Livres
467 086
Membres
431 907

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Infrarouge



Description ajoutée par ninanina 2010-06-15T23:02:04+02:00

Résumé

Artiste et reporter-photographe, Rena Greenblatt rejoint à Florence son père Simon et sa belle-mère Ingrid pour une semaine de promenades parmi les splendeurs de la Renaissance.

Mais l'idylle n'est pas au rendez-vous. Naguère scientifique brillant, Simon est désormais un homme fatigué à l'élocution hésitante, et sa femme - solide nature batave - semble peu réceptive aux chefs-d'oeuvre toscans. Le couple parental traîne la patte. Et Rena, toute au regret de Paris et de son jeune amant Aziz, s'impatiente. Alors lui viennent quantité de souvenirs, fantasmes et pensées secrètes qu'elle ne petit partager qu'avec Subra, son "amie spéciale", son double, son invisible confidente.

Seule Subra sait à quels infrarouges réagit Rena : désir et déchirements de la maternité, beauté et liberté du sexe, émotion devant les corps masculins débarrassés de leurs oripeaux machistes, et que Rena adore photographier dans l'abandon de la jouissance... Des chapitres vifs et brefs mêlent présent et passé, révoltes en banlieue parisienne (on est en octobre 2005) et insurrection intime, retours du refoulé - l'enfance émerveillée et endolorie, l'adolescence saccagée - et mirages de la clairvoyance.

Ainsi, infrarouge raconte deux voyages : celui, désopilant, de vacances ratées, et celui, plus sombre et passionné, qui explore les liens et les conflits familiaux, les codes féminin et masculin, les archétypes trompeurs et les vérités inavouées.

Afficher en entier

Classement en biblio - 20 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Biquet 2012-03-18T14:08:56+01:00

Ben voilà, lui répond Rena. Il ne servirait à rien de lui rappeler, comme je l'ai déjà fait à maintes reprises, que mes quatre maris - Fabrice l'Haïtien, Khim le Cambodgien, Alioune le Sénégalais, et Aziz l'Algérien - sont tous, de par l'insigne générosité de la colonisation française, francophones. Mes amants québécois aussi, du reste : tous les professeurs, camionneurs, serveurs, chanteurs et autres éboueurs dont les "T'es belle", "Donne-moi un p'tit' bec", "Chu tombé en amour avec toué" ont scandé mes années adolescentes... Je les préférais à mes anglophones voisins et camarades de classe, trop sains à mon goût, qui abordaient le sexe avec la même application que le jogging - quoique en enlevant leurs baskets le plus souvent -, me faisaient subir en pleine action un interrogatoire sur la nature et l'intensité de mon plaisir, et se douchaient aussitôt après l'orgasme.

Ce doit être depuis cette époque que la langue anglaise agit sur toi comme une douche froide ! suggère Subra.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par bookemixer 2015-03-27T10:07:44+01:00
Bronze

Excellent exercice d'écrivain entre présent (culturel) et passé (sexuel). Je me souviens de l'ouvrage des variations Goldberg (un des plus beaux ouvrages de l'auteure pour moi). La poésie ne résulte pas toujours de "phrase pure", elle se situe dans le fond de l'écriture. Trés bel ouvrage à mon sens.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mietje 2012-07-27T18:10:50+02:00
Bronze

En général j'aime beaucoup les livres de Nancy HUSTON. C'est dommage qu'elle a sacrifié à la mode du moment. Il n'est pas nécessaire d'aller aussi loin dans le détail, en littérature, pour nous expliquer ses angoisses sexuelles de la cinquantaine.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Biquet 2012-03-30T09:37:18+02:00
Argent

On pense d'abord qu'il s'agit du journal d'une nymphomane. Mais peut-être n'est-ce pas exactement cela, cependant on y parle beaucoup de sexualité et de pénis. Cette nymphomane serait-elle doublée d'une schizophrène car la petite voix intérieure Subra, nous donne constamment un avis différentiel et critique sur la vie de l'héroïne. Au fur et à mesure que se déploie le récit, on se rend compte que tout ceci n'est qu'un stratagème pour décrire la masculinité, le machisme des amants, du frère et du père. On apprend peu sur les femmes mais beaucoup sur les mecs. Nancy Huston nous nous offre donc un autre monologue de femme où la sexualité et les grossesses servent de révélateurs parfois photographiques au comportement des partenaires masculins. Tous ces événements de vie sont remémorés lors de différentes visites dans des musées et églises de Florence et de ses environs. L'usage de l'annonce d'émeutes dans les banlieues parisiennes était sensée nous ramener dans le monde des autres jusqu'à ce qu'on apprenne la maladie du père: fin du récit. Le style de la description est serré, sec et précis comme d'habitude chez Huston. Les paragraphes sont courts autosuffisants. Le format Actes Sud ajoute une jouissance manuelle, mais nous y sommes habitué.

Dans le même registre de monologues féminins j'avais déjà lu avec plaisir "Cantique des plaines", "Les Variations Goldberg", "Dolce Agonia" et surtout "L'empreinte de l'ange". Pour ce qui est de cette tranche de vie-ci, j'ai moins accroché.

Afficher en entier

Date de sortie

Infrarouge

  • France : 2012-04-27 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 20
Commentaires 3
Extraits 17
Evaluations 3
Note globale 7 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode