Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de isabel40 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le bonheur : tableaux et bavardages Le bonheur : tableaux et bavardages
Philippe Delerm   
Un joli petit roman rempli de charme, qui se lit assez vite... Je regretterais seulement qu'il n'y ait pas vraiment eu d'histoire, ce que j'ai trouvé un peu déroutant, bien que ce soit normal dans ce contexte.

Quoiqu'il en soit je retiendrais une chose de ce livre : le bonheur, ça s'apprend.

par LetoBronn
Babylone Babylone
Yasmina Reza   
Elizabeth, la narratrice, et son mari Pierre ont décidé de faire une petite fête de printemps avec leurs amis. Par manque de chaises, ils demandent aux voisins d’au-dessus, les Manoscrivi, de leur en prêter et de se joindre à la fête. Tout le monde rit, tout le monde s’amuse, jusqu’à ce que Jean-Lino se moque gentiment de sa femme Lydie qui se préoccupe beaucoup trop d’après lui du sort des poulets d’élevage.

Dans la nuit, un meurtre est commis…

Entre la satyre sociale et le roman policier, Yasmina Reza nous décrit cette étrange soirée au travers les yeux d’une femme. Les détails les plus anodins, exacerbés à cause de l’alcool, de la situation, viennent frapper le lecteur, qui attend au tournant, pressentant le drame.

Le roman est bien écrit, même si on a hâte de savoir ce qui va se passer et qu’une fois qu’on y est, on se pose beaucoup de question sur la réaction parfois étrange des personnages. De même la fin du roman ne m’a pas totalement convaincu, il manque peut-être une chute pour redonner du piment à l’ensemble de l’histoire.

Donc un roman plutôt sympa, qui se lit bien, avec une intrigue intéressante, mais il m’a manqué un petit je-ne-sais-quoi qui l’aurait rendu vraiment inoubliable !

par heleniah
Un jour Un jour
David Nicholls   
Un livre magnifique!! Je vous le conseille, et puis j'ai aussi été voir le film et l'adaptation cinématographique vaut vraiment le détour... Aujourd'hui, il est assez rare de voir des films aussi excellent que le livre ET SURTOUT qui reste fidèle à l'histoire principale et au message que ce bouquin fait passer ;)

par Melanyy
Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables Le Secret de la manufacture de chaussettes inusables
Annie Barrows   
Ah ! Quel fraîcheur, quelle détente, quel plaisir, bref, tous les adjectifs positifs qui vous tenteront !

Première chose : le résumé ne rend absolument pas justice à ce roman. Les personnages présentés ont l'air fade et ... fade. Prenons Felix, d'abord. "Le père, le troublant Felix". Non mais ! "Le père" ! Felix, c'est bien plus que ça.

Ce qui m'amène en fait à ce que je voudrais dire à propos de ce roman : ce n'est pas l'histoire, l'intrigue, qui en fait toute la saveur, mais bien les personnages. Un peu comme dans le Cercle Littéraire des Amateurs d'épluchures de patate, finalement.
On veut découvrir le fameux secret, bien sûr, mais ce secret n'est rendu intéressant que grâce aux personnages concernés. Bon, il y a les personnages rigolos, qui donnent une petite saveur supplémentaire à ce roman : Mae, Minerva et leur maris, Bird (la tribu Romeyn), les voisins, Geraldine... Et puis il y a les autres, les vrais, ceux qu'on voudrait à tout prix connaître.

Tout d'abord, il y a Willa. C'est le premier personnage qu'on rencontre, le premier point de vue auquel on est confronté. Bon, pour le coup, je ne veux pas "à tout prix" connaître Willa. Mais elle est très importante, puisque ce qu'elle désire le plus, tout au long du roman, c'est détenir des secrets. Drôle de petite fille qui lance parfois des remarques tout à fait étonnantes pour son âge, c'est grâce à elle qu'on va pouvoir pénétrer les recoins de Macedonia, les endroits, les choses auxquelles personne ne prête attention à part les enfants (les enfants vifs d'esprit). Et puis Willa, c'est le point de vue qui a fini par me faire pleurer. Voilà qui la fait remonter dans mon estime.

Ensuite, il y a Jottie. 2è point de vue. Pour le coup, j'aimerais avoir Jottie pour meilleure amie. 35 ans, tante célibataire qui élève les filles de son frère avec tout l'amour et surtout tout l'humour dont elle est capable. Elle, Mae et Minerva forment un trio diabolique qui m'a vraiment bien fait marrer ! Mais ce que j'aime chez Jottie c'est cette profondeur incroyable du personnage.

Après, Felix ! "Le père". Ahah. Felix, c'est l'homme parfait. Il est drôle, beau pour ce qu'on en sait, intelligent et intéressant. Felix, tout le monde l'aime. Ce qui est amusant, chez ce personnage, c'est qu'on le découvre par plein de points de vue, mais jamais le sien: celui de Layla (en parlerai-je ? Non. C'est un personnage décisif, et pourtant elle ne m'est pas plus sympathique que ça. Je vous laisse la découvrir!), celui de Jottie, et celui de Willa. Trois femmes qui l'aiment, toutes à leur manière, ce qui nous fait trois façons de découvrir Felix (ou pas)

Et puis, bien sûr, la figure qui traverse tout le roman sans jamais s'y poser : Vause. Vause, qu'on déteste, qu'on adore, qu'on pleure, qu'on voudrait tellement rencontrer mais qui ne reviendra jamais (voilà que je me remets à pleurer devant mon écran). Sans Vause, il n'y aurait pas d'histoire, et sans Vause, ce roman ne serait pas aussi génial qu'il l'est.

Ah ! J'ai oublié une catégorie : les personnages importants mais qui n'ont pas la saveur des autres. Sol, le sous-directeur de la fabrique de chaussettes, Layla (bah voilà, j'en ai parlé finalement !), l'aristo un peu perdue qui n'a jamais vu de vache de sa vie et j'allais dire Emmett, mais non, Emmett a le droit de rejoindre la catégorie précédente (pour moi en tout cas), parce qu'on a envie de lui faire des câlins et de lui dire qu'on l'aime.


Pour faire court, c'est pour la famille Romeyn qu'on veut à tout prix lire ce livre, parce qu'elle est incroyable. Je vous laisse découvrir en quoi.
Quant à l'écriture, on est pas déçu : on retrouve la légèreté et l'humour de Annie Barrows, ainsi que quelques lettres ! Juste ce qu'il faut pour rire un peu (surtout les lettres de Layla à son oncle)


par Cazolie
Les Trois vies de Babe Ozouf Les Trois vies de Babe Ozouf
Didier Decoin   
De l'amour, du mystère, un zeste de magie ou de sorcellerie (?), des personnages de femmes séduisants et parfois inquiétants... tous les ingrédients d'un livre qui sait captiver son lecteur.
Gravé dans le sable Gravé dans le sable
Michel Bussi   
http://kaecilia.fr/2016/09/11/grave-dans-le-sable-de-michel-bussi/#more-2384

Je me demande souvent comment j’ai pu passer autant d’années sans connaître le talent de Michel Bussi. A chaque fois que je m’autorise à ouvrir l’une de ses oeuvres, c’est un véritable coup de coeur qui prévaut sur le précédent. Gravé dans le sable est, pour le moment du moins, mon Michel Bussi préféré et occupera toujours une place particulière dans mon coeur.

Je crois tout d’abord que ce qui fait la force de ce roman est sa thématique. Les romans qui abordent la seconde guerre mondiale sont nombreux, mais rares sont ceux qui invitent à se mettre à la place des soldats, encore moins des soldats du débarquement de Normandie. Michel Bussi réussi à nous convier dans la peau d’un homme prêt à mourir pour autrui, sans pour autant tomber dans le pathos ou le funeste.

Au contraire, il nous présente un héros à la chance burlesque, amoureux d’une femme certes, mais de la vie d’abord. Le livre dans les mains, j’avais le coeur qui battait à cent à l’heure pour Lucky, pour sa vie, pour ses rêves. Véritable coup de coeur, j’ai repensé à maintes reprises à ce personnage, avec la forte envie de le connaître et de le côtoyer dans mon quotidien.

Avec le recul, je réalise que je me suis attachée à l’intégralité des protagonistes, qui font parfois des apparitions brèves, mais toujours ponctuelles. Chacun détient son histoire, son environnement, ses qualités et ses défauts. Il n’y a aucun stéréotype dans Gravé dans le sable, seulement des personnages qui tentent de se construire avec le traumatisme de la guerre. Je dois reconnaître que j’ai moins appréciée la belle Lison, car sa vie de déchéance m’a fendu le coeur.

J’étais sans cesse intriguée, curieuse de comprendre et de découvrir les voleurs de Lucky. Je n’ai finalement réussi à déjouer les pièges qu’au moment où Michel Bussi nous les révèle. C’est donc un roman policier réussi, dont les nombreux rebondissements perdent judicieusement le lecteur jusqu’à l’annonce finale.

Par ailleurs, la dernière scène n’est pas conventionnelle même si elle est attendue. Le final est symbolique et permet au terme d’une oeuvre captivante, de boucler la boucle.

Comme Lucky, mettez la chance de votre côté en découvrant d’urgence ce roman policier: un coup de coeur à coup sûr!

par Kaecilia
Les Gouttes de Dieu, Tome 6 Les Gouttes de Dieu, Tome 6
Tadashi Agi   
Le Grand Tomine doute de ses capacités contre le fils de kanzaki.

par Sakina'77
Le théorème du perroquet Le théorème du perroquet
Denis Guedj   
Un livre passionnant, qui nous fait découvrir l'histoire des mathématiques, tout en résolvant une enquête policière.

A mettre dans toutes les mains, car c'est vraiment passionnant !

Même si on n'aime pas les maths, ou que l'on croit être nul, c'est très facilement compréhensible, alors, allez-y !

par Kato
Jeux de dupes Jeux de dupes
Nicci French   
C'est un triller ? C'est un roman dans lequel il est censé y avoir une enquête ? Si c'est le cas je ne l'es pas vu !

C'est plutôt le quotidien d'une jeune médecin qui arrive à la campagne et qui héberge une jeun fille dont les parents sont sauvagement assassinés. Tout le long du livre ça tourne en rond. Seul la fin montre une pseudo enquête mais c'est vraiment très léger.

Je m'attendais vraiment à autre chose en prenant ce livre , je suis déçue.



par surpass
Ô Verlaine ! Ô Verlaine !
Jean Teulé   
J'avais une image des poètes douce et romantique. Ce livre qui aborde la fin de vie de Verlaine nous montre une totale autre image : débradé, débravé, ivrogne, malheureux, malade ... Verlaine est udécrit comme un personnage aimant l'alcool, les aventures amoureuses quelque soit le/la partenaire ...

L'image douce et romantique ne l'est plus ... Malgré tout, Teulé a su intégré les poèmes de Verlaine et on ne peut aimer ces poèmes écrits dans la douleur, la pression qui se dit amoureuse ; L'argent est au coeur de tout ! L'amour est difficile, la jalousie de ces 2 amantes est féroce !

Un livre où l'on s'attache à ce Verlaine qui parait désabusé, fatigué et qui n'a qu'une seule envie : profitez des plaisirs de la vie !

par vividudu