Livres
534 342
Membres
559 694

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires de livres faits par Irene-Adler

Extraits de livres par Irene-Adler

Commentaires de livres appréciés par Irene-Adler

Extraits de livres appréciés par Irene-Adler

date : 25-10-2020
La seule richesse à tirer de la douleur, si richesse il y avait, était une capacité à supporter une douleur plus grande.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-10-2020
Un vent râpeux se dévidait depuis les profondeurs des montagnes. Partout alentour, la nuit venait chasser les derniers restes de lumière pâle tandis que les étoiles ouvraient peu à peu leurs yeux tendres.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-10-2020
Il réalisa avec émerveillement que le chagrin était une chose dont un homme pouvait faire des réserves, l'entasser comme de l'or au creux de son âme, même si c'était un trésor amer. Il y avait une forme d'égoïsme à se croire seul dans le secret des neiges cruelles de la souffrance.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 25-10-2020
L'orifice pestilentiel de sa bouche, dont émanait une telle puanteur qu'on eût cru que l'homme venait de prodiguer une heure de fellation à un étron.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Good Lord ! C'est le ciel qui vous envoie... Moi qui désespérais de jamais trouver le moyen de me débarrasser de ce damné Bluberry ! Tenez ! Allez le délivrer, il est aux arrêts de rigueur depuis dix jours pour avoir dévaster avec son six-coups tout un saloon, dont le patron paraît-il trichait au poker. Et dites à ce damné fils de mule que je le dispense de me faire ses adieux. Emmenez-le tout de suite ! Et souhaitez bien du plaisir de ma part, au général Dodge !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Ça, on peut dire que vous êtes un fameux client, lieutenant. Ici, les gens ne se baignent qu'une fois par mois! Je crois que je vais vous faire un prix !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Cesse de ronchonner, vieux jeton !... ça va encore te donner soif !...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-09-2020
Pour sa part, Martin Brady n’était pas certain d’avoir envie de voir des gringos. Mais il savait qu’il en verrait ce jour-là. Tout au long de cette remontée vers le nord, vingt-six jours de route avec les bœufs et le lourd minerai – et bien avant encore –, il avait pensé au moment où il se retrouverait à nouveau de l’autre côté du fleuve. Il y avait pensé pendant des années. Quand le patrón lui avait dit d’emmener le minerai dans le Nord, il n’avait pas renâclé. Il voulait savoir à quoi ça ressemblait. Maintenant, il y était presque.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— La vieille femme te dit merde, Mike !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Des dingues contre des sauvages... Lieutenant, je finis par me demander si vous ne portez pas la poisse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Commence à faire sacrément chaud !
- Sunshiarey connaît les points d’eau, sinon, il y a les sagaros !
- Les sagaros, pouah ! Le jus de cactus, c’est dégueulasse !
- C’est mieux que de crever de soif, et puis si vous étiez malin, vous sauriez que là où il y a des cactus, il y a de l’eau en dessous…
- Bon ! Ça suffit, le cours d’hydrographie !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Moi, mon petit, je retourne à Santa-Fé… Rosita commence à me manquer et j’a besoin de me laver l’intérieur et l’extérieur !
- Rosita ! Vous n’avez pas faire votre vie avec Rosita ?!
- Ma vie ?!... Ce qu’elle est ma vie !... Rosita est charmante, le repos du guerrier idéal… Me poker me manque aussi… Et puis, demain est autre jour !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Toujours au rang des spéculations parentales, Alan Arnold pour sa part évoque dans Young Sherlock Holmes (1985) une crise maritale des époux Holmes et y voit aussi l’origine de la vocation du détective, ainsi que son aversion des femmes.

Aux alentours de 1865, le jeune Sherlock aurait suivi son père, à son insu, jusqu’à Mayfair. Là, dans une petite rue donnant sur Curzon Street, il l’aurait surpris en compagnie d’une très belle femme ressemblant trait pour trait à Mrs Holmes.

Sherlock l’aurait raconté à sa mère, provoquant un drame qui aurait brisé la famille à tout jamais.

En devenant détective, Sherlock Holmes aurait endossé sa pleine responsabilité. Chaque enquête résolue serait une forme d’expiation, visant à rétablir le bien.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le chercheur Michael Harrison a découvert la preuve selon laquelle une certaine Mrs Holmes loua un appartement au n°24, Montague Street, en 1875.

Une telle adresse correspond indubitablement au premier logement de Sherlock Holmes à Londres.

Le détective, dans un rare moment de confidence, ne déclara-t-il pas à Watson : « Lorsque j’arrivai à Londres, je louai une chambre dans Montague Street, juste sur l’angle en partant du British Museum."

Ce renseignement démontre qu’il n’y avait pas de brouille particulière entre la mère et son fils cadet, car il apparaît douteux que cette Mrs Holmes ayant pris une location près de Russell Square n’ait pas été la propre mère de Sherlock, assurant le logement de son fils cadet voulant s’établir à Londres.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Je ne sais pas qui tu es connard, mais apprends que quand on veut la peau de quelqu’un, on ne lui tient pas un discours !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Wanted ! Tu ne pourrais pas pour une fois m’en ramener un vivant ?!
- Réfléchis ! Des frais d’obsèques coûtent moins cher qu’une pension en cellule et un procès et qu’une…
- Pendaison ! Ouais je sais, mais c’est un bon spectacle apprécié et dissuasif !
- Bah ! Question de point de vue !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Kit Carson paye cinquante dollars le scalp de navajo… Trente et vingt ceux de femmes et d’enfants… Il n’y a pas de prime plus dégueulasse… Mais tes pourris, ils sont encore pires… Ils ne vont pas se frotter à des guerriers navajos pour gagner leurs scalps… Ils tuent des paisibles Hopis ou Pueblos, et font passer leurs chevelures pour celles des hostiles…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Cela est bon, les Blancs qui s’entretuent !
- J’ai entendu dire qu’ils se tuaient par milliers vers levant…
- S’ils pouvaient tous mourir…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Ce salaud m’a troué le cul !
- Arrête de hurler comme un goret, ça te fera deux trous de balle… tu seras une attraction foraine !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Seul Wanted ?
- De par mon métier, j’ai toujours été considéré comme un pestiféré, alors je préfère me tenir à l’écart…
- On ne peut leur jeter la pierre, il y a de meilleures façons de gagner sa vie !
- En vendant des scalps par exemple !
- Les Navajos sont une plaie pour ce pays. Il faut les éliminer coûte que coûte.
- Et les salopards qui scalpent n’importe quel indien ?
- Bah, ils se reproduisent plus vite qu’on ne les tue ! Et puis, la paix avec les injuns ! Mon problème pour le moment ce sont ces rebelles pourris !
- Ouais… Faut les tuer tous, je sais… Belle mentalité !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-06-2020
Par conséquent, à moins qu’un lionceau, un vautour ou une mouche ait arpenté le secteur en jean, la jeune Oumu n’avait pas seulement croisé le chemin d’une bête fauve, dans cette clairière maudite.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-06-2020
L’homme tendit les doigts comme s’il allait saisir un scorpion par la queue. Un rivet de blue-jean en laiton. Le ranger n’était pas un grand spécialiste du folklore vestimentaire. Mais il était au moins certain d’une chose : Levi Strauss ne rivetait pas les boubous et les pagnes africains. 
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Veronica croisa le regard de sir Maurice. "M. Chapman, que deviendront les gens mis au chômage par ces automates, et que deviendront leurs familles ? Si on leur prend leur travail en les remplaçant par ces êtres artificiels, la plupart connaîtront la misère, sans espoir d’embauche nulle part. Où voyez-vous l’intérêt de l’Empire là-dedans ?"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 02-06-2020
Cependant, il ne faut pas oublier que, pour les hommes du Moyen Âge, identifier les symptômes cliniques du mal et les moyens médicaux de le guérir ou de le prévenir était moins important qu’identifier les causes réelles, à savoir religieuses et spirituelles, de la pandémie. Là se trouvait l’unique garantie de guérison.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 04-05-2020
— Et maintenant, dis-moi, Morgado, qui est Sherlock Holmes et qui le docteur Watson ?
— Tu en es sûr ?
— Mon ordinateur en met sa souris au feu.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 04-05-2020
— Tu es dans un bureau de la PJ ? Encore mieux : dis-leur de me mettre de côté un petit kilo de la meilleure, d’accord ?

— Mais pour qui les prends-tu ?

— Mais qui crois-tu qui m’approvisionne ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode