Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Irene-Adler : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Les Fantômes de Manhattan Les Fantômes de Manhattan
R. J. Ellory   
Annie O’Neill n’est pas parente avec Jack O’Neill, fondateur de la marque de vêtements pour surfeurs du même nom…

Pourtant, on peut dire que cette libraire effacée va se prendre une sacrée vague dans sa vie qui était aussi calme et paisible qu’un lac et que ce ne sera pas toujours facile pour elle de garder l’équilibre afin de ne pas boire la tasse.

Étrange… C’est le premier mot qui est venu à mon esprit en commençant la lecture du dernier Ellory car je ne savais absolument pas où il allait m’emmener, vu que je n’avais pas relu le résumé et que les chroniques des copinautes avaient été consultées en diagonale.

De plus, le récit commençait doucement et j’ai eu un peu de mal à m’installer dans le roman de cet auteur que j’apprécie pourtant grandement. Ce n’est qu’au moment où l’histoire dans l’histoire a commencé que ma lecture est devenue addictive, intéressante et captivante.

Moi qui pensait que Ellory aurait pu nous raconter l’annuaire téléphonique et nous passionner tout de même, et bien, je révise en partie mon jugement suite à ce livre. Sans rancune parce que ce début soporifique était nécessaire pour lancer l’intrigue avant de nous hameçonner et puis nous harponner.

À la décharge de l’auteur, je viens d’apprendre que c’était en fait son deuxième roman et qu’on venait seulement de l’éditer dans la langue de Molière, 14 ans plus tard…

Ceci explique sans doute cela dans le fait que j’ai ressenti moins d’émotions dans cette histoire que dans certains autres romans de l’auteur (Papillon de Nuit, Les Neufs Cercles, Mauvaises Étoile), sauf lors du récit que le vieux Forrester apporte, chapitre par chapitre, à Annie, pour qu’elle le lise. Là, émotions fortes. Violentes.

Personnage intéressant que cette Annie qui vivait une vie pépère, qui ne sait plus quoi penser de ce récit qu’on lui donne à lire, sans compter tout ce qui va lui arriver et chambouler sa vie en profondeur, la faisant passer de femme effacée en dragon prêt à tout, limite Agatha Raisin en colère (ou en chaleur), même si elle geint un peu trop à certains moments et qu’on aurait bien envie de la secouer énergiquement.

Il y a une belle évolution dans ce personnage, et dans les autres aussi, notamment le "chat" (vous comprendrez si vous l’avez lu) qui va faire un gros travail sur lui même, ainsi que chez les personnages secondaires qui vont, eux aussi, se révéler au fil des pages, prenant plus de place, évoluant, changeant, nous donnant ensuite une autre donne que celle du départ.

Si je devais résumer ce livre, je dirais que "La connaissance des livres enrichi les gens" ou "Lire est excellent pour votre santé, quelle qu’elle soit (mangez, bougez)" car le salut viendra des livres et ceux qui ne les aiment pas comme Annie les aime ne comprendront jamais quelle richesse culturelle ils ont eu dans leurs mains.

Un roman en demi-teinte pour certains passages, hautement émotionnel pour d’autres, une histoire dans l’histoire qui mériterait, à elle seule, de faire l’objet d’un roman car elle a un potentiel explosif et nous parle de l’Amérique sombre, des personnages auxquels on s’attache, même si on rêve parfois de les secouer.

Un roman où l’auteur fera preuve de talent de couturier pour rassembler tous les bouts épars de son récit et en faire une belle redingote, un roman qui, après quelques errements dans les premiers chapitres (qui sont longs et soporifiques), va tout doucement s’imposer à nous au point que, une fois passé la moitié du récit, on n’ait plus envie de le lâcher.

Un final extraordinaire, magnifique, génialissime qui m’a fait sourire jusqu’aux oreilles et même si je m’étais douté d’une chose, je n’avais pas vu les autres. Pan dans ma gueule.
Blackwing, Tome 1 : La Marque du corbeau Blackwing, Tome 1 : La Marque du corbeau
Ed McDonald   
Alors que j'ai des piles de livres qui attendent depuis des lustres d'être lus, celui-ci n'a pas fait long feu dans mon HAL.

La couverture superbe me l'a fait sortir un peu plus vite, de plus, j'avais envie de me replonger dans de la fantasy.

Si j'en ai lu assez bien, cela faisait longtemps que je n'avais plus plongé dedans.

De plus, les critiques pour ce roman étaient plus qu'élogieuses, alors, je me suis dit que qui ne risquait rien n'avait rien.

Le voyage fut-il bon ? Non, j'ai manqué de me faire zigouiller par des tas de créatures horribles, je ne compte plus les fois où j'ai eu la trouille, où j'ai dû courir, vendre mon âme en remboursement de dette, manqué de me faire déchirer en deux par des esprits entrés dans mon corps, sans compter que je me suis faite trahir, torturée, et plus, si affinités.

Pire, j'ai même failli perdre la raison dans la Désolation, zone de non droit, terres ravagées peuplées de trucs pas nets (des slweans, des dulchers ou des gillings), le genre de paysage qui devrait naître après le largage de 10.000 bombes H…

Pas un lieu que je recommanderais pour des vacances tranquilles ! Par contre, le bouquin, vous pouvez l'emmener avec vous en vacances pour oublier le temps qui passe ou bien le lire chez vous pour vous évader à petit prix.

Mes compagnons de voyage étaient un navigateur (Tnota) qui ne pense qu'à la bite (on s'est bien entendu tous les deux, même si on ne la met pas au même endroit), une femme acariâtre (Nenn) qui ne pense qu'à se battre et un chef, limite ivrogne et tête brûlée (Ryhalt Galharrow), sombre, rempli de blessures secrètes, sorte de chasseurs de primes et chef des Ailes Noires au ordre du Sans-Nom Corbac et une Fileuse, sorte de magicienne, la mystérieuse et bizarre Ezabeth.

Pas de doute, j'étais bien entourée ! Les chevauchées et les combats furent éprouvants mais au moins, je ne me suis pas emmerdée.

Ambiance d'apocalypse ou de fin du monde, dans cette histoire car les Rois des Profondeurs commencent à bouger et une seule personne se demande si la Machine de Nall (une arme de destruction magique) sera capable de les repousser une fois de plus. Mais ce genre de questionnement est très mal vu par les autorités de la ville…

Bourré d'actions, de péripéties, d'enquête, de fausses-pistes, de questionnements, de doutes et de personnages épiques, ce roman vous fera planer comme un corbeau au dessus d'un champ de cadavres.

Un véritable festin sous mes yeux ! de la fantasy comme je l'aime, avec quelques personnages emblématiques et d'autres qui fraient dans leur univers sans que l'on sache qui est un traître ou pas, qui ment, qui dit la vérité, qui est fou, qui a raison, de la magie, mais utilisée avec parcimonie car il y a un contrecoup à payer…

Là où cette histoire se démarque des autres, c'est dans son final digne d'un esprit vachement retors ! On visait plus haut que certains livres de fantasy, assurément, et ce fut réussi !

Certes, ce n'est peut-être pas de la haute littérature pour certaines journalistes, mais j'ai passé un excellent moment dans ces pages, j'ai vécu une aventure qui ne m'a pas laissé le temps de savourer des mojitos et j'ai eu chaud mes fesses, croyant ma dernière heure arrivée.

Un roman de fantasy que je recommande à tous les fans du genre ou à ceux qui voudrait tâter de l'épée sans jamais en avoir fait.

Ce n'est pas du 4 étoiles, mais on est plus haut que le 3,5 car il y a de la profondeur et de la justesse dans les dialogues, des situations de notre monde (la lutte de classe, pauvreté, exploitation de l'Homme par l'Homme, guerres, discussion sur le sexe des anges quand l'ennemi est à nos portes, croyances et extrémistes religieux), un scénario bien ficelé et une question : tout ce carnage valait-il la peine ?

Le point qui me fâche le plus, c'est la narration à la première personne. On suit les pensées de Ryhalt Galharrow et j'aurais apprécié avoir les pensées ou les actions des autres personnages. Une narration à la 3ème personne ou un changement de POV (Point Of View) aurait fait monter l'intérêt et donc, les étoiles.
Sherlock Holmes contre Jack l'éventreur Sherlock Holmes contre Jack l'éventreur
Ellery Queen   
Au commencement était le livre… ensuite vient le film. Logique et élémentaire…

Oui mais, pas toujours et ce livre en est la preuve : au commencement était le film « A Study in Terror » (pour rendre hommage au premier livre de Arthur Conan Doyle mettant en scène Sherlock Holmes et qui s’intitule « A Study in scarlett ») et ensuite, Ellery Queen décida de le faire en livre en y insérant son personnage, Ellery Queen.

Et oui, on a un livre qui est l’adaptation écrite d’un film, comme ce fut aussi le cas pour « La vie privée de Sherlock Holmes » de Billy Wilder et mis en roman par l’holmésien Michael Hardwick… Pardon, je m’égare des ruelles sordides de Whitechapel.

Aaah, que ça m’a fait du bien de relire ce pastiche holmésien après quelques lectures peu transcendantales !

Que c’est bon de retrouver un Holmes assez proche de son modèle canonique, arpentant les ruelles sombres de Londres, nous gratifiant de quelques déductions au passage.

Je possède ce livre depuis longtemps dans ma bibliothèque holmésienne (je l’avais lu quand j’avais dans les 16 ans) et il fait partie des rares bons pastiches qui ont mis en scène Jack l’éventreur et Sherlock Holmes (un personnage réel et un de fiction – Conan Doyle n’ayant jamais osé le faire, les crimes étant encore trop présent dans les mémoires et vu qu’un prince avait été suspecté, valait mieux se tenir coi).

Mais fi des digressions, venez avec moi, je vous invite à boire un verre (sale) au fameux Ten Bell Pub… et je vous raconte tout.

Il était une fois, un manuscrit qui avait attérit sur la table du détective Ellery Queen. Une énigme non résolue depuis plus d’un siècle, celle de l’éventreur de Whitechapel… Jack, pour les intimes.

Queen ouvre le manuscrit et se plonge dans le récit que Watson n’a jamais publié, celui des meurtres horribles de cinq préripa… non, de cinq papéti… non, de cinq péripapétiputes ! Ouf, j’ai su le dire et l’écrire.

En 1888, une trousse chirurgicale est envoyée en stoemeling à Holmes (stoemeling : envoyée en douce, ici, c’est sans mention de l’expéditeur).

Il manque le grand scalpel (aussi nommé couteau à nécropsie) et cette boite anonyme va lui donner l’occasion de nous gratifier de brillantes déductions qui le mèneront jusqu’à la famille du propriétaire et ensuite, il pourra se lancer sur la piste du plus grand criminel de tous les temps : Jack l’Éventreur.

Aussi, suivi de son fidèle Watson, plonge-t-il dans les bas-fonds de Londres de cette fin de siècle où, dans l’épaisseur du fog, se dissimule la misère la plus noire.

Mais les pièces du puzzle ne se trouvent pas que dans les taudis et l’insaisissable Jack l’Éventreur tiendra plus d’une fois le célèbre détective en échec. Oui, Holmes n’est pas infaillible, il est humain, aussi.

Avis ? Génial, excellent ! Quelques petites « adaptations » interviennent, pourtant : les meurtres se succèdent à un rythme « non réel » comparé aux dates des vrais crimes. On n’attend pas deux mois que le crime ait lieu et celui de Mary Jane Kelly n’est pas mentionné (le plus gore).

Dans ce super pastiche, il y a de l’action, du suspense, pas de descriptions horribles des crimes (vous échapperez aux rapports d’autopsie – zut !), les personnages sont fidèles et l’enquête ne se perd pas en circonlocutions inutiles.

Bémol ? Dans le livre – comparé au film – c’est Watson le narrateur, donc, pas de scène avec un cab noir, tiré par un cheval noir de chez nwar, déambulant dans les ruelles étroites en quête d’une préri… d’une papéti… d’une protsi… oh, et puis merde, d’une pute !

En ce qui concerne l’explication finale, elle est correcte, bien que Watson se laisse avoir. Moi pas, j’avais capté le message de Holmes.

Malgré toutes ces éloges, il y a un problème et il se trouve dans la partie écrite par Ellery Queen. Alternant le récit de Watson et le sien, Queen m’a pompé l’air.

Heureusement, les parties où il intervient sont très courtes et on revient vite au récit de Watson, bien plus intéressant !

Quenn nous expliquera à la fin d’où provient le manuscrit et pourquoi Watson s’est trompé en relatant les faits.

Un bon roman policier holmésien, pour les fans ou les non connaisseurs.

Juste entre nous, le film est excellent et John Neville campe un Sherlock Holmes plus vrai que nature et Donald Houston est un Docteur Watson fidèle. Le film n’a pas du tout « mal vieilli » et je l’apprécie toujours autant.

Pour les cinéphiles : A Study in Terror est un film britannique réalisé par James Hill et sorti au Royaume-Uni en 1965. John Neville y incarne Sherlock Holmes.

Le film a été tourné aux studios de Shepperton à Londres, et quelques scènes à Osterley House (toujours à Londres).

Le scénario du film est inspiré d’une histoire écrite par Adrian Conan Doyle (le fils d’Arthur Conan Doyle) et intitulée « Fog ». Adrian Conan Doyle a par ailleurs été co-producteur du film avec la société Sir Nigel Films qui lui appartenait.
Les Portes de l'Enfer Les Portes de l'Enfer
Harry Crews   
Harry Crews est un auteur qui aime plonger ses lecteurs dans des ambiances un peu spéciale et typiquement bien à lui : des marginaux et des freaks, ou des monstres de foire, si vous préférez.

Mais pas que… pour reprendre le slogan des éditons Lajouanie.

Parce que classer Crews comme auteur décrivant des freaks à longueur de romans serait réduire sa plume et ses environnements.

Harry Crews est un auteur que j'apprécie, mais il faut l'apprivoiser et ouvrir ses romans sans avoir d'attentes bien définies. Juste pour ce qu'ils sont : des romans d'Harry Crews.

Ici, pas d'homme tronc marchant sur ses mains comme dans "La malédiction du gitan", mais un nain, Jefferson Davis Munroe, travaillant en tant que masseur pour un home perdu dans la petite ville de Cumseh, en Géorgie. Il a la taille de Tyrion Lannister et les muscles de Schwarzy !

La dirigeante de ce home se prénomme Axel, n'a rien d'une Rose (jeu de mot pour les amateurs des Gun's), culmine à plus de un mètre quatre-vingts et vit dans ce club des seniors depuis sa naissance. Elle vit avec des morts en sursis. Pas étonnant qu'aucun homme ne reste pour la courtiser.

Pourtant, la moitié de la ville, si pas plus, lui appartient. Tout le monde lui doit des hypothèques, et sans les résidents de sa maison de retraite, la ville ne serait plus que l'ombre d'elle-même puisque sans consommateurs.

Ce qui fait que les romans d'Harry Crews soient étranges, ce sont les atmosphères qu'il décrit, les personnages qui gravitent dedans, leurs histoires personnelles.

C'est ce tout qui fait que ces romans ne soient pas comme les autres et qui pourraient en rebuter plus d'un parce qu'on ne peut pas dire qu'il se passe des choses folles dans ce home, qu'il y a du suspense à mourir, mais tout de même, je me suis faite happer par ce huis-clos à la limite du sordide, quand on y pense bien.

Tout se passait bien à l'Axel's Senior Club avant que ne débarque du Greyhound carlita, une cuisinière espagnole et prêtresse vaudou ; Junior Bledsoe, un vendeur de concession funéraire qui sent qu'il a touché le filon en or avec cette maison remplie de vieux prêts à casseur leur pipe ; et une femme amoureuse du nain, et qui croit qu'il fait un mètre nonante !

Quand vous réunissez dans le même endroit un prêtre qui ne croit plus, un vendeur sans scrupules, une femme amoureuse, un nain qui voudrait grandir, une patronne qui aime être touchée, des petits vieux qui veulent revivre le grand amour, une vaudou espagnole qui trimbale des os et des poils avec elle, croyez-moi, si ça ne fait pas des étincelles, ça reste tout de même des choses intéressantes à regarder d'en haut.

C'est tragique, c'est cru, ça donne des phrases chocs entre un vendeur de concession funéraire et un prêtre qui dit que la mort n'existe pas, alors que le pavillon où finissent les mourants du home nous rappelle cruellement notre condition de mortel et de retour à ce que nous étions : poussières.

Mon seul bémol sera pour le fait qu'en aussi peu de pages, avec autant de personnages clés, avec un huis-clos et tous les ingrédients qui vont avec, Harry Crews ait parfois du mal à lier sa sauce.

Sans jamais m'embêter une seule seconde, j'ai parfois eu l'impression que ça partait dans tous les sens.

Dans tout les cas, il faut sans doute être amateur du style de Harry Crews pour l'apprécier à sa juste valeur. Et j'apprécie l'auteur.
Mycroft Holmes : et le guide de l'apocalypse Mycroft Holmes : et le guide de l'apocalypse
Raymond Obstfeld    Kareem Abdul-Jabbar   
Vous connaissiez Sherlock, le cadet et brillant détective, mais vous connaissiez un peu moins son frère, encore plus brillant que lui.

Vous aviez de Mycroft, l'ainé des Holmes, soit la vision d'un homme débonnaire comme dans la série Granada, ou celle d'un homme froid, appuyé sur son parapluie, dans la série de la BBC.

Ici, vous allez être dépaysé car vous serez face à un perpétuel étudiant de l'Université de Cambridge qui s'amuse à se foutre de la gueule de son prof de philosophie, qui gribouille en classe et qui saute la femme de son prof, en sus !

Peu canonique, le Mycroft de ce comics, de même que son jeune frère, Sherlock, qui est présent mais bien moins que son illustre aîné : normal quand une série se nomme Mycroft Holmes, me direz-vous. Vous êtes brillants…

Leur Mycroft est à baffer tant il est insolent et imbu de lui même et de son talent de déduction, au point de tout calculer lorsqu'il convoque son petit frère, notamment le fait qu'il le surprendra au lit avec la femme de son prof.

Imbu, fat, arrogant, à baffer, je vous dis, mais j'étais tellement plongée dans cette histoire que je me suis rendue compte que j'arrivais à ma gare de destination et que je n'avais rien vu (ok, le changement d'heure avait rendu mon paysage tout noir, mais pas que lui).

Niveau lecture, on en a pour ses sous, on y passe du temps, on découvre les dessins, qui plairont, ou pas, moi, ma seule critique sera pour les parties des joues un peu trop soulignées et pour une reine Victoria un peu trop jeune (alors qu'elle devrait avoir 55 ans) et sexy.

Attention, cette bédé ou ce comics ne révolutionnera pas le genre, mais fera passer un excellent moment à son lecteur/lectrice pour peu que celui-ci aime le fantastique mâtiné de quelques gouttes de steampunk avec quelques morceaux des Mystères de l'Ouest.

Ici, rien n'est sérieux, tout est fait pour s'amuser, rien n'est comme on pourrait le croire et les surprises sont au rendez-vous.

C'est barré, c'est couillu, ça ressemble à un James Bond version western puisque nous poursuivrons la suite de l'enquête sur les terres de l'Oncle Sam et que nous croiserons des terribles desperados (pas les cousins Dalton) et que l'aventure sera au rendez-vous avec un grand A.

Du rythme, de l'action, des gadgets tueurs, des grands méchants vraiment méchants chevronnés, des pays prêts à tout pour posséder l'arme ultime, et un Mycroft dans le style roi fainéant pour résoudre tout ça.

Pas de regret de lecture, un bon moment de passé, une gare que j'ai failli rater et une plongée vertigineuse dans des aventures sentant bon le Bond aux services secrets de sa Majesté la Queen Victoria, le tout avec plus de brio et d'humour que le film avec le non regretté George Lazenby.
Jack l'Eventreur démasqué Jack l'Eventreur démasqué
Sophie Herfort   
Sophie Herfort aurait-elle bel et bien répondu à cette vieille énigme qui a plus de 100 ans ? 126 ans, même.

C'est en tout cas ce qu'elle va tenter de nous démontrer… et je demandais à voir ! Voilà qui est fait.

Doit-on classer cette affaire pour autant ? Est-elle vraiment définitive ? Peut-on retourner à nos petites affaires maintenant que le voile est levé sur l'identité du tueur de Whitechapel, prénommé "Jack The Ripper" ??

Nous allons tenter de répondre à tout cela ! En tout cas, moi, j'étais curieuse de savoir ce que l'auteure allait nous proposer comme coupable et comme théorie, mobile, preuves…

Petits bémols en ce qui me concerne : j'avais regardé dernièrement deux documentaires sur l'Éventreur (merci le Net !) et l'auteure, en tant qu'invitée, avait parlé de "son" coupable, des ses motivations et parlé de quelques preuves, faits troublants… Oups, j'aurais dû lire le livre plus vite, moi.

De plus, après avoir "travaillé" en juin sur le tueur de Whitechapel dans le but de réaliser des petits articles sur les meurtres, après avoir lu des tas d'articles, regardé des documentaires, fouillé le Net et lu "Le livre rouge de Jack l'Éventreur" de Bourgoin, j'avais un peu l'overdose des faits de 1888 dont l'auteur nous sert en début de son livre !

Je vous rassure de suite, les conditions de vie de l'East End, les récits des meurtres et de l'enquête se déroule sur 85 pages très bien écrites (du mieux que l'on peut avec des faits historiques), ne laissant pas place à l'ennui, sauf si vous connaissez tout cela et que tout est encore frais dans votre mémoire. Mais même, j'ai relu avec plaisir.

Alors, son enquête ? Elle commence à la page 91, elle est clinique, précise, fouillée, travaillée. Je suis sciée.

Si Patricia Cornwell donnait l'impression dans son livre "Jack l'éventreur : Affaire classée" d'avoir réuni tous les indices qui pouvaient incriminer le peintre Sickert afin qu'ils collent à sa théorie, ici, ce n'est pas le cas.

L'étude de Herfort semble plus sérieuse et bien moins onéreuse ! Son enquête semble avoir tout d'un "vraie" car elle a compulsé des tas d'ouvrages, sans oublier toutes les lettres anonymes reçues par Scotland Yard en 1888 et 1889. du moins, toutes celles qui n'ont pas brûlées durant le Blitz de la Seconde Guerre Mondiale.

Les coïncidences entre le tueur de Whitechapel et son coupable sont étranges, troublantes, nombreuses…

Melville Macnaghten (je ne spolie rien, son nom se trouve dans la table des matières en première page du roman) est un personnage trouble et les preuves à charge sont nombreuses, les questions aussi.

Les coïncidences sont même trop nombreuses pour qu'il n'y ait pas anguille sous roche !

Malgré tout, je ne prendrai pas ce roman pour parole d'évangile car un bon enquêteur-écrivain pourrait faire de Sherlock Holmes le tueur de Whitechapel… Il suffit d'un peu de talent et de faire parler les preuves ou les faits troublants dans le sens que l'on veut.

J'avoue que l'auteure a ouvert une porte et que le tout est cohérent, bien que pour certaines choses, il puisse y avoir d'autres explications…

Je sais, je chicane, mais je n'ai pas du tout envie que l'on me prouve par A+B l'identité du tueur. Laissons planer un peu de mystère, c'est tellement plus exquis.

Au final ? On est face à une recherche précise, à un travail d'enquêtrice énorme, bien fourni, facile à lire, pas embêtant du tout, intéressant, comportant un index est bien chargé en fin de volume.

Celui qui était ignorant ne le sera plus. Celui qui en savait déjà beaucoup en apprendra un peu plus… le prologue est déjà éclairant.

Quant au préfet Sir Charles Warren, il va en prendre plein son grade ! Oui, il était incompétent…

À vous de voir si vous voulez cet homme comme coupable ou si vous préférer faire comme si ce n'était pas lui afin d'entretenir le mystère qui est bien plus attractif.
Des cavaliers dans la nuit Des cavaliers dans la nuit
Ernest Haycox   
J'apprécie de temps en temps un bon roman western, pas de ceux écrit en masse et destiné aux gares de seconde zone, non, un bon roman, avec de la profondeur dans ses personnages, dans son scénario et tous les codes habituels du western.

Je ne dirai pas que ce roman avait de la profondeur, mais il était plaisant et digne de faire passer quelques heures tranquilles dans une soirée venteuse.

Ici, pas de doute, on sait de suite dans quelle catégorie tel ou tel personnage jouera, sans surprise, même si Lin Ballou est un peu mystérieux dès le départ.

Des voleurs de vaches insaisissables et un Lin mystérieux qui arpente le plateau à la recherche d'un filon d'or et qui éveille les soupçons : et si c'était lui le voleur de vaches ?

Un western de bonne facture, avec un langage argotique et des injures censurées par des pointillés, des personnages qui ne laisseront que peu de surprises, une magouille vieille comme le monde et dans laquelle tout le monde marche, des fusillades, des cavalcades, un soupçon d'amûr et une enquête à mener, voilà les ingrédients qui composent ce court roman qui, bien qu'étant d'un grand auteur comme Ernest Haycox n'a pas la puissance d'un « Des clairons dans l'après-midi ».

Mais ça se lit facilement, les mots glissent tout seuls dans votre esprit et il ne vous reste plus qu'à écouter Ennio Morricone tout en vous imaginant chevaucher au couchant, chantant "I'm poor lonesome cow-boy".
Nu dans le jardin d'Eden Nu dans le jardin d'Eden
Harry Crews   
"Nu dans le jardin d'Éden" ne vous parlera pas d'Adam et Eve chassé du Paradis, mais plutôt le contraire : Dieu qui fou le camp, abandonnant ses misérables créatures dans ce qui se rapprocherait plus de l'Enfer que du Paradis d'Éden !

1960. Garden Hills, une petite ville de Floride, sorte de trou du cul du monde d'où on extrayait du phosphate, tient plus d'un enfer que d'autre chose : les tâches y sont harassantes, horriblement sales à cause du phosphate, et répétitives à la limite de l'absurde, comme ce trou qu'un homme - Wes - creuse tous les jours et qui est rebouché la nuit

On pourrait croire que les habitants n'étaient pas heureux, mais c'est tout le contraire : ils étaient tout content, les gens qui bossaient à l'usine d'extraction de phosphate de monsieur O'Boylan ! La routine, certes, mais l'argent de leur salaire les faisait vivre... Jusqu'à ce que O'Boylan (Dieu) se retire de ce trou à rat, laissant les gens en plan.

Une douzaine de familles résistent encore et toujours, s'accrochant aux collines poussiéreuses et aux lacs sans poissons au lieu d'aller chercher fortune ailleurs. Car dans leur petite tête, O'Boylan va revenir, cette absence de la divinité, qui les nourrissait en les faisant travailler, ne peut être que temporaire.

C'est ce constat qui donne un sens à leur présence dans cet endroit désolé.

Ici, nous sommes dans un vrai roman noir, limite huis clos puisque, en plus d'être dans le trou du cul phosphaté du monde, nous suivons la vie de trois personnages principaux (Fat Man, Jester et Dolly) et quelques autres secondaires (Wes dit "Iceman" et Lucy). Les seuls moments où nous quittons la petite ville, c'est lorsque nous suivons leur parcours de vie "antérieure".

Si ces habitants attendent le retour de O'Boylan comme d'autres attendent le Messie, c'est parce que Fat Man - 280 kg à poil - a entretenu cette flamme en racontant sa fable : O'Boylan reviendra !

Fat Man, dont le père a touché un pactole en vendant les terres à O'Boylan, trône dans sa grande baraque sur les hauteurs. Un autre Dieu puisqu'il a maintenu un simulacre de vie normale à Garden Hills depuis le départ de l'usine et que "Les hommes pour qui Dieu est mort s'idolâtrent entre eux" (Le Chanteur de Gospel - 1968).

Les familles qui végètent à Garden Hills sont des pathétiques doublés d'assistés. D'ailleurs, s'il n'y avait pas le talent d'écriture de l'auteur additionné à un scénario bien monté, des personnages travaillés et goupillé avec tout le reste, on pourrait même dire que ces gens sont des cons, des débiles et des gros naïfs.

Mais cela eut été trop simple et trop facile que d'en faire des cons, et le roman n'aurait pas mérité son titre de roman "noir". Non, on l'aurait appelé "Lost Story", tout simplement. Ces gens, on apprend à les connaître et on comprend le pourquoi du comment... Une partie de la force du roman réside là-dedans.

Mensonges, cupidité, trahisons, manipulations, freaks (monstres humains) prostitution soft (pelotage), espoirs entretenus, despotisme, misère, voyeurisme,...

C'est tout cela qui est réuni dans ce livre dont je ne puis vous en dire plus tellement le scénario est riche sans être alambiqué, travaillé, bien pensé, bien pesé, jusqu'à un final dantesque.

Une lecture coup de coeur, coup de poing, courte, mais bonne et qui va me trotter dans la tête durant de longues années !

Note : dans la salle de bain de Fat Man, construite par O'Boylan, il y avait la représentation de Michel-Ange "La Création" où Dieu et Adam se touchent le doigt, car si Dieu a créé l'homme à son image, l'homme a créé Dieu à la sienne. Et tout s'explique...
Mon ami Sherlock Holmes Mon ami Sherlock Holmes
Martine Ruzé-Moëns   
L'auteure n'est pas une inconnue pour moi puisqu'elle m'avait séduite avec son précédent titre, "Les vacances de Sherlock Holmes" dont je vous parlerai un autre jour (faudra que je le relise).

Ici, nous allons nous aventurer dans les crimes sordides de 1888, mais sans trop y entrer, Holmes se trouvant à ce moment là sur d'autres enquêtes et Watson dans ses préparatifs de mariage, mais les protagonistes vont tous se trouver à un moment donné au Ten Bell Pub et croiser Mary Jane Kelly.

N'espérez pas une résolution de l'affaire de Jack The Ripper, mais l'auteur joue brillamment sur le meurtre en chambre de Mary Jane et sur le fait que l'Éventreur a changé son modus operandi puisqu'il a pris son temps et à massacré à l'intérieur et non à l'extérieur.

La théorie de Holmes est plausible dans l'enquête qu'il a mené et des informations qu'il a obtenue.

Le portrait du détective est assez fidèle à l'original, mis à la sauce de l'auteure (madame Hudson sur le For'holmiste de la SSHF) et Watson est vraiment le compagnon fidèle mais qui a son mot à dire et intervient parfois vertement s'il n'est pas d'accord avec une théorie du maître.

À noter que ce tome comporte des références à leurs aventures publiées dans le fameux "Les vacances de Sherlock Holmes" car si nous faisons une incursion dans l'année 1888, c'est en 1994 que nos amis se trouvent, après le Grand Hiatus, donc.

Un roman holmésien qui se boit comme du petit lait et qui se lit les doigts de pied en éventail tant le plaisir est présent lors de la lecture.

Certes, l'enquête ne révolutionnera pas le genre, ne vous attendez pas à un truc de malade à la sauce Thilliez, le but n'est pas non plus de nous sortir une solution à la Agatha Christie, mais de faire revivre le grand détective de Baker Street aux travers d'aventures sans prétention mais travaillées.

Un roman que je ne regrette pas d'avoir commandé sur un grand site de vente en ligne avec livraison gratos.
Les voies d'Anubis Les voies d'Anubis
Tim Powers   
Les voies d'Anubis sont-elle impénétrables, comme celle de Dieu ?

Et bien non, elles sont totalement pénétrables, dans un sens comme dans l'autre, mais pas à tout moment car les failles ne sont pas ouvertes partout et en même temps…

Ah, quel voyage fantastique je viens de faire, mes amis ! Dans le temps et dans l'espace.

Nous partîmes en 1983 et pas un prompt saut dans le temps, nous arrivâmes en 1810, à Londres.

Oubliez le Londres de Sherlock Holmes, si la misère est bien présente, si les mendiants et leur confrérie sont bien là a agiter leur escarcelle, nous sommes aussi dans un monde où la magie existe, même, si, au fil des époques, elle perd de sa force.

Difficile de s'ennuyer dans ce roman fantastique, sauf peut-être au départ, qui est un peu poussif, mais ensuite, attachez vos ceintures et accrochez à tout ce qui dépasse.

Dans ces pages de l'édition cuivrée (du plus bel effet) il y a moult personnages différents, en plus du principal, Brendan Doyle, sans que pour autant on puisse les mêler et ne plus s'y retrouver.

Niveau action, on n'est pas volé sur la marchandise, ça bouge, ça saute dans le temps et pour le même prix, vous passerez donc de 1983 à 1810, puis dans les années 1660. N'oubliez pas votre passeport, ni votre crème solaire, car en plus de voyager dans le temps et on ira se balader à Alexandrie (♫ Alexandra ♪).

Les voyages dans le temps… Quand je me mets à réfléchir à la chose, j'en attrape des migraines : comment peut-on influencer le passé alors qu'on vient juste se sauter dans le passé ?

On pourrait le changer, mais le passé n'aurait pas pu être changé à l'avance par nous, puisque l'on vient juste d'y sauter !

Un peu comme si Marty McFly, en chantant Johnny Be Good de Chuck Berry au bal de ses futurs parents, devenait en fait Chuck Berry, qui lui, n'aurait tout simplement pas existé, puisque ce serait McFly qui, en chantant la chanson, l'avait crée. Vous suivez ?

Impossible que ce soit McFly qui soit l'auteur originel de la chanson dans le passé, puisqu'il vient seulement d'arriver dans le passé et que moi, je ne comprend plus ce qui a bien pu se passer dans ces foutus voyages temporels (j'ai jamais rien compris, d'ailleurs).

Bref, grosse migraine en tentant de comprendre ces choses rationnellement, mais si je ne cherche pas la petite bête à la quadrature du cercle des voyages temporels, le tout devient foutrement amusant dans l'histoire.

Un roman abracadabrantesque, comme disait l'autre. Sans compter que nous mélangeons plusieurs mythes, dont celui des Dieux Égyptiens, des voyages dans le temps sans voiture, et que l'auteur récrit le mythe du loup-garou de manière totalement éclairée et jubilatoire.

Anybref, si vous aimez le fantastique, un brin de steampunk (léger, on est à ses débuts), la grande Aventure (avec un A majuscule), les voyages en tout genre, Londres, la mythologie égyptienne, la magie, l'action, le mystère, le suspense, la poésie, je vous conseille d'embarquer pour le Grand Voyage !

Prière de laisser tout objets vous rattachant à votre époque à l'accueil, merci.