Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Irene-Adler

Extraits de livres par Irene-Adler

Commentaires de livres appréciés par Irene-Adler

Extraits de livres appréciés par Irene-Adler

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 17-03
Un tome très dense de par ses personnages et son scénario.

Mon bémol sera qu'il y a quelques longueurs et que j'ai ramé durant quelques moments avant de reprendre à un rythme de croisière un peu plus rapide.

L'auteur a bossé son sujet, s'est documenté et son récit était réaliste, intrigant, addictif et ne portait aucun jugement mais nous livrait l'Histoire brute de décoffrage.

Un sacré pavé à lire et à digérer.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Impossible d'entrer dans le récit, je m'y suis ennuyée à mourir et je n'ai même pas pris la peine d'aller lire la fin afin de savoir ce qu'il en retournait.

Allez, au suivant !
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
L'intégrale éditée par les éditions du Masque comportait de grosses erreurs de traductions, limite impardonnable, mais je ne vais tout de même pas jeter cette vieille édition, même si je lui préfère celle rééditée par les éditions Omnibus pour leur sérieux de traduction.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ma première intégrale de Sherlock Holmes... Je collectionne tout sur le détective de Baker Street et même si cette édition n'est pas la meilleure dans sa traduction et que je lui préfère de loin celle rééditée par les éditions Omnibus, elle trône tout de même dans ma collection.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Palsambleu ! Moi qui était toute en joie de découvrir un sixième tome de "Légende", je reste avec un léger goût amer de "me prendrait-on pour un cochon payeur ?".

J'vous explique :

Le premier cycle de la saga "Légende" (5 tomes) qui nous présentait Tristan de Halsbourg dans son combat pour regagner son trône contre le terrible Shaggan m'avait transportée et j'avais vraiment adoré l'univers et les dessins de Swolfs (qui était loin d'être un inconnu pour moi, ayant suivi "Durango" et "Le prince de la nuit").

Dessins au top et scénario très agréable, mêlant le réel et le fantastique, les légendes et les loups, le tout agrémenté de complots, de trahisons et nous contant la lutte de Tristan pour récupérer la place de Seigneur qu'un autre avait usurpé...

Mais là... j'ai l'impression d'avoir lu un tome pour rien.

Certes, ce tome 6 démarre un second cycle, malgré tout, ça ressemble furieusement à du délire de l'auteur, rien n'étant trop cohérent dans le récit, mêlant, cette fois, les rêves et les cauchemars sans que l'on sache où l'auteur va nous emmener. le voyage était fadasse.

En bref, pour un début de nouveau cycle, on ne peut pas dire que l'auteur m'ait aguiché ou mis l'eau à la bouche dans la perspective des autres tomes à venir.

Que du contraire ! Durant toute ma lecture, j'attendais, en vain, qu'il se passe quelque chose de cohérent.

Lorsque je l'eus refermée, je me suis sentie comme un loup affamé à qui on aurait proposé un morceau de bois pour calmer sa faim.

Le départ était correct, pourtant...

La bédé commençait avec notre héros qui est lassé par les occupations liées à la gestion de son royaume et par la cour qui l'entoure.

Avoir fait tout ça pour, au final, se faire chier sur son trône, et bien, elle est forte, celle là !

En plus, il cauchemarde sec, notre Tristan.

Il décide donc de retourner auprès de celui qui l'a élevé dans la nature sauvage (l'homme qui vit avec les loups) pour essayer de résoudre son problème de cauchemar.

Chaque nuit, les Eïles viennent hanter ses rêves en cherchant à capturer son âme.

J'aurais bien qualifié ce tome 6 de one-shot que l'auteur aurait fait pour se faire plaisir ou arnaquer son lectorat, mais en faisant des recherches que j'ai appris que c'était le départ d'un autre cycle. L'arnaque est là tout de même...

Scénario déstabilisant, univers onirique avec de nombreux évènements qui s'enchaînent sans liens entre eux et une grosse tendance freudienne, limite oedipienne et même pire, mais chut, je spoilierais (moi, je me suis faite spolier du prix de cette bédé !).

La seule chose qui sauve cette bédé, ce sont les dessins d'Yves Swolf qui sont toujours de qualités et qui restent fidèle à l'ensemble de la série.

Rien que les dessins, hein !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Ce chat me fera toujours rire ! Évidemment, il faut le prendre au second degré !

Et croiser les doigts de ne jamais être le propriétaire d'un tel chat !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Cela faisait des années que je me disais qu'il serait temps que je lise Mes Classiques et que j'en profite, par la même occasion, pour découvrir Dickens, entre autre.

Je l'avais déjà fait avec "A Christmas Carol" que j'avais adoré.

Donc, lorsque Bianca, ma complice de LC, avait stabiloté ce titre présent dans nos biblio, je m'étais sentie toute en joie à l'idée d'enfin le lire !

Une plongée dans les bas-fonds londoniens, dans la misère noire du peuple de l'Abîme, vous qui me connaissez, vous vous doutez que je ne me sentais plus.

Je connaissais l'histoire, comme tout le monde, de plus, je l'avais découverte en version BD et cela m'avait plu. Donc, la version intégrale de plus de 700 pages ne me faisait pas peur du tout, j'avais l'intention de le dévorer à la Cannibal, c'est-à-dire en finissant la première dans un temps ridiculement petit.

Ce que je fis… Et là, je vous sens tous et toutes pendus à mes lèvres (du haut, bande de sacripants) pour savoir si j'ai apprécié ma lecture ou pas. Roulement de tambour…

Passons d'abord en revue ce que j'ai vraiment apprécié dans ce roman : les descriptions des bas-fonds, celles des baby farm, de l'assistance publique, des asiles pour indigents, et j'en passe.

Dickens connait son sujet et il n'est pas avare sur les détails, pour mon plus grand plaisir. Niveau misère noire, j'en ai eu pour mes sous, je me suis couchée moins bête et j'ai pesté contre l'illogisme d'un système qui, au lieu d'aider les gens, les enfoncent un peu plus.

Par contre, là où j'ai buté souvent, c'est devant le style de Dickens ! Phrases trop longues, ampoulées, circonlocutions, à tel point que j'ai dû relire des pans entiers de phrases parce que arrivée à la fin, avec tout ces détours, je ne savais plus de quoi on parlait au départ de la phrase.

De plus, je n'ai pas retrouvé les émotions que je m'attendais à ressentir dans un pareil contexte. M'attendant à avoir le coeur serré devant tant d'injustice et de misère noire; pensant hurler sur ceux qui, investit d'un petit pouvoir, en usent et abusent; croyant tempêter devant un système d'aide illogique; tomber de ma chaise devant des pensées et des paroles horrible, et bien, je n'ai rien ressenti !

Oh, j'ai bien un peu grogné, levé les yeux au ciel devant le mode de pensées de certains, mais on ne peut pas dire que j'ai ressenti de l'empathie pour Oliver. Personnage un peu trop lisse à mon goût, trop fade, transparent…

Quand je pense que j'ai lu des romans où certains personnages intervenaient tard dans l'intrigue et que malgré tout, je ressentais leur présence de manière tangible (Dreamcatcher, du King, avec le personnage de Duddits) et où ma rencontre avec eux fut mémorable. Ici, que dalle !

Fagin était mémorable, Finaud aussi, ils avaient de la présence, de la prestance, faisant partie de ces personnages que l'on oublie rarement, mais Oliver, lui, je pense que je ne garderai que peu de souvenirs de lui. Il ne m'a pas emballé alors qu'il aurait dû, vu le nombre d'injustices et de coup du sort qui lui sont tombés dessus durant sa vie.

Et des injustices crasses, en plus !

Peine perdue, j'ai ramé pour ma lecture, j'ai sauté des lignes, des paragraphes, j'ai soupiré, ne me réveillant que lorsque j'avais des indications sur la vie à cette époque dans les bas-fonds miséreux.

Clairement, je suis passée à côté de ce roman, de ma lecture, ce qui est le plus râlant que je m'en faisais une joie de lire ce roman, sans compter que mes collègues babéliottes lui avaient collé des 5 étoiles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Entre nous, si vous voulez découvrir Sherlock Holmes, lisez le canon et je veux bien vous conseiller ensuite pour les meilleurs pastiches.

Si c'est la Corse que vous voulez découvrir de manière agréable tout en lisant, alors, de grâce, allez acheter "Astérix en Corse", c'est drôle, enlevé, rempli de bons jeux de mots... Mais évitez ce bouquin !!

Cela fait un certain temps que je l'ai lu, et j'ai toujours cette impression d'avoir perdu mon temps en le lisant.

Pandolfi, le narrateur, est une espère de clone du docteur Watson, mais les concepteurs ont oubliés de le munir de la subtilité narrative. Trop de digressions, dans ce récit qui m'a fait grincer des dents tellement il était ch****.

Holmes, le traqueur ? Holmes l'exécuteur ? Et oh, où on va, là ? Ok, suivre un criminel, mais de là à l'abattre froidement, comme d'autres beurre leur tartine... il y avait un gouffre à ne pas franchir ! Holmes n'aurait tué que en état de légitime défense, ou par accident, comme quand le serpent du docteur Roylott s'était retrourné contre son maître criminel (mais il le méritait).

Surtout que... hem, Holmes se trompe de cible... Oh, zut, c'est pas le bon que je viens de dézinguer, pas grave, on recommence. Et paf, cette fois-ci c'est le bon.

A oublier !!!
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le début du chapitre 5 m'a bien plu car nous avons fait un saut dans le temps pour assister à la rencontre de Toshiro Ôyama, Albator/Harlock, Esmeralda et de l'oiseau bizarre qui sera souvent perché sur l'épaule d'Albator…

Le tout dans le trou du cul du cosmos avec un Albator jeune, sans cicatrice et avec ses deux yeux.

De suite les deux hommes s'entendent et on découvre l'Arcadia, futur vaisseau d'Albator.

Retour dans le présent avec Tadashi Daiba qui vient de comprendre un fait important au sujet de l'équipage de l'Arcadia : s'il a l'air composé d'ivrognes et de tarés, c'est en fait un équipage soudé qui, à la moindre alerte, se retrouve aux postes de combats.

Notre jeune recrue sera mise aussi à l'épreuve afin de voir s'il fera ou non l'affaire.

Le dessin est toujours aussi superbe, mais hélas, ce tome brille plus par ses inactions que par des combats et on à l'impression de faire du sur-place et de ne pas avancer dans l'histoire.

Sans doute un tome de transition qui place tout le monde à son poste, déroule la genèse, montre les incompétents sur terre et le vice-commandant Isora qui comprend que la flotte abandonne Gaïa et que c'est ce traître d'Albator qui doive la protéger…

Quant aux Sylvidres, elles préfèrent non pas l'amour en mer, mais se faire exploser plutôt que de rester prisonnières.

En espérant que le troisième tome bouge un peu plus !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
La Terre est menacée par les sylvidres et les gouvernements discutent du sexe des anges ou jouent au golf…

Les politiciens sont corrompus (ceci n'est pas de la SF) et regardent tous le capitaine Albator de haut, alors qu'il est un des rares à vouloir défendre la terre.

Obligé de prendre le maquis avec son équipage, notre corsaire/pirate de l'espace compte bien foutre une raclée à ces salopes de sylvidres qui veulent vampiriser la Terre.

Vous me direz que ceci n'est rien de neuf sous le soleil et je dirai "Tout à fait, Thierry". Ce manga reprend en fait le dessin animé qui fit nos beaux jours sur Club Dorothée, à quelques détails près (les quelques cheveux blancs que nous avons pris, aussi).

Malgré tout, Albator reste un de mes personnages préférés (avec Ken et Cobra, entre autre, mais Albator est en haut de la pile) et le revoir dans des magnifiques crayonnés tirant vers les tons gris-noir est un plaisir de fin gourmet.

N'ayant pas revu l'animé depuis des lustres, j'ai oublié comment il commençait et c'est donc avec curiosité que j'ai découvert le manga qui commence avec une attaque en règle menée par le capitaine, à bord du vaisseau Arcadia, pour passer ensuite à une journaliste qui s'intéresse au cas de notre corsaire/pirate.

Dans le manga, Albator est clairement nommé "pirate" et non "corsaire" comme dans l'animé. Fin de la parenthèse culturelle du jour.

Matsumoto est resté au scénario et il a confié le dessin à Shimaboshi qui a dépoussiéré un peu le dessin donnant un manga avec des airs des années 70 tout en lui offrant un p'tit coup djeun's. Pas de trop… L'équipage du capitaine est toujours aussi loufoque (mais compétent). Quant au ministre de la Confédération Terrienne – entre autre – il est toujours aussi con, bête, débile et j'en passe.

Tellement aveugle, cet imbécile là, que quand le jeune Tadashi viendra lui conter les assassinats des professeurs Kusco et Daiba (son père) par une agente des Sylvidres, ce stupide petit homme le mettra en prison, obligeant ensuite le jeune garçon à prendre le maquis à bord de l'Arcadia.

Un manga avec de l'action, de l'Aventure, du mystère, des meurtres, de l'infiltration par l'ennemi, de la résistance alors que tout le monde baisse les bras et un capitaine de l'espace avec un charisme fou même si l'homme est froid, distant, taiseux et toussa toussa.

Le plaisir de me replonger dans la série, en espérant qu'elle aille à son terme !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Le King reste toujours le King ! Qu'il écrive des histoires fantastique ou d'épouvante pour me faire dresser les cheveux sur la tête ou qu'il écrive "à la manière de", rien à faire, on retrouve sa patte bien à lui.

20 nouvelles, des plus courtes, des plus longues, sur tout les sujets que l'on pourrait penser car ici, les histoires ne servent pas qu'à nous faire peur ou à nous empêcher de dormir le soir.

Le King s'est fait plaisir et le plaisir transparaît dans son écriture car l'animal s'est essayé à plusieurs sortes de récits dans lesquels on n'a pas l'habitude de le voir.

De plus, moment orgasmique, le King s'adresse à nous, lecteur, au début de chaque histoire afin de nous en raconter la genèse, ce qui lui a donné l'idée de l'écrire, ou des moments de sa vie à lui qui ont fait que cette nouvelle est née.

C'est orgasmique parce que en le lisant, j'avais l'impression qu'il ne s'adressait qu'a moi seule ! Comme si lui et moi avions un petit aparté devant une bonne tasse de café (pour moi) et une autre boisson pour lui. le pied !!

"Mile 81" m'a collé la frousse, je l'avoue, car elle avait un petit air de Christine et j'en ai eu des sueurs froides. "Le petit dieu vert de l'agonie" m'a aussi collé des frissons sur la fin, quant à "Nécro", elle m'a emportée et je me suis surprise à rêver du même pouvoir durant un moment.

Par contre, beaucoup d'émotions avec "Batman et Robin ont un accrochage" que j'ai adorée, il en a été de même avec "Sale Gosse" qui est terriblement émouvante elle aussi, tout comme "À la dure" où j'avais deviné le truc, mais malgré tout, ça m'a retourné.

"La Dune" m'a emballée, elle aussi, et le final m'a fait me décrocher ma mâchoire parce que je ne m'attendais pas à ça du tout ! Excellent ! "Une mort" avait tout d'un récit de Elmore Leonard et j'ai adoré le fait que le King s'essaie à l'exercice d'écrire à la manière de…

Une qui est terrible aussi, c'est "Ur", avec la Kindle de couleur rose ! Depuis, je regarde ma Kobo d'un autre oeil, même si elle ne vient pas de la même boite et est de couleur noire. On n'est jamais trop prudente !

Je ne les citerai pas toutes, il n'y en a qu'une que j'ai zappée, c'est "Église d'ossements", sinon, j'ai pris mon pied avec les récits du King, récits qui se veulent différents et qui explorent aussi bien les gens qui tirent le diable par la queue que les problèmes d'alcoolisme, de la morale, de la vie après la mort, de l'apocalypse, du base-ball (magnifique "Billy Barrage") et bien d'autres.

La plume du King, que ce soit celle des années 2000 ou celle antérieure, qu'il écrive selon son genre ou tente de rendre hommage au style des autres, cela reste malgré tout sa patte bien à lui et ses talents de conteur sont toujours aussi en forme.

En peu de pages, il arrive à donner vie à différents personnages et à nous donner un morceau de leur vie, même si, à la fin, le lecteur est toujours frustré que cela se termine.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Comme je vous le disais dans le tome précédent, pour apprécier cette série, il ne faut pas être allergique à l'immersion de l'univers de Sherlock Holmes dans celui du fantastique !

Si vous pensez que les vampires et les voyages dans le temps n'ont rien à faire dans une histoire de Sherlock Holmes, alors, je vous déconseille fortement cette saga.

Je ne suis pas chaude pour ce mélange, mais étant collectionneuse, curieuse, aimant les vampires (les vrais), Holmes et Retour vers le futur…

Ok, je l'avoue, j'ai toujours été perdue dans les voyages temporels, je n'ai jamais compris pourquoi, lors du premier voyage dans le temps d'un personnage, il y ait déjà des faits qui en aient découlé et je suis toujours en panne sur le voyage dans le temps que réalisa Lanfeust, c'est vous dire ! Pire, je n'ai même pas compris le Terminator 3…

Alors, les paradoxes temporels, je vous le jure, ça me laisse toujours les sourcils en l'air et la tronche qui n'a pas tout capté… Malgré tout, je reste toujours fan de ces voyages, même si je ne comprends pas tout.

Voici donc le face à face tant attendu, le combat de Holmes père contre Holmes fils, le combat entre deux cerveaux puissants, mais dont celui du fils possède le talent légué par sa mère et que je ne révèlerai pas ici (ou alors, via MP, moyennant paiement sur mon compte offshore, je veux dire, of course).

Waw, c'est retors ! Et le plus retors de tous, ce ne sera pas le fils de Holmes… J'ai pas tout compris dans le concept de la trame du temps, cela restera toujours pour moi un truc difficile à imaginer, mais j'ai bien aimé la manière utilisée pour résoudre le problème du fiston qui voulait tout faire péter.

Mon seul bémol sera pour le fait que ce nouveau dessinateur ait un peu trop surligné de noir les yeux de Liam Holmes et qu'il lui ait fait des sourcils en M, lui donnant un air démoniaque, ou méphistophélique (fallait le replacer, cet adjectif là !).

Un tome qui clôt ce diptyque puisant ses origines dans la série des « Vampires de Londres » et des « Voyageurs du temps » mais il n'est pas nécessaire de les lire pour aborder ces deux tomes, même si, c'est un plus, bien entendu.

Un tome agréable, un scénario bien ficelé, le fantastique bien abordé, qui ne nuit pas trop à Holmes et un final inattendu, du moins, dans sa réalisation. Même le grand détective ne l'avait pas vu venir.

Là, pas sûr que Holmes et madame vont se laisser aller à mélanger leurs différentes sécrétions, sachant ce que cela risque de donner. Dommage… (à moins de se protéger en couvrant le mont pelé).

Un bon diptyque, mais à réserver pour les inconditionnels du genre ou les curieuses, comme moi. En espérant qu'il y ait une suite…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Mes lectures avec cet auteur sont en dents de scie ! Si j'avais bien aimé "Dernier jour sur terre", j'avais abandonné en route "L'obscure clarté de l'air" et voilà que le problème se reproduit avec celui-ci !Suis-je condamnée à abandonner tous les autres romans de l'auteur que je souhaite lire tels que Aquarium, Désolations, Goat mountain, Impurs ou Sukkwan island ????Où aie-je coincé ? Un peu partout...L'histoire, très déprimante avec James Vann qui ne pense qu'au suicide et à sa famille qui ne sait pas trop comment faire pour lui changer les idées, ces gens qui voudraient que James parle mais quand il commence, ils souhaiteraient qu'ils se taise car ce qu'ils entendent ne leur plait pas.Bref, une lecture en demi-teinte que j'ai lue sans trop faire attention à ce que je lisais tant le sujet ne me bottait pas avant de le terminer plus qu'en diagonale et de l'oublier une fois ma lecture terminée.Tant pis pour celui-ci, il me reste les autres pour me faire oublier ces déceptions et, qui sait, inclure Vann dans mes auteurs préférés, malgré quelques ratés dans mes lectures.Comme disait une copinaute, ce livre n'était sans doute pas écrit pour moi.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Voilà un roman que j'avais acheté durant mes vacances 2018, en seconde main, afin de le découvrir. D'habitude, je laisse mes livres vieillir comme des bons vins et je les déguste rarement en version Beaujolais Nouveau.La preuve avec celui-ci qui a moins d'un an d'étagères de biblio alors que d'autres attendent depuis des années que je les ouvre.Une LC avec Bianca a fait que nous avons ouvert cette bouteille dont l'étiquette nous promettait un grand cru...Le vin étant tiré, il nous fallait le boire. Petit problème dès le départ, Bianca le dégustait en version 33cl alors que je me tapais la version nabuchodonosor, autrement dit la bouteille de 15 litres puisque je n'avais pas la version "abrégée".Résultat des courses ? J'ai diagonalisé ! Je m'en fous que le mot n'existe pas, je l'invente rien que pour moi et je vous le prête parce que je veux bien parier le slip de l'ingénieur Cyrus Smith que tout les lecteurs du monde l'ont un jour fait lorsque le récit était trop lent, trop lourd, trop barbant, avec trop peu d'action, avec trop de blablas et trop de science appliquée qu'on se demande parfois comment des personnages peuvent en savoir autant.Venant de l'ingénieur Cyrus Smith, je peux le concevoir, en me forçant un peu, mais de l'adolescent Harbert qui sait tout des plantes et qui a le savoir d'une encyclopédie ou d'un moteur de recherche Gogole, ça me laisse pantoise et sceptique. sans oublier que l'île possède tout, mais vraiment tout pour les naufragés.— Cyrus, croyez-vous qu'il existe des îles à naufragés, des îles spécialement créées pour qu'on y fasse correctement naufrage ? Anybref, nos naufragés tirent parti de tout, savent tout faire (mesurer des hauteurs, déterminer des longitudes et des latitudes) inventent tout, en passant du feu sans allumettes, de la poterie ou des explosifs (nitroglycérine), le tout avec moins d'éléments que le célèbre MacGyver qui réussissait déjà à tout nous faire avec une épingle et un morceau de string.Alors oui, c'est génial, mais bon sang, à force de lire le récit de nos naufragés à qui tout sourit, ça devient passablement barbant et endormant. Un peu d'action, que diable ! Y'a pas un Tyrannosaurus rex à lâcher sur l'ile mystérieuse pour donner un peu plus de peps au récit ?? Non ??D'ailleurs, qu'est-ce qu'il y a sur cette île mystérieuse ? Des montagnes, des forêts et des îles aux trésors (et si cette phrase vous donne envie de chanter du Johnny, c'est normal, c'est subliminal !) et des tas de pauvres animaux qui vivaient tranquilles avant l'arrivée de nos 5 naufragés et de leur chien.Vegan de tout poils, passez votre chemin, même moi j'ai été scandalisée de voir le nombre d'animaux qu'ils tuent pour bouffer ou pour utiliser... Il ne devait pas y avoir de fruits sur cette ile plus que mystérieuse.Et gare au prédateur qui se la coulait douce sur cette île à la bouffe en open-bar, on ne pense qu'a fabriquer un fusil pour éradiquer tout autre prédateur que l'Homme sur ce bout de terre paumé dans l'océan.C'est quand qu'on arrive à la fin du récit ??? Alors, on diagonalise ! Et on ne soupire pas d'exaspération à chaque fois que Verne écrit "ce Nègre" en parlant du personnage Nab, et on ne lève pas les yeux au ciel à chaque fois que l'on lit que ce Nègre mourrait pour sauver son maître trop gentil qui est Cyrius Smith.Le grand cru n'était donc pas au rendez-vous pour cette dégustation, je ne suis pas entrée dans le récit de Verne, ou plutôt, je m'y suis ennuyée, piquant du nez de temps en temps, passant des paragraphes, sautant des pages et des pages, pour enfin arriver à la fin et découvrir le mystère de l'île que je connaissais déjà et je vous passerai l'anachronisme dans le fait que ces personnages se retrouvent dans ce récit !Oui, on me dira que je n'ai pas vu les thèmes du récit qui sont la recherche de la liberté (on s'évade !), la lutte pour la survie dans un milieu hostile (on devient MacGyver avec le Manuel des Castors Juniors), le retour à l’état sauvage d'un autre personnage puisque Verne pensait qu'on ne pouvait rester seul des années sur une île sans devenir une bête (Robinson n'était pas crédible pour lui) et la rédemption pour la rémission de ses péchés (voir l'Église pour ce chapitre et vous me ferrez 3 avé et 4 pater) grâce à l'amitié (chialez pas, hein !).Malgré tout, la dégustation n'a pas été au rendez-vous, non pas que nous avions en main une piquette, juste que nous n'étions sans doute pas prêtes pour ce grand voyage, ce grand récit de naufrage et qu'on a préféré ouvrir notre frigo pour aller se bouffer une carotte, tant on en avait marre de voir tous ces animaux tués.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
♫ Si j'avais un scalpel, je découperai le livre ♪ Comme Jack The Ripper, ♫ Je prélèverais des morceaux ♫ Oho Et j'en jetterais au feu ♫ Ou les mettrais dans les W.C ♫ Pour pouvoir m'essuyer, les jours où j'ai plus rien ♫ Ohoho, ce serait le bonheur ♪

Oui, hérésie que de couper dans un livre, mais j'ai une envie folle de lui briser l'échine et, aidée d'un scalpel, d'ôter tous les passages qui m'ont énervés prodigieusement : tout ce qui a trait à Walter Sickert, en fait !

Patricia Cornwell a décidé que c'était lui et que l'affaire était classée. Elle l'a même fait noter sur la couverture. J't'en foutrai moi, des affaire classée !

Durant ma lecture, j'ai sauté les nombreux paragraphes consacré à ce peintre car c'est vraiment une bio indigeste et là, zapping.

Avant même de l'ouvrir, je savais très bien que « Jack l'Éventreur, affaire classé, portrait d'un tueur » de Patricia Cornwell sentait le souffre (et pour beaucoup d'autres aussi, notamment les Ripperologues qui l'ont crucifiée).

Autrement dit, il n'était pas question que ce roman, oscillant entre biographie, enquête orientée et témoignages fasse un jour son entrée dans ma bibliothèque.

Pourquoi ? Parce que je savais que Patricia Cornwell avait interprété les faits pour les faire coïncider avec sa théorie et qu'il était flagrant que son enquête n'avait pas été partiale du tout.

Hors, Sherlock Holmes l'a bien dit « C'est la théorie qui doit coller avec les faits ». Parce que bâtir des théories avant d'avoir les données est une erreur monumentale : insensiblement on se met à torturer les faits pour qu'ils collent avec la théorie.

Et pour Patricia Cornwell – qui retrace tout de même avec précision et minutie ces meurtres – le coupable ne peut être qu'un seul homme : Walter Sickert, ce peintre renommé qui n'a pas d'alibi pour les meurtres commis en 1888 (comme 99,99% des habitants de Londres). Pour elle, il EST Jack The Ripper. Point barre.

Sickert ? Bio exprès : peintre, aussi beau qu'amoral – au sens victorien du terme – réputé pour son cynisme, pour sa passion des déguisements, des pseudonymes, des barbes postiches, pour sa manie d'errer des nuits entières dans les quartiers mal famés ainsi que pour les ateliers secrets dans lesquels il se livrait à des activités plus ou moins louches. le profil type, quoi !

Ses thèmes de prédilection dans ses peintures peuvent aussi prêter à suspicion : les prostituées, les cadavres, les hommes menaçants penchés sur de faibles femmes et même… Jack l'Éventreur ! Rhôôô, on se rapproche là !

Mais jusqu'à ce que Patricia Cornwell ne lui tombe sur le paletot, le Walter n'était qu'un nom sur une looooongue liste de candidats éventuels. Et pas dans le peloton de tête, en plus…

Le duc de Clarence, casaque jaune, toque noire, galopait en tête de liste, talonné par les francs-maçons, casaque rouge, toque verte, menant un train d'enfer avec les yearling Aaron Kośmiński et John Pizer. Avec quelques petits dépassement, de-ci, de-là. Sans oublier le vieux canasson de retour : Sir William Gull, médecin de la Reine Victoria.

Alors, pourquoi ai-je lu ce roman, moi qui ne voulait pas le voir trôner sur mes étagères ?? Parce que l'on me l'a donné… Ben oui, merde alors. Je me suis dit qu'il serait peut-être temps que je l'analyse afin d'avoir la preuve, noir sur blanc, de ses boniments et de la torsion de la vérité. Quitte à ce que je finisse avec une distorsion d'intestins. Et puisque ma binôme de Lecture Commune était prête à faire l'indigestion avec moi… GO !

Revenons à nos moutons, ou notre peintre. Comment la mère Patricia a-t-elle pensé à lui ?? Bêtement en étant invitée à Londres et en discutant avec un inspecteur de Scotland Yard qui lui a dit que Walter Sickert avait le bon profil pour être ze Jack. Patricia, jusque là, n'avait même pas connaissance des meurtres de 1888 !

Alors, épluchant la biographie de Sickert, notre Kay Scarpetta du cold case lui a trouvé des similitudes avec la psychologie d'un serial-killer. Et pas n'importe que serial-killer, je vous prie.

Elle est même certaine que les multiples lettres envoyées aux journalistes ou à Scotland yard (certaines furent prises pour des canulars) sont en fait TOUTES de la main de Sickert (oui, toutes !). Comment ? le bougre pouvait aisément contrefaire son écriture et inclure exprès des fautes d'orthographes (jamais les mêmes, of course).

Puisqu'il était adepte des costumes, notre limière est intimement persuadé qu'il était passé maître dans l'art de se travestir et de se fondre dans la foule : idéal pour passer aperçu et commettre des homicides sans être repéré par la suite.

Sickert connaissait l'East End même s'il n'y habitait pas. Bref que de points communs avec le tueur. What'else ?

Mais Cornwell va encore plus loin en l'accusant d'autres meurtres dans Londres, en Angleterre et même jusqu'en France : des femmes égorgées ou des corps démembrés – ce qui implique un changement de méthode mais qui s'accordent avec les déplacements probables du peintre et la sauvagerie de Jack. Pour elle, le Tueur au Torse et Jack sont Sickert ! Avec Sickert, tu doubles la prime !

Pourquoi lui et pas un autre vous me direz ? Cornwell n'est pas la première à l'avoir soupçonnée… Et son livre – qui m'a fait grincer des dents – a quand même été une petite bombe dans le milieu, tellement elle est allée loin dans ses recherches. L'ayant lu, je peux vous dire qu'elle a mangé, bu, vécu, baisé en ayant Sickert dans la peau.

Ça lui a couté un pont, aussi. Quatre millions de dollars selon le Richmond City Magazine, 6 millions selon le New York Times.

Si cher ?? Oui, parce que quand Patricia enquête, les experts du CSI – Gil Grissom et Horatio Caine peuvent même aller se rhabiller. Comme si c'était GI Joe qui débarquait, elle a embauché des bataillons de graphologues, de chimistes et d'experts en tout genre.

Sans compter que tout ce qui était à vendre sur Sickert, la romancière l'a acheté : tableaux, gravures, lettres et même le livre d'or d'un hôtel de Cornouailles sur lequel aurait gribouillé Sickert… Vous comprenez le prix… Niveau enquête, elle y est allée fort, de ce côté là, on ne pourra pas lui reprocher la légèreté.

Madame voulait son ADN et madame pense qu'elle l'a eu (mais bon, qui prouve que c'est bien le sien ?? En plus, plus de 100 ans après, non, mais, allo quoi ? Et Sickert s'est fait incinérer !). Mais quel ADN de suspect avons-nous ? Lequel utiliser ? Comment trouver le bon ?

La police avait reçu des centaines de lettres moqueuses, elle a donc fait rechercher des bribes d'ADN au dos des timbres et sur le rabat des enveloppes afin de les comparer avec d'autres échantillons appartenant à Sickert. Autrement dit, si Sickert a envoyé une lettre pour se foutre de la gueule de Scotland Yard ou des flics locaux, boum, le voilà passé à la postérité en tant que Jack The Ripper.

L'auteur a tout de même reconnu que les résultats étaient encourageants, mais pas concluants : ça a éliminé environ 99% de la population anglaise, mais les résultats sont trop incomplets pour qu'on puisse affirmer que Jack Sickert est bien Walter l'Éventreur. Pardon, le contraire !

En revanche, l'analyse des lettres est très instructive (mais hyper chiante à lire) : non seulement on retrouve le même papier, avec le même filigrane, mais on constate que l'assassin écrivait parfois avec un pinceau en guise de plume et de la peinture en guise d'encre. Un examen minutieux conduit même à identifier des taches d'eau-forte. Or, Sickert était aussi réputé pour ses gravures que pour ses toiles.

Que garderais-je de ce roman qui, malgré ce que je pouvais penser, m'a tout de même apporter quelques jouissances littéraires ? Tout ce qui concerne la ville de Londres, son histoire, ses mauvais quartiers, les moeurs des gens, les putes, les meurtres, les rapports d'autopsie… Tout ce qui fait l'essence d'un grand roman noir ! Pas étonnant que Jack London appelait l'East End « L'Abîme ».

Les chapitres qui traitent de ces aspects techniques, de la psychologie des tueurs en série et des principes de profilage intéresseront les amateurs de polar. Me suis régalée, là.

Les amateurs de gore ou de comptes rendus d'autopsie tels que moi seront rassasiés, puisque, pour rappel à ceux qui ne suivaient pas, ce bon vieux Jack avait cette délicate attention qui était celle d'égorger ses victimes, puis de leur ouvrir le bas-ventre afin de récupérer l'utérus, le haut du vagin ou un morceau de vessie. Là, j'ai pris mon pied.

Les lecteurs aux penchants moins morbides préféreront le voyage dans le Londres de 1888 auquel nous convie la mère Cornwell. M'en suis pourléchée les babines aussi, de ces passages là.

De ce côté là, rien à critiquer, les ambiances sont là, les personnages importants aussi et la ballade dans les rues sombres (en 1888 l'éclairage public laissait encore beaucoup à désirer) est ravissante.

Mon verdict final ? Y'a à boire et à manger… et des tas de choses à scalper. Cornwell est une brillante procureur qui maîtrise son dossier parfaitement, qui le connait sur le bout des doigts et qui nous sort des raisonnements sans faille avec une éloquence implacable. Et ce, à l'écrit ou à l'oral (sur les ondes de la BBC, elle n'aurait fait qu'une bouchée de ses adversaires). Madame a réponse à tout. Elle admet les faiblesses de son dossier mais nie la déformation des faits.

Pourtant, après lecture, et à mon humble avis, l'auteure n'a fait que réunir un faisceau de présomptions et fait tout pour que l'on croit Sickert coupable. On me dira que ça fait beaucoup de coïncidences, mais bordel, ça reste des coïncidences et des conjonctures, des théories et du bla-bla.

Celui ou celle qui ne lirait que ce roman serait persuadée d'avoir eu la réponse à cette vieille affaire et le ferait savoir à tout le monde que l'identité de Jack est connue ET prouvée, fin de l'histoire.

Certes, tout ceci n'est que théorie, il n'y a pas mort d'homme innocent, mais je n'ai pas aimé cette impression que l'auteur prenait des libertés avec les faits, avec les preuves, afin que tout colle avec sa théorie de départ : Sickert.

Il y a comme une odeur de mauvaise foi dans ce récit. Or, dans une enquête, on réuni toutes les preuves, tout ce que l'on a, ce que l'on sait et on élimine l'improbable au fur et à mesure. Mais ce sont les faits qui doivent conduire à une théorie, et jamais le contraire.

On ne part pas d'un potentiel coupable afin de chercher tout ce qui pourrait l'incriminer car en faisant de la sorte, on risque d'omettre des preuves qui pourraient conduire à un autre.

Verdict du procès ? Coupable sur toute la ligne !

Ce que je devrais faire avec ce roman, c'est scalper toutes les pages qui concerne Sickert, toutes les digressions et ne garder que le meilleur, la quintessence du roman : les crimes, la vie dans Londres en 1888, bref, tout ce qui ne comporte pas le nom de Sickert…

PS : Pour ceux que ça intéresse de savoir pourquoi Walter aurait tué… bref, son ou ses mobiles, je vous le dis de suite, c'est encore une histoire de petite bite !

Oui, messieurs, une petite bite peut faire de vous un tueur en série potentiel… D'ailleurs, je pense que je vais tous vous éviter dorénavant, messieurs. Notre homme, lorsqu'il était enfant, a subi une série d'opérations d'une fistule.

Bon, jusque là, rien de grave, vous me direz. Oui, mais, ces opérations le laissèrent avec un pénis nanifié, tronqué, difforme. Puisqu'il ne pouvait pas grimper aux rideaux ou s'amuser avec la bêbête à deux dos (impuissant), il aurait donc joui avec le poignard à la main. Objet phallique, en plus.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Mais quel est l'imbécile qui a établi ma liste de lecture pour le Mois Anglais de juin 2017 ? Ah mince, c'est moi…

Niveau nombres de lectures pouraves mensuelles, je ne sais pas si j'ai déjà réussi à faire pire…

Victor Pivert, déguisé en Rabbi Jacob, m'aurait dit : "Et bien, fallait pas jouer le mauvais chameau !".

Parce qu'ici, nous sommes face à la toute grande littérature… de gare ! Attention, pas d'une grande gare, une toute petite gare paumée dans le trou du cul du monde.

Si les écrits de monsieur Christian Jacq (J.B Livingstone c'est lui) m'ont emporté à un moment de ma vie de lectrice, il n'en serait plus rien maintenant et la preuve m'est apportée sur un plateau d'argent.

Je vais sortir mon scalpel pour l'autopsie sauvage de ce truc littéraire.

Déjà une grosse erreur dans le résumé où l'on nous dit que nous sommes "plus d'un demi-siècle plus tard" : un gros demi-siècle plus tard, oui ! Parce que 1888 + 50 nous donnerait l'année 1938, hors, on nous parle de police scientifique et d'ordinateurs !

Nous nous trouvons clairement dans la moitié des années 80… Autrement dit, presque un siècle plus tard que les événements de 1888.

J'assassine qui maintenant ? Les dialogues et la narration à la limite du neuneu ? Où l'on se demande si c'est un grand auteur qui les a écrit où s'il a délégué la tache à son p'tit neveu ?

Les personnages qui sont stéréotypés, clichés et poussifs au possible ?

L'ex inspecteur-chef Higgins est bourré de qualités, sans défauts aucun, de plus, il parle aux suspects comme si c'était des gosses que l'on gronde !

Quand au super-intendant Marlow, je ne sais pas où Scotland Yard l'a péché, mais bon sang, quel crétin fini !

Nous sommes dans les années 1980 et ce petit monsieur ne veut pas importuner les aristocrates parce que selon lui, les gens de la haute ne peuvent pas être le coupable des crimes atroces !

De plus, ce trouillard rêve depuis toujours d'intégrer la garde rapprochée de la reine Elizabeth II, la plus belle femme du royaume, selon lui.

Rien qu'à entendre certaines de ses réflexions et on comprendra qu'il est coincé de chez coincé et limité intellectuellement. Bref, pas crédible pour un sous, ce super-intendant.

Attendez, je suis tombée sur pire ! Quand notre Higgins, ancien inspecteur-chef à Scotland Yard (à la retraite), accepte d'enquêter sur le meurtre horrible, il va se faire aider par une jeune prostipute qui assistera – à la demande expresse d'Higgins – aux interrogatoires des suspects, réalisés dans une vieille boutique de Whitechapel, cachée derrière un rideau. Non mais j'hallucine, moi !

Autre GROSSE incohérence : je veux bien admettre qu'il serait possible qu'un Copy Cat nous refasse les crimes de 1888… Mais quelle est la probabilité pour que Scotland Yard se retrouve face à une liste de suspects ressemblant à celle de 1888 ou que l'on retrouvait dans les fantasmes complotistes de certains ?

Non mais allo quoi ? On aurait plus de chance de se faire mordre par une chauve-souris enragée alors qu'on habite au 30ème étage, sans ascenseur, avec porte blindée, que de réunir tout ce petit monde : un boucher juif, un chirurgien, un noble attaché à la famille royale, un avocat (qui se nomme Montague aussi), un russe, une sage-femme et un peintre !!

Je vous passerai le final, bête à manger du foin, avec un coupable aux motifs simplistes, pas réalistes pour deux sous et totalement injustifiés.

Anybref ! Une lecture morne, sans joie, un roman sans profondeur, sans rien d'intéressant, avec des personnages fades, clichés, des enquêteurs dont un est un grand dadais qui voit le coupable chez tout le monde, sauf chez les nobles et qui arrêterait n'importe qui sans preuves.

Je m'y suis emmerdée, mais emmerdée, dans cette histoire !

Sans le Mois Anglais 2017, ce bouquin aurait terminé sa vie par la fenêtre ou sous un meuble bancal, arrêté dès la page 10 (ou même avant).

Allez, au suivant !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Comment faire la chronique d'un roman où l'on a pas réussi à rentrer dans l'histoire, que l'on a survolé en soupirant, en sautant des lignes, des paragraphes, des pages, des chapitres entiers ?

Impossible me direz-vous…

Je vais tout de même essayer : déjà au départ, j'ai eu du mal à m'attacher à Madeline, la narratrice, dont je trouvais le récit décousu, inintéressant, et dont j'ai eu envie quelques fois de lui coller une claque pour la faire réagir.

De toute façon, pas moyen de m'attacher aux autres personnages du livre, même au gamin de 4 ans, Paul, que j'aurais aimé balancer dans le lac… Rien de moins !

Pire, je n'aurais pas dû relire le premier tome de Soeur Marie-Thérèse des Batignolles (Maëster) car le petit Paul, je le voyais avec la tronche du petit Attila que l'on croise dans la bédé et je vous jure que ça ne le mettait pas en valeur !

Les loups, que je cherche encore, même si j'ai capté que c'était une métaphore et que les loups de l'histoire devaient être l'Homme qui, comme tout le sait, est un loup pour l'Homme.

Le récit m'a donné une impression de froideur, comme si l'auteur me tenait volontairement à distance de son récit, me fermant la porte d'entrée, survolant des sujets qui auraient sans doute mérité un traitement plus en profondeur.

Autant j'apprécie les romans où les époques s'alternent dans les chapitres, autant ici j'ai trouvé les allers-retours lourds, pénibles, chiants et la plupart n'étaient même pas indispensables, sans parler des circonlocutions (ou l'art de tourner autour du pot) et des faits qui étaient anecdotiques et qui n'apportaient rien à l'histoire.

J'avais eu ouïe dire que j'allais me retrouver face à roman très psychologique et je m'attendais à un suspense à couper au couteau, plus tendu que le soutif de Lolo Ferrari après s'être faite regonfler les nibards, ou à une atmosphère épaisse comme un discours d'un politicien pris les doigts dans le tiroir-caisse, et au final, comme disait l'autre, ça a fait « Pchitt ».

Oui, l'histoire dramatique de Paul, petit garçon embarqué dans une histoire bien tordue c'est révélée être d'une banalité affligeante, ou alors, c'est la manière de la raconter qui était mauvaise et de ce fait, je n'ai pas réussi à pénétrer dans cette histoire.

Chronique d'un drame annoncé, somme toute.

Mon drame a moi c'est de finir déçue par un roman de l'écurie Gallmeister, déçue par un roman que j'avais coché (stabiloté, même !) dans cette rentrée littéraire de septembre 2017 et dont j'attendais beaucoup.

Allez, au suivant !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Autant j'avais adoré "Toutes les vagues de l'océan", autant j'ai détesté celui-ci à tel point que je l'ai même continué en diagonale et qu'au final, je n'ai vraiment pas apprécié ma lecture.

Je reviendrai à cet auteur avec un autre titre.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Qui pourrait Médée à terminer ce livre ? Parce que là, je n'ai pas réussi à dépasser la fatidique page 30.

La panne… Non pas sexuelle mais textuelle ! La panne non pas de la chair (ni de la chaire), mais la panne littéraire.

Bloquée, comme si les rameurs de ma galère avaient tous décidé de partir en grève sans prévenir la direction.

Il est des livres dans lesquels on n'arrive pas à entrer.

Certains n'étaient sans doute pas fait pour nous, ou alors, ce n'était pas le bon moment pour le lire.

Vous serez tenté de me dire, afin de me rassurer « Ce n'est pas grave, pense à toutes les fois où tu y es arrivée sans problème, ça va passer », mais moi, je ne verrai que ce moment où je n'ai pas su alors que j'avais grande envie.

Avec des livres merdiques, on se venge en se déchaînant sur son clavier afin de pondre une chronique pas piquée des vers.

Mais dans ce cas-ci, l'écriture n'était pas merdique, le scénario n'était pas à chier et j'avais vraiment envie de lire la relecture moderne du mythe de Médée, celle qui a pour patronne la sombre Hécate (tout le monde sait que quatre Hécate font huit).

Médée, qui tomba amoureuse de Jason (pas Donovan !), celui qui a piqué la Toison d'Or (pas la station de métro bruxelloise !) au papounet de Médée, qui était Roi.

Cette Médée, qui veut ♫ être une femme libérée (tu sais, c'est pas si facile ♪), qui fichu le camp avec le bô Jason et qui, pour ralentir la barque de son père, jeta à l'eau les morceaux de son frère qu'elle avait démembré… Puzzle grandeur nature. Ludique occupation, non ?

Puis, paraît que le Jason va la trahir… J'aurais aimé lire la vengeance qu'elle lui avait réservée, à ce crétin qui osa défier cette femme qui était "Née pour détruire les rois, née pour remodeler le monde, née pour horrifier et briser et recréer, née pour endurer et n'être jamais effacée. Hécate-Médée, plus qu'une déesse et plus qu'une femme, désormais vivante, aux temps des origines". Ça en jette, non ?? Et moi je loupe tout ça.

M'est avis que ça a dû chier grave pour le Jason et que le gars en a bavé… Fini de mettre ses mains pleines de doigts dans la Toison d'Or de la Médée !

Vu le palmarès sanglant, on va éviter de signaler à cette Médée que je n'ai pas réussi à entrer dans son histoire et que j'ai abandonné ce livre en disant, à voix haute "Homère d'alors !".

Il y a des romans, comme ça…
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 17-03
On le sait, il n'y a pas de guerre propre… L'Algérie, je ne connais que des bribes, honte à moi. Tout ce que je savais, c'est que ça avait été une belle saloperie, comme toutes les guerres.

Ce roman est assez atypique et je dois dire que j'ai eu un peu de mal à rédiger ma chronique parce que j'oscille entre le "charmée" et le "déçue".

Mes déceptions vont au style de l'auteur qui, d'un côté peut me réjouir et puis me faire passer au grincement de dents à cause d'erreurs dues sans doute à son désir d'en faire trop ou à des erreurs de jeunesse.

Autant les personnages peuvent être "grands" et "profonds", autant ils peuvent m'exaspérer par leur côté "je suis grand beau et fort". Sans compter que le détective Sébastien Touraine, profondément blessé par sa précédent histoire d'amour, ait déjà envie d'embrasser la commissaire Aïcha Sadia…

Bon, je passerai sur le côté « coup de foudre » décrit de manière un peu malhabile et les autres erreurs parce que, dans le fond, l'auteur a su me surprendre et m'émouvoir.

Le fait de commencer le récit par un épisode de la guerre d'Algérie est une bonne idée, tout de suite on plonge dans l'horreur et on frémit à l'idée qu'un jeune homme soit déçu de "ne pas s'en être fait un"… L'être humain peut être aussi crétin qu'il est intelligent, on le sait.

Souvent, j'ai pensé que tout était plié et que l'auteur nous faisait comme dans un bon vieux Columbo en nous montrant tout. Et bien non, il a su jouer avec mes pieds, bien que j'aie deviné une chose importante, et ce, bien avant les policiers.

Pas de temps mort, un roman court qui se lit rapidement, mélangeant l'Histoire et le présent, le tout mené par deux policiers expérimentés : un ancien commissaire et une toute fraiche. le tout sur fond de rancoeurs vieilles de 40 ans (nous sommes en 2001).

Une lecture en deux teinte… Charmée d'un côté et embêtée de l'autre par quelques erreurs qui auraient pu être évitées à mon sens.

Malgré tout, je ne regrette pas ma lecture et je compte bien découvrir les autres ouvrages de cet auteur qui a du potentiel. À lui de faire attention à certaines choses.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Abandon avant même la fin car je n'ai pas apprécié le style de l'auteur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-03
Voilà un pastiche holmésien que j'ai abandonné en cours de route car je n'adhérais pas du tout à l'histoire.

J'apprécie mieux Holmes dans des enquêtes conventionnelles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un album toujours plein d'humour et d'ironie et où notre pauvre Lincoln va encore en prendre plein la tronche.

Dieu a toujours l'intention de le remettre dans le droit chemin et Satan de l'en détourner, et notre anti-héros n'en a toujours rien à foutre de ces deux empêcheurs de foutre le bordel en rond.

Les graphismes sont toujours un régal pour mes yeux et les joutes verbales aussi.

Un vrai délice !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Notre Lincoln, devenu policier est corrompu et gras comme un loukoum.

Bardaf, c'est l'embardée, le voici au trou ! Et comme le directeur se soucie comme une guigne de ses prisonniers, notre gras du bide va fondre comme neige au soleil. Il était blindé de fric, le voici plus pauvre que Job.

Toujours beaucoup d'humour dans cette bédé atypique avec un anti-héros encore pire que Blueberry, c'est vous dire. Bon, il a surtout un avantage, c'est qu'il est immortel, le Lincoln.

Et puis, le présence de Dieu et du Diable donnent du piment à cette série qui n'en manquait déjà pas grâce à son personnage principal.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On quitte les plaines pour la ville de Manhattan et malgré ce changement de décor, Lincoln, Dieu et le Diable me font toujours rire.

Une excellente série que celle de Lincoln, plus profonde que l'on pourrait croire en voyant Lincoln, cet anti-héros qui jure comme un charretier et à qui il n'arrive que des misères ou des aventures folles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Je poursuis ma découverte de cette bédé et je peux dire que j'apprécie toujours autant les personnages totalement décalés et l'humour assez grinçant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0