Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de istvan : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Nouvelle petite philosophie Nouvelle petite philosophie
Albert Jacquard   
Comment rendre la philosophie vivante et accessible à des non-spécialistes ? En s'adressant à Albert Jacquard ! Interrogé par Huguette Planés, professeur de philosophie au lycée d'Albi, Albert Jacquard examine un certain nombre de notions et de questions : quelques-unes appartiennent au programme des classes de terminale - totalitarisme, violence, désir, citoyenneté, par exemple -, d'autres sont dans l'air du temps - bioéthique, écologie, Internet, jeunesse, mondialisation, solidarité, etc.
Avec des mots simples, il redonne à la philosophie sa vocation première : l'exercice d'une pensée libre, exprimée dans les mots de la vie quotidienne, par un auteur habitué au dialogue.

par saltanis
Le journal du séducteur Le journal du séducteur
Sören Kierkegaard   
Cette oeuvre de Kierkegaard m'a relativement plu. L'écriture est à la fois poétique et philosophique, et c'est très agréable à lire. Pour ce qui est du contenu, il est à la fois intéressant et dérangeant.

Certes, la relation entre les deux personnages principaux est prenante, mais de savoir que la manipulation de Cordélia par Johannes est en quelque sorte le parallèle de la relation entre Kierkegaard et sa fiancée à l'époque m'a aussi donné une autre vision de Kierkegaard, fidèle à celle qu'il voulait donner de lui dans cette ouvrage, c'est-à-dire celle d'un séducteur manipulateur, provoquant ainsi le dégoût.

par Kid_A
Apprendre à vivre : traité de philosophie à l'usage des jeunes générations Apprendre à vivre : traité de philosophie à l'usage des jeunes générations
Luc Ferry   
Un traité de philosophie sensé être facile à comprendre, à la portée des jeunes générations... Je l'ai personnellement trouvé assez compliqué. J'avais besoin de mon dictionnaire à côté de moi. Ce livre est fait pour des personnes avec un niveau de langue déjà élevé. Cependant il est très intéressant culturellement parlant.

par Globule54
Puissances de la pensée Puissances de la pensée
Omraam Michaël Aïvanhov   
La pensée est une puissance, un instrument que Dieu a donné à l'homme pour qu'il puisse devenir créateur comme Lui, c'est-à-dire créateur dans la beauté, dans la perfection. Aussi doit-il être extrêmement vigilant et chercher sans cesse si ce qu'il fait avec sa pensée est vraiment bon pour lui et pour le monde entier. C'est de cela seulement qu'il doit s'occuper. Table des matières I. La réalité du travail spirituel II. Comment penser l'avenir III. La pollution psychique IV. Vie et circulation des pensées V. Comment la pensée se réalise dans la matière VI. Rechercher l'équilibre entre les moyens matériels et les moyens spirituels VII. La force de l'esprit VIII. Quelques lois de l'activité spirituelle IX. Les armes de la pensée X. Le pouvoir de la concentration XI. Les bases de la méditation XII. La prière XIII. La quête du sommet.

par Khryz
La Rumeur d'Orléans La Rumeur d'Orléans
Edgar Morin   
Je suis né à Orléans, je me souviens avoir entendu mes grands-parents évoquer à mi-mots cette histoire de traite des Blanches, chez des " Juifs"
Le bruit se répand à Orléans en mai 1969. Les disparitions auraient lieu dans les salons d'essayage de six magasins_Juifs_
Les bruits se transforment vite en rumeur. Ni la presse, la radio, la télévision ne mentionne le moindre fait concernant ces disparitions.
Les jeunes filles seraient droguées par piqûre, puis déposées dans les caves et elles seraient évacuées vers les lieux de prostitution exotiques. Aucune disparition, chose curieuse, n'est signalée dans la ville.
Au mois de juin, une mini-rumeur assure que le beau-frère d'un des commerçants vient d'être arrêté par la police pour traite des Blanches.
Au début juillet, une rumeur affirme que deux jeunes filles, parentés de la mercière de st Marc, ont été enlevées sans précision sur les responsables, ni les conditions du rapt.
En deux mois, une rumeur a accompli un cycle complet sur Orléans.
La rumeur d'Orléans est-elle antisémite? L'ennemi invisible est sans nom.
J'ai encore l'image de ce pauvre Dominique Baudis, accusé par des prostituées de parties fines, dégoulinant de sueur, face à la journaliste Clair Chazal, essayant en vain de détruire cette RUMEUR, ce plus vieux média du monde.

par dompl54
L'homme est l'avenir de l'homme L'homme est l'avenir de l'homme
Albert Jacquard   
''Il a fallu que des gens me regardent ; je suis le résultat d'une mise en commun. C'est pourquoi je répète en permanence : si je suis moi, si je suis cet Albert jacquard, incomparable évidemment, différent de tous les autres, exceptionnel - comme tout le monde, - si Je suis cet homme-là, c'est parce que j'ai été entouré de regards : ce sont les hommes qui m'ont fait homme."

par Biquet
Éloge de l'âge Éloge de l'âge
Christian Combaz   
Voici un livre paradoxal, provocant. Il va contre l'opinion, aujourd'hui commune, que les vieillards sont encore assez jeunes pour profiter de la vie, faire du sport, consommer, voyager...

Les jeunes gens, ou les gens encore jeunes, attendent autre chose de leurs parents âgés ou de leurs grands-parents que ce simulacre de jeunesse prolongée. Ils en attendent ce que toutes les civilisations ont attendu des vieillards : un enseignement (fût-il muet), une leçon de vie dans l'acceptation sereine de l'âge et de sa fin ultime.

Christian Combaz -né en 1954- s'insurge contre cette société qui interdit à nos vieux d'être vieux. Qui les prive du droit de tirer des leçons de leur vie. Qui les distrait, leur épargne la solitude sans laquelle nous ne sommes rien, les préfère bronzés, insouciants, insignifiants, et les pousse dans des maisons de retraite remplaçant l'amour et l'admiration qu'on leur doit par les soins qu'on leur donne.

Tout cela est mensonge. Il est moins important d'être en forme que d'être en paix. Il faut accepter de vieillir, accepter la solitude, tendre vers le détachement. La vieillesse n'est pas une maladie, c'est un âge de la vie. On peut le vivre consciemment, sans tricher.

"Etre vieux, c'est être bien partout", dit Victor, le vieil homme (si vrai) de ce livre.

Éloge de la faiblesse Éloge de la faiblesse
Alexandre Jollien   
Un livre vraiment touchant qui nous apprend beaucoup sur la maniére de percevoir les différences. Ce qui ma plu c'est le fait que l'autaur traite de la question de la normalité et du regard des autres.

par miss
Éloge de la fuite Éloge de la fuite
Henri Laborit   
J'ai terminé ma seconde lecture il y a quelques semaines, après plusieurs années d'écart de la première. Et ça m'a fait un bien fou.
Je suis toujours stupéfait de voir tous les sujets abordés par Laborit, les sujets de la vie, qui concernent chacun de nous. Et il le fait avec cette vision scientifique, vraie, sincère. On pourrait lui reprocher des choses, certainement, mais il faut le laisser s'exprimer, car même les reproches, il les sent, les voit venir, et les connait. Il aborde le monde d'un point de vue plutôt marginal qui pourra rappeler aux plus différents, aux plus penseurs et philosophes d'entre nous, que nous ne sommes pas forcément seuls.
J'ai tiré de ce livre, il y'a des années, les principales bases qui ont assuré ma personnalité, à tort ou à raison, mais ce livre est venu me rassurer, me parler, et me montrer que d'autres aussi, pensaient de cette façon, voyaient telle ou telle chose ainsi. Et après, j'en a lu d'autres, d'autres auteurs...

Le livre n'est pas aisé à lire, principalement parce que Laborit est un scientifique, et qu'il utilise les bons mots. Donc les termes précis, techniques, et justes. Certaines chapitres sont plus ou moins difficiles, comme celui sur le futur, que même aujourd'hui je n'arrive toujours pas à lire.

Mais même si vous n'adhérez pas à toutes ces pensées, que vous le jugez, car il y a matière, assurément, écoutez la façon donc il s'explique, dont il voit les choses. Il parle à la raison, à l'analyse, à l'intelligence. Froidement, parfois, d'une façon détachée. Mais il en a conscience, notamment quand il parle de l'amour. Mai je pense qu'il est bon de tous avoir un minimum de conscience, de connaissance, de réflexion sur tous ces sujets ; réflexion qui se base sur la compréhension des choses, pour les saisir au mieux, et qu'elles ne nous saisissent pas à notre insu.

Ensuite, le sujet du livre, la Fuite. Laborit décrit un éloge de la Fuite, car elle est, dit-il, la dernière option que nous avons, face à un monde de confrontation, de violence sociale, de dominance, auquel nous ne voulons pas participer. Il ne reste que la fuite, la fuite dans l'imaginaire. Et c'est ce qu'il fait ici, lorsqu'il se met à imaginer... l'éducation, un autre monde, une autre société, une nouvelle grille (référence à un de ses autres livres) d'analyse, pour voir les choses d'une façon nouvelle, et permettre, juste permettre, un changement.
Hélas, on sent dans cette fuite que lui-même n'y croit pas. Il juge les combats réels, le militantisme ; il juge avec un nihilisme parfois décourageant. Comment l'humain pourrait-il changer quoi que ce soit, quand la dominance, son concept le plus profond, le plus naturel, l’emmènera toujours à reproduire, reconstruire ces systèmes compétitifs et inhumains.

Sur le message donc, on peut discuter, penser différemment, ne pas être d'accord. Il est propre à l'auteur, mais ce n'est pas tout l'intérêt ni le sujet du livre. L'éloge de la fuite n'est que ce qui le sous-tend.
L'abord des sujets divers, de la réflexion, d'une pensée sur les causes, les fondements, une réflexion sur le pourquoi, une décortication de chaque parcelle de la vie...
J'ai mis quelques extraits qui permettent de se faire une idée.
Les sujets abordés donc sont aussi différents que l'amour, la mort, l'enfance, la politique, la foi, la liberté, le plaisir, le travail... etc.
Vraiment, si vous parvenez à suivre Laborit sur cette voie, ce livre est vraiment un incontournable, même si pas une bible. Les leçons sont à retenir, et surtout son idée, développée à propos de l'éducation, d'une autre réalité, d'autres possibles.
Mais pas dans la fuite. Pas dans l'imaginaire.