Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Irene-Adler

Extraits de livres par Irene-Adler

Commentaires de livres appréciés par Irene-Adler

Extraits de livres appréciés par Irene-Adler

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Bien que confiné au second rôle, j'avais acquis à son contact certaines de ses compétences. Mon esprit de déduction s'était aiguisé, celui-ci n'arrivait certes pas à la cheville de son génie... mais la mission post-mortem que m'avait confiée feu mon ami me donnait des ailes... et avait réveillé mon habileté et mon courage.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 16-03
— Je peux te taper une clope ?
— Je peux me taper ta femme ?

Moe reflechit un instant et tira les poils de barbe qui poussaient juste sous sa lèvre inférieure.

— Si je te dis oui, alors je peux te taper une cigarette ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 16-03
— Dégage de ma montagne avant que je perde patience et que je te fume sur place.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 16-03
Ne fais pas ça, Gareth. Trouve un peu de pitié au fond de ton coeur. Je suis ta femme. Tu m’as bien aimée à une époque, non ? Ne t’acharne pas. Ne nous empêche pas de partir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 16-03
La fête est finie. C'est la crise à Bull Mountain.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 16-03
Le simple fait qu'une chose ne nous tue pas ne veut pas nécessairement dire qu'elle nous rend différent.
Il arrive que le monde rassemble la juste dose de vice pour nous amener aux portes de la mort, mais qu'on ne meurt pas. On continue, on se remet. Et ce rétablissement n'est pas le résultat d'une nouvelle force intérieur, ce n'est que le refus obstiné de souffrir davantage.
Ce qui ne nous tue pas nous anesthésie, ça cadrait mieux avec la réalité.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Une longue colonne de cendre grise se détacha de l’extrémité de sa cigarette pour tomber dans la crevasse humide qui séparait ses deux seins flasques.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Un gladiateur de seconde zone qui courait le circuit des arènes pour quelques deniers aurait pu décimer à lui seul toute la section avec un simple couteau à beurre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
À cause de la taille de son engin, Jasper n’avait pas eu d’érection depuis la fin de sa croissance, vers l’âge de dix-sept ans, ou du moins pas d’érection digne de ce nom. « Vous n’avez pas assez de sang dans le corps, lui avait expliqué le docteur Hamm quelques années plus tôt. Et même si ça devait se produire, vous vous évanouiriez sans doute avant de pouvoir en faire quoi que ce soit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Il rappelait au sergent ces Anglais que, depuis son hôpital de campagne, il avait observés de loin à la longue-vue en train de jouer au football dans le no man’s land avant une attaque, la tête farcie des notions de gloire, d’honneur et de toutes les conneries qu’on leur avait enseignées dans leurs écoles privées.

À l’issue de leur sortie, tout ce qui subsistait du régiment était leur foutu ballon, rebondissant au fond d’un cratère d’obus empli de lambeaux de cadavres et d’une eau rougie par le sang.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Peut-être qu’autrefois on pouvait s’en sortir avec ce genre de bravade, mais plus maintenant. Maintenant, il y avait des mitrailleuses qui tiraient trois cents balles à la minute, du gaz moutarde qui transformait vos poumons en mousse rose, et des généraux qui pensaient que la perte de quelques milliers d’hommes seulement pour gagner un mètre ou deux était synonyme de grande victoire. Il était bien possible, comme le prédisaient certains, que ce soit la dernière guerre jamais menée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Il la regardait faire le tour de la chapelle conscient que mieux valait ne pas la déranger ni lui demander si quelque chose n’allait pas car ce n’était pas une chose qu’on pouvait expliquer. Juste ce sentiment d’être une âme singulière parmi les vivants infinis et les morts innombrables avec cette terre noire collée à la peau de nos pieds nus.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Et après il passait quelques jours dans la maison. Se rappelait les choses simples qu'elle avait essayé de lui inculquer. Se rappelait les couchers du soleil et les cieux illuminés d'étoiles et le réconfort de l'espace.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Des centaines de kilomètres plats. Des repaires d'esclaves et de soldats. Une terre d'oubliés couverte de cieux infinis.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Je sais que tu as une histoire. Nous avons tous une histoire mais certaines sont meilleures que d'autres, et toi et moi nous savons tous deux qu'il y a un récit caché en toi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Godbarsky écrit que l’idée de l’Alternaissance correspond parfaitement au sens de cette allégorie prénatale… Je traduis mal, pardon. Il dit que, emprisonnés par notre Première et notre Deuxième naissance, nous ne savons pas penser au-delà de ces deux identités. Comme un enfant qui n’est pas encore né. Le vrai but, c’est d’accéder, déjà de notre vivant, à la compréhension de l’Alternaissance… Oui, ce qu’il appelle “le temps de la pérennité.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Le bannissement concerne une quantité impressionnante de personnes. La population française a diminué de moitié et ne compte plus que trente millions d'habitants. Cette contraction a déjà reçu un nom : le Grand Déplacement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Ce soir, nous vivons ce que Godbarsky appelait "clarification". Le chaos du monde se décante, la mascarade de l'Histoire révèle son absurdité. Et la masse humaine - magma d'ethnies, de races, de classes, de clans, d'alliances et de mille autres "catégories" - se réduit à son essence : ceux qui acceptent les limites de l'existence et ceux qui les défient. Au-delà de toute appartenance raciale, sociale ou religieuse, nous sommes définis par ce choix - s'endormir dans la masse ou bien refuser le sommeil.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Quelle que fût la voie empruntée par l’humanité, elle menait à l’impasse. Révolutions, contre-révolutions, mirages libéraux, tours de vis rétrogrades, activismes ou immobilismes, rien de tout cela ne promettait une vie transfigurée. La société occidentale, avant le Grand Déplacement, était une ferme d’élevage produisant des citoyens châtrés par le consentement des craintifs.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Notre corps est moins menteur que nos idées.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 06-03
Chaque année, dans le monde, plus d’un million de femmes sont violées ou assassinées - trois mille par jour. Six millions d’enfants meurent de faim - un enfant toutes les cinq secondes. Et savez-vous combien de balles sont tirées ? Huit cents milliards par an. Une centaine pour chaque habitant de la Terre ! Sans compter les bombes, les missiles…Une tuerie ininterrompue, un hurlement continu des victimes. Tout cela en simultané avec la « vie normale » : fêtes, matchs, élections, vacances, boulimie d’achats…(..) plus les hommes dévorent la nature plus ils se dévorent entre eux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
J’enlevai le mouchoir, je découvris sa main, et à la vue de la plaie je tressaillis malgré le sang-froid qu’une longue pratique m’a donné. Il ne restait que quatre doigts, et à la place du pouce il y avait une surface rouge et spongieuse, horrible à voir. Le pouce avait été coupé ou arraché, juste à sa naissance.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La mise en scène - dans tous les sens du terme - de la mort de Holmes permet alors à Conan Doyle de se débarrasser d'un personnage qui lui pèse, et qu'il considère simplement comme "de la littérature alimentaire". Elle permet surtout d'ancrer le héros dans une imagerie et une mythologie définitivement légendaire, dont les illustrations de Sidney Paget renforcent encore la symbolique du sacrifice ultime du Bien contre le Mal.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Arthur Conan Doyle n'invente pas une forme littéraire, mais il en exploite le potentiel et en fixe un modèle possible , perfectionnant le genre de récit en récit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les aventures de Sherlock Holmes offrent un écho aux controverses et aux grandes interrogations médicales de l'époque.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le public du XIXe siècle est friand de récits de crime et la presse exploite abondamment ce goût en développant la rubrique des faits divers et la fiction criminelle. Il s'agit moins d'une fascination morbide que de l'expression de nouvelles angoisses face à un monde qui change très vite.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0