Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de InfinityDouglas : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Never Tear Us Apart, Tome 1 : Never Forget Never Tear Us Apart, Tome 1 : Never Forget
Monica Murphy   
Je serais passée à côté de ce livre sans vraiment lui accorder la moindre attention si une amie (coucou!!) ne me l'avait pas conseillé et fait promettre de le lire. ;)

C'est très rare mais j'avais envie de me plonger dans ce roman en sachant le moins de choses possibles dessus. Et c'est ainsi que je me suis lancée dans cette lecture. Comme l'a très bien dit True-Book-Fan (qui est l'amie en question, haha) ce roman est sûrement à éviter pour ceux qui ne sont pas à l'aise à l'idée d'une romance comme celle-ci -qui met en scène une victime de kidnapping et son sauveur qui est le fils de son agresseur-. Et aussi, je pense tout comme elle (puisque c'est elle qui m'a donné ce conseil en premier lieu) qu'il est préférable de lire la note de l'auteure au début. Celle-ci vous met justement en garde quant au sujet dont traite son roman, etc.

Maintenant, passons aux choses sérieuses. Mon avis sur ce roman? Je ne vais pas tourner autour du pot, j'ai vraiment apprécié ma lecture mais ce roman est tout-de-même passé assez loin du coup de cœur. (Sorry.)

Je vais peut-être en étonner ou peut-être pas mais je ne suis pas particulièrement fan de la plume de Monica Murphy. Je ne sais pas si c'est juste moi (et de toute façon c'est pour ça que ça n'est que mon avis) mais je l'ai trouvé sans charme, un peu trop... simple.
(Sorry #2.)

En revanche, comme elle a écrit une histoire qui vaut tout-de-même la découverte, j'ai trouvé Never Forget assez addictif et je n'ai donc pas eu besoin d'une éternité pour lire ce roman.
En fait, une fois que j'étais plongée dans l'histoire, la plume n'avait plus vraiment d'importance pour le coup, je voulais juste connaître la suite.

En parlant de se plonger dans l'histoire, ça a été un peu difficile. Je ne sais pas spécialement pourquoi (peut-être à cause de la plume) mais il m'a fallu un peu de temps pour vraiment me perdre dans le récit.

Pour revenir sur l'histoire, comme dit plus haut, l'histoire se base sur un sujet délicat et que je considère comme «casse-gueule». Au moindre faux pas le roman peut perdre toute sa crédibilité et selon comment les choses sont mises en place, c'est le genre de sujet qui peut blesser certaines personnes.
Mais heureusement, j'ai trouvé que Monica Murphy s'en est bien sortie, ce que je considère sincèrement comme étant un très bon point. Elle a bien su «doser» les choses, rendre cet aspect de la lecture réaliste et impactant (ça se dit?). Elle ne nous a absolument pas donné une impression de «le nouvel homme idéal est le fils du gars qui a brisé une part de vous à vie...». Justement, dans la note qu'elle laisse au lecteur au début, elle nous dit à quel point elle a toujours été fascinée par ces Hommes qui commettent des actes aussi monstrueux et qu'elle ne les minimise pas dans son roman... J'ai apprécié le fait qu'elle précise bien qu'elle n'essaie pas de rendre ce sujet «glamour» car je trouve que mine-de-rien beaucoup de personnes auraient penser le contraire pour telle ou telle raison.
Bref, je m'arrête là concernant ce point (je crois que vous avez compris là où je veux en venir) et je passe toute-de-suites aux personnages.

Je les ai vraiment apprécié, ils sont attachants et ils ont réussi à me toucher. Comment aurait-il pu en être autrement? Je n'ai rien de plus à dire (oui, vraiment rien) mais ils valent vraiment la découverte.

Je ne suis pas la plus grande fan de dark romance. Mais la relation entre Katherine et Ethan/Will a été intéressante à découvrir (et addictive, j'avoue). [spoiler]Ça doit être horriblement difficile d'aimer le fils de son bourreau. Mais l'aimer sans le savoir dans un premier temps doit être pire.[/spoiler]

Je recommande cette romance à ceux qui ont apprécié celle de Ten Tiny Breaths de K.A. Tucker puisque le concept est le même.

Honnêtement, je ne sais pas si je lirais la suite rapidement mais un de ces quatre, je le ferai c'est certain. Parce que vu comment ça se termine, je ne peux pas imaginée une seule seconde de ne jamais connaître la suite de cette histoire.

En parlant de la fin, celle-ci est en tout point ce que j'attendais qu'elle soit, même si c'était assez prévisible [spoiler]mais en même temps, ce n'est pas comme si on pouvait s'attendre à une autre réaction de la part du personnage. J'aurais sûrement été déçue si Katherine avait réagi autrement; sa réaction fasse à la découverte du fait qu'Ethan et Will sont la même personne convient à son personnage et n'importe qui saint d'esprit réagirait ainsi, je pense.[/spoiler]

En conclusion, Never Forget est un roman qui mérite la découverte et qui plaira très sûrement aux fans de dark romance. Le sujet très sérieux aurait pu être une faiblesse pour ce roman mais l'auteure a su en faire sa force.
Je serais curieuse de découvrir la suite (un de ces jours).

par Sheo
Jackaby Jackaby
William Ritter   
En lisant le résumé et en voyant les commentaires comparant ce livre à Sherlock et à Doctor Who, j'ai été tout de suite emballée, sentiment qui n'a pas manqué à la lecture. JACKABY nous fait suivre Abigail Rook, une jeune femme anglaise ayant quitté sa famille il y a quelques mois en quête d'aventure, qui se retrouve un peu par hasard en Nouvelle Angleterre, le tout en 1892. En cherchant un emploi, elle fait la rencontre de Jackaby, détective aussi mystérieux qu'étrange.

Pour commencer j'ai adoré le contexte historique du roman. Je lis peu de roman se passant dans le passé, mais ça n’empêche pas mon amour pour ces derniers. Les descriptions associées à ce contexte m'ont vraiment transportées dans l’univers du livre et j'ai vraiment eu envie de voir les lieux nommés, notamment la maison/bureau de Jackaby qui à l'air à la fois magnifique et étrange.

L'histoire m'a également beaucoup plu, on suit une enquête pendant tout le roman, mais de nombreux événements viennent apporter des indices tout du long. A un moment j'ai même cru avoir deviné le coupable, mais l'auteur m'a surprise avec le véritable meurtrier! J'ai également adoré les moments où l'enquête n'avait pas lieu, comme les conversations entre Jenny et Abigail.

L'aspect fantastique est présent mais sans être l'élément principal de l'enquête. En effet, la plupart des personnages sont très sceptiques quant à l'existence de créatures fantasques tel que les loups-garous, les fées et autres. J'ai beaucoup aimé cet aspect, car il empêche le fantastique d'avoir une trop grande importance, mais en étant tout de même développé pour ces personnages n'y croyant pas. Je pense par exemple aux banshee que je connaissais, mais qui ici ont vraiment leur histoire approfondie.

Les personnages sont d'un côté très intéressant, et de l'autre banal. En effet, Jackaby m'a beaucoup fait penser à Sherlock de la série BBC, mais il avait quand même des caractéristiques différentes comme une ouverture aux gens, un caractère plus agréable et fantasque. Abigail est très banal en soit, mais elle veut prouver à ses parents qu'elle peut faire autre chose que trouver un mari pour l'entretenir, et elle apparaît comme féministe d'après moi. A chaque remarque sexiste elle répondait avec une bonne répartie tout en contredisant son interlocuteur, ce que j'ai vraiment apprécié. De plus, j'ai trouvé qu'elle se remettait en question à de nombreuses reprises, ce qui est très mature et bien souvent absent chez les personnages. Pour finir, j'avoue que j'ai un petit coup de cœur pour Charlie Cane, ce jeune détective gentil et attentif dont on ne sait pas beaucoup finalement. Évidemment sous le regard d'Abigail Rook, Charlie apparait très charmant, et j'ai vraiment hâte d'en savoir plus sur lui. Enfin, mention spéciale à Jenny et Douglas, qui j'espère seront plus développés par la suite, car j'ai vraiment adoré Jenny, peut être même plus qu'Abigail.

Clairement j'ai adoré ce roman. JACKABY est drôle, intriguant, addictif et agréable à lire, on le compare beaucoup à Sherlock mais finalement c'est différent sur de nombreux points. La lecture se fait comme sur un nuage, en suivant calmement l'enquête depuis chez nous, au chaud. J'aurais quand même aimé plus de diversité dans ce roman, même si l'époque s'y prête peut-être moins que la notre (en raison des mentalités d'époque plutôt raciste/homophobe/transphobe et autres). Je sort de cette lecture heureuse et avide d'en découvrir plus sur la superbe série de William Ritter!
Samantha Watkins ou Les chroniques d'un quotidien extraordinaire: Tome 1 : Pas le choix Samantha Watkins ou Les chroniques d'un quotidien extraordinaire: Tome 1 : Pas le choix
Aurélie Venem   
J'ai dévoré et savouré ce premier tome et ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu de romans aussi addictifs.
Enfin une histoire où l'héroïne ne tombe pas dès les premiers chapitres dans les bras de son vampire ou autres.
On peut dire qu'Aurélie sait ménager le suspens. Tout le long de ma lecture, je me suis demandée si Samantha allait avoir ou pas, une romance avec le ténébreux et dangereux vampire Phoenix.

L'auteure a réussi à dépeindre les sentiments de Sam avec un tel brio que je n'ai eu aucun mal à les ressentir. J'avais peur avec elle, j'avais les mêmes angoisses qu'elle et je n'ai jamais eu de problème pour m'imaginer toutes les situations dans lesquelles elle se mettait.

J'ai beaucoup aimé l'évolution de Samantha. Cette jeune femme, d'un peu moins de 30 ans, qui était introvertie, renfermée sur elle même, qui durant toute sa vie se contentait de subir sans jamais se rebeller et qui se révèle tout autre en côtoyant Phoenix.

Il faut dire qu'il ne la ménage pas et a su révéler la battante qui était en elle. Je dois avouer que j'ai beaucoup ri avec les réparties et les pensées de Sam qui ne mâche pas ses mots (et surtout, le regrette souvent après).

Phoenix, quant à lui, est un vampire plutôt renfermé, il ne dévoile pas ses sentiments, on se demande même s'il en a!! Mais la proximité de Samantha va le dérider un petit peu et surtout le mettre dans des colères noires, à cause de son manque de tact pour s'adresser à un vampire limite coincé (j'ai adoré)...

Le reste de ma chronique ici :
http://imagination-elfie.blogspot.fr/2014/10/samanta-watkins-ou-les-chroniques-dun.html

par elfie81
Royal Saga, Tome 1 : Commande-moi Royal Saga, Tome 1 : Commande-moi
Geneva Lee   
Découvrez notre avis en intégralité (Les + et les -) sur : http://wp.me/p6618l-4rm

LECTURE COMMUNE
(Helle) : Tu en es où de notre lecture commune ?
(Marina) : Un quart du livre, le prince est sur le point de sauter l’héroïne. Moi qui croyais que c’était un historique, j’étais à côté de la plaque.
(Helle) : Je l’ai presque terminé, je n’arrive pas à le lâcher. Par contre, on voit clairement l’influence de « Grey »
(Marina) : Ah bon ? Oui, peut-être… Pour le moment, il est plus SM de « Sa Majesté » que « Sado Maso », mais tu as peut-être raison. Il fait Bad Boy le prince, il a l’air du style à lui coller une fessée.

Un quart d’heure plus tard :
(Marina) : Oh putain oui, tu as raison : il garde la chemise ! Il va nous faire le coup des cicatrices de GREY…
(Helle) : Ouais…. Et ça casse le truc un mec à poil avec un tee-shirt.
(Marina) : Tu m’étonnes… Un mec la teub à l’air, c’est tout nu… Sinon ça casse le fantasme quand tu le visualises… Mais il est chaud bouillant, on lui pardonne.

Une heure plus tard :
(Helle) : Je vais me poser pour le terminer. Je suis à fond dedans.
(Marina) : M’en parle pas, j’en suis à la moitié et je suis en mode « Ne pas déranger ». Je sais déjà que je ne pourrais pas le lâcher avant de l’avoir terminer.
(Helle) : C’est ça !!! C’est le genre de livres, t’es trop contente de le lire en week-end pour ne pas être obligé d’arrêter ta lecture pour aller bosser.
(Marina) : Tu m’étonnes !!! J’adore !
(Helle) : Pareil ! Mais beaucoup vont critiquer les similitudes avec GREY
(Marina) : On s’en fout, on a l’habitude d’être à contre courant… Et puis, j’ai adoré GREY, alors j’assume totalement d’aimer celui-là !!

Deux heures plus tard :
(Marina) : Putain, Heeeeeelle !!! Tu aurais pu me prévenir pour cette fin ! Il est minuit et il me faut un défibrillateur tellement j’ai le cœur qui bat à 100 à l’heure !!! On va être obligées d’attendre le 9 juin pour la suite ???? Sniiiiiifffff….. Comment je fais pour m’endormir maintenant ?????
(Helle) : Ch’ais pas… Comptes les moutons ? J'ai de la compagnie ce soir pour m’aider à trouver le sommeil, donc ça devrait aller pour moi…

Sorcière du Sud, Tome 1 : Apprentie Sorcière Sorcière du Sud, Tome 1 : Apprentie Sorcière
Kimberly Frost   
Une très belle découverte, une surprise inattendue. Ça faisait quelques mois que je voyais la couverture m’appeler, le résumé met ce qu’il faut pour nous tenter. J’ai alors glissé l’extrait et je me suis laissée prendre au jeu, je vous invite à le découvrir, il donne le ton du roman, mais surtout vous fera craquer pour son héroïne.

Tammy Jo a 23 ans et devrait déjà avoir reçu ses pouvoirs de sorcière… sauf que ce n’est toujours pas le cas. Alors qu’elle s’est fait une raison et qu’elle a développé un autre art, celui de la pâtisserie, son petit monde va être bouleversé. Sa petite vie normale, c’est finit. La ville connait un vent de panique, tout part en sucette si je peux me permettre : des vols, des attaques étranges… On va lui dérober son médaillon, celui qui rattache le fantôme de sa grand-mère à la famille Trask. A partir de là, elle est prête à tout.

Tamara est une jeune femme avec un petit grain de folie, un humour pétillant et plein de peps, impossible de ne pas l’adorer. Elle est tellement drôle, elle balance souvent tout ce qui lui passe par la tête, un peu dans le genre de Charley Davidson. Elle est très attachante et malgré le « triangle » amoureux, je n’ai pas décroché une seule seconde.

Cela pourrait être le bémol car je déteste profondément les triangles, les héroïnes indécises qui se tapent tous les beaux mecs. Il y en a peu que j’accepte en littérature : Alex Craft, Felicity Atcock et maintenant celui de Sorcière du Sud. Car d’un côté nous avons l’ex-mari Zach, celui avec qui elle entretient toujours quelque chose. Elle est folle de lui depuis qu’elle a 10 ans, mariés jeunes et à 20 déjà divorcés, on comprend que ce genre d’histoire ne se termine pas comme ça. De l’autre, nous avons Bryn Lyons, l’interdit d’après la fameuse liste de la famille. Si Zach a un côté alpha, protecteur, dominateur, Bryn est plus sournois et plus gris comme personnage, impossible de savoir s’il est bons ou mauvais. Même si la balance pèse plus pour le bon dans ce premier tome, aucun de ses actes ne semble désintéressés. Il est vraiment complexe, là où Zach semble entier : tout ou rien. Difficile alors de lui en vouloir, difficile pour nous de trancher, la suite nous le dira, qui des deux la mérite.

Le reste des personnages est tout aussi attachant, on a vraiment un panel de potes, connaissances, famille autour de l’héroïne qui lui donne beaucoup de consistance et d’authenticité. On est dans une petite ville qui finalement est elle-même un « personnage clé ». L’intrigue part un peu dans tous les sens, elle attire franchement des catastrophes, tout s’accumule et ne semble pas se résoudre. Puis finalement, tout trouve une réponse. Kimberly Frost a su faire de son histoire, un urban fantasy bien ficelé avec la dose d’action, de romance, de suspens, d’amitiés… ce qui donne un récit hyper addictif que j’ai eu du mal à lâcher.

La preuve je continue avec le tome 2. Je recommande chaudement aux amoureux d’urban fantasy, c’était vraiment du très bon ! Une saga prometteuse, j’espère être, tout aussi emballée avec la suite.

[spoiler]{ Avis sur Follow The Reader }
[/spoiler]

par LLyza
Pouvoirs obscurs, Tome 1 : L'Invocation Pouvoirs obscurs, Tome 1 : L'Invocation
Kelley Armstrong   
Surexcité à l'idée de découvrir la nouvelle trilogie de Kelley Armstrong, dont je n'avais cesser d'entendre parlé sur les sites. Je l'ai acheté dès sa sortie chez nous, heureuse comme un rien de pouvoir le tenir enfin dans mes petites mains et de me dire faites que je ne sois pas déçue.
Eh ben je ne le suis pas, je trouve qu'on a peu de roman sur les nécros et les zombies, c'est vrai que ce genre d'univers est un peu glauque et fous les jetons mais bon j'ai besoin de ma dose d'adrénaline et là je l'ai eu.
Bon on commence l'histoire avec Chloé, toute petite qui suite à sa baby-sitters doit descendre dans la cave alors que c'est là ou ce cache les fantômes de la maison qui la terrorise.
Suite à sa on la retrouve, jeune ado, vivant une vie normale mais plus pour longtemps car elle se fera poursuivre par un fantôme dans les couloirs de son lycée et ce fera interné à Lyle House, une maison de fou pour adolescent mais remplie de mystère. Elle fera la connaissance de Liz, Rae, Simon, Derek et Tori tous pensionnaire dans cet institut.
Bon je vous ai restituer le contexte mais j'ai adoré ce roman, sombre et envoûtant je me suis laisser bercer par le style de l'auteur que j'ai pu retrouvé avec grand plaisir.
Un roman fort mature, ou magie et horreur ce mêle. Je regrette juste qu'il n'y ai rien entre Simon et Chloé je trouve qu'ils iraient trop bien ensemble.
Enfin, un roman superbe ou lorsque le deuxième sortira je me jetterai dessus, d'ailleurs ce dernier est dans le défi du mois :-).

Marquer les ombres Marquer les ombres
Veronica Roth   
«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.
Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.
Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...
Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.
Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!
D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?
C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.
Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"
Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.
Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.
Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^
Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.
Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)
Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.
(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)
Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.
Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.
Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺
BREF.
Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.
Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.
Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺
J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).
Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.
[spoiler]Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?[/spoiler]

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. [spoiler]Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?[/spoiler]

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.
Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

par Sheo
I Hate U Love Me, Tome 1 I Hate U Love Me, Tome 1
Tessa LL. Wolf   
Un avis + détaillé sur : https://wp.me/p6618l-9GC


{Julie}

Je vous présente un de mes coups de coeur !

Une histoire saisissante de Tessa Wolf !

Quelle claque ce premier livre de la Saga « I Hate U Love Me » ou « IHULM » pour les intimes !!!!

Mais comment est-il possible de s’aimer avec une telle force en se faisant autant de mal ?

J’ai englouti, page après page, en vivant à 200% les émotions de chaque personnage. Elena – Farès deux âmes que tout opposent au départ, et pourtant leur relation va devenir intense au-delà du passionnel !

[...]

Les mots me manquent pour décrire Farès tellement ce garçon/homme est complexe, profond, sauvage, secret. Il ne peut pas vous laisser indifférente ! Je me suis dit au début : « Oh ! C’est quoi ce type ? , puis « Il est fou ! » et je ne me suis pas arrêtée là … Comme moi je pense, vous aurez envie de vivre les beaux moments d’amour mais, vous allez aussi le détester. Lorsqu’il veut blesser, toucher, il n’a aucune pitié, il vise verbalement ou physiquement où ça fait le plus mal. Votre langue vous brûlera de lui dire ses quatre vérités !

[...]

A la fin du livre, ce fut le cri du coeur : Non ! Pourquoi tant de violence, d’injustice, de mensonges ? Tessa Wolf m’aura faite passer par toutes émotions possibles avec ce premier tome. A tel point que je me suis précipitée pour lire la suite, parue il y a quelques jours.

A très vite, pour mon avis sur le second opus de cette trilogie.
Infinite ∞ Love, Tome 4 : Nos infinies insomnies Infinite ∞ Love, Tome 4 : Nos infinies insomnies
Alfreda Enwy   
MAGNIFIQUE!! J'adore cette auteure, toutes ces histoires ont de l'émotion, de superbes personnages (féminins et masculins), les personnages secondaires aussi sont géniaux! Whaou j'ai vraiment adoré ma lecture, j'avais adoré les tomes précédents mais celui-ci fait parti de mes préférés de la saga!
Points forts : la forte personnalité du personnage masculin et je dirais également du personnage féminin malgré ce qu'ils ont vécu tous les deux. Les émotions sont superbement bien décrites, on est happé par l'histoire du début à la fin! On ne s'ennuie jamais, l'idée de la liste est toute mignonne. L'épilogue de la fin avec le point de vue de Delsin est le point finale qu'il fallait c'était magique!
Poinst faible : et ba il n'y en a pas!
Pour tous ceux qui aiment les romances et le new adult et ba n'hésitez pas! Ce livre vaut le coup! Ainsi que toute la saga, cette auteure a une façon de conter les choses avec brio!

par xuxu
Hard Ink, Tome 1 : De plus en plus mâle Hard Ink, Tome 1 : De plus en plus mâle
Laura Kaye   
J'ai été agréablement surprise par ma lecture de '' Hard Ink, De plus en plus mâle ''. Si vous avez bien aimer KGI de Maya Banks vous ne serez pas déçu par ce tome. Il y avait du suspense, du mystère, de l'action, de la romance, des scènes super chaudes entre Nick & Becca. Le tout avec un brin d'humour, des moments de tendresses beaux comme tout. C'était une lecture agréable, intéressante & captivante qui nous offres un beaux mélange. Des ex-militaires, un peu de tattoo, un but commun, une mission pour tout réparer ça ne peut qu'être bon. Et puis je dois dire que la romance est juste parfaite, sans tomber dans la grosse romance bonbon, le tout reste très mignon. Nick & Becca sont beaux & touchants ensemble. J'ai eu un gros coup de cœur pour Becca, elle est juste fantastique, elle m'a beaucoup plu tout au long du roman. Nick aussi est un personnage intéressant sous ses airs de gros dur dans sa vie un peu perdu au contact de Becca tout change pour lui et c'est vraiment super de voir c'est deux-là ensemble. Les personnages secondaires ici sont tout aussi agréables & donnent un gros plus à l'histoire. Bref j'ai passer un super moment avec la team Hard Ink. Bien hâte de lire le prochain tome pour savoir où tout ça va nous mener.

par Marieno89