Livres
442 749
Membres
377 434

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Isulka la Mageresse, Tome 1 : La Pierre d'Isis



Description ajoutée par Dorian-Lake 2018-05-03T14:43:37+02:00

Résumé

PRIX Imaginaire Découverte 2017 - Les Petits Mots des Libraires

Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n'en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.

Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague de rubis, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu'ils découvrent la valeur du joyau. L'appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, dans une course-poursuite avec des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne...

Afficher en entier

Classement en biblio - 24 lecteurs

Extrait

– Vous mentez mal Scipione.

– Voilà la première fois que l’on me dit cela. Je suis d’habitude excellent.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Diamant

Dorian Lake nous offre un récit à la fois intimiste - emprunt de mystère et de classicisme, campé dans un Paris fin 19e –, mais également épique.

Un subtil mélange entre le Pulp d’aventures mystiques en pays étranger et un romantisme urbain que ne renierait pas Conan Doyle. Le terme de « Victorian Fantasy » prend en effet tout son sens à la lecture d’Isulka.

Les personnages sont forts, et se remettent en question tout en profondeur afin de lutter contre leurs antagonistes comme contre leurs propres travers.

La langue est belle, travaillée, et sert une dramaturgie maîtrisée. L’aventure est vive, tout en sachant prendre le temps de respirer aux moments opportuns. Les retournements sont surprenants et le texte possède un souffle merveilleux qui se transcrit par la description de cette Égypte indomptable où se débat le flegme de l’anglais colonial.

Le récit flirte entre plusieurs styles, sans mariage forcé, et fait du roman un heureux concubinage de genres, mature, efficace et très plaisant.

C’est avec plaisir que je dévorerais la suite des aventures de l’impétueuse mageresse !

Afficher en entier
Argent

http://lire-une-passion.weebly.com/fantastiquelow-fantasy/isulka-la-mageresse-dorian-lake

"En résumé, un premier tome qui a su m'alpaguer dès les premières pages, avec des personnages forts en caractère, une intrigue qui tient en haleine et un voyage dépaysant en Égypte. Il me tarde donc de découvrir la suite des événements !"

Afficher en entier
Argent

Ce roman est très sympathique à lire. La plume de l’auteur est travaillée tout en restant fluide. Le vocabulaire a été pensé, tout comme les tournures de phrases et les dialogues piquants. (...)

Un autre point fort du livre sont les personnages, et en particulier leur caractère. J’avoue avoir eu une attirance particulière pour Scipione. Sa scène de présentation, digne d’un vaudeville, m’a amusée et beaucoup plu. (...)

Si je dois trouver un petit point plus négatif c’est que le côté rythmé et dynamique de l’histoire aurait, selon moi, pu être enrichi de quelques passages plus approfondis notamment à propos du passé des personnages. (...)

En bref: de l’aventure, des personnages épicés, une plume dynamique et une touche d’humour. A n’en point douter un auteur et une maison d’édition dignes d’être connus et avec lesquels j’espère continuer à collaborer!

La chronique complète sur mon blog: https://degustationslitteraires.wordpress.com/2018/07/08/isulka-la-mageresse-t1-la-pierre-disis/

Afficher en entier
Or

Avis complet : https://amandinetbsbooks.wordpress.com/2018/06/24/chronique-n56-isulka-la-mageresse-tome-1-dorian-lake/

En bref : une très bonne lecture, légère, rafraichissante, palpitante et pleine de rebondissements. Des personnages amusants et attachants, et des aventures complètement folles. J’ai adoré. Je peux même dire que ça a été un coup de cœur (décidément ce mois-ci ça n’arrête pas). J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, qui se passe dans un autre pays très cher à mon cœur. Vous devinez où? En Écosse! Vous commencez à connaître mon amour pour ce pays, et mon désir de m’y installer plus tard. J’ai l’impression que c’est le seul endroit où je respire pour de vrai. Enfin bref. Je recommande vivement ce livre, que j’aime vraiment vraiment beaucoup.

Afficher en entier
Or

Ça fait un moment que je connais Dorian, depuis Wattpad, puis sur Facebook, et un moment que Isulka me faisait de l'oeil. Grâce à un concours organisé par les éditions Noir d'Absinthe, j'ai reçu les deux tomes déjà parus d'Isulka... et nous y voilà !

Que dire de ce premier tome, à part que je l'ai dévoré aussi vite que j'ai pu compte-tenu de mon emploi du temps assez chargé. Isulka est une héroïne comme je les aime. Elle est forte, indépendante, grande gueule, ne se laisse pas marcher sur les pieds... mais sait aussi faire preuve de faiblesse, elle n'est pas toute puissante et infaillible. J'ai adoré la voir si egocentrée et parfois même égoïste, c'est rafraichissant ! Si elle "sauve le monde", elle le fait surtout pour sauver sa peau et si, par hasard, ça sauve celle des autres, c'est du bonus. Il ne faut pas s'attendre à de grandes démonstrations d'affection ou de grands discours larmoyants de la part d'Isulka... et c'est vraiment cool. Ça la rend plus humaine, plus réelle que d'autres protagonistes presque parfaits. Elle est vraiment le point fort de ce roman.

Ses interactions avec les autres personnages sont tout aussi savoureuses. Avec Scipione, il y a ce lien qui se tisse presque instantanément, néanmoins je suis ravie que Dorian ne se soit pas tombé dans la facilité pour leur relation. Il aurait été facile d'aller à l'encontre de la personnalité d'Isulka pour en faire autre chose... mais ce n'est pas le cas, et ça aussi, c'est vraiment génial. J'ai aussi beaucoup aimé la relation d'Isulka avec Ankhfareh. C'est avec elle que la mageresse laisse tomber ses barrières, se laisse aller à une certaine douceur et fragilité. Je regrette un peu la fin de leur relation, mais encore une fois, ça reste fidèle au caractère d'Isulka, de ne vouloir s'attacher à personne.

Au niveau de l'intrigue, le rythme nous fait tourner les pages, pour connaître la suite des aventures de la mageresse. Il n'y a pas de moment de répit. Certaines choses semblent parfois un peu faciles, comme la bague qui choisit Isulka plutôt qu'une égyptienne, mais ce sont des facilités "nécessaires", si je puis dire, sans lesquelles il n'y aurait pas lieu de rédiger un roman. Tout comme l'événement perturbateur... personne ne veut lire une histoire dans laquelle il ne se passe rien !

En ce qui concerne l'univers, il reste assez habituel. Mis à part la magie, notamment celle d'Isulka et celle des égyptiens, il est semblable au nôtre. Peut-être est-ce pour le mieux, d'ailleurs, pour mettre d'autant plus en avant Isulka et sa force, qui aurait peut-être eu moins d'impact si la fantasy de l'univers avait été plus présente.

Pour conclure, je dirais que j'ai passé un excellent moment avec Dorian et sa plume, et ses personnages ! Et que le tome 2 n'en est que meilleur encore !

Afficher en entier
Or

Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/isulka-la-mageresse-tome-1-la-pierre-disis-de-dorian-lake/

Une histoire palpitant mêlant le Paris du 19ème siècle à la mythologie égyptienne…

Nous suivons Isulka, une jeune mageresse criblée de dettes à cause de son amour pour le jeu. Celle-ci se retrouve embarquée dans une aventure qui la dépassera totalement. Engagée pour voler une bague, elle va être confrontée à de nombreux rebondissements.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. C’est un roman assez court, mais franchement intense !

J’ai adoré m’immerger dès le début dans cette époque et découvrir cette version de Paris. J’ai été happée dès les premières pages par le récit !

Ensuite, j’ai été vraiment très intéressée par le changement de décor au cours de l’histoire. En effet, on va voyager jusqu’en Egypte. On redécouvre la mythologie de ce beau pays et j’en ai été vraiment fascinée !

Isulka est une femme forte, courageuse et déterminée, mais on va aussi apprendre à connaître certaines de ses failles… Elle va rencontrer plusieurs personnages, dont Scipione, un spadassin italien. On s’attache vraiment à ces deux personnages, voir même à un personnage secondaire qui n’est pourtant pas toujours très commode ! J’ai vraiment adoré les suivre dans Paris tout en évoquant les dieux égyptiens.

L’univers était vraiment bien décrit. A chaque fois que je reprenais le roman, j’étais directement ré-immergée dans l’histoire et c’était vraiment appréciable ! Le rythme est bon, la plume est agréable, mais parfois un peu alourdie par un langage un peu trop soutenu. Cependant, ce langage est aussi partie prenante dans l’immersion dans cette époque. En effet, j’ai trouvé qu’il ajoutait une bonne part de réalisme à ce récit se déroulant au 19ème siècle.

Ce roman a vraiment tout pour plaire : des personnages attachants, une histoire pleine d’aventures et de rebondissements sur fond de Paris au 19ème siècle mêlé à la mythologie égyptienne. De plus, on est aussi gâté par pas mal de rebondissements une fin qui m’a donné vraiment envie de découvrir le second tome ! Je ne peux que vous recommander de découvrir au plus vite cette jeune femme si particulière qu’est Isulka !

Afficher en entier
Or

La couverture représente une jeune femme tenant dans une main un poignard et de l'autre une bague. Son attitude, ainsi que les couleurs employées, donne à l'ensemble une impression de magie et de mystère. En arrière plan, on découvre la tour Eiffel. J'aime beaucoup la typographie utilisée.

Le résumé m'a intrigué de suite. On ne se refait pas et je reste toujours attachée aux romans traitant de magie et de quête. Ici, le résumé semble me promettre les deux. On a d'un côté une héroïne un peu paumée et un bretteur italien en quête de vengeance. Un duo qui va être missionné pour s'emparer d'une bague qui, visiblement, va les entraîner de la France à l’Égypte... J'embarque illico pour le voyage !

Nous voici donc en présence de la mageresse Isulka au 19ème siècle. En 1888, plus exactement. Cette jeune femme rousse est très séduisante, mais aussi très pauvre. Ce qui l'oblige à glaner quelque argent de-ci de-là en jouant aux cartes dans les auberges ou en se donnant en spectacle (sans jeu de mots)... Mandatée par un anglais Sir James Ladd pour retrouver une bague précieuse, elle rencontre Scipione di Lucantoni qui va faire équipe avec elle. Voilà le début d'une affaire qui va vite devenir plus complexe que prévue...

Une héroïne atypique...

Dès les premières lignes, on se rend compte que Isulka n'est pas le personnage habituel de l'héroïne sans reproches. Non, elle est une joueuse invétérée. Elle a la langue bien pendue, est inconstante, manipulatrice et peu courageuse. Néanmoins, elle possède des ressources insoupçonnées lorsqu'il lui faut échapper à quelques désagréments comme payer ses dettes. Elle fréquente également Angelin, chef des chapardeurs. Ils travaillent de concert pour détrousser les passants. Isulka est une mageresse (elle se définit ainsi) car elle possède un don qu'elle exploite peu ou prou selon les circonstances.

Scipione, le libertin italien, est le protagoniste masculin de ce récit. Un homme qui ne s'arrête pas devant les coups bas si cela peut lui profiter. D'ailleurs entre lui et Isulka, les coups fourrés seront de mise un moment... ce qui rend leurs relations encore plus intéressantes. J'ai beaucoup apprécié les personnages secondaires tels que Aslin et Ankhfareth. Ils apportent une touche plus profonde au récit.

Une intrigue simple dans sa complexité...

Dans ce premier tome, il est difficile de s'ennuyer. On a un cocktail qui ne laisse pas de tout repos : action et mystères au premier plan. L'inclusion de la mythologie égyptienne ajoute une touche d'exotisme et de magie ancestrale qui m'a bien plu. Le tout servi par la plume de l'auteur, découverte dans un autre de ses romans, qui est toujours aussi plaisante. Elle entraîne le lecteur à sa suite sans difficulté. J'ai particulièrement aimé les scènes de combat, n'ayant eu aucun mal à m'y projeter tant les mots épousent les gestes des personnages. Le vocabulaire est choisi avec soin et on sent que l'auteur à effectuer quelques recherches.

Ce roman ne se résume pas à une simple collaboration de deux voleurs pour s'emparer d'une bague. Elle s'étoffe au fil de la lecture et des révélations. On passe d'une mission à un complot, puis deux voire trois. Les pistes se brouillent et le lecteur se voit happé par ce périple qu'il entame aux côtés des héros. L'apparition des créatures est également un point fort selon moi car elle permet de faire basculer le lecteur dans un monde fantastique.

J'ai apprécié aussi les moments cocasses qui peuvent alléger l'atmosphère de ce roman. Notamment quand Scipione surgit nu comme un ver dans la rue après un duel avec un militaire cocu ou Isulka en tenue légère au cabaret... Tout comme les échanges savoureux et acérés entre nos deux protagonistes.

Comme vous l'avez constaté, j'ai beaucoup aimé ce premier tome.

J'attends de découvrir le suivant avec impatience !

Afficher en entier
Bronze

Je viens donner mon avis à froid - comprendre, plusieurs jours après la fin de ma lecture.

Tout d'abord, au niveau de l'écriture, je n'ai pas grand chose à redire ; si quelques maladresses persistes ici et là, dans la globalité, la plume de l'auteur est très agréable et tout coule impeccablement à la lecture. De plus, je n'ai remarqué que très peu de fautes, et certaines me semblaient être surtout des fautes de frappe (exemple : "prêtre" au lieu de "prête", alors qu'un "prêtre" se trouvait légitimement quelques lignes plus bas). Si j'ai préféré les passages descriptifs ou d'action, il m'a semblé que les dialogues étaient développés de manière tout à fait pertinente.

Ensuite, pour le scénario, je l'ai trouvé plutôt très bien maîtrisé. Les rebondissements pointent le bout de leur nez quand il faut et confèrent beaucoup de relief au tout. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai beaucoup lu, néanmoins, mais je me suis attendue à quelques retournements de situation et la fin ne m'a pas surprise plus que cela ; sa mise en place et son écriture, en revanche, ont largement pallié cela et m'ont laissée assez émerveillée, il faut le souligner.

Passons aux personnages maintenant. Malheureusement, je ne me suis réellement attachée à personne, à part peut-être Ankhfareh. Scipione et son caractère, sa désinvolture, m'a très vite ennuyée (disons que j'avais envie d'aller le noyer dans la Seine fissa - ce qui montre en soit que l'écriture du personnage est tout à fait réussie) et Isulka... pas qu'elle ne m'ait pas convaincue, mais ce n'est pas le genre de personnalités pour lesquelles j'éprouve de l'affection. Malgré la mise à jour de certains de ses sentiments au fur et à mesure de l'histoire, soit ils sont arrivés trop tard, soit ça n'était pas assez, par rapport à ce que je ressentais déjà pour ce personnage. Les autres personnages m'ont en général plutôt convaincue dans leur construction, même si certaines n'étaient pas forcément assez poussées, à mes yeux - j'avais envie d'en savoir plus sur le père d'Ankhfareh, par exemple, outre ses ambitions de grandeur vite mises au clair. Ladd et son trop plein de mystères m'ont un peu laissée sur ma faim, également. Aslin m'a beaucoup plus intriguée, en revanche, tant dans son comportement que dans ses choix et ce que l'on sait de son parcours et du pourquoi il est là, à ce moment de l'histoire. J'espère quand même qu'on en saura plus sur lui dans un futur tome - à espérer qu'il soit présent, évidemment.

Ce que j'ai préféré, je crois, c'est cette succession de "tableaux" tout au long de l'histoire, que ça soit lors du changement de pays, mais également lors des nombreux changements d'environnement au sein de la même ville. Chacun des endroits respirait de ses caractéristiques propres, que ça soit l'ambiance, les couleurs, les odeurs, les reliefs, etc. C'est réellement dans la découverte de chaque nouveau paysage que j'ai pris le plus de plaisir à lire, parce que j'avais réellement la sensation de m'y trouver, et que j'avais du coup envie de les explorer de fond en comble.

Je retrouvais également cette sensation lors des combats et autres duels. Aucun ne se ressemblait vraiment, malgré l'idée extérieure qu'on peut avoir de la description d'un duel de lames. Si certains petits détails étaient flous (notamment dans les prises au corps à corps), toutes les figures d'escrime m'ont assez parlé pour que j'imagine visuellement et avec précision le duel lors de la lecture ; ce qui est pour moi une sacrée prouesse. D'ailleurs, on ressent bien les recherches effectuées en amont pour ce qui est de l'art de bretter.

Pour conclure, je recommande largement ce livre aux lecteurs en recherche de voyages, d'escrime, de mythologie revisitée, et d'un brin de magie - distillée intelligemment (comprendre : pas présente à tous les coins de rue). Ce début de saga (me semble-t-il) est prometteur et je suis intriguée de voir comment va se poursuivre la quête d'Isulka - ou du moins de la pierre d'Isis. ;)

Afficher en entier
Or

Je tiens à remercier en tout premier l’auteur pour ce service presse, car c’est un livre qui me tentait depuis sa sortie ! Et comme je m’y attendais, ce fut une lecture d’aventure très agréable.

J’ai pour habitude d’ajouter des précisions au résumé avant de commencer ma chronique, mais, tout est dit ci-dessus ! Isulka et Scipione s’entraident provisoirement jusqu’à retrouver cette mystérieuse bague et, hélas, cette mission a priori facile va prendre un tournant très… étrange, et effrayant.

Tout d’abord, la plume de l’auteur est aisée et fluide, ce qui permet au lecteur de s’immerger très rapidement dans l’ambiance du livre. J’aime beaucoup les histoires qui nous ramènent au 19ième siècle, car cette époque-ci fait partie de mes préférées ! Et grâce à la vie que mène Isulka, l’action est présente, et les mystères, nombreux. La jeune femme détient un pouvoir hors du commun et si jusqu’à présent cela l’avait tout juste servi à rembourser quelques dettes, elle va découvrir que pour d’autres personnes, ce don pourrait être la preuve de sa… divinité. Je n’en dis pas plus sur ce point ! Mais pour parler du personnage en lui-même, j’ai beaucoup aimé sa personnalité, son caractère, ou sa faculté à se sortir in extremis des situations dangereuses.

Scipione de son côté représente le passé, le « fossile » (bien qu’il soit jeune !) qui mène sa petite vengeance tout en profitant des plaisirs de la vie. Son sens de l’honneur n’est plus ce qui l’était, c’est pourquoi cette mission de « chasse à la bague » le séduit. Et la pauvre Isulka n’échappera pas à quelques coups bas de sa part !

Si comme ça, on pourrait simplement croire que l’histoire va se concentrer sur cette course entre les deux personnages pour trouver l’objet, l’auteur ne tarde pas à révéler que l’enjeu est bien plus grand. Et les mythes Égyptiens ne tardent pas alors à faire leur entrée. La bague est plus précieuse, et dangereuse que le prétend James Ladd, l’envoyé par la reine d’Angleterre. Et Isulka va se retrouver plonger au cœur d’un culte vieux de plusieurs milliers d’années, qui l’emmènera en pleine Égypte. Appréciant beaucoup ce pays et son passé, cela a été pour moi un réel plaisir de suivre ce périple ! De Paris jusqu’en plein désert, les rebondissements se suivent et nous donnent envie de découvrir enfin le dénouement ! Surtout en sachant ce qui est réservé à Isulka…

Tout est bien combiné et fait que les pages défilent très vite ! J’ai beaucoup aimé les échanges entre Isulka et Scipione, où la scène de combat finale !

Le seul petit point négatif pour moi, sera de ne pas en avoir appris plus sur les pouvoirs d’Isullka (mais c’est un tome 1), et un peu la rapidité de certains chapitres, notamment celui où l’italien et la mageresse partent en quête de la bague. Où encore la façon dont Scipione retrouve vite Isulka, ce qui fait que son séjour en Égypte est assez rapide. En même temps, vous le savez, j’aime les longueurs ! Donc c’est surtout un avis très personnel.

En bref, c’est une lecture que je recommande à tous ceux aimant l’aventure, l’action, et une bonne dose de magie ! Pour finir, magnifique couverture, qui colle parfaitement avec l'ambiance du livre et représente très bien la mageresse.

Afficher en entier
Or

J'ai adoré ce livre, son histoire, le personnage d'Isulka et surtout le style de l'auteur. L'écriture fluide, mais qui se révèle parfois assez acerée, nous emporte dans l'aventure d'Isulka avec beaucoup de plaisir.

Il ne me reste plus qu'à ésperer que le 2éme tome ne tarde pas trop. L'auteur ne nous laisse pas sur notre faim et nous offre une belle fin à cette aventure, mais elle ne peut pas être unique!

Afficher en entier

Date de sortie

Isulka la Mageresse, Tome 1 : La Pierre d'Isis

  • France : 2018-04-03 - Poche (Français)

Activité récente

Zamy le place en liste or
2018-12-24T16:43:53+01:00

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 24
Commentaires 13
Extraits 4
Evaluations 13
Note globale 7.77 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode