Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Isabou007 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Orgueil et préjugés Orgueil et préjugés
Jane Austen   
Depuis plusieurs mois je me suis découvert une adoration pour la lecture fantastique, mais je me suis promit de lire d’autre style pour ne pas passer a côté d’un bon roman, car mes goûts son assez variés dans presque tout.
Orgueil et préjugés, un livre de 622 pages, si je n’aime pas ça va être long… Mais non je me suis fais avoir ! Malgré d’être loin de mon style de lecture j’ai craqué. (Mais je dois avouer que j’ai du parcourir la moitié du livre pour me sentir aisé, me laisser bercer et enivré par l’histoire).
Le personnage d’Élisabeth m’a charmé. Ici loin d’être une histoire de coup de foudre, mais bien une évolution de sentiments renversés.
Je sais que ce livre est un coup de cœur de beaucoup de personne et qu’il a reçu beaucoup d’éloge, c’est pourquoi je voulais le lire, le mettre au défit de voir si il pouvait me séduire. Il a réussit avec un franc succès.


par vallery73
La Nuit sacrée La Nuit sacrée
Tahar Ben Jelloun   
J'ai lu des prix Goncourt que j'ai trouvé tellement mal ecrit que je me demandais comment ils avaient pu avoir un tel prix... C'est pas du tout le cas de celui-ci, bien au contraire. Les descriptions dans ce livre sont tout simplement magnifiques. On est entre le conte et le rêve éveillé, il y a beaucoup de métaphores, d'évocations, d'images, le tout est à la fois très pictural et très poétique.
Il y a une autre chose qui m'a vraiment emballé dans ce livre, c'est la façon dont l'auteur évoque sa culture marocaine. On sent une vraie envie de partager quelque chose avec ses lecteurs, de décrire, d'expliquer, de faire rêver ou au contraire de nous choquer, mais cela, sans aucun cliché.

Par contre, j'ai pas été plus emballée que ça par l'intrigue. Notre narratrice a la particularité d'avoir été élevée comme un homme par son père (voir "L'Enfant de sable" du même auteur, bien que les deux livres peuvent être lus indépendamment l'un de l'autre). Ce dernier vient de mourir, et elle décide alors de s'émanciper, de vivre enfin sa vie de femme. Sur le papier, c'est une histoire qui me semble vraiment intéréssante, dans les faits j'ai plutôt envie de dire peut mieux faire. J'ai eu le sentiment qu'on avait mis le paquet sur les superbes descriptions, mais que celles-ci n'étaient pas vraiment mises au service de l'histoire, qui m'a semblé un peu délaissée.
J'ai eu en permanence un sentiment de confusion : l'histoire est perdue au milieu des descriptions, et non pas l'inverse. J'ai eu un sentiment de trop court par moments, dans le sens que certains éléments de l'intrigue, les sentiments des personnages ou leurs personnalités auraient mérité qu'on s'y attarde un peu plus. A d'autres moments, j'ai eu un sentiment de trop lent, car les actions se faisaient trop rares. Je reconnais quand même que certains moments de l'histoire sont vraiment marquants et/ou touchants et/ou puissants [spoiler]: la scène de l'excision, par exemple, elle prend vraiment aux tripes. On peut pas rester de marbre quand on lit ça.[/spoiler]

L'un dans l'autre, malgré ses qualités, c'est pas un livre que j'ai vraiment pris plaisir à lire. Je le déconseille pas pour autant, c'est pas du tout un mauvais livre, mais il était tout simplement pas à mon gout.
Nous rêvions juste de liberté Nous rêvions juste de liberté
Henri Lœvenbruck   
Une histoire bouleversante. Ce livre est un énorme coup de cœur, j'ai tourné ses pages à une vitesse ahurissante, l'histoire m'a saisie et impossible de m'en détacher. 

Divisé en trois parties, ce récit nous embarque dans une histoire particulière. On commence à suivre les aventures de la bande dans une petite ville, Providence, où on découvre les personnages ainsi que leur amitié naissante. Ensuite, On suit leur road trip à travers les États Unis, on s'extasie devant des paysages magiques et des moments poignants. Pour finir, on découvre la conclusion de leur voyage et de cette belle aventure.

Ce livre est une Ode à l'amitié et à la Liberté. L'amitié avec un grand A, celle que chacun rêve de connaître une fois dans sa vie. On apprend au fil des rencontres et des étapes ce qu'elle représente vraiment. Comme dirait Bohem ; Liberté, Respect et Honneur. La liberté ça se paye, le respect ça se gagne et l'honneur ça se mérite tout comme l'amitié. 

Un livre sur l'univers de la moto. Des femmes, de la drogue, des bagarres, des motos, des rencontres... Tout est réuni pour nous permettre une immersion totale dans cet univers passionnant. On a envie de se rebeller de partir à l'aventure sur sa moto et de dormir à la belle étoile chaque jour de notre vie. On souhaite se réveiller de la monotonie de nos vies, sortir de sa zone de confort et devenir enfin soi-même, parcourir le pays sans argent avec sa bande de potes des étoiles plein les yeux. On se surprend à rêver de grands espaces et de liberté. Cette Liberté, si difficile à obtenir et au prix tellement élevés que beaucoup renoncent. 

Les personnages sont tous sombres et torturés, chacun à sa petite histoire. Un passé difficile et douloureux, ainsi que de nombreux traumatismes. On s'attache à chacun, on rit avec eux, on pleure aussi. 

Plus les pages défilent, plus les sentiments sont fort et poignants. Le début de l'histoire tout en légèreté et en humour, laisse place à des moments plus sombres et oppressants. L'histoire devient addictive et nous prend aux tripes. Les émotions sont amplifiées et, avec une fin en apothéose, l'auteur a réussi à me bouleverser complètement. C'est sans conteste un des plus beaux livres que j'ai lus.

par Mallow6
Revanche Revanche
Cat Clarke   
http://wandering-world.skyrock.com/3146253302-Undone.html

Elle a réussi. Une fois de plus, elle a réussi. Alors qu'à un certain moment je n'y croyais plus trop, Cat Clarke a réussi. Elle a réussi à me faire pleurer devant toute ma famille. Elle a réussi à me faire trembler et à m'arracher le cœur, à me couper le souffle et à me retourner l'estomac, à me faire vivre une aventure tellement intense que c'est comme si je l'avais rêvée. Elle a dépassé toutes mes attentes, alors que nous savons tous qu'elles étaient juste inaccessibles. Mais elle l'a fait. Undone est un coup de cœur. En fait, non. C'est tellement plus que ça. Je suis en train de vivre une véritable gueule de bois livresque. Je ne comprends pas comment les gens autour de moi peuvent continuer à agir normalement alors que mes sentiments viennent juste d'être éclatés, détruits, ravagés. Ce n'est pas normal. Undone m'a bouleversé. Undone m'a dérangé. Undone occupe mon esprit. Undone fait frissonner mes mains. Undone va me hanter. Undone va m'obséder.
Écrire cet avis ne va pas être une partie de plaisir. Loin de là même, je pense. Voyez-vous, je plains sérieusement le prochain livre que je vais lire, parce qu'il ne pourra pas arriver à la cheville de ce roman. Il y a tellement de choses à dire. Tellement de choses à ressentir. Tellement de choses à vivre. Je pense que je ne e dirai jamais assez : Cat Clarke est, en l'espace de quelques mois seulement, devenue ma déesse en tant qu'auteure de Young-Adult. Je ne vous cache pas qu'après avoir lu Confusion et Torn, j'en attendais donc beaucoup venant de Undone. Surtout que les avis sur Goodreads étaient vraiment excellents, et qu'ils promettaient la réception de nombreuses claques. Je m'étais préparé à ça. Et, franchement, je ne pensais pas que Cat Clarke pouvait dépasser les limites déjà parfaites qu'elle s'était imposée avec ses deux précédents ouvrages. Sauf qu'elle l'a fait. Et merveilleusement bien, en plus. Undone m'a dévasté.
Undone c'est, avant tout, l'histoire de Jemima et de Kai. Une histoire d'amitié renversante et émouvante au possible, qui ne laissera personne de marbre. Kai est homosexuel et, malheureusement pour elle, Jem a complètement craquée pour lui depuis leur plus tendre enfance. La situation est assez spéciale et assez amusante quand on y pense, et Jem a appris à faire avec. Tout était parfait, jusqu'au jour où une vidéo de Kai a été mise en ligne. Vidéo dans laquelle on comprend clairement qu'il est gay. Pour Jem, ce n'est pas grand chose. Il va savoir vivre avec. Sauf que les choses ne se passent pas exactement comme ça. Kai se suicide, laissant derrière lui une Jem détruite. Mais il n'a pas vraiment dit son dernier mot. En effet, il a laissé douze lettres, une pour chaque mois de l'année, à Jemima.
Je n'ai pas vraiment l'habitude de développer un peu plus le résumé d'une histoire mais, pour écrire mon avis, je pense que cela est nécessaire. Sinon, vous ne comprendriez pas du tout mon ressenti sur l'héroïne, Jem. Jem est un personnage hors du commun. Mais pas le sens que vous pourriez croire. Elle n'est pas parfaite. Elle n'est pas plus intelligente, plus belle, plus connue ou plus forte que les autres. Elle est hors du commun parce qu'elle est dérangeante. Je ne sais pas vraiment si je me suis réellement attaché à elle. Quoique les larmes que j'ai laissé couler une fois ma lecture terminée me penchent à dire oui. Je vous explique : Jem s'est mise en tête de venger la mort de Kai. Pour elle, les responsables de son suicide ne sont autre que les élèves les plus populaires du lycée. Elle va donc décider de s'introduire dans leur cercle très fermé, pour le détruire de l'intérieur.
Undone nous permet donc de totalement et exclusivement vivre son désir de revanche. Au départ, j'ai eu du mal à la cerner. Puis au bout d'un moment, clac. Je me suis mis à l'adorer. Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais un milliard de papillons se sont mis à battre des ailes dans mon ventre. Le truc, c'est que Cat Clarke joue carrément avec la santé mentale de Jem. Et, vous me connaissez, j'ai adoré ça. A des dizaines de reprises je me dis : "Non. Non ce n'est pas possible. Elle n'a pas fait ça. Oh purée si, elle l'a fait.". Et je parlais aussi bien pour Jem que pour l'auteure. Elles nous en font véritablement voir de toutes les couleurs. Jem m'a dérangé. Mais, genre, VRAIMENT dérangé. Le "est-ce-qu'elle-est-folle-ou-quoi-?" dérangé. Je n'arrive même pas décrire mes sentiments vis-à-vis d'elle. Elle à beau débloquer complètement et être prête à toucher la folie du doigt pour venger la mort de Kai, elle n'en reste pas moins touchante et renversante. Mais je ne devrais même pas m'en étonner. Cat Clarke a toujours eu ce pouvoir. Elle sait rendre ses protagonistes réels. Concrets. Cohérents. Humains. Destructeurs. J'ai souffert physiquement pour Jem. Je ne vous parle même pas de mon mental, qui est pratiquement décédé, là tout de suite. Jem est une étoile. Un peu folle et inquiétante, mais personne n'est parfait, non ? Puis sa quête de revanche pour son meilleur ami est magnifique, en un sens. Dangereuse, dérangeante et déchirante, mais magnifique.
Hormis Jem, Kai m'a, lui aussi, énormément convaincu. Il m'a touché comme rarement un personnage l'a fait. L'idée de ses lettres m'a carrément tué. Le retrouver chaque mois était devenu vital, aussi bien pour Jem que pour moi. Il m'a fait rire. D'ailleurs, le roman en général m'a fait rire. Plutôt bizarre. Enfin personnellement, je trouve ça juste magique. Cat Clarke a le don de nous faire sourire alors que l'ambiance de son récit est noire et ensorcelante. C'est juste... Ouaw. Kai m'a fait pleurer. Kai m'a donné envie de vivre. De sourire. De profiter de chaque seconde. Kai m'a tué, au même titre que Jem. Ces deux-là, ainsi que leur amitié inébranlable, ont fait saigner mon cœur et mon âme.
Niveau rebondissements, c'est l'explosion. Bon par contre, j'ai noté un petit bémol. Voyez-vous, je me suis quand même dit au bout d'une centaine de pages que j'en attendais trop, comme dit un peu plus haut. Cat Clarke ne faisait que tâter le terrain et mettre en place les bases de son récit. Je ne dis pas que c'était ennuyant, loin de là, mais j'aurais aimé que tout aille un tout petit plus vite. En même temps, je ne suis absolument pas objectif vu que j'avais mis la barre très haut. Donc bon. Toujours est-il que j'ai eu peur d'être déçu à un moment, et que je comprendrais totalement que certaines personnes trouvent quelques longueurs assommantes. Je le répète, ça n'a pas été mon cas, mais je préfère vous avertir. Mais Cat Clarke se rattrape parfaitement bien avec la suite de son histoire. La preuve, j'ai mis 6/5 à Undone malgré ce minuscule défaut, cela veut tout dire. Les coups de théâtre vont crescendo, et, au fur et à mesure que l'intrigue se développe, c'est comme si l'auteure nous enfonçait des coups de poignard dans l'estomac. On souffre vraiment. J'ai dû poser plusieurs fois le roman pour reprendre mon souffle. Undone, c'est ce genre de livre. Celui qui vous fait transpirer, qui vous pousse à aller voir votre demie sœur à 1h30 du matin dans sa chambre pour lui parler de vos sentiments carrément emmêlés les uns aux autres, qui vous empêche de dormir et vous pousse à réfléchir. Undone, c'est une histoire qui vous fait du mal et qui arrive à vous faire aimer ça. L'overdose nous guette à chaque page, tel un précipice mortel, et on se jette pourtant tête la première à l'eau.
Quand je vous dis qu'il vous pousse à réfléchir, j'entends par-là qu'il vous pousse VRAIMENT à réfléchir. Il y a tellement tellement tellement de messages à déchiffrer. Tellement de symboliques à comprendre. Tellement de choses à creuser et à interpréter. Rien que le fait que Jem puisse s'introduire dans le groupe le plus populaire du lycée laisse à penser : il ne serait donc pas si horrible que ça ? Il ne jugerait donc personne ? Et si ce que l'on pensait de lui était totalement faux ? Bon ok, à l'écrit ça paraît stupide, mais, quand j'y pense, je vous jure que les réflexions sont hyper importantes. Puis même, la revanche de Jem est ultra perturbante. De toute manière, tout est perturbant dans ce livre.
Amitiés, trahisons, mensonges et amours s'entremêlent et s'entrechoquent dans Undone. Je vous jure que la romance présente dans cette histoire m'a bouleversé. A cause de Jem, une fois de plus. Il y a du sexe. Beaucoup de sexe, d'ailleurs. Il y a des instants chargés de passion et d'émotions. Il y a des moments perdus entre beauté et horreur. Puis il y a des heures de lecture enchanteresses et palpitantes, qui ressemblent terriblement à des secondes qui s'engrènent trop vite.
Avec Undone, Cat Clarke va encore plus loin. Encore plus au cœur même des choses : des sentiments, des désirs, et de tous les éléments qui font de nous des êtres imparfaits. Elle a réussi à créer une histoire encore plus intense, plus touchante, plus à fleur de peau que ses précédents récits, chose qui semblait être juste impossible et impensable. Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais je n'ai pas pu m'empêcher de répéter les mots "dérangeant", "perturbant" et "obsédant". Mais Undone, c'est ça. Une histoire dérangeante et perturbante, qui ne peut pas s'empêcher de nous obséder. Je reviendrai souvent à ce livre, à ses personnages et à son histoire. J'en suis intimement persuadé.

Suite de ma chronique : http://wandering-world.skyrock.com/3146253302-Undone.html


par Jordan
Article 353 du code pénal Article 353 du code pénal
Tanguy Viel   
J’ai commencé ce roman suite au conseil d’un libraire et je n’ai pas été déçu. Ce n’est pas un coup de coeur mais j’ai quand même passé un bon moment. J’ai découvert une nouvelle narration, on n’est plus en train de lire mais en train d’écouter, comme si Martial Kermeur était avec nous. Et petit à petit, on comprend que la victime n’est peut être pas celle que l’on croit. De plus, j’avais vraiment envie de le finir pour découvrir la signification du titre !

par Angel89
Les optimistes meurent en premier Les optimistes meurent en premier
Susin Nielsen   
Un roman adolescent intéressant et surtout émouvant.

Pétula et les autres enfants d'ARTPSY ont tous quelque chose en commun : ils se sentent coupable. Une culpabilité qui les empêchent de vivre pleinement leur jeunesse.
Petula, elle, a pris le parti du pessimisme. Tout peut lui arriver. Il faut donc se protéger de tout, quitte à ne plus réussir à vivre...
Lorsque Jacob arrive dans sa vie, son quotidien ou plutôt sa routine obligatoire, tout change. Elle va devoir s'affronter elle-même !

En conclusion, des personnages attachants et atypiques, beaucoup d'émotions. Dans la vague des livres « feel good » qui apprennent à mieux vivre. J'ai lu « Ta vie commence quand tu comprends que tu n'en a qu'une » juste après avoir terminé le Susin Nielsen et si j'ai pu voir une même idée dans les deux ouvrages, j'ai largement préféré « Les optimistes meurent en premier ».

par dadotiste
Une affaire comme les autres Une affaire comme les autres
Pasquale Ruju   
Un roman noir qui sort de sentiers battus, surtout en ce qui concerne la mafia et l’approche habituel de ce thème auquel nous sommes habitués. Ici, il faut oublier ce que l’on pensait pouvoir trouver à propos de la mafia. Tout se construit entre deux femmes autour d’une table, ce n'est pas un rendez-vous entre deux copines, non, il s’agit bien d’un interrogatoire mené par Silvia Germano la procureure avec Annamaria, la veuve de Marcello Nicota, chef de la ‘Ndrangheta. Un dialogue entre deux femmes pour structure à une histoire résolument mafieuse racontée par la femme du numéro un. Je n’ai pas été déçue par le point de vue original choisi par l’auteur. On comprend tout de suite que le grand patron ‘U-Primu est mort et que c’est en tant que suspecte qu’Annamaria est interrogée. Le rythme est plutôt lent au début, une histoire forte qui devient palpitante et je n’ai pas pu lâcher ce livre tant les questionnements se bousculent, c’est avec avidité que j’ai poursuivi ma lecture afin d’en apprendre plus et d’enfin mettre de la compréhension tant cette construction est complexe et les détails foisonnants. Dès le début on devine combien cette affaire sera tout sauf une affaire comme les autres. Rien de plus facile pour le lecteur que de se projeter dans les souvenirs d’Annamaria, on s’échappe ainsi un petit moment de la salle d’interrogatoire pour vivre tantôt de la douceur, tantôt des choses plus effrayantes. La gestion des différents flashbacks n’étaient pas toujours aisées. On navigue entre suspense, drame, violence mais aussi amour, trahison bref de quoi nous faire vibrer comme jamais. Arrive enfin le final et quel final, une révélation qui nous apporte une vision différente de tout ce que nous venons de lire, sans remise en cause, juste un éclairage original et bien vu qui rend ce livre carrément savoureux. Bonne lecture.
http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2019/02/23/37121653.html
Le Pays sans adultes Le Pays sans adultes
Ondine Khayat   
Un très très beau roman.
L’histoire d’un jeune garçon à la vie difficile. Vie dans un HLM. Mère battue par son père. Père alcoolique. [spoiler]Frère qui se suicide.[/spoiler]
Un livre très touchant. Je pleure rarement en lisant ou en regardant un film, mais là, les larmes n’ont pas pu s’empêcher de couler… C’est peut-être dû à la narration, faite par le jeune héros : on voit par ses yeux, on ressent par ses sentiments et sensations. C’est aussi dû à la justesse de l’écriture, qui reflète une réalité. La réalité d’une détresse sans nom. Mais après les moments les plus noirs, l’espoir revient, et c’est la force de ce roman. Comment croire à la vie, après avoir vécu si jeune de si banales atrocités. Grâce à l’amitié et la foi.
Alice marche sur Fabrice Alice marche sur Fabrice
Rosalie Roy-Boucher   
Pour oublier un chagrin d’amour, Alice marche sur le chemin de Compostelle à la recherche d’un meilleur lendemain. Elle use ses pieds sur des chemins toujours plus difficiles dans le but d’oublier la peine qui l’habite. On avance avec elle à travers ses nouvelles rencontres et ses souvenirs parfois joyeux ou parfois tristes. Pour ma part, la beauté de ce livre réside dans ce personnage qui parle franchement le québécois et qui avance à grand coup de sarcasme sur une trame de Gerry Boulet.

par Lisa-41
Lumière noire Lumière noire
Lisa Gardner   
Je suis tellement déçue !
Lisa Gardner est une auteur que j'apprécie beaucoup. A partir du plus simple, elle nous tisse toujours des histoires très complexes avec des personnages à la psychologie très élaborée, avec des sujets parfois très durs. Mais apparemment, ça ne prend pas toujours. Et cette fois-ci, c'est un flop.

Peut-être un problème de sujet. Les séquestrations de jeune fille innocentes... Mwarf, c'est assez compliqué d'innover le truc et de faire autre chose qu'une simple séquestration. Mais j'y croyais. Parce que c'est Lisa Gardner, et que des choses plutôt cool avaient déjà été faites avec ce sujet (je me souviens notamment d'Alex de Pierre Lemaître).

Alors on a quand même un peu de suspense, mais loin des révélations renversantes qu'on pourrait espérer. Et malheureusement, niveau histoire, c'est très très lent.
Déjà parce qu'on a un carnet de bord sur la première séquestration. Donc forcément, il ne se passe rien d'autre, et même si la tension est là, et que le sujet est particulièrement malsain, ce côté malsain je l'ai moins ressenti que dans d'autres livres du genre. [spoiler]On dit merci au Syndrome de Stockholm qui vient adoucir le portrait et qui rend la victime presque aussi tarée que son bourreau [/spoiler]

Et si ce n'était pas assez, on se retrouve avec une deuxième, puis une troisième séquestration de la même fille. Et là, ça fait un peu beaucoup. D'accord, on a des explications. Mais quand même, une fille qui passe son temps à se faire enlever et séquestrer, c'est pas forcément la chose la plus passionnante du monde.
Surtout que niveau explications, je ne suis pas convaincue plus que ça. Le problème, c'est pas vraiment le contenu mais plutôt la forme ; [spoiler]On se retrouve encore avec le monologue de la méchante hollywoodienne qui nous explique tout. C'est une technique que je trouve vraiment mauvaise et peu plausible. Et c'est quelque chose qu'on ne retrouve pas souvent chez Lisa Gardner, qui habituellement nous fait comprendre l'affaire au compte-goutte. Double déception, donc. [/spoiler]

Même les personnages sont décevants. Ils sont bien trop extrêmes pour être crédibles, et malgré le passé torturé de Flora, elle est tout sauf attachante.

par Jenna95