Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de isabel40 : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
La femme du Ve La femme du Ve
Douglas Kennedy   
Un roman étrange et mystérieux, envoûtant. Une curieuse spirale infernale et diabolique. On suit le protagoniste principal dans sa descente aux Enfers, possédé, envoûté par cette mystérieuse femme. L'intrigue est originale, le dénouement laisse perplexe...
La Peau sur les Os La Peau sur les Os
Stephen King   
Avocat dans le Connecticut, Billy Halleck est un homme en surpoids, hanté par cette injonction murmurée presque sournoisement par ce vieux Tsigane alors que Billy sort tout juste du tribunal où il a été innocenté du meurtre accidentel d'une vieille Gitane surgie brusquement d'entre deux voitures. Bien que la victime n'ait pas pris la peine de regarder en traversant, le vieux Tsigane ne le voit pas de cet oeil et prononce un seul mot à l'intention de l'avocat : "maigris !".
Perdre huit kilos en une semaine, sans suivre aucun régime, s'avère inquiétant et conduit Billy à se poser cette question : "Et si le vieil homme m'avait jeté un sort ?".

C'est mon premier Stephen King, une rencontre à la fois percutante et marquante, celle d'une lectrice qui découvre un grand auteur, un géant doué pour créer une ambiance très particulière, à la fois inquiétante et angoissante, morbide parfois. C'est une atmosphère qu'il installe progressivement dans son récit, mais de façon croissante, rendant son lecteur accroc, au point qu'il en tourne les pages avec frénésie, pour ne pas en perdre une miette et savoir ce qu'il va advenir de Billy.
Cette angoisse est aussi celle de son personnage, Billy Halleck, une frayeur qui le ronge et qui le ramène sans cesse à ce fameux jour, à sa sortie du tribunal. Stephen King arrive à nous communiquer la détresse et l'incompréhension d'un homme qui, au fil des chapitres, maigrit considérablement et pour lequel l'acte de se peser est devenu une véritable torture, une sorte de rituel qu'il redoute, se retrouvant comme un animal craintif, complètement démuni face à une balance hostile.

Si cette lecture maintient un suspense permanent, une sorte de course contre la montre où chaque minute est comptée, elle nous donne également l'occasion de nous familiariser avec un peuple qui fait peur, un peuple nomade aux moeurs et coutumes différentes, où les femmes et les hommes disent la bonne aventure, vendent des potions et des philtres magiques, vivent dans des roulottes, organisent des combats d'animaux...
Ce qui m'a frappée c'est ce contraste insolent entre la pâleur du visage de Billy et les robes colorées des Gitanes, de même que son humeur en berne, incapable de rivaliser avec le sourire provocateur qu'elles affichent.
Stephen King (Richard Bachman) a le don d'écrire des scènes vivantes que l'on n'a aucun mal à visualiser, la bonne idée d'inclure des réflexions personnelles de la part de son protagoniste, réflexions qui apportent un plus dans la narration et qui rapprochent le lecteur davantage de ses personnages dont on ne sait s'ils sont simples personnages de fiction ou carrément acteurs de cinéma. Et quelle imagination dans le choix des sortilèges, car Billy ne sera pas le seul à en faire les frais.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a été chaudement recommandé par Sandrine, cet auteur que Pascal appelle, à juste titre, le "Maître". J'ai pris énormément de plaisir à me plonger dans cette histoire imaginée avec force et talent.
La fin m'a un peu déroutée mais qu'importe, le livre tient en haleine jusqu'au dernier chapitre et je suis certaine qu'il est possible que nous l'interprétions tous de façon bien différente ce dénouement. En tout cas, c'est une lecture que je ne suis pas près d'oublier et un auteur auquel je vais sans doute m'intéresser de plus près et mieux découvrir à travers d'autres de ses écrits.

par SuperNova
Constellation Constellation
Adrien Bosc   
Ce sont des noms qui mélangent dans notre tête, les noms des morts. Le livre d'Adrien Bosc est sans doute un hommage aux victimes du crash de l'avion Constellation le 28 octobre 1949, mais je n'ai pourtant éprouvé aucune émotion durant ma lecture.
Constellation, qui étonne par son aspect journalistique, est un roman difficile à lire. Les chapitres s'enchaînent sans fluidité, les personnages ne sont que de pauvres silhouettes sur la trame d'un compte-rendu plat et vide de sentiments.
De toutes les victimes dont l'auteur relate la vie, je n'en ai retenu qu'une seule : Ginette Neveu. Violoniste de grande renommée, talentueuse, prodigieuse, c'est son histoire qui m'a touchée. Sans elle, j'aurais abandonné ma lecture au profit d'un autre livre.
Que reste-t-il une fois que l'on referme ce livre ? Rien, absolument rien. Une sensation de vide, de temps perdu presque. Des trente-sept passagers et de l'équipage du Constellation, tous ayant trouvé la mort dans ce drame aérien, on se souviendra de Ginette Neveu, éventuellement de Marcel Cerdan, l'amour d’Édith Piaf. Mais des autres, on oubliera jusqu'à leurs noms.
Une critique d'Air France peut-être ? Non, je ne pense pas… Adrien Bosc ne s'attarde pas beaucoup sur le crash en lui-même, ni sur les détails techniques. Tout au plus, il les évoque à quelques reprises en exposant la nuit du crash, le moment où toute communication entre la terre et l'appareil est perdue. Il y aura bien un ou deux chapitres sur la compagnie aérienne après le drame, sur un procès, mais cela reste tellement vague que cela passe presque inaperçu.
Alors que l'on serpente entre le passé des victimes, que l'on prend sur soi pour ne pas refermer ce livre ennuyeux, vient l'idée que l'auteur soit mauvais. Il ne l'est sans doute pas réellement, mais, de mon point de vue, sans œuvre l'est. Tant de mots amassés là, jetés au travers des pages, sans âme, sans émotions...

par Jay117
Les pieds dans le plat Les pieds dans le plat
Michel Serrault   
le titre exact, c'est ''Les pieds dans le plat'' mais je pense que vous aviez compris!

par Rom4in
Toxine Toxine
Robin Cook   
Hello,
Encore un bien géniale!!!!!
Encore une fois,thriller réussi mais on en vient à se poser la question,lorsque l'on voit ce qui arrive de temps en temps ,sur la qualité de nos produits alimentaires !!!!!!
je vous le recommande moi ba j'ai adorée !!!
marquise66
La Florentine, tome 2  : Fiora et le Téméraire La Florentine, tome 2 : Fiora et le Téméraire
Juliette Benzoni   
Que le début est long... Et que certaines étapes le sont aussi... C'est d'autant plus dommage que les rebondissements ensuite sont nombreux et intéressants et que les changements de sentiments ne cessent de nous faire changer d'avis et de nous surprendre.
Tome 2 pas tout à fait à la hauteur du premier et dont les longueurs m'ont rapidement donné envie d'aller lire autre chose.

par Nie-chan
Agatha Raisin enquête, Tome 1 : La Quiche fatale Agatha Raisin enquête, Tome 1 : La Quiche fatale
M. C. Beaton   
Un premier tome pas mal du tout.
Le résumé est très attrayant, mais je trouve que l'histoire l'est un peu moins. L'enquête policière est intéressante sauf que je trouve qu'elle passe presque au second plan. En effet, nous découvrons le personnage d'Agatha Raisin qui vient d'emménager dans un petit village des Cotswolds et ce tome nous montre comment elle s'intègre à cette nouvelle vie.
Les différents habitants du village sont assez désagréables. Il n'y a que certains personnages qui m'ont plu et je n'ai pas vraiment réussi à les apprécier plus que cela. Agatha est agréable à suivre, mais je n'ai pas une affection particulière pour ce personnage. En revanche, j'aime beaucoup l'agent Bill Wong. Il apporte un peu de normalité et c'est l'un des rares personnages que je trouve réellement chaleureux avec les autres. Roy me plaisait bien au début du roman, mais il a commencé à m'agacer après l'aide qu'il apporte à Agatha. Puis, il y a l'arrivée de James Lacey, un personnage qui aura sans doute une grande importance dans les prochains tomes.
Pour finir, j'ai bien aimé ce premier tome, mais je trouve que l'enquête policière est trop mise en retrait. Les trois derniers chapitres sont les plus intéressants car ils sont centrés sur l'enquête. L'identité du tueur n'est pas très originale et je l'ai trouvé assez facilement. En revanche, j'aime la manière dont Agatha trouve le coupable. L'écriture est facile à lire et le livre se lit assez rapidement. L'humour de l'auteur ne m'a pas spécialement fait rire, mais il y a de l'idée. Je pense lire le prochain tome pour me faire une meilleure idée sur cette série.
L'Instant présent L'Instant présent
Guillaume Musso   
On pourrait difficilement faire plus décevant que ce livre là, et pourtant, j'ai lu absolument tous les Guillaume Musso. J'étais une fan. Etais, parce que Monsieur Musso réécrit la même formule encore et encore: une histoire fantastique, une histoire d'amour difficile, et un twist finale.
Sauf que cette fois, et depuis déjà quelques romans, cela ne prend plus.
La fin de "L'instant présent" donne terriblement envie de pleurer: soit la fin est inutile, soit c'est tout le roman. En tous cas, les deux ne vont pas ensemble et j'ai eu l'horrible impression d'avoir perdu 4heures de ma vie (par chance, c'est le sujet initiale du livre!) en le lisant.
Si on aimait "Et Après", si on aimait "Seras tu là", c'est parce qu'on ouvrait revenir en arrière et voir les petits indices, ici non, ici on efface tout simplement plus du trois quart du livre qui finalement, ne servaient pas à grand chose.
Et bien sûr on échappe pas au héros médecin, écorché vif...
Bref. J'avais un doute avec les derniers Musso, mais maintenant, il semble sûr que celui ci aura été mon dernier...

par Eledwyn
Les Cinq Personnes que j'ai rencontrées là-haut Les Cinq Personnes que j'ai rencontrées là-haut
Mitch Albom   
Un idée de départ très originale... Quelles personnes et quels événements ont dessiné avec nous le cours de notre existence ? Quels éléments dont nous ignorons tout ont changé notre destinée ? Comment nos parcours d'humains se croisent et s'enchevêtrent ? Et si nous obtenions ces réponses dans l'au-delà...?
Un beau livre, un rêve troublant.
Les carnets noirs Les carnets noirs
Colette Tessier   
Justine Mauduit est la mère de " huit-z-enfants ". Pour chacun, elle note sur un carnet noir tout l'argent qu'ils ont coûté depuis leur naissance. Le destin capricieux prêtera-t-il main forte à cette paysanne dans la mission qu'elle s'est fixée : récupérer chaque sou dépensé par les siens ? Tous les soirs, dès que son mari est parti se coucher, elle sort de la grande armoire un carnet et l'ardoise sur laquelle les dépenses de la journée sont scrupuleusement notées.