? s'emporta-t-il. Tu boudes? Tu fais la gueule? Tu ne veux plus qu'on se parle parce que Georigna t'a dit un truc qui t'a mise de travers? Ce n'est pas vraiment mature comme comportement, comme s'endormir dans un club de boxe sans fermer la porte, ou de laisser un gamin jouer autour du gaz et risquer de l'ébouillanter.

Cette attaque me fit si mal que j'en eus le souffle coupé. Me balancer ça alors que j'avais tout fait pour le protéger, c'était bas. Ce fut plus fort que moi, je le giflai.

-Tu n'es pas mon ami, Nate, grognai-je avec rage. Je ne veux pas d'un ami comme toi. Un ami n'aurait pas raconté à quelqu'un d'autre que j'ai peur d'embrasser. Et si elle était si gentille et sincère que ça, ta Georgina, elle aurait la décence de ne pas m'attaquer là-dessus. Ca ne regarde personne, encore moins une femme que je ne connais pas.

....

-Dylan..., murmura-t-il, sa voix rauque.

-Un ami aurait gardé ça pour lui, car c'était entre nous, c'était intime. Ca ne regardait personne. Je n'ai pas raconté que tu murmures toujours mon prénom quand tu jouis, d'accord? C'était à nous, même si nous n'étions pas vraiment ensemble.... Mais toi, tu lui as déballé ma peur la plus intime. "

Afficher en entier

-Dylan....

-Je suis désolée.

-Putin, je... J'ai fait quelque chose de mal? demande-t-il doucement.

-Non, ce n'est pas toi, c'est simplement l'intensité. Je... n'avais jamais ressenti ça. Ne te moque pas, je...

-Jamais de la vie. Je ne moquerai jamais de ça, encore moins de toi. Je suis heureux et je ne m’excuserai pas non plus de t'avoir fait pleurer pour ça.

Afficher en entier

Dylan et Kyle

« Il avait encore les yeux rouges et il avait l’air d’avoir encore un peu de fièvre. Mais il ne transpirait plus et son sourire était ce qu’il y avait de plus beau au monde. Mon Dieu, ce qu’il était beau ce gosse. Les larmes inondèrent mes yeux brusquement. J’avais eu tellement peur que le voir ainsi faisait redescendre toute la pression accumulée en si peu de temps.

— Tu as un bobo à ta joue, dit-il. Ça te fait mal ?

— Un petit peu.

— Tu veux un bisou magique ? Je peux faire. Je fais à papa quand il a un bobo.

Je souris :

— Oui, avec plaisir.

Il m’embrassa sur la joue et souffla sur mon bleu. Ses yeux pétillèrent d’amour et de malice. J’en tombais plus encore amoureuse. Cet enfant était le seul capable de dompter mon chaos avec autant facilité et d’innocence.

— C’est mieux comme ça. Merci, mon trésor.

Un adorable bâillement déforma les traits de son visage.

— Couche-toi. Tu dois te reposer.

— Je suis un petit peu fatigué, reconnu-t-il sagement.

Je remontai la couverture sur son ventre.

— Dylan, tu viens avec moi ? Je veux un câlin.

Je me sentais incapable de lui refuser quoi que se soit.

— D’accord, mais je suis bien trop grande pour ce lit, moi.

— Je vais me pousser. En plus, papa il a dit à tonton Asher que t’as un petit cul alors ça ne prend pas beaucoup de place.

Je me mordis la lèvre puis j’éclatai de rire. Merde que c’était bon de rire. Mon palpitant s’activa un peu plus encore. J’eus l’impression qu’il reprenait cette douce, mais intense constante qu’il avait en présence des Mine. J’avais oublié à quel point c’était agréable.

— Alors ça devrait aller, dis-je.

Il hocha vivement la tête et se poussa un peu en souriant. Je m’allongeai sur le côté, au-dessus des couvertures, il se lova contre ma poitrine, puis releva le visage et sa petite main vint contre ma joue. Ses petits doigts potelés allèrent caresser mes cheveux et un sentiment possessif naquit au plus profond de mes entrailles. Je souris en le prenant dans mes bras. Je l’embrassai, respirant son odeur, m’enivrant de lui, me délectant de sa vitalité, de son éveil, de l’amour inconditionnel que j’éprouvais pour lui. L’humilité, la maturité, la plénitude, l’amour… »

Afficher en entier

NATE

- super!mon fils te fait des câlins pour se réveiller, tu es toute nue dans ma salle de bain et moi je suis définitivement un crétin d'être à des kilomètres de la ...

Afficher en entier

Tes lèvres, j'en rêve jour et nuit... Comme ce putain de soir à la laverie et ta fichue culotte. Une culotte avec des dinosaures, bordel !

Afficher en entier

« Kyle portait un bonnet noir trop craquant qui laissait filer quelques mèches brunes, une chemise à carreaux rouge et des Converses assorties. Un vrai petit canadien, trop mignon. Du haut de ses quatre ans, c’était lui le plus craquant dans ce bar.

— Dylan, je peux avoir un Coca ? me demanda-t-il en se penchant sur le bar.

— Tout ce que tu veux, bonhomme.

— Alors je peux avoir une paille et les petits bonbons comme sur les verres des grands.

Nate le gronda tandis que Georgina me toisait. Je souris aimablement. J’étais au boulot là, elle ne pouvait rien faire. Asher fit une remarque taquine à Kyle qui, sans perdre son sang-froid, haussa les épaules et répliqua :

— C’est Dylan la chef, si elle dit « oui », c’est que je peux. Pas vrai ?

J’esquissai un grand sourire en hochant la tête ne focalisant mon regard que sur Kyle.

— Ah, tu vois ! s’écria-t-il. 

— Je vois bien, mon grand, répondit Asher amusé. Mais elle est trop vieille pour toi.

— Dylan, elle est trop belle pour toi.

Nate gloussa, Kyle était aux anges de pouvoir tenir tête à un adulte et Asher éclata de rire. Georgina quant à elle avait une tête à faire peur. J’aurais aimé prendre une photo pour m’en faire un petit souvenir. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode