Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Irene-Adler : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
L'Armée de l'Ombre, tome 2 : Le réveil du géant L'Armée de l'Ombre, tome 2 : Le réveil du géant
Olivier Speltens   
Deuxième volume de la quadrilogie narrant l’histoire de quelques fantassins allemands sur le front russe, celui-ci démarre en mai 1943 et commence par la bataille du Don, un des principaux fleuves russes.

Olivier Speltens propose, dans la continuité du précédent tome, un dessin d’une très grande qualité, le problème de physionomie des principaux personnages s’estompant avec l’habitude. Les nombreuses scènes de combat sont, il est vrai, formidablement bien rendues et c’est avec une tension permanente que l’on suit ces fantassins.

Comme le laisse présager la couverture, ce sont les chars des deux opposants que va mettre en avant l’auteur, mais sans toutefois nous perdre dans détails techniques inutiles, mouvements et action étant prédominants.

Quant à la bataille de Koursk, elle est tout bonnement terrifiante, avec de nombreuses pertes des deux côtés, et même si Speltens a l’intelligence de ne pas insister sur l’atrocité et le côté gore des blessures et des morts, les scènes restent marquantes.

La dernière page de cet album reste également gravée dans les esprits, car à peine réchappés miraculeusement des combats, que l’ordre est donné à Hartman, Kessler, Werner et autres d'y retourner.

Magnifique BD, suis impatient de lire le tome 3.

par Gryfondor
L'Armée de l'Ombre, tome 3 : Terre brûlée L'Armée de l'Ombre, tome 3 : Terre brûlée
Olivier Speltens   
Kessler est au cœur des combats sur le front russe. C’est la souffrance aussi bien physique que morale.
En face, les russes sont nombreux et n’hésitent pas à lancer leurs hommes à l’assaut, même s’ils savent que ça va être une boucherie. Ils ont le nombre pour eux….
Kessler et son groupe vont se faire décimer et reculer petit à petit, pour atterrir en Ukraine. On sent la défaite pointer le bout de son nez….

L’histoire est admirablement mise en valeur par un dessin et des couleurs somptueux.


L'Armée de l'Ombre, tome 4 : Nous étions des hommes L'Armée de l'Ombre, tome 4 : Nous étions des hommes
Olivier Speltens   
C'est la fin du périple pour Kessler : la reddition de l’Allemagne va lui permettre de rentrer chez lui, et de vivre avec ses cauchemars ....
La guerre a été cruelle dans les deux camps !
Sept, tome 1 : Sept psychopathes Sept, tome 1 : Sept psychopathes
Fabien Vehlmann    Sean Phillips   
Même si le sujet de la seconde guerre mondiale m'intéresse rarement, je me suis pris à lire ce livre avec plaisir car la trame principale est intéressante, comme le caractère des personnages...
Un peu eu le sentiment, parfois, que le nombre 7 ne servait à rien tant les destinées de chacun sont indépendantes mais pour le recrutement, l'idée finale et le traitement des scènes généralement bien fichu (même si on peut parfois se demander pourquoi s'intéresser plus longtemps à l'un qu'à l'autre), cette BD se lit avec plaisir.
Sept, tome 4 : Sept missionnaires Sept, tome 4 : Sept missionnaires
Alain Ayroles    Luigi Critone   
Il est très bon, ce tome ! Les 7 moines qui ont chacun un pêché capital, c’est drôle et non seulement bien traité sur tout le long du tome mais en plus, utile au dénouement. Ce n’est pas une simple plaisanterie posé là, c’est une excellente trouvaille qui tient toute l’histoire. Du coup, celle-ci se suit avec plaisir – d’autant qu’elle va beaucoup plus loin que ce que j’avais imaginé. L’idée des défauts qui permettent la victoire est très bonne et traitée avec pertinence, sans rien qui paraisse trop exagéré dans les réactions… Les dessins sont très beaux : les personnages sont variés, reconnaissables et crédibles quand les décors sont réussis et dépaysant. Un bon tome.
Sept, Tome 8 : Sept survivants Sept, Tome 8 : Sept survivants
Luca Blengino    Denys   
Il loupe pour deux "détails" ma liste de diamants.
Le premier, très bête, parce que vu le titre, je m'attendais à suivre 7 survivants... Le décès d'au moins l'un d'eux fait qu'ils ne sont plus sept à survivre... C'est bête, certes, mais le titre n'est pas cohérent avec l'histoire...
Le second, c'est que tout n'est pas pleinement exploité. L'idée est bonne (même si elle reste un peu classique), l'ambiance est là et les personnages plutôt bien marqué. Mais cela ne va pas au bout : des visions sont censées leur parvenir mais les deux criminels n'en ont pas du tout, le fils non plus, le flic à peine... Reste le triangle amoureux ; et c'est plutôt bien fait mais on aurait aimé en avoir autant avec les autres...
Cela dit, le final est sympa.
Sept, tome 16 : Sept frères Sept, tome 16 : Sept frères
Jean-Christophe Camus    Didier Convard    Hervé Boivin   
Dans ce tome, nous trouvons sept "Frères" de la Loge des Franc-Maçon, dans les années d'après guerre. Considérés comme des terroristes, leur ordre était traquée par les nazis. De fait, les Franc-Maçon était actifs en tant que résistants. Lorsque l'un d'eux trahis les autres auprès des allemands, il ne reste, au final que sept d'entre eux. Malgré les meurtrissures qui découlent de cette arrestation par les allemands, ils sont appelés à faire la lumière sur les événements. Chacun reçois une lettre mystérieuse, signé de la mains du maitre de La loge lui-même, pourtant décédé. Ils sont invités à se rassembler pour rouvrir la Loge et trouver le traitre parmi eux.

J'ai beaucoup aimé cette BD, qui alterne entre passé et présent, malgré le sujet difficile. Même les couleurs sont sobres, froides pour les séquences passés et chaudes pour celles du présent. J'aime bien l'idée de jouer avec les nuances. Sept Frère est un huis clos entre sept hommes qui ont vécu des atrocités et qui se confrontent ultimement. Dans un contexte où il s'agit d'une fraternité religieuse et de résistance face a un envahisseur, la trahison prend un sens vraiment aigu. Un bon thriller.

par Shaynning
Sept, tome 21 : Sept Macchabées Sept, tome 21 : Sept Macchabées
Henri Meunier    Thierry Leprévost    Etienne Le Roux   
Et voici qui clôture la saison 3 des "Sept", et peut-être bien que c'est la meilleure. Même si aucun album n'atteint l'évidence magnifique de "Sept missionnaires", le niveau général est très bon, et même si certaines histoires sont (forcément) un peu plus faible, aucune n'est vraiment mauvaise, ce qui n'était pas le cas dans les deux saisons précédentes. Et donc, pour se faire plaisir, petit retour au classement ! Ça va se compliquer (Tout cela est subjectif, forcément !)

1. Les missionnaires (S1)

2. Les détectives (S2)

3. Les macchabées (S3)

4. Les voleurs (S1)

5. Les nains (S3)

6. Les cannibales (S3)

7. Les survivants (S2)

8. Les yakusas (S1)

9. Les naufragés (S2)

10. Les mages (S3)

11. Les athlètes (S3)

12. Les pistoleros (S2)

13. Les héros (S3)

14 . Les pirates. (S1)

15. Les psychopathes (S1)

16. Les frères (S3)

17. Les prisonniers (S1)

18. Les personnages (S2)

19. Les guerrières (S1)

20. Les dragons (S2)

21. Les clones (S2)

par Ukko-Ukko
M.O.R.I.A.R.T.Y, Tome 1 : Empire mécanique 1/2 M.O.R.I.A.R.T.Y, Tome 1 : Empire mécanique 1/2
Jean-Pierre Pécau    Fred Duval    Stevan Subic   
J"apprécie Pécau et sa version de Sherlock me plait assez. Je regrette un peu que la mode soit à vouloir mélanger le genre steampunk avec celui de Sherlock Holmes. Pour moi chacun doit rester à sa place. J'avoue que c'est tentant pour perpétuer l'univers de Sherlock Holmes et vouloir toucher un large public. Et vouloir écrire une histoire ou des nouvelles dans la veine de celles de Sir Arthur Conan Doyle, ce n'est pas évident.
Mais je lirai la suite de ce premier volume. Chaque ligne qui est écrite et qui touche à l'univers de Sherlock Holmes est un voyage vers un monde idéalisé. Comme avec beaucoup de héros.

par oboys
Green Manor... 16 charmantes historiettes criminelles Green Manor... 16 charmantes historiettes criminelles
Denis Bodart    Fabien Vehlmann   
Des petites nouvelles courtes mais efficaces, se déroulant à l'ère victorienne et mettant en scène la bonne société londonienne. Le ton est drôle et piquant, les crimes et les coupables sont tournés en dérision. Mais il m'a manqué un petit zeste de noirceur pour que ma lecture soit vraiment jubilatoire.
Le livre en lui même est très beau, notamment la couverture. Les dessins sont précis et comportent de nombreux détails. Mais là aussi, une ambiance plus gothique aurait peut être donné un effet plus macabre, mieux adapté à des histoires criminelles.
En bref, une bonne lecture même si j'aurais aimé un humour noir plus poussé et une ambiance générale plus sombre. Mais après tout, comme indiqué sur la couverture ce sont de "charmantes historiettes criminelles"...

par Dorfenor