Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Isabelle-Colyn : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
L'Homme gribouillé L'Homme gribouillé
Serge Lehman    Frederik Peeters   
L'Homme gribouillé est le genre d'ouvrage vers lequel je ne me serais pas forcément tourné, mais que j'ai vraiment apprécié.

L'histoire nous emmène dans la vie de la famille exclusivement féminine des Couvreur, qui regorge de mystères tournant autour de l'aînée de la famille, Maud. Ce que va soudain découvrir Betty, ainsi que sa fille Clara, ce qui va s'ensuivre d'une quête sur les traces du passé de Maud. Mais ce passé semble plutôt étrange, puisqu'un homme-oiseau est à leur poursuite, sans empathie ni regret, à l'air plutôt dangereux.

On est vite emporté dans ce récit, dans cette quête exécutée par Betty et sa fille Clara, qui ne sera pas sans encombres. On découvre à leurs côtés des éléments sur leur mère et grand-mère Maud, des éléments qui leur fait se poser des questions sur leurs propres origines, sur leur histoire familiale et sur Maud elle-même. On est pris dans l'intrigue, à vouloir savoir les motivations de l'homme-corbeau, les mystères entourant la famille Couvreur, mais aussi les réponses aux questions qui arrivent par la suite. On est pris dans ce voyage, un peu initiatique, avec les deux femmes, mais nous aurons aussi quelques scènes avec le mystérieux homme-oiseau.

On pourrait penser au premier abord qu'il s'agit d'une histoire contemporaine sans aucun élément imaginaire, mais on voit vite que le fantastique et le fantasmagorique ont une place non négligeable dans le récit. On retrouve différents éléments de ce genre qui ponctue le récit, et font partie de quelque chose de grand, qu'on ne s'imagine pas encore dans les premières pages.

Les différents femmes que l'on suit sont attachantes, que ce soit Clara ou Betty, voire Maud. Betty est une femme seule avec sa fille sans réels liens sociaux, qui semble se rechercher. On ressent un malaise qui l'habite et qui s'invite même dans ses cauchemars. Clara, adolescente, semble encore innocente, pleine de joie de vivre, qui n'a pas connu de coups durs jusqu'ici, et qui a hérité de l'imagination débordante de sa grand-mère. Cette dernière, bien qu'on la voit peu, est attachante aussi à sa manière, particulièrement dès lors qu'on connaît les raisons des choix qu'elle a pu faire.
Ces femmes sont le centre de l'intrigue, tout tourne autour d'elles, du début jusqu'à la fin.

Les illustrations racontent à merveille cette histoire, toujours en noir, blanc et nuances de gris. Bien que je sois rarement attirée par l'unique noir et blanc dans les planches, cela correspondait parfaitement pour cette histoire. Elles étaient vraiment bien dessinées, avec des détails d'une finesse remarquable. On voyait notamment les animaux qui étaient superbes, mais aussi les petites marques de la vie qui passent, comme les rides. Cet ensemble crée une ambiance un peu étrange, mais aussi fantastique, en accord avec l'histoire, et nous permettant d'y plonger d'autant plus.

La fin résout la plupart des questions que l'on se poser durant le récit, et surtout explique le passé et les choix de Maud. On est spectateur de quelque chose qui semble presque irréel, complété par la dernière page. Mais malgré ça, il est vrai que certaines des questions restent sans réponse, notamment quelques-unes tournant autour de l'homme-oiseau, qui peut ainsi nous laisser avec un voile d'incompréhension lors de la dernière page tournée.


Pour conclure, j'ai franchement bien aimé cette histoire mais aussi les illustrations qui conviennent parfaitement au récit. Malgré quelques réponses qui restent malheureusement sans réponse, la fin répond en majorité à celles que l'on pouvait se poser, d'une manière fantasmagorique voire irréelle.
Une oeuvre que je recommande donc, bien qu'elle soit conséquente, tant au niveau des pages que du prix, achetée ou empruntée.

Note de 4,5/5 sur le blog
L'Anniversaire de Kim Jong-Il L'Anniversaire de Kim Jong-Il
Aurélien Ducoudray    Mélanie Allag   
Un bonne petit claque.

On découvre la Corée du Nord, ou plutôt, une autre Corée du Nord, à travers les yeux d'un enfant qui y a toujours vécu.
Derrière un trait enfantin, se cache une histoire dure, sur la dictature, la fuite mais aussi sur la désillusion. Car notre héro va passer à l'age adulte en traversant de nombreuses épreuves et de nombreux lieux, qui vont petit à petit changer sa vision du monde et surtout du régime dans lequel il a grandit.

Un BD à placer dans les mains des plus grands, mais à lire.
La Page Blanche La Page Blanche
Boulet    Pénélope Bagieu   
En ouvrant l’album, on se trouve face à cette fille, assise toute seule sur un banc dans Paris, le regard perdu. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Elle a tout oublié. L’empathie pour le personnage principal est à peu près immédiate. Impossible de ne pas se demander à un moment donné « crénom, qu’est-ce que je ferais à sa place ? » Et vous, que feriez-vous ?

Faut dire que l’amnésie d’Éloïse est particulièrement sélective – et Boulet précise d’ailleurs dans le dossier de presse qu’elle n’existe pas « dans la vraie vie ». Éloïse se souvient de tout, sauf de ce qui la concerne de près ou de loin.

Petit à petit, Éloïse va donc creuser, chercher des indices, le moindre petit truc qui pourrait la faire avancer, lui permettre de recoller les morceaux (on a atteint le point « recoller les morceaux »). Son boulot, ses collègues, sa famille, son enfance. Mais il reste toujours des trous. Et puis la cause de tout ça ? Qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Éloïse ne peut pas empêcher de laisser échapper son imagination, ce qui donne lieu à des interludes particulièrement bien fichus et qui ponctuent la narration de La Page Blanche.

La fin, elle, est particulièrement bien fichue. Joli twist, mister Boulet, on s’attend à tout sauf à ça. Certaines à la rédac l’ont trouvée « décevante », mais mon interprétation personnelle, c’est que dans la vie, c’est le chemin qui compte, pas l’arrivée. Et puis ça fait plutôt réfléchir sur sa condition à soi. Ce qui n’est jamais une mauvaise chose, de réfléchir, en fait.

Quant au dessin, c’est du Pénélope dans tout son art. Elle arrive à merveille à exprimer la palette d’émotions par laquelle passe la toute paumée Éloïse. Les couleurs sont magnifiques et elle dessine Paris avec tellement d’amour.

Donc oui, vous pouvez y aller, vous pouvez acheter La Page Blanche les yeux fermés, l’histoire est haletante, mais attention, c’est un vrai « page turner » (on a troooop envie d’avancer), vous risquez de le finir trop vite et quand c’est fini, on en veut encore. C’est à peu près le seul défaut que je lui trouve.


par Rayathea
Collaboration Horizontale Collaboration Horizontale
Carole Maurel    Navie   
https://jukeboxcornerblog.wordpress.com

Les années d'occupation allemande en France sont parmi les plus sombres du pays : la population y ayant montré ce qu'elle avait de pire et si peu de son meilleur. Au sortir de cette période, nombreux furent les gens, hommes et femmes, qui n'avaient ni les mains propres, ni la conscience tranquille. Pourtant, dès la libération ce sont les femmes uniquement qui furent l'objet de procès populaires improvisés. Leur crime ? Avoir aidé l'occupant et, pire encore, lui avoir vendu ses charmes. Leur peine ? La tonte et l'humiliation publique.

Dans le tumulte et l'embrasement de la libération, elles furent trop nombreuses à subir injustement cet abject traitement dont le but premier n'était certainement pas la justice équitable, mais bien de servir de sordide exutoire à la frustration de plus de quatre années d'occupation.

Collaboration horizontale de Navie et Carole Maurel s'attache à apporter de la nuance à ces verdicts sans appel, montrant, à travers les portraits malheureux de plusieurs femmes, les peines qu'elles purgent déjà au quotidien : femmes isolées et vulnérables, femmes enfermées dans un carcan insupportable, femmes-objets abusées, à la merci des hommes, femmes obligées à un mariage sans amour, rabaissées, cantonnées à l'ignorance... Autant de raisons pour les femmes de vouloir sortir des sentiers tracés pour elles et tout autant pour les hommes de vouloir les y maintenir.

Alors, méritaient-elle un tel traitement ? Est-ce un crime de vouloir s'en sortir ? De vouloir se sentir épanouie ? D'aimer sincèrement la mauvaise personne ? Le soldat allemand était-il forcément aussi haïssable que son grand patron Hitler ? L'allemand était-il plus détestable que certains « bons » citoyens français ? Autant de questions qui, avec le recul de plusieurs décennies, amènent à des réponses bien différentes de celles de l'époque, révélatrices de l'animosité aveugle qui s'empara de tout un pays et dont les femmes furent, encore une fois, les victimes faciles et tout trouvées.

Navie et Carole Maurel retranscrivent parfaitement les dilemmes et les tourments qui animent les femmes qu'elles mettent en scène. Par d'habiles procédés d’ellipses et de décalages texte/image, elles nous racontent une histoire bien plus longue que ne le permettrait le nombre de pages.

Tout est soigné et pensé. Il y a du boulot dans le travail des cases, aux rendus différents en fonction des temporalités, jusque dans la représentation des personnages. Du dessin, au premier abord simple et brouillon, se dégage beaucoup de sensibilité, de justesse dans les expressions, de dynamisme dans les poses et de fluidité dans les mouvements, rendant le tout très vivant. On se laisse facilement porter et toucher par le drame qui se joue sous nos yeux et dont on connaît l'issue.

Reste qu'en première lecture, certains passages se sont avérés confus et confondants (mais rien qu'une relecture ne puisse dissiper) ce qui m'a empêchée en premier lieu de rester pleinement connectée à ces femmes dévoilées avec pudeur.

Bref, cette BD est une très bonne découverte, aussi bien pour le sujet, l'approche que la qualité de la représentation, qui me donnent envie d'explorer les autres réalisations des autrices, semblant s'être bien trouvées avec cette collaboration horizontale sur le papier, presque alchimique.
Twilight, Tome 1 : Fascination Twilight, Tome 1 : Fascination
Stephenie Meyer   
Que dire de plus ???? Moi je l'ai ouvert la première fois dans le train, il était tard, j'avais passé une journée de m.... sur Paris, et là.... je l'ouvre, (le contrôleur a du m'appeler à plusieurs reprises je crois), et pouf j'étais arrivée à la maison ! J'ai dû le finir dans la nuit...
ATTENTION : Addictif +++, le lire entraine une forme d'autisme lectique grave pouvant entrainer agressivité en cas de sevrage trop rapide...

Par contre le film, j'accroche pas vraiment...

par Lilwen
Les Filles au chocolat, Tome 4 : Cœur coco Les Filles au chocolat, Tome 4 : Cœur coco
Cathy Cassidy   
http://leslecturesdelily.overblog.com/-84-les-filles-au-chocolat-t4-coeur-coco

Mon avis :

Merci infiniment aux Éditions Nathan pour ce service presse !

Les couvertures de cette série sont toutes splendides et gourmandes, mais celle-ci est à mes yeux la plus belle. J'adore ses couleurs et ce qui en ressort !
Comme son titre l'indique, dans ce tome, nous suivons l'histoire de Coco.
Coco, c'est la petite dernière, elle a 11 ans et à une grande passion, celle des animaux.
Elle passe son temps à faire de bons cupcakes, elle les vend et donne la recette aux œuvres caritatives, soit pour les baleines, les ours ou les pandas...
Coco est une jeune fille au grand cœur qui pense au bien-être des animaux avant toute autre chose.
Elle fait beaucoup d'équitation dans un centre équestre, d'ailleurs, elle a son poney fétiche « Coconuts », mais ce poney est difficile à dompter.
Étant donné que Coco est un brin têtu, elle va monter ce poney, mais l'inévitable va arriver et Coco va s'embarquer dans une drôle d'histoire, heureusement, elle pourra compter sur l'aide d'un ami...

Les personnages sont toujours aussi bien décrits, ils prennent vie au fur et à mesure de l'avancement dans les lectures.
Les filles ont toutes des caractères bien distincts et sont toutes très intéressantes.
Elles embarquent avec elles leurs amis dans des aventures inattendues et complètement incroyables. Elles n'ont pas froid aux yeux et mettent toujours énormément de cœur dans ce qu'elles font.
Et puis, on a toute une fille au chocolat en nous donc on s'attache forcément à elles !

J'ai été très surprise par la fin de ce tome, je trouve que plus j'avance dans cette série, plus Cathy Cassidy me surprend.
C'est vraiment une série à découvrir et à faire lire aux plus jeunes.

Pour conclure :

Une fois de plus, j'ai dévoré ce tome en quelques jours. J'ai adoré l'univers de Coco, qui est pourtant très loin du mien.
J'ai très envie de lire le prochain tome qui je pense va nous parler d'Honey. Depuis le début, c'est celle qui m'interpelle le plus donc j'ai vraiment hâte !

Mon avis sur "Coeur Cerise" : ICI
Mon avis sur "Coeur Guimauve": ICI
Mon avis sur "Coeur Mandarine": ICI
Mon avis sur "Coeur salé": ICI


Lily
Les Filles au chocolat, Tome 5 : Cœur vanille Les Filles au chocolat, Tome 5 : Cœur vanille
Cathy Cassidy   
Ce tome était vraiment génial !
J'ai carrément redécouvert Honey, j'étais même à des kilomètres de savoir qu'elle était aussi mature (Prendriez-vous l'avion seul(e) pour aller à l'autre bout de la planète à 15 ans ?) et aussi courageuse. [spoiler](honnêtement, je n'aurais pas supporter le harcèlement dont elle a été victime).[/spoiler]
Après l'anorexie, la maltraitance animale et la mort d'un proche, un autre sujet grave est abordé ici avec les filles au chocolat : les dangers d'internet. [spoiler]En effet, je ne pense pas avoir été la seule à comparer Facebook à Spider Web et à me dire qu'après la lecture de ce livre, on peut en tirer une très bonne morale : tout n'est pas rose et forcément bien protégé quand on est sur Internet.[/spoiler]
Je ne saurais dire si ce tome est mon préféré de la saga tellement je les adore tous, mais je dois bien avouer qu'il fait parti des premiers (Comment résister à cet air de vacances, cette chaleur, ces plages, ce paysage ?).
Le fait qu'elle continue les "hostilités" avec Cherry et Pady est quand même bien agaçant, mais dans le fond c'est peut-être compréhensible, hélas..
[spoiler]Le père d'Honey, homme irresponsable et inhumain (car non, une ado anorexique ne va pas bien) m'a fait rager plus d'une fois. Un père pareil, mais c'est horrible ! Comment peut-on croire qu'il aime ses filles une seconde ? A part leur donner de l'argent, il les laisse complètement de côté. [/spoiler]
Mais j'ai littéralement dévoré ce tome et les surprises qu'il contient m'ont fait tomber de dix mille mètres de haut. [spoiler](ce n'est qu'après 5 tomes (ou devrais je dire 6) que l'on apprend l'existence d'un frère dans la bande des soeurs au chocolat, ce qui est complètement dingue !).[/spoiler]
Ah, et aussi : je vois de nombreux commentaires dire que ce tome est le dernier, mais non : la série des filles au chocolat, ce n'est pas fini ! On aura le droit d'avoir le point de vue de Finn, Tommy, et peut être aussi de Stevie ou Ash. Place maintenant aux garçons au chocolat !


par Cathy-
Les Filles au chocolat, Tome 5 ½ : Cœur sucré Les Filles au chocolat, Tome 5 ½ : Cœur sucré
Cathy Cassidy   
Magnifique tome. La première histoire est très touchante. On comprend mieux le personnage qu'est Tommy, ainsi que son amour pour Summer. La deuxième est magnifique. Je n'ai pu que me plonger dans le personnage de Jodie, ayant moi même fait de la danse; bien qu'à petit niveau. Je comprends tout à fait ses sentiments, et les imaginent clairement. Tout le long de cette lectures je n'ai fait que voir des danceuses virvolter au rythme des mots. Très beau tome, et une belle plume comme toujours. Cet auteur est une valeur sûr.
Les Filles au chocolat, Tome 5 ¾ : Cœur poivré Les Filles au chocolat, Tome 5 ¾ : Cœur poivré
Cathy Cassidy   

Mon avis :
La première histoire parle de Jamie, le petit ami de Skye. La première fois qu'il l'a vu il est tombé fou amoureux d'elle, mais un an plus tard, de l'eau a coulé sous les ponts et même si au début, la distance n'a nullement affecté le couple, ces derniers temps Jamie se sent de moins en moins amoureux de Skye et de plus en plus proche d'Ellie

J'ai adoré cette petite nouvelle ! Jamie est un personnage très intéressant et attentionné.
Je l'ai trouvé très touchant. C'est un protagoniste fantastique qui sait se montrer modeste et tendre.

Ellie m'a laissé de marbre. Je l'ai trouvée trop sûre d'elle et trop confiante. Elle m'a particulièrement agacée et c'est en grande partie pour ça que cette nouvelle n'est pas un coup de coeur. ..

La famille Tanberry elle, est comme à son habitude acceuillante, chaleureuse et dynamique. C'est toujours très agréable de retomber dans cet univers !

La seconde histoire elle, parle d'un tout autre garçon. Stevie. Vous vous souvenez ? Dans le tome quatre, c'est lui qui avait aidé Coco a sauver les poneys ! Après s'être pris un râteau (appelons un chat un chat) avec Coco. Il décide de retenter sa chance un an plus tard. En effet, notre blonde pétillante malgré son attachement à lui, lui avait tout simplement dit qu'elle n'était pas prête...
Mais lorsque la famille Tanberry invite celle de Stevie au réveillon du Nouvel An, c'est une occasion inespérée pour le jeune homme !

Dans le tome 4, j'avais eu beaucoup de mal avec Stevie, je le trouvai trop sûr de lui et renfermé mais ce tome a effacé tout les choses négatives que je pensais sur lui ! On retrouve un protagoniste incertain, et qui se pose énormément de questions et qui fait preuve de maladresse ce qui est tout simplement adorable. A ce rythme là, je vais vite le préférer à Shay aha !

Coco est égale à elle même, douce rigolote et sympathique. Même si ce n'est pas ma favorite des filles au chocolat, elle me plaît énormément. C'est un personnage très simple qui accorde une grande importance à la nature.

J'ai adoré retrouver le style d'écriture si fluide et agréable de Cathy Cassidy ! L'auteur a ce don de nous rendre heureux avec chacune de ses histoires !

Je doit néanmoins reconnaître que j'ai préféré la seconde nouvelle à la première. L'histoire
de Stevie et Coco m'a particulièrement captivée contrairement à celle de Jamie et Skye que j'ai trouvé bien trop prévisible à mon goût.

Les filles au chocolat est une saga que j'aime énormément car la diversité des personnages nous permet de nous identifier à certains. De plus, c'est une histoire accessible à tous qui ne finit jamais de nous surprendre !

Pour conclure, j'ai encore passé un très bon moment avec un livre de Cathy Cassidy et si elle devait ressortir un nouveau tome des Filles au chocolat, je sauterai dessus sans hésitation !
Les Filles au chocolat, Tome 6 : Cœur cookie Les Filles au chocolat, Tome 6 : Cœur cookie
Cathy Cassidy   
Un dernier tome très touchant, qui clôture bien la saga !
On rencontre Jake, le demi-frère des filles, et sa famille. Ils vivent une situation compliquée et Jake alias Cookie va tout faire pour arranger cela, en allant même jusqu'à rencontrer ses demi-sœurs au chocolat !
J'ai trouvé l'histoire intelligente et bien construite, comme dans les tomes précédents. Jake et sa famille m'ont plu, tout comme le fait de retrouver nos cinq soeurs adorées et d'avoir enfin une conclusion satisfaisante à leur situation.

par Cleem27