Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Inquiche : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
L'Œuf de dragon L'Œuf de dragon
George R. R. Martin   
Pygmalion a trouvé sa cocotte aux œufs d'or et fait payer un max pour chaque écrit de R.R.Martin... je trouve ça tellement rageant ! (et dire que l'intégral 5 n'est même pas encore prévu dans les sorties à l'heure où j'écris...)
En tout cas, je ne me suis pas fait avoir, et j'ai emprunter la présente nouvelle (oui, c'est une nouvelle, et non un roman à part entière, malgré ce que veux nous faire croire Pygmalion) à un ami, ce qui fait que je peux parler de la nouvelle sans avoir l'arrière-goût du prix dans la bouche.

Bien, que dire a part que Martin est un génie ? Il gère parfaitement le format réduit de la nouvelle : son récit est bien construit, intéressant du début à la fin, bien ficelé avec sa palette de personnages et d'intrigue comme on les aime...
Des trois nouvelles de Dunk et l'Œuf, c'est celle-ci que je trouve la plus complète et la plus intéressante, et elle restera ma préféré pendant encore un moment je pense ! :)

(allez, Martin, écrit ce foutu sixième bouquin ! Tu peux le faire !!)
Les Aventuriers de la mer - Intégrale, tome 1 : L'arche des ombres Les Aventuriers de la mer - Intégrale, tome 1 : L'arche des ombres
Robin Hobb   
Moi qui ai adoré les cycles de L’Assassin Royal, j’ai pris du temps avant de me lancer dans la lecture des Aventuriers de la Mer, trilogie prenant place dans le même univers que l’AR et au milieu des deux premières trilogies de l’AR. Et j’ai regretté de pas avoir lu avant ! Effectivement, il s’écoule 15 ans entre les deux trilogies de l’AR et les Aventuriers de la Mer les comblent en partie, mettant en scène des personnages que l’on retrouve ensuite dans l’AR (notamment dans Le Fou et l’Assassin, dernière trilogie de l’AR). Et je pense que j’aurais bien mieux apprécié et compris les personnages croisés dans le Fou et l’Assassin si j’avais lu les Aventuriers de la Mer avant… enfin, tant pis.
J’en ai pensé quoi, finalement ? Benkecétébi1kool. Quelques longueurs à la lecture, avec des dialogues redondants, des états de conscience des personnages qui se répètent, des scènes plus ou moins longuettes… mais, globalement, chaque discussion, chaque action, chaque scène a son impact sur la narration du livre (une idée de « destin » qui sied bien à l’univers de R. Hobb) et mène à ce final dingos du tome 1. Si j’ai pris mon temps pour lire les ¾ du livre (il est plutôt costaud faut dire), le dernier quart a été dévoré en une soirée tant les événements, les personnages, convergeaient dans une même direction pour se rencontrer en explosant.
Ce tome 1 a un goût d’introduction des personnages (R. Hobb ayant analysé et présenté ses personnages le plus finement possible, mettant aussi bien en scène une jeune femme égoïste, mais indépendante, un homme autant dévoré d’ambition que d’affres du passé, un père de famille persuadé qu’il faut éloigner les femmes de la gestion de la société pour les protéger des souffrances de celle-ci, une Vivenef (un bateau vivant quwé) déchirée entre ses peurs et ses espoirs, une enfant souhaitant devenir une adulte trop tôt au goût de sa mère, un jeune homme écartelé entre sa foi et ses devoirs… bref, des personnages aussi variés que hauts en couleur, avec jamais un personnage qui ne semble creux) mais promet pour les deux prochains tomes un concentré d’action, d’approfondissement des personnages et de convergences des événements.

par louji
Les Cantos d'Hypérion, Tome 1 : Hypérion 1 Les Cantos d'Hypérion, Tome 1 : Hypérion 1
Dan Simmons   
J'ai commencé ce livre en me disant : "tiens, je vais tester un bouquin de SF", et connaissant Dan Simmons de réputation (et Hyperion aussi). C'était pour moi un genre de prélude avant d'aborder un nouveau genre jusqu'alors inconnu.
Dès le début, j'ai été un peu effrayé par ces termes étranges, ce jargon propre à un roman de SF ; les mégatrans, les distrans, les persocoms, les extros, l'Hégémonie, le Retz...
Puis j'ai réussi à m'y faire, peu à peu... J'ai découvert les histoire de chacun des protagonistes, et j'ai compris en quoi consisterait le roman.
Mais là, j'ai été foutrement émerveillé par la qualité de chacune des parties, qui sont en elles-mêmes tout autant d'œuvres relativement indépendantes autour du monde créé par Dan Simmons ; par la différence radicale de genre et de narration, de vie et d'imagination entre chaque histoire.
Chaque récit est prenant d'un bout à l'autre, l'écriture de l'auteur n'est pas du tout lourde et compliquée (ce que je craignais en lisant de la SF), et je suis peu à peu parvenu à me sentir à l'aise dans cet univers assez particulier. L'histoire principale et celles qui s'y entremêlent sont tout sauf superficielles ; chaque point de vue et chaque subjectivité y est développée, analysée, la singularité de chaque personnage est respectée et sa psychologie mise en avant dans chaque récit ; et l'imagination de l'auteur est stupéfiante à chaque page.
A la fois, comme c'est le premier SF que je lis, je suis peut-être émerveillé par quelque chose qui est commun à beaucoup d'auteurs de SF. Je le saurais quand j'aurais poussé plus loin mon exploration du domaine.
Dans tous les cas, avant ça, je vais m'empresser de lire la suite de l'histoire ; car arrivé à la fin d'Hypérion, l'histoire ne fait que commencer...
Bilbo le Hobbit : Illustré par Alan Lee Bilbo le Hobbit : Illustré par Alan Lee
J. R. R. Tolkien    Alan Lee   
Bon, soyons clair, je ne vais pas révolutionner la critique sur Bilbo le hobbit. Cohérent avec mon classement en liste de diamant et donc avec moi-même, ce qui n'est déjà pas si mal, je vous le dis tout net : c'est une lecture incontournable pour tout amateur de fantasy.
J'ai découvert "L'histoire d'un aller et retour" après le Seigneur des Anneaux. Le style est plus destiné à des enfants, c'est certain. Pour autant, on sent déjà planer sur le roman l'ombre de non-dits qui seront éclairés dans le SdA.
Non-dits très bien portés à l'écran par Steve Jackson, d'ailleurs. De bonnes idées pour son adaptation cinématographique. Et de très mauvaises, qui m'ont fait éclater de rire en pleine salle tant c'était grotesque (Beorn l'ours volant, par exemple, ou l'orc blanc [excellente idée au demeurant] à la brasse plus puissante qu'un épaulard...).
Bref, ce livre est tellement bon qu'il fait partie des deux livres de fantasy que j'ai lu le soir à mes enfants - le deuxième étant "l'Histoire sans fin".
Aventures, humour, poésie, émotions et grandeur... Il faut bien faire leur éducation à ces petits.
Et puis, il faut lire les classiques. C'est comme les fruits et légumes, c'est bon pour la santé.

par ajc2ht
Les Aventuriers de la mer, Tome 1 : Le Vaisseau magique Les Aventuriers de la mer, Tome 1 : Le Vaisseau magique
Robin Hobb   
de la grande aventure avec des marchands et des pirates,mais des personnages vrais au quels ont s'attachent et d'autres que l'on aimerais voir se faire dévorer par les serpents de mer !! c'est de la grande fantasy,du bois sorciers,des vifnefs et althéa !! extra !!
L'Assassin Royal - Première époque, tome 1 L'Assassin Royal - Première époque, tome 1
Robin Hobb   
Quand j'ai débuté la série, le titre m'évoquait une intrigue s'associant à ce qu'on trouve de plus récurrent dans la thématique des assassins. Or, l'univers est plus terre-à-terre que ce à quoi je m'attendais et bien que je ne sois généralement pas attiré par les livres écrits à la 1ère personne, il n'y a rien à dire ici tant Robin Hobb maîtrise son art. L'écriture est parfaite, l'intrigue est captivante, l'immersion est quasi-immédiate, les personnages sont attachants et rien que le 1er intégrale a su m'arracher plus de larmes qu'un livre ne m'ait jamais tiré.

[spoiler]Je n'ai jamais été autant bouleversé que durant le passage où Fitz réclame sa mère, alors qu'il se croit abandonné par Umbre. [/spoiler]

Pour conclure, je dirais que l'intégral est impressionnant non pas par sa masse, mais par son contenu. Robin Hobb est incontestablement un prodige de l'écriture.


par Lain_se
Boudicca Boudicca
Jean-Laurent Del Socorro   
Boudicca, c'est l'histoire d'une femme qui a grandi sans mère, morte en la mettant au monde, et sans l'affection de son père, qui semble ne pas être parvenu à faire le deuil d'Andraste son épouse. Boudicca, c'est l'histoire d'une femme éprise de liberté. C'est cette Reine des Icènes qui a osé s'opposer à la puissance de Rome. Une femme multi facettes: reine, épouse, guerrière, mère. Une femme passionnée, qui met à coeur d'exceller dans chacune de ces fonctions. Mais qui est-elle ? Parfois, même elle l'ignore.
» Tu es entière et immuable et pourtant si pleine de doute sur toi-même. Crois-moi, tu es une personne comme il y en a trop peu. Boudicca, ne laisse ni les hommes ni les dieux te faire croire le contraire. » (p. 175)
Car oui, mentionnée par Tacite et Dion Cassius, Boudicca (aussi connue sous le nom de Boadicée) est une figure historique, bien que les sources la concernant soient maigres. Une statue la représentant est d'ailleurs visible à Londres.
Jean-Laurent del Socorro nous livre un portrait fascinant de cette femme insoumise, teintant son récit de magie grâce à la présence des druides, sans jamais dénaturer l'Histoire. de sa naissance à sa mort, Boudicca reste toujours la même, comme animée d'un feu intérieur dont la moindre étincelle peut la transformer en incendie dévastateur.
J'ai été emportée, transportée dans cette vision de la vie de Boudicca. Vraiment. le style immersif de l'auteur, direct, simple (et surtout pas simpliste) et soigné, est véritablement addictif. Malgré ses défauts, sa fierté parfois mal placée, Boudicca est un personnage auquel je me suis attachée.
Ce deuxième roman de del Socorro est une nouvelle merveille. À lire absolument!

par Virginy
Histoire de la Terre du Milieu : le premier livre des contes perdus Histoire de la Terre du Milieu : le premier livre des contes perdus
J. R. R. Tolkien   
Un très beau livre de Tolkien pour tout fan qui veulent en savoir un peu plus sur l'univers crée par celui ci. Les contes sont pour la plupart interessants et les notes a la fin sont les bienvenues ! Bref a lire !

par ludo
Préludes au Trône de Fer : Le Chevalier errant, suivi de L'Épée lige Préludes au Trône de Fer : Le Chevalier errant, suivi de L'Épée lige
George R. R. Martin   
J'ai connu Le Trône De Fer par le biais de l'adaptation en série télévisée Game Of Thrones et j'ai donc voulu lire cette passionnante saga. J'ai donc décidé de commencer par ce prélude (logique). Je dois dire que j'ai été assez surprise en bien comme en moins bien (d'où mon classement). Une chose est sûre, il est indéniable que GRR Martin sait écrire et plutôt bien même !
Tout d'abord, Le chevalier errant :
Je m'attendais à être plongée dans une sorte d'initiation aux bases (intrigues, complots etc...) de la saga. Et bien non que nenni ! Me voilà embarquée (80 ans avant que la saga ne commence) en plein coeur d'un tournoi aux côtés de Dunk, un chevalier errant, brave et un peu couillon sur les bords (terme affectueux ici) et qui a le code d'honneur de la chevalerie dans les veines.
C'est une nouvelle que j'ai trouvé agréable à lire dans l'ensemble, pleine d'actions même si je reproche tout de même une description trop poussée de toutes ces innombrables familles. Une mère n'y retrouverait pas son petit !

Quant à la suite, L'épée lige :
Que dire... C'est une nouvelle bien paresseuse, où je me suis ennuyée pendant plus de la moitié du récit. L'intrigue peine vraiment à se mettre en place et ce n'est que lorsque [spoiler]Dunk arrive chez la Veuve Rouge[/spoiler] que j'ai commencé à ressentir (enfin) du plaisir et où j'ai pu mesurer l'importance des intrigues de toutes ces Hautes Gens...
En somme, j'ai un avis assez mitigé quant à ce prélude mais le meilleur reste à venir...

par Nadia974
Un éclat de givre Un éclat de givre
Estelle Faye   
Comme le résumé le souligne, nous allons suivre Chet dans un Paris post apocalyptique qui s’est plutôt bien remis, car même si beaucoup de choses ont changées dans la capitale, on y retrouve la vie parisienne, les lieux emblèmatiques de la ville et une population importante et hétéroclite.

J’ai dévoré ce livre en quelques heures pour un gros point positif : L’ambiance. Le Paris présenté est absolument génial et chaque page est truffée de bonnes idées originales. Les personnages sont très attachants et on sort vraiment des sentiers battus habituels (avoir comme personnage principal un homme bi-sexuel se travestissant pour chanter du jazz dans des bars, c’est inhabituel).

paris-tour-eiffel-apres-apocalypse.jpgL’histoire est secondaire et on le ressent surtout dans la deuxième moitié du récit. Je n’ai pas vraiment adhéré à l’intrigue dans les dernières pages, lorsque l’enjeu nous est présenté.

À la fin, nous restons avec beaucoup de questions sur le personnage principal et sur son amie. Si Chet a évolué le long du roman, on a tout de même le sentiment que son chemin n’est pas fini.

Je me dois également de préciser que ce roman n’est pas destiné à de jeunes lecteurs. Tout d’abord car on est beaucoup dans du descriptif de ce que voit et ressent Chet, et également car nous avons beaucoup de ses réflexions amoureuses et sexuelles (et quelques scènes / rêves sexualisés).

par Kirlan
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3